mardi 23 juillet 2013

Petites réflexions sur le monde qui vient

Partons du constat de la distribution du patrimoine au niveau mondial en 2000 :
0200 Les inégalités dans le monde (1/3)
Les-Crises.fr, Olivier Berruyer, 23/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien


On voit qu'au niveau mondial, la très grosse majorité des occidentaux fait partie des deux déciles les plus riches. Autant dire que la réalité fondamentale, c'est que derrière nos chouineries, on est les véritables aristocrates de la planète. En gros, dans les deux déciles les plus riches de la planète, on ne trouve que des occidentaux et des japonais...

Or depuis 2000, on assiste à ce mouvement général et inexorable qui consiste grosso modo à ce que le reste du monde déshérité se développe, et finitide des ressources oblige, nous fasse en gros son 1789 aux privilégiés que nous sommes...


Car fondamentalement, il faut bien comprendre que cette richesse n'est pas méritée. Ou en tous cas plus méritée. On vit en lévitation. Lévitation qui a tenu depuis 20 ans maintenant par une bulle de crédit exponentielle permettant de produire de la richesse fictive.

Can The US Economy Keep Up With This Exponential Chart?
ZeroHedge, 23/07/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien

(évolutions comparées du crdit et du PIB aux USA)


Pour une raison que je ne m'explique que partiellement, les taux de change n'ont pas suivi. Et le rapport des masses monétaires du monde ne s'est pas rééquilibré devant cette émission gigantesque de fausse monnaie. Il y a surement plusieurs choses derrière tout ça... Le fait que l'occident reste un véritable aimant à richesses mondiales du fait d'un État de droit offrant de meilleurs garanties quant au respect de la propriété privée, au $/€ monnaie de réserve, au pétrodollar, et à l'armée US qui a botté le cul de quiconque voulait contester ce privilège...

Mais on sent qu'on arrive au bout. Ça ne tiendra pas 30 ans de plus...

Donc toute l'ohistoire de l'occident désormais va consister en un long et lent appauvrissement au fur et à mesure que les ressources réelles afflueront de moins en moins vers lui.

La crise de 2008 a consisté alors en une déclaration de guerre de l'oligarchie occidentale qui a décidé de sacrifier le tout venant pour maintenir son statut à elle. Les USA étant à la pointe de cette transformation de la République en Empire, et ne sont plus qu'une minable caricature de ce qu'ils ont été, sans aucun ascenseur social, véritable société figée de reproduction de caste :
4 Charts On Income Inequality And Economic Mobility That Will Destroy Your Faith In The American Dream
Business Insider, 23/07/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien



Ainsi, n'ayant plus la magie de toujours plus de consommation à offrir pour asseoir son pouvoir, l'oligarchie va avoir de plus en plus de mal à imposer le "totalitarisme de marché" et on va voir de plus en plus de contestation du status quo naître en occident :

Adrien Abauzit face à Wearechange Paris (interview)
17/07/2013 (en Français texte en français )



Le système va réagir de plus en plus méchamment, essayant de pousser toujours plus en avant sa logique totalitaire de marchés en utilisant de nouveaux parangons du festivisme consumériste comme la figure de l'homosexuel branchouille et du rappeur bling bling, en se coupant de toute nécessité de bon sens et de logique, pour rentrer dans l'invective, la condamnation. Bref, une sorte de système fasciste naissant qui, pour quiconque a encore deux neurones branchés, commence à suinter le goulag de partout... Cf par exemple le lynchage de Vaneste par 4 bobo gauchos qui ne s'obligent à aucun argumentaire logique et font plus penser à un tribunal révolutionnaire qu'à des débateurs, lors de l'émission de Hondelatte l'autre soir.

Tout ceci pue de plus en plus... Et ce n'est qu'un début. Le système va tourner de plus en plus méchant. Et n'ayant plus de vrai consommation à offrir, il va spolier de plus en plus, tout en mettant en avant des figures lobotomisées fashion victimes et addicts de consommation de luxe fictif, seul moyen qu'il reste au système pour continuer de "croître"...

Mon conseil : on n'est que peu de choses, restez à l'écart de tout ça, n'allez pas vous faire flinguer pour des idées, mais tentez de défendre quand même vos libertés. Agissez au niveau individuel plutôt que de rêver politique et collectif. Réinformez vous, nettoyez vous la tête de toute la merde du système (et celle de vos enfants surtout), pensez famille, pensez même famille élargie (si dans votre situation, ce terme a encore un minimum de sens), pensez enracinement, pensez développement du petit et vrai capital. Et défendez le... Pensez formation à des savoirs pratiques et utiles. Et typiquement, très simplement, tout propriétaire de maison qui n'a pas encore de capacité de compostage, de récupérateur d'eau, de puits, de petite source d'électricité, d'outillage durable de menuiserie/bricolage/potager, de chauffage au bois, a une maison mal isolée, devrait épargner dans l'optique de pallier à tout ça, et consommer a minima... Et profitez de la fenêtre de tir qu'il vous reste. A compter de maintenant, tout ça coûtera de plus en plus cher, en termes d'heures de travail nécessaires pour acheter les matériaux...

15 commentaires:

  1. Je suis globalement d'accord, sauf sur une phrase particulière :

    "Car fondamentalement, il faut bien comprendre que cette richesse n'est pas mérités."

    Heu, non. Cette richesse on l'a fait sortir du sol grâce à notre travail et notre ingéniosité (et nos usines), pendant que les autres ils se la coulaient douce.

    Tout les pays n'ont pas eu cette frénésie qui nous a caractérisé et qui fait que notre patrimoine est riche de voitures, de maisons en pierre, d'immeubles, d'usines, de routes, d'hopitaux, d'ordinateurs ...

    On va pas quand tomber encore dans le réflexe auto-culpabilisateur "on mérite pas tout ça".
    Peut-être que "toi", et "moi", on a rien construit personnellement, on a juste hérité, et a moins de se considérer comme déraciné, tout ça, on l'a fait en tant que peuple, et donc, ça nous revient naturellement, et nous le perpétuons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parle pas de la richesse en patrimoine, je parle de la richesse en consommation de ressources, au jour le jour. En iPads, en bananes du Brésil, en pétrole, en fringues, etc etc...

      Supprimer
    2. "Heu, non. Cette richesse on l'a fait sortir du sol grâce à notre travail et notre ingéniosité (et nos usines), pendant que les autres ils se la coulaient douce."

      Ben voyons...
      Parce qu'on n'a pas empêché les autres de se développer, par exemple ?
      On n'a pas utilisé leur travail et leur ingéniosité ?
      Quelle vision pourrie pour se dédouaner de toute la merde de nos prédécesseurs (et de nos dirigeants actuels). Sans sombrer dans la culpabilisation, il faudra bien un jour assumer...

      Supprimer
    3. Soit, mais avoue que la formulation laisse a désirer dans ce cas :
      " Partons du constat de la distribution du patrimoine au niveau mondial en 2000 :"

      suivi de : "Car fondamentalement, il faut bien comprendre que cette richesse n'est pas mérités."

      si on passe du patrimoine a la consommation à crédit de gogogadgets et surtout de rentes indues payées en dette publique... il faut le préciser quelque part !

      Supprimer
    4. @Anonyme23 juillet 2013 11:23

      les autres ont fait exactement pareil, sauf qu'on a été meilleur qu'eux. Et on va pas s'excuser pour ça non !
      lol
      comme si le reste du monde était des oies blanches toute gentilles et mignonnes ...
      vision infantile.

      Tout le monde a son lot de saloperies dans son histoire.
      Et de toute manière, la souffrance qu'on leur a infligée est incommensurable ! lol (quelle hypocrisie)

      Supprimer
    5. un état n'a pas d'amis il n'a que ds interets.
      et m... à l'autoflagellation et l'anonyme de 11h23 devrait avoir l'honnetteté d'analyser ce qu'ont fait les autres pays, empires, tribus dans les 4 ou 5000 dernières années.
      c'est toujours la main mise de l'un aux dépens de l'autre. et un jour c'est la chute au profit d'un autres encore.
      donc pour l'occident on a une position forte depuis 5 siècles, est ce que ça va durer on n'en sait rien mais on fait tout pour et bien entendu aux depens des autres pays.
      c'est le même genre de pensée-bisou qui fait dire que l'on peut nourrir 9 miliards d'hab sur terre.
      En théorie oui, dans la pratique il y en aura 4 M qui auront la dalle, 4,5M qui se débrouilleront puls ou moins bien et 500 millions pour qui ça ira comme aujourd'hui. Le tout sur fond de guerres pour les territoires.

      Supprimer
    6. Donc, si je comprends bien votre raisonnement, tout le monde a été ou est pourri, donc soyons ou continuons à l'être aussi... Super, avec des mentalités pareilles, c'est sûr que l'humanité risque d'avancer.
      A un moment ou à un autre, il faudra bien arrêter ces cercles infernaux qui permettent de justifier l'intolérable quotidiennement.
      sinon on accepte que les dirigeants continuent leurs magouilles aux dépends des dirigés : il ne faut pas croire, une oppression sur un autre pays est toujours motivée par un espoir de gain personnel pour les dirigeants qui l'organise.

      Et la terre peut techniquement nourrir 9 milliards d'habitants. Mais ce sont principalement les spéculateurs qui engendrent la famine, ainsi que les compagnies commerciales qui cherchent à faire consommer tout le monde comme des américains nantis (vu que presque un tiers de leur population dépend des food stamps, dorénavant). La pensée-bisoux, c'est justement de croire qu'on ne peut rien faire au fait que des gens meurent de faim et que des gens s'enrichissent de manière éhontée sur leur dos (et le notre). Un peu de courage et d'implication politique de la part de chacun à ce propos pourrait très rapidement faire bouger les choses, au lieu de se complaire dans le chacun pour soi et de ne penser qu'à aller se planquer dans sa BAD. Que penserons de vous vos enfants quand ils constateront que vous avez préféré fuir plutôt que d'affronter le problème à bras le corps ?

      Rien que si 5 millions de français décidaient de se concerter pour demander la prise en compte des votes blancs ou de l'abstention dans les élections, cela pourrait faire bouger beaucoup de choses. Et 5 millions, entre les deux extrêmes, on doit bien pouvoir les trouver, non ? Les déçus du FdG, ceux qui se mettent à voter FN par dépit, les petits partis, tous auraient à y gagner de cette idée.
      Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres de ce qui pourrait être mis en place simplement : organisation de votations comme en Suisse, rendre le vote obligatoire comme en Belgique, etc...

      Supprimer
  2. Petit texte de Drac comparant la pensé de "l'ultra gauche" et la sienne!!
    Cela rejoint ta réflexion sur le "système", il est marrant de voir que c'est deux mouvement de pensée (en gros Michéa et Drac) censé être politiquement très éloigné se rejoignent dans l'analyse du monde qui nous entoure... C'est la vision du monde d'après, qui fait une grande différence !!
    http://scriptoblog.com/index.php/notes-de-lecture/politique/165-linsurrection-qui-vient-comite-invisible
    Moi qui suis très influencé par l'anarchie proudhonienne donc pragmatique, je pense que l’homme ne peut s’épanouir que dans un enracinement familial, communautaire, et coopératif!!!
    Ce que toi tu appelles : pensez développement du petit et vrai capital.
    Un anarchiste proudhonien parlera de possession d’usage individuelle de moyen de production comme vecteur d’indépendance et de liberté !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais dû dire "Michéa sous acide", Michéa est plus prgmatique et réaliste que le comité invisible!!

      Supprimer
  3. j'ai ma petite idée sur le taux de change usd/reste du monde...la dette et la planche à billet justifierait un crash de l'usd mais cela signifie aussi qu'un Etat de droit "équilibré" et une productivité, maitrise techno, ça vaut quelque chose... l'usd ne peut pas bcp chuter par rapport à l'euro... sinon demain, on consommera des tesla, des maisons à miami, du ralph lauren,... en boeing... ils ont un continent en paix, bourré de matières premières du canada jusqu'à la pointe de l'argentine... what else? le salaire horaire d'un ouvrier n'est qu'une des composantes de l'équation.

    RépondreSupprimer
  4. "Pour une raison que je ne m'explique que partiellement"

    Hé oui, on constate de plus en plus que les belles théories économiques ne sont que des théories, qui ont peu de rapport avec la réalité.
    Encore un exemple récent avec les scandales du libor, qui ouvrent la porte sur ceux des Euribor, Tibor, et Sibor, puis des pétrole, gaz et électricité, taux de change et swaps. Grosso modo, ça va finir avec TOUT ce qui est censé se fixer librement par le marché.
    Le capitalisme, c'est comme le communisme : une théorie qui oublie qu'elle est appliquée par l'homme pour l'homme. Ce qui la rend impraticable dans la réalité. Il ne reste plus qu'à deviner qui manipule qui dans cette histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirai le capitalisme c'est comme le communisme: une théorie au profit d'une classe dominante au service d'une classe dominante, le grand capital ou la nomenklatura!!!

      Supprimer
  5. Mardi 23 juillet 2013 :

    A propos des défauts de paiement des pays de la zone euro, Jean-Marc Vittori écrit :

    Réfléchir à l'effacement des dettes publiques.

    C'est intenable. En un an, la dette publique a augmenté de 450 milliards d'euros dans les pays de l'euro.

    [ ... ] 

    La deuxième manière est sans nul doute plus violente, mais elle va sans doute finir par s'imposer : c'est l'effacement d'une partie de la dette. En jargon, on parle de restructuration pour ne pas effrayer l'épargnant qui détient cette dette d'une manière ou d'une autre. La Grèce y est passée l'an dernier. Le Portugal, qui aura beaucoup de mal à lever les 15 milliards d'euros prévus sur les marchés l'an prochain, risque d'y aller. Les autorités européennes acceptent peu à peu la perspective de la restructuration, comme l'ont prouvé le plan grec de l'an dernier, l'intervention chypriote cette année, ou l'imputation des pertes des banques à leurs créanciers prévue dans le projet d'union bancaire. Le FMI, lui, a lancé en avril dernier un vaste chantier sur le sujet en soulignant que les restructurations ont souvent été par le passé trop faibles et trop tardives. Les propositions abondent : processus d'arbitrage, création d'une cour internationale de restructuration des dettes, allongement automatique des maturités des obligations émises par un Etat en cas d'assistance financière fournie par le Mécanisme européen de stabilité… La sortie de la crise européenne dépendra de notre capacité collective à gérer un effacement de dettes, puis ses conséquences économiques et sociales. Il est urgent d'y réfléchir.

    http://www.lesechos.fr/opinions/edito/0202911635059-reflechir-a-l-effacement-des-dettes-publiques-588695.php

    Les pays européens qui vont faire défaut sont les suivants :

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 305,291 milliards d’euros, soit 160,5 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2034,763 milliards d’euros, soit 130,3 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 208,284 milliards d’euros, soit 127,2 % du PIB.

    4- Irlande : dette publique de 204,054 milliards d’euros, soit 125,1 % du PIB.

    5- Belgique : dette publique de 394,220 milliards d’euros, soit 104,5 % du PIB.

    6- France : dette publique de 1870,294 milliards d’euros, soit 91,9 % du PIB.

    7- Espagne : dette publique de 922,828 milliards d’euros, soit 88,2 % du PIB.

    8- Royaume-Uni : dette publique de 1385,701 milliards de livres sterling, soit 88,2 % du PIB.

    9- Chypre : dette publique de 15,342 milliards d’euros, soit 86,9 % du PIB.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22072013-AP/FR/2-22072013-AP-FR.PDF

    RépondreSupprimer
  6. C'est malheureusement ce système financier pourri dont nous souffrons qui en même temps maintient la suprématie des occidentaux sur le monde, c'est lui qui fait que si par le nombre nous ne faisons pas le poids par le virtuel du fric nous faisons encore la pluie et le beau temps jusqu'à la prochaine guerre...

    RépondreSupprimer
  7. "Mais on sent qu'on arrive au bout. Ça ne tiendra pas 30 ans de plus..."

    peut être, peut être pas !
    avec (malheureusement) un Gros conflit armée, le dollar, l'euro, le Tbond, l'OAT francais peuvent valoir de l'or....

    yongtai

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.