jeudi 1 août 2013

Assemblée nationale : aucun député présent à l'ouverture de la dernière séance

Assemblée nationale : aucun député présent à l'ouverture de la dernière séance
News Ring, 31/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La dernière séance de la session extraordinaire de l'Assemblée nationale a débuté, jeudi 25 juillet, sans aucun député dans l'Hémicycle. A l'ouverture des travaux prévus pour 9h30, seuls le président de séance, l'écologiste Denis Baupin et le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve étaient présents sur les bancs de l'Assemblée, indique "Le Canard Enchaîné", mercredi 31 juillet.

17 commentaires:

  1. Et après ils nous bassinent avec leurs grands discours sur "la République", "les valeurs de la République", "la démocratie", blablabla...

    RépondreSupprimer
  2. 16000 boules au mois * trois cent glandeurs = 4,8 millions au mois pour ces [censuré].

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh non.
      C'est par 577 qu'il faut multiplier...

      Supprimer
    2. 577 députes, 343 sénateurs, 30 ministres et secrétaire d état...
      On peut en faire des économies avant d'augmenter la TVA et de faire la réforme des retraites.

      Supprimer
  3. Nous avons la démocratie que nous méritons.Cette assemblée est a l'image de ceux qui l'ont élue.Le "hollandisme révolutionnaire" avance doucement mais surement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup, il y est pour rien.
      Ce sont les députés de tous les partis qui sont absents.

      Supprimer
  4. Comme a l'ecole, le dernier jour de classe.

    RépondreSupprimer
  5. Du beau foutage de gueule... comm d'hab'. Déjà en vacances, payés à ne rien f...!!

    RépondreSupprimer
  6. Ne comptez pas sur la démocratie pour changer les choses, ils votent des lois chaque jour de l'année pour être intouchables et garder leurs privilèges, et pour ça la droite et la gauche s'entendent parfaitement.

    Il n'y a qu'un seul moyen de changer les choses, c'est d'utiliser la force pour les déloger de leur siège, sinon dans 50 ans on en sera toujours au même point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord.
      Une Révolution de temps à autre ça ne fait pas de mal.
      Que l'armée, bras armé de la Nation souveraine, sache, à circonstances exceptionnelles, adopter un comportement exceptionnel, et se rebelle contre les usurpateurs.
      Le Suisse

      Supprimer
  7. Dans 50 ans on sera une masse d'esclaves.

    RépondreSupprimer
  8. Nous le sommes déjà, et une masse esclave et ignorante en plus.

    Misère.

    RépondreSupprimer
  9. je viens d'entrevoir le pays catatrophe pilote par excellence dans des trains pas comme les autres sur Lagardère france 5 afrique du sud

    RépondreSupprimer
  10. Un débat intéressant à partir de la pensée de Michea: http://www.youtube.com/watch?v=QUj7W0XCZoc

    RépondreSupprimer
  11. http://www.youtube.com/watch?v=1uXM8Oqyjak

    RépondreSupprimer
  12. Vendredi 2 août 2013 :

    Pour les Français, la situation s'aggrave.

    Sept français sur dix estiment que la situation économique s'aggrave, selon l'opinion exprimée dans un sondage CSA (pour l'Institut Montaigne et Les Echos) qui tranche avec l'optimisme affichée par François Hollande.

    70% des Français ont "personnellement le sentiment que la situation économique en France est plutôt en train de s'aggraver", tandis que 25% considère qu'elle est "plutôt stable", et seulement 4% qu'elle est "plutôt en train de s'améliorer".

    CSA note que le pessimisme "est assez homogène dans la population au regard des catégories d'âge ou de profession", même si l'on constate tout de même une plus grande inquiétude chez les ouvriers et employés (76% voient une dégradation, au lieu de 62% chez les Cadres supérieurs) et les femmes (75%, au lieu de 66% chez les hommes).

    "L'écart reste grand entre le pessimisme des Français vis-à-vis de la situation économique, s'exprimant nettement depuis le début du quinquennat de François Hollande, et l'optimisme affiché par celui-ci concernant le retour de la croissance et l'inversion de la courbe du chômage", analyse l'institut de sondage sur son site.

    "L'impopularité actuelle du chef de l'État se nourrit probablement en grande partie de cette distorsion"

    La devise de François Hollande :

    http://www.youtube.com/watch?v=T5WdpSPeQUE

    RépondreSupprimer
  13. Jeudi 25 juillet 2013 :

    "La crise de l'euro va s'aggraver à la fin de l'automne"

    Il y a un an, le président de la BCE Mario Draghi a annoncé son intention de tout faire pour sauver l'euro. L'ancien économiste en chef de la BCE Jürgen Stark estime que cette crise de l'euro lui sera fatale. Il craint que la BCE doive bientôt soutenir la France avec des rachats d'obligations de l'Etat français.

    L'ancien économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE), Jürgen Stark, met en garde contre un rebond violent dans la crise de la dette en zone euro.
    "Je pense que la crise va s'aggraver à la fin de l'automne. Nous entrons dans une nouvelle phase de gestion de la crise", a dit Jürgen Stark au Handelsblatt (édition du vendredi). Après les élections législatives allemandes à la fin du mois de septembre, la France va accroître la pression sur la BCE et sur l'Allemagne. Le programme de rachat des obligations d'Etat OMT devrait en fait être utilisé en Espagne et en Italie. Mais la pression sera énorme pour que la BCE utilise cet instrument en France. Et sans ce déclenchement du programme de rachat d'obligations, il faudra mettre sur pied un plan de sauvetage", a déclaré Stark.

    http://www.handelsblatt.com/politik/konjunktur/geldpolitik/ex-ezb-chefvolkswirt-stark-die-euro-krise-wird-sich-im-spaetherbst-zuspitzen/8549974.html

    La réalité, ici encore, rattrape le petit corrézien François Hollande, qui aura donc fait une erreur de 5 points de PIB dans ces estimations de croissance entre 2012 et 2014 ! S’il n’avait pas raconté n’importe quoi, on produirait en 2014 plus de 70 milliards d’euros en plus et on aurait 35 milliards de déficit en moins. Conséquences : le gouvernement n’a donc pas les moyens d’appliquer la politique pour laquelle il a été élu, et il est même obligé de faire le contraire de ce qu’il avait promis… Pire, la parole de la France perd encore de la crédibilité parce que tout le monde sait bien qu’on ne tiendra pas nos engagements européens, même révisés. Et puis notre économie s’en remet encore une fois à la très grande mansuétude des copains de Pépère, les marchés financiers. Attendez qu’ils s’énervent, et c’est le défaut de paiement…

    Nos amis les européens.

    Jürgen Stark, l’ancien chef économiste de la BCE, a jeté un joli pavé dans la mare hollandiste cette semaine, en reconnaissant s’attendre à un défaut de paiement français à l’automne. En d’autres termes, il prédit la faillite de la France dans les 4 mois qui viennent… On se dit d’abord qu’il n’a pas écouté pépère le 14 juillet, ce monsieur, puisqu’il nous annonçait en fanfare que la reprise « était là » ! Remarquons que Pépère n’en était pas à son coup d’essai : il nous claironne depuis quelques temps déjà que la crise européenne est derrière nous alors qu’on continue de donner entre 5 à 6 milliards à la Grèce tous les 3 mois… de l’argent d’ailleurs que nous n’avons pas… Tout ça va mal finir, on pressent… Manquerait plus qu’Angela repasse en Allemagne, et Pépère se retrouverait bien, tiens…

    http://24heuresactu.com/2013/08/02/une-semaine-en-hollandie-45/

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.