jeudi 29 août 2013

Du côté du futur front

   Syrie : l'Elysée et le casse-tête des preuves (Europe1). Encore un peu de patience svp, nos équipes n'ont pas fini de les fabriquer.

   à noter : la position courageuse de Fillon (qui ne sera du coup pas longtemps le candidat du système s'il refuse de s'aligner sur l'empire) : Fillon en premier opposant de Hollande
l’ancien Premier ministre a notamment réclamé que des "preuves" indiscutables sur l’implication du régime de Bachar el-Assad soient apportées par l’ONU

   Mais aux dernières nouvelles, on dirait que la baudruche belliciste se dégonfle. Et visiblement, après les premières votipérations, il devient urgent partout de temporiser... Syrie : pourquoi les Occidentaux lèvent le pied .

   Nigel Farage Warns "Military Intervention In Syria Could Lead To Something Far Bigger" (RT via ZeroHedge)


   Obama Administration To Release "Proof" Of Assad's Culpability As Early As Thursday (ZH)
   Attaque chimique: l'implication de Damas confirmée par plusieurs sources (Otan) (Ria Novosti)
   Syrie/attaque chimique: Damas fournit des preuves de sa non-implication (Ria Novosti)
   Syrie: l'armée turque placée en état d'alerte (Ria Novosti)
   La Chine sort de son mutisme : China Joins Russia In Warning Syria Strike Would Have "Catastrophic Consequences" (ZH)

A noter également :
   Nucléaire: Téhéran installe 1.861 nouvelles centrifugeuses (médias) (Ria Novosti)

Enfin pour finir, il faut lire ce passage d'un article de de defensa pour comprendre ce qu'est la réalité du terrain sur place, et à quel point en réalité la structure en milices rend les deux armées extrêmement résilientes à des frappes de missiles ou d'avions :
Syrie : fragmentation et radicalisation
De Defensa, 28/08/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Plusieurs éléments sont à mettre en exergue.

• La continuelle radicalisation des rebelles, par la prépondérance sans cesse grandissante des groupes islamistes type-al Qaïda, qui amène même certains groupes “modérés” à se rapprocher des islamistes malgré les consignes de leurs dirigeants, répercutant les ordres de Washington à cet égard. Ce dernier point est capital parce qu’il met en question toute la politique US depuis que la présence prépondérante des islamistes a été admise. La politique de Washington était d’éloigner les “modérés” de cette tendance, de les armer lourdement, de les constituer en une force autonome capable d’équilibrer, voire de surpasser les forces islamiques au sein de la rébellion. Il semble bien que ce soit le contraire qui se produise, avec l’intégration grandissante de ce qui reste de forces “modérées” dans les rangs islamistes.

• Le constat d’une analyste qui vient d’effectuer un voyage d’étude en Syrie, qui est particulièrement intéressant. Selon ce constat, les forces régulières syriennes ont de plus en plus tendance à s’appuyer sur des milices, ou à se constituer en milices, sous l’impulsion et souvent l’encadrement de cadres iIraniens ou de membres du Hezbollah, et souvent aussi avec des Iraniens et des membres du Hezbollah à l'intérieur de ces milices pour en contrôler les structures. Ainsi les structures des forces soutenant le régime se rapprochent de celles des rebelles, ce qui leur permettrait éventuellement de mieux les affronter. A contrario, cela tendrait à diminuer le rôle des forces régulières syriennes, dans tous les cas dans leurs structures traditionnelles d’armée lourdement équipée (blindés, armes lourdes, etc.). Cette évolution tendrait à les rendre moins vulnérables à des interventions étrangères du type des “frappes chirurgicales” envisagées par les USA contre des infrastructures.

• Dans la logique de cette évolution, il apparaît que le rôle du Hezbollah et surtout de l’Iran ne cesse de grandir, jusqu’à constituer des réseaux de pouvoir influant très fortement sur la direction syrienne. Ce fait pourrait même poser à terme un problème à la direction syrienne et à Assad. Dans tous les cas, ce dernier élément témoigne de l’implication grandissante de l’Iran, par conséquent de l’élargissement du conflit non par sa géographie nécessairement mais par l’évolution des structures qui s’affrontent et de la nationalité et de l'orientation des forces qui s’y trouvent engagées.

10 commentaires:

  1. Attention à la propagande. La "baudruche qui se dégonfle" est un truc de politique intérieure, pour mettre du miel dans la boisson acide que doivent avaler tous les gogos qui ont voté "le changement c'est maintenant".

    Tous les médias français sont partis dessus depuis ce matin. Comme un seul homme.

    Ca c'est pour la galerie. Ce sont les mots. Les gauchistes qui entourent Hollande ont dû lui dire "on a été un peu fort là, il faut réduire le côté martial".
    Et voilà Neuneu qui parle ce matin de "solution politique"...

    Côtés faits : Hollande renforce la flotte. Les anglais envoient des avions à Chypre.

    Autre fait : les inspecteurs de l'ONU se barrent plus vite que prévu. "D'ici samedi matin".

    Etc. etc.

    La frappe contre la Syrie est inéluctable.

    La seule incertitude c'est la réponse du régime syrien. Le crétin El Assad agrave son cas en répétant ce matin "La Syrie se défendra contre toute agression".

    Tellement niais... le Système n'attend que cela, pour oblitérer Damas.

    En outre rappelons que El Assad s'est couché, après chaque attaque (agression !) israélienne (4 ou 5 fois depuis 2 ans).

    Bref le grand spectacle devrait commencer ce week end.
    Tout dépendra ensuite de la réaction du neuneu El Assad.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. neuneu... t'es un drôle toi ! Tu ferais quoi à sa place, rigolo ?

      Supprimer
    2. Il suffit d'être rationnel.

      -il réplique : on le pulvérise tout de suite

      -il se couche : il gagne du temps, peut jouer la carte victimaire, et grand seigneur ("malgré la lâche agression, nous avons décidé de laisser une chance à la paix" blabla)

      Mais soyons clairs : il sera pulvérisé. ;-) C'est le plan depuis des années, vous pensez bien que les USA ne vont pas lâcher prise.

      Le choix c'est tout de suite ou plus tard... Un choix simple à faire. Quand on a quelques neurones en fonction...

      Souvenez vous de Saddam Hussein (ou Kdhafafi). Cet homme était un crétin. il l'a payé de sa vie, alors qu'il aurait dû comprendre qu'il n'avait aucune chance.

      Donc je repose la question : El Assad sera t il l'énième neuneu moyen oriental à se faire dégommer, ou bien prendra t il le temps de réfléchir ?

      Supprimer
    3. Qu'il se couche et il est pulvérisé par ses ennemis de l'intérieur... N'est pas neuneu celui qu'on croit !

      Supprimer
  2. Qui pourrait-être le neuneu d'après toi ? Fais un effort mec pour le trouver !

    RépondreSupprimer
  3. Attention à vos pronostics !
    Chopé sur RFI ce matin, cette info qu'Obama aurait publiquement dit que les options sont à l'étude mais qu'une "intervention militaire n'apporterait pas de solution au problème"... ça s'appelle une bonne mandale pour les militaires, ça !

    Donc, du côté des valets Fr-Uk, on se met au diapason et on dit qu'il est urgent d'attendre. Parce que sans preuves super crédibles pour coincer Obama, on aura l'air bien cons (si tant est qu'il soit possible d'en rajouter par rapport à la situation présente).

    La guerre ce week-end ? ça me paraît moins probable que de voir cesser le QE de la FED.
    N'oubliez pas qu'Obama est farouchement opposé à ce conflit ; il fera tout pour mettre des bâtons dans les roues des faucons. Et ça fait 2 ans qu'il le fait très bien.

    Vraiment il le mérite, son prix Nobel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Vraiment il le mérite, son prix Nobel."

      MDR

      Supprimer
  4. Selon la magistrate suisse Carla Del Ponte, ce sont les rebelles syriens qui ont utilisé du gaz sarin (toxique, interdit par le droit international). (le 5 mai)

    Aujourd'hui fin aout, des magazines comme ...... publient des photos chocs en titrant : les photos qui accusent. Mais qui accusent qui ??

    Belle manipulation.

    RépondreSupprimer
  5. On peut en regard trouver de très nombreuses citations qui invalident celle ci et qui montrent que les USA vont bien y aller.

    Il ne faut pas oublier que la guerre (concrète, sale) se double (toujours et maintenant plus que jamais) d'une guerre de l'information.

    Quant à dire qu'Obama mérite son prix Nobel, et qu'il est "hostile" à une intervention au MO, là tu te trompes lourdement:
    -Obama c'est l'homme qui chaque mardi révise LUI-MEME la liste des personnes à abattre par drone (article du New York Times qui n'est pas conservateur)
    http://tinyurl.com/8gks5lj

    -Oblabla c'est l'homme "Change Yes We Can"... qui n'a toujours pas fermé Guantanamo !

    Bref. C'est une marionnette. Comme l'était Bush avant lui. Ce qui compte ce sont les gens derrières, la véritable élite, l'état profond. Quels sont leurs objectifs ? Ces objectifs semblent être constants depuis 2001.

    12 ans...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.