vendredi 12 juillet 2013

Paf le mur !

Bercy découvre que trop d'impôt tue l'emploi et l'impôt
BFM TV, 09/07/2013 (en Français texte en français )

10 commentaires:

  1. Ce n'est pas trop d'impôts.

    C'est trop de prestations chômages, d'assurance maladie et de pensions de retraites (on parle ici de charges).

    Comité pour la Fierté Libérale.

    RépondreSupprimer
  2. Toujours les mêmes trolleries...

    Toujours la même réthorique de collégien : "vous les méchants libéraux, vous ne comprenez pas que les gentils impôts ce sont en fait des gentilles prestations, donc baisser les gentils impôts ça reviendrait à baisser les gentilles prestations, et donc cela prouverait que vous êtes de méchants libéraux, que vous voulez tuer les gentils gens et les animaux, donc le débat est clos".

    Faut grandir bon sang !

    Allez pour réveiller tes neurones, je vais te balancer d'autres inférences :
    -c'est quoi une "prestation" qui est financée par... une dette (ah ben oui, parce qu'en Fraônce, figure toi que les gentils impôts ne suffisent pas à tout payer, donc une grande partie des "charges" sont réglées par de nouvelles dettes) ?

    -au niveau du vécu, ça ne t'emmerde de faire payer ta thalasso, ton RSA, une partie de ta retraite, ton salaire de fonctionnaire, ou n'importe quoi d'autres par tes enfants et petits enfants (et ceux des autres), hein ?

    -enfin répond à la question posée, arrête sans arrêt les minables esquives : courbe de Laffer, si je te colle par exemple une TVA à 60 %... tu consommeras moins ou plus ? Et si tu consommes moins, la collecte totale de la TVA ne baissera t elle pas ?

    Si je surtaxe l'achat de voitures neuves (Portugal par exemple), est ce que cela ne poussera pas les gens à différer leurs achats ? Le parc automobile sera forcément vieillissant.

    Si je te fous des tas de contraintes, de règlementations tatillones si ta société dépasse le seuil de 50 salariés... que va t il se passer d'après toi ? Eh... Oui, selon les chiffres de l'Insee, c'est bizarre, des tas d'entreprises... s'arrêtent pile à 50 employés.
    Vraiment étrange ! Qui aurait pu l'imaginer !

    Bref.

    Laffer, law of unintended consequences, cause/effet... c'est universel... parce que l'homme est homme, quel que soit son ethnie, et l'époque dans laquelle il vit.

    Mais ça, les bobos qui se croient malins le refusent. Car pour les gochos, l'homme est une matière première, que l'on peut "modeler", "transformer", "réformer", "rendre meilleur".

    C'est votre délire de démiurge. Votre délire mortifère, paranoïaque et fondamentalement inhumain.

    Délire qui se brise, sans arrêt l'histoire le prouve, sur le Mur de la Réalité : la psychologie humaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponse pavlovienne typique du pseudo-libéral cynique, ou qui ne s'assume pas. Il est plus populaire de dire qu'il y a trop d'impôts que de dire qu'il y a trop de prestations sociales.

      Pourtant, si vous pensez qu'il y a trop de charges, c'est bien que, pour vous, il y a trop de prestations sociales (à moins de vouloir financer ces prestations par la dette). Je ne fais que rappeler une vérité, souvent camouflée dans l'argumentation de la plupart des pseudo-libéraux.

      Supprimer
    2. Contrairement aux pseudo-libéraux, je suis pour un débat honnête et argumenté. Quand on envisage une baisse des charges, on doit aussi discuter de la baisse nécessaire des prestations (qui ne sont pas des "acquis sociaux gravés dans le marbre").

      C'est minable de se plaindre à longueur de blog (ou, comme ici, sur BFM) du cynisme des politiciens qui nous gouvernent et, en même temps, de demander la baisse des charges en esquivant la question de la baisse des prestations. C'est bien parce que l'on a baissé les cotisations sans baisser les prestations que la dette publique à augmenté.

      Supprimer
    3. Le Mur de la Réalité, c'est qu'on a libéralisé l'économie (pas assez bien sûr) et qu'alors que ça ne marchait pas trop mal avec des banques 100% publique et une grosse part de l'industrie détenue par l'état, on a tout planté à vouloir mettre tous les pays en concurrence.

      Après faut pas s’étonner si les français en ont plein le dos de cette concurrence international et que l'immense majorité rejette cette expérience de libéralisation et l’Europe qui en est le port étendard.

      Les zipad coûteront peut-être plus cher, on ne roulera plus en Toyota, ni en Mercedes et on utilisera des Renault ou des Peugeot plus cher mais fabriqué en France avec de l'acier produit en France, on travaillera 35h, la retraite à 60 ans et la sécu pour tous. On aura ce qu'on mérite mais on le produira nous même et ça devrait suffire.

      Ne t'inquiète pas pour le pétrole, on sera toujours capable de fabriquer des Airbus et des fusée Ariane. La France avec moins de misère sociale et plus de travail sera un havre de paix pour les touristes. En bref, ce que la France a toujours été et que le libéralisme mondialisé a foutu par terre.

      "Heureux comme dieu en France"

      Supprimer
  3. Le dernier travailleur n'oublira pas de fermer la lumiere en sortant.

    RépondreSupprimer
  4. Message aux tocards de BFM

    L'essentiel est que le travail soit fait : que ce soit au noir, ou déclaré, fait par soit même, ou par la nounou... on s'en branle. cela ne changera pas la richesse de la France. Ce n'est que si la prestation n'est plus faite ( les fesses du gosse ne sont pas torchés) que cela a une incidence sur la richesse globale...

    Je suis certain par exemple que le travail est mieux fait, de façon plus efficace quand il est fait par la personne à son profit que par un "employé"...

    Donc une bonne décision des socialos pour une fois ! supprimer l'appeau à travail trop souvent inutile et improductif car non rentable (à ce niveau de taxes sociales)... Que les les nounous et jardiniers "d'agrément" aillent se trouver des vrais tafs ! que l'on ait pas besoin de subventionner (ou que l'on taxe moins MAIS POUR TOUT LE MONDE !).

    RépondreSupprimer
  5. Il n'y a plus d'espoir :

    http://tinyurl.com/opjrjak

    Le DAL installe des bulgaires chez une vieille femme... qui doit maintenant dormir à l'hôtel.

    Parvenir à un tel degrés d'absurdité... les mots manquent.

    A part : c'est foutu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le DAL était pourtant persuadé que l'immeuble était abandonné: «La porte d'entrée du bâtiment était ouverte depuis plusieurs semaines, et il ne restait presque aucun effet personnel à l'intérieur. Il n'y avait pas de vêtements dans les penderies et les pièces à vivre portaient de nombreuses marques de vétusté», a expliqué à Sud Ouest Raphaëlle Reix, militante de l'association à Bordeaux. Elle s'est excusée auprès d'Odette Lagrenaudie, et lui a assuré que cette occupation n'était pas «à son encontre»."

      Epic fail, je ne doute pas que le DAL aura à cœur de dédommager cette personne, le scandale serait qu'un soutien ne lui soit pas apporté par cette association.

      Supprimer
  6. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/07/12/97002-20130712FILWWW00516-la-france-perd-son-dernier-aaa.php

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.