mercredi 28 août 2013

La Grèce s'invite dans la campagne allemande

Schaeuble Admits Greece Will Need Another Bailout
ZeroHedge, 20/08/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
In the biggest non-news of the day, Germany's Finance Minister Wolfy Schaeuble finally admitted, officially for the first time, what everyone knows: Greece will need a third bailout. His exact words, as cited by Reuters, "There will have to be another programme in Greece," Wolfgang Schaeuble told a campaign audience in northern Germany, in comments that raised prospect of a step that could be deeply unpopular domestically just five weeks before national elections.



La Grèce perturbe la campagne de Merkel
Les Echos, Thibaut Madelin, 27/08/2013 (en Français texte en français )
→ lien
L'émission de Günther Jauch, qui porte son nom, est un peu le rendez-vous politique hebdomadaire en Allemagne. Diffusée le dimanche soir sur la première chaîne de télévision ARD, elle est suivie par 5 millions de personnes. Le débat portait avant-hier sur les abstentionnistes, mais très vite, il a dérivé sur le sauvetage de l'euro. « Nous parlons d'argent que, si ça tourne mal, la génération de nos enfants devra payer pendant trente ans », s'est ému Walter Kohl, qui n'est autre que le fils de l'ancien chancelier chrétien-démocrate (CDU) Helmut Kohl. Il trouve « irresponsable » la politique d'Angela Merkel, que son père surnommait « la fille ». Sa position, à moins d'un mois des élections, fait partie d'un bruit de fond potentiellement dangereux pour la chancelière, dont la campagne devait être un long fleuve tranquille. Ce plan a basculé la semaine dernière, lorsque le ministre des Finances a reconnu qu'Athènes aurait besoin d'une rallonge financière. Un cauchemar pour les contribuables allemands, qui se perçoivent comme les victimes de la crise. « Il devra y avoir un nouveau programme d'aide à la Grèce », a déclaré Wolfgang Schäuble. Depuis, le sujet qui devait rester tabou fait la une des journaux, qui rappellent avec délectation les promesses non tenues du gouvernement sur le coût des mesures d'aide aux pays en crise. « Sauvetage de l'euro : l'addition s'il vous plaît ! », a titré le quotidien économique « Handelsblatt » avec une caricature d'Angela Merkel en Pinocchio.

C'est tout le contraire de ce que propose le nouveau parti eurosceptique Alternative pour l'Allemagne (AfD), qui plaide pour une sortie de la Grèce de la zone euro. La formation profite du débat. Selon un sondage Emnid publié dimanche dans « Bild », elle a gagné 2 points et recueille 3 % d'intentions de vote.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.