vendredi 12 juillet 2013

Ponzi éducatif

Haaaa l'agenda de Lisbonne, la société du savoâââr et de la connaissance...

86,8 % des candidats au Bac admis : un record
Vosges matin via E&R, 11/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le taux de réussite quasi définitif au baccalauréat 2013 s’est hissé à un niveau record de 86,8 %, gagnant 2,4 points sur un an, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère de l’Éducation nationale (hors Martinique).

Ce taux de réussite est supérieur au taux de réussite quasi définitif de 86 % publié en juillet 2009, après les oraux de rattrapage et avant la session de remplacement de septembre.

Le taux de réussite au bac général 2013 s’élève à 91,9 % (+2,3 points). Au bac technologique, il atteint 86,4 % (+3,2 points). Au bac professionnel, il se stabilise à 78,5 % (+0,3 point), après une chute de plus de 6 points en 2012.

11 commentaires:

  1. l'éduc nationale fait du bernanke:on note les élèves sur 22.si ça ne va toujours pas il suffira de les noter sur 24,26 etc...

    RépondreSupprimer
  2. Ils le donnent, c'est sûr, mais c'était déjà le cas en 1984, lorsque je l'ai eu.

    RépondreSupprimer
  3. j'ai eu le bac en 1982. ma fille l'annee derniere. ben avec son niveau je passais meme pas en premiere .....

    RépondreSupprimer
  4. @ anonyme de 8h46
    pas tout à fait d'accord.
    en 1980, dans les bacs techniques on avait maxi 60% de réussite avec des taux (réguliers) de l'ordre de 30 % sur certains.
    je n'arrive pas à imaginer que la nature des élève et la qualité de l'enseignement se soient améliorés au point d'atteindre 86,4%.
    la seule variable sur laquelle on peut jouer c'est la difficulté de l'épreuve et la notation sur 22,37, 212, etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait c'est simple : faut regarder les mentions et le concours général.

      Perso, j'ai eu le bac mention Bien sans rien f*utre... mais j'avais déjà mon CG.

      Supprimer
    2. Voir Wikipedia, c'est plutôt supérieur à 65 en moyenne en 1985.

      Mais effectivement le taux de réussite était plus faible.

      Voyons voir :

      Il y a un élément qui a changé, on évite plus les redoublement qu'à l'époque.

      Aujourd'hui 100 passent le bac, 85 l'ont. 15 abandonnent.
      Hier 100 passent le bac, 70 l'ont, 15 redoublent et 15 abandonnent.
      L'année suivante les 15 redoublants ont le bac. On a toujours 85/100 qui ont finalement eu le bac.

      Le taux de réussite n'est peut-être pas le plus parlant, il faudrait voir combien entre en terminal et combien en ressorte avec le bac.

      Par ailleurs en 1985, la motivation des familles pour envoyer leurs enfants au bac était moindre.

      Supprimer
  5. Pfffff...
    Bande de fossiles rétrogrades et archaïques !

    La comparaison est impossible entre le bac de 1980 et celui de 2010.
    Rien qu'en culture générale, il y a tellement de domaines qui n'existaient même pas il y a 30 ans.
    Et vous vous débrouilliez comment à l'époque, dans le domaine de l'utilisation d'un ordinateur ou d'une calculatrice scientifique ? D'une recherche sur internet ? Sur l'utilisation des nouvelles technologies ? Sur la vie culturelle et sociale d'autres pays ? Etc...
    La liste est longue comme un bras, mais vous n'admettrez jamais que la nouvelle génération puisse avoir les avantages de ses inconvénients. Qu'elle est plus en adéquation avec les besoins du marché du travail actuel, enfin ce qu'il en reste, que votre génération, qui commençait seulement à se poser la question de chercher du travail quand il ne suffisait pas simplement de se présenter quelque part pour être embaucher.
    Vous faites comme vos ancêtres, à dire que c'était mieux avant, que les jeunes à votre époque étaient plus respectueux (vraiment ?!?), qu'il y avait moins de délinquance, etc...

    Alors oui, sûrement qu'il y a des bricolages pour passer d'un taux de réussite de 82 à 86%, mais ça n'enlève pas le mérite de se taper une scolarité dont les conditions sont de plus en plus dures (demandez aux jeunes comment ils vivent l'enfer du collège ou du lycée, le regard des autres multiplié par les nouveaux moyens de communication), et d'arriver à passer une épreuve qui, jusqu'à preuve du contraire, conserve une difficulté certaine (on n'est loin des 100% malgré tout) et un niveau de connaissance assez élevé (même si ce n'est plus l'orthographe qui est le plus mis en avant).
    Arrêtons de cracher dans la soupe, et satisfaisons-nous du fait que cela signifie quand même que le niveau de culture générale est en net progression, ce qui diminue d'autant le risque de retomber en dictature...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire du par coeur n'éleve en rien l'esprit critique!
      Formater les jeunes en leur bourrant la tete de cours formatés pour en faire des "agents economiques" dans l'esprit de servitude attendus par nos politiques/oligarques ne constitue en rien un gage de contrarien face a la pensée dominante... c'est un mythe de CROIRE que cela "diminue le risque de tomber en dictature". L'école n'exite pas l'esprit critique mais au contraire conditionne et formate. l'Histoire au college ou au lycée survole l'essentiel et ne s'occupe souvent que de surface car trop rarement elle pénetre les arcanes des pouvoirs qui se déchirent, de la "spiritualité" qui l'anime et de son double, les dogmes fondateurs ainsi que les liens de conjugaison qui constituent les articulations implicites des grands évenements, enseignés, car incontournables.
      EX: la crise monétaire de 1907 déclenchée aux USA et opportunément récupérée par la CITY de Londre a ses propres fins hégémoniques, face a une Allemagne émergente, fut l' occasion de pousser a la guerre le kaiser. Sur les ruines d'une humiliante défaite, accentuée par le traite de versailles, l'Allemagne fut pousser vers le NATIONAL SOCIALISME et son concurent direct le BOLCHEVISME, non pas a cause de l'hyperinflation des années 1920 mais bien de la grande dépression des années 1930...encore une fois déclenchée par les USA.
      Quand on traite de géopolitique contemporaine parle t-on du role du dollar et de la défiance de pays s'y refusant? Comment aborder le sabordage des monnaies de compétition, type dinar OR et l'élimination physique des géneurs sous couvert d'apporter la démocratie et les droits de l'Homme? Ramene t-on le SENS de l'Histoire a sa centralité: le controle du pétrole et son acheminement.
      Bref, je ne suis pas convaincus que l'éducation sois disant "élevée" de notre jeunesse serait le garant contre la génese d'une dictature sous nos tropiques; la preuve avec l'U.E et sa méthodologie anti- démocratique par adaptation (suppression des référendums puisque les derniers en date n'allaient pas dans leur sens, inutile de réiterer alors l'expérience)
      L'ESPRIT CRITIQUE n'est pas l'essence commune de l'Homme, loins s'en faut, regardez autour de vous, il faut une intention/attention sans faille du monde de soi au monde des phénomenes... une quete insatiable de SENS.
      (MASTER T)

      Supprimer
    2. Y a pas que faux dans ce que tu dis, mais tu rêves debout si tu crois qu'en 1985 : "il ne suffisait pas simplement de se présenter quelque part pour être embaucher."

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%B4mage_en_France

      et plus précisément : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Chomage-france-bit-t2-2009-taux.svg

      J'ai 48 ans, j'ai toujours connu la crise, le chômage, les délocalisations, ce qui a changé, c'est qu'à une époque, c'était le japon qui allait nous manger puis Tawain et maintenant la chine, bientôt le Bangladesh.

      Il y a aussi la bulle immo qui n'existait pas en province, mais elle avait déjà existé à Paris en 1992.

      C'est le vrai mal des années 2000. D'ailleurs ce blog n'existerait pas sans cette bulle et Tonio filerait des jours heureux avec son appart ou sa baraque bientôt remboursée.

      Bizarrement, je programmais sur ma calculatrice HP (en notation polonaise inverse :-) alors que mes deux fils qui ont fait un bac S en sont incapable. Ils sont aussi peu capable de réparer un pneu de vélo crevé alors qu'à 14 ans, je réparais mes mobylettes.

      Mais je ne vais pas faire comme Tonio des stats à l'oeil nu, il ne s'agit peut-être que d'un situation particulière.

      Il y a aussi la concurrence que font les SMS, Facebook et la télé-réalité à d'autre activité mais c'est surtout vrai pour ma fille. Faut-il le préciser mais ces activités sont à 98% une pure perte de temps avec les mêmes messages en boucle. Et que dire du voyeurisme et de l’exhibitionnisme de ces activités ... lamentable ?

      Supprimer
  6. Bla-bla-bla, arrêtons la mauvaise foi. On est en train de créer une génération de crétins, point barre. Il y aurait tellement de choses à dire...
    Les témoignages des profs qui sur-notent au bac....
    Le niveau de la France recule chaque année dans les classements européens...
    Exemple Besancenot, je n'ai pas de haine contre lui mais, il ne sait pas ses tables de multiplication. J'ai, on va dire, préparé le concours de simple facteur il y a "quelques années". Il y avait de l'algèbre de base et il fallait connaitre les départements français et les préfectures... Tu dis qu'on a gagné en nouvelles technologies ? Bof, n'importe quel crétin sait pianoter sur un portable, un i-poil ou sur internet. Tu parles d'une compétence.
    Maintenant tout ce qu'on a perdu ? Presque tout. En histoire, en géographie et surtout en FRANCAIS. Bon, en même temps c'est le but : créer des franglais déracinée, abrutis et consommateurs des mêmes produits partout. On enseigne une "science économique" qui ne vaut pas un bretzel avec des gens qui se trompent systématiquement sur tout.
    Quand à la dictature :))) Forcément, on aura plus de petit moustachu et une armée de bras tendus avec des bottes en cuir. La dictature s'est modernisé. Elle prend la forme d'un bipartisme qui applique le même programme partout, d'une pensée unique véhiculée par des médias non indépendants et un techno-fascime ou chaque action humaine est controlée, fichée, répertoriée par des appareils électroniques.

    RépondreSupprimer
  7. "Rien qu'en culture générale, il y a tellement de domaines qui n'existaient même pas il y a 30 ans."
    "j'ai eu le bac en 1982. ma fille l'annee derniere. ben avec son niveau je passais meme pas en premiere ....."

    Les questions sont forcément différentes d'il y a 30 ans, mais la qualité réponse attendue a baissé je pense. J'ai passé le bac qu'en 2007, mais il n'y avait "que" 400 mention tb. Cette année, plus de 700. L'inflation intellectuelle sans doute.

    Très honnêtement, se pointer en cours sans se forcer et bachoter 15 jours avant le bac, ça suffit amplement.

    Faut pas se tromper de cible quand même. Je pense que c'est le système qui est totalement gangréné (rectorat, etc.)
    Par ex, la Suède : en gros leur "exam final" type bac n'est pas aussi formel que chez nous et les résultats sont relativement proche des 100%, les étudiants ont une bourse, quelle que soit leur catégorie sociale, etc.

    www.piefrance.com/trois-quatorze/reportages/le-systeme-scolaire-en-suede/


    Concernant la partie "respect" du commentaire, plus de difficulté à comparer avec le passé (quoi qu'avant les années, je n'ai pas vraiment de souvenir "négatifs"). Mais si vous voyagez un peu, ça aide pas mal à comparer. Un test assez simple : se balader dans la rue entre minuit et 3h du matin dans une grande ville et voir son propre "ressentie".

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.