mardi 9 juillet 2013

Olivier Delamarche sur BFM Business

Olivier Delamarche sur BFM Business
BFM Business - Intégrale Bourse, Olivier Delamarche, 09/07/2013 (en Français texte en français )

6 commentaires:

  1. 240 milliards d’euros.

    Les contribuables ont prêté 240 milliards d’euros à la Grèce.

    Et la Grèce ne remboursera jamais ces 240 milliards d’euros.

    Le prochain défaut de paiement de la Grèce va tout faire exploser en Europe.

    Mardi 9 juillet 2013 :

    Eurogroupe : la Grèce va recevoir 5,8 milliards d'euros.

    La Grèce a reçu lundi soir l'assurance d'obtenir 5,8 milliards d'euros de prêts de l'Eurogroupe et du FMI d'ici à la fin du mois, contre la promesse d'efforts de redressement redoublés. Il s'agit d'une des dernières grandes injections programmées avant l'expiration, fin 2014, d'un plan de secours de 240 milliards. Mais sur fond de récession et de crise politique, il risque d'y en avoir d'autres.

    Le coup de pouce de l'Eurogroupe permettra de passer l'été, ainsi que l'échéance cruciale des élections allemandes, fin septembre. «Personne ne veut voir la crise de l'euro se rallumer», dit un responsable européen en pointant la nervosité des marchés et les faiblesses du Portugal. Mais à l'automne se posera inévitablement la question d'un traitement plus énergique : une remise de dette, consentie non plus par les créanciers privés, comme en 2012, mais par les créditeurs officiels comme les Trésors nationaux, voire le FMI.

    La Grèce vit toujours au bord de l'asphyxie et ne l'évite qu'à coup de crédits débloqués à la onzième heure. «L'avenir reste incertain», reconnaît pudiquement la troïka dans son bulletin de santé. Le PIB grec s'est contracté de 20 % depuis 2009, avec comme effet mécanique une chute des recettes budgétaires et un alourdissement du poids de la dette, à 130 % du PIB à la fin de l'année, bien loin des 110 % projetés.

    Les Européens, encore dans le déni, refusent tout allégement du fardeau. Le FMI, pourtant, admet déjà avoir sous-estimé la violence de l'effet de ciseau. Et le débat risque de ressurgir au premier plan dès la rentrée.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/08/20002-20130708ARTFIG00537-grece-l-eurogroupe-pret-a-debloquer-8milliards-d-euros.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le prochain défaut de paiement de la Grèce va tout faire exploser en Europe."
      Le système est plus résilient que tu ne l'imagines. Ce n'est pas la Grèce qui va faire exploser le système. C'est l'éléphant dans la pièce : nous !

      Supprimer
    2. Non les italiens!!

      Supprimer
    3. A propos de l'Italie :

      Mardi 9 juillet 2013 :

      Standard & Poor's dégrade l’Italie à BBB.

      Standard & Poor’s a annoncé mardi avoir abaissé la note souveraine de l’Italie à BBB contre BBB+. La perspective de la note est négative, a précisé l’agence dans un communiqué.

      Jeudi 13 juin 2013 :

      La dette publique italienne, qui s'élèvera à 130% du PIB cette année, est la deuxième plus importante de la zone euro après celle la Grèce.

      http://www.capital.fr/bourse/actualites/l-italie-promet-de-maintenir-son-deficit-sous-la-barre-des-3-850984

      Supprimer
    4. BA, pourquoi ne pas faire ton propre blog plutôt que de poster hors de propos sur celui des autres.

      Tu pourrais l'appeler, L'Euro Explose ... demain.

      Supprimer
  2. Deuxième plus gros employeur aux USA, tadam c'est une société d'intérim:

    http://washingtonexaminer.com/recovery-woes-americas-second-largest-employer-is-a-temp-agency/article/2532778

    Vs

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.