dimanche 21 juillet 2013

Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Zélande
France 5, 18/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien


Je vous invite notamment à regarder le passage à partir de 40mn sur un viticulteur qui cultive au compost, et dont les affaires sont extrêmement rentables... "Un bon vin c'est tout d'abord le compost"...

C'est le genre de pays béni des dieux. Ils sont 4 millions d'habitants sur un peu plus de la moitié de la France en surface. Des ressources naturelles renouvelables extraordinaires...

C'est comme si en France, on était 7 millions au lieu de 65...

Le genre de pays où ils ont un PIB en $ moitié moindre que le notre :


Mais en parité de pouvoir d'achat, la différence est bien moindre... Et j'imagine que la différence en termes d'iPads est très largement compensée par une qualité de vie préservée et bien meilleure, mais non quantifiable en terme de PIB.


Cette différence PIB par habitant et PIB par habitant en PPA, c'est le signe d'une forte déPIBsation de l'économie, et surtout l'absence d'activité économique bidon produisant de faux services. L'horreur absolue pour les foireux maçonniques ponctionneurs qui nous dirigent en France...

Un peu comme quand on voit la différence de niveau de vie et de qualité de vie entre deux personnes au SMIC, l'une dans un T3 hors sol en banlieue, et l'autre à la campagne...

Ce pays m'a l'air d'être un véritable ode à l'enracinement.

Un pays d'affreux fascistes qui expliquent notamment dans le documentaire aimer leur patrie. Quelle horreur ! Va vite falloir leur envoyer Attali et BHL... Babel va avoir du mal à tolérer de tels dissidents... Progrès et modernité pour tous !

4 commentaires:

  1. la NZ est tres loin des centres financiers, peu ou pas de minerais, aucun interet pour les FM. Ils vont pouboir vivre peinards. C'est p't'etre le coin ou aller bien plus que l'australie

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que pour ce qui est du climat et des ressources naturelles post-pétrole ils sont plutôt gâtés: éolien, potentiel hydraulique dans l'île du Sud (hautes montagnes bien arrosées), géothermique dans l'île du Nord, viables chez eux de par la faible densité de population.
    Question enracinement en revanche je ne suis pas trop optimiste.

    D'une part en voyant l'état du peuple Maori notamment, qui malgré sa "reconnaissance" institutionnelle constitue aujourd'hui la part la plus pauvre de la population avec un gros taux de chômage, beaucoup d'alcoolisme et de violence conjugale. Sans qu'ils aient migré, la colonisation les a déracinés sur place.
    Simone Weil disait "Les Romains étaient une poignée de fugitifs qui se sont agglomérés artificiellement en une cité ; et ils ont privé les populations méditerranéennes de leur vie propre, de leur patrie, de leur tradition, de leur passé, à un degré tel que la postérité les a pris, sur leur propre parole, pour les fondateurs de la civilisation sur ces territoires. Les Hébreux étaient des esclaves évadés, et ils ont exterminé ou réduit en servitude toutes les populations de Palestine. Les Allemands, au moment où Hitler s'est emparé d'eux, étaient vraiment, comme il le répétait sans cesse, une nation de prolétaires, c'est-à-dire de déracinés ; l'humiliation de 1918, l'inflation, l'industrialisation à outrance et surtout l'extrême gravité de la crise de chômage avaient porté chez eux la maladie morale au degré d'acuité qui entraîne l'irresponsabilité. Les Espagnols et les Anglais qui, à partir du XVIe siècle, ont massacré ou asservi des populations de couleur étaient des aventuriers presque sans contact avec la vie profonde de leur pays. Il en est de même pour une partie de l'Empire français, qui d'ailleurs a été constitué dans une période où la tradition française avait une vitalité affaiblie. Qui est déraciné déracine. Qui est enraciné ne déracine pas."

    D'autre part en voyant le libéralisme d'inspiration thatcherienne à l'oeuvre depuis les années 1980, qui s'accompagne également d'un libéralisme culturel poussé à l'extrême. Michéa nous explique que depuis 2008 en Nouvelle Zélande le gouvernement est en train d'étudier la construction d'une filière d'études de prostitution avec une licence, une aggrégation etc. qui sera enseignée à l'université, peut-être également dès le lycée, si c'est un métier "comme un autre", le libéralisme étant "axiologiquement neutre" (aucune considération morale dans les décisions publiques) et partisan de la marchandisation de tout. http://www.dailymotion.com/video/xx5duv_jean-claude-michea-sur-la-societe-liberale-la-prostitution_news
    Niveau économique ils ont signé récemment un traité de libre-échange avec la Chine, je ne sais pas si ça augure de très bonnes choses pour leur avenir.

    En même temps, aujourd'hui après pas mal d'années de fuite des cerveaux vers l'Australie, l'UK ou les US, pas mal de jeunes reviennent s'installer en NZ, ce qui les motive y étant, plus que le salaire, le mode de vie rural et low-tech et la famille élargie ("whanau" chez les Maori).

    RépondreSupprimer
  3. J'ai été en couple pendant plus de 3 ans avec une "kiwi" (surnom désignant les néo-zélandais, je crois que ce sont les australiens qui en sont à l'origine), et je peux vous dire deux choses :
    - oui, la nature est grandiose en NZ, avec énormément de coins peinards, sans présence de l'homme. Mais là où il est implanté, c'est une catastrophe sans nom. Et ça se répand... Sans parler des immensités destinées à ravitailler le monde en kiwis et moutons.
    - l'alcoolisme fait des ravages, et pas que chez les maoris. Ne défiez JAMAIS à un concours de consommation d'alcool un kiwi. Ils ont pour la plupart une endurance de malade. Il faut dire qu'avec ce qu'ils s'envoient chaque jour... Sans parler de la beuh : impossible de faire une fête chez les jeunes sans que tout le monde soit déchiré à la beuh et à l'alcool. Et je ne vous parle pas des petits pétards ridicules que vous connaissez en France. Alors oui, c'est sûr que le PIB par tête en prend un coup... ^^ (heureusement qu'il y a le Commonwealth pour les booster)

    Pour l'amour de la patrie, je me marre : très peu d'armée, très peu de volontaires pour ça d'ailleurs, et surtout, un pays très ouvert pour les émigrants.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai un oncle qui a émigré là bas il y a une trentaine d'année et qui cultive des racines de pissenlits qu'il torréfie pour faire du substituts de café, il en vit bien (maison et tipi en pleine campagne).

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.