dimanche 4 août 2013

Une vidéo qui interpelle

Une vidéo filmée en 1965, dans un village perdu du fond des Apalaches, à l'époque où toute la jeunesse US se jetait à corps perdu dans le hippisme libertaire, qui même s'il a accouché de belles pépites tout de même, était le point de départ de la grande conquête du tout marché et de l'idéologie de l'Homme Nouveau aculturé.

Prenez le temps de bien regarder, et apprécier. Chaque détail en dit long.



   Ces gens ont-ils l'air si malheureux qu'il fallait absolument pour le système détruire ça ?
   Qui s'amuse plus de ces gens là et de nos paumés d'aujourd'hui en boite techno qui sautent tout seuls sans cohérence, en foule, mais solitaires en réalité.

Et enfin, pour rentrer dans une logique de common decency à la Michéa, selon vous, cette scène est-elle de droite ou bien de gauche ? De droite car ça sent le "rance" pour les libertaires sociétaux et que tout ça n'est pas très métissé (Mélenchon ferait un malaise le pauvre), ou bien de gauche, parce que tout ça respire la solidarité réelle enracinée du quotidien, hors l'État ?

Enfin, sur ceux qui font une fixette absolue sur les juifs pour ce qui est de la promotion de l'idéologie de l'aculturation, du multi culturalisme, de l'immigrationnisme, du déracinement industriel, de la promotion du satanisme libertaire, je rappelle que ceux qui ont su remettre à l'honneur cette Amérique enracinée et décente avec ce magnifique film qu'est O Brother, s'appellent les frères Coen... Sans parler de Simone Weil et son livre De l'enracinement (qu'il va falloir que je finisse par lire, même si j'en ai déjà lu de multiples extraits). Comme quoi, rien n'est jamais simple en ce monde...

Pour finir, autre émission intéressante. Vous pouvez écouter un certain Jean-Claude Bourre sur Ici et Maintenant, en 2011, qui revient sur la guerre de sécession, avec un parti pris volontairement pro confédéré. Pas sur la question de l'esclavage, tout en rappelant quand même à quel point la ploutocratie industrielle et bancaire nordiste était raciste, mais sur la question de la décence commune, du mode de vie, de l'enracinement. Alors que derrière cette guerre, il y avait surtout la question de savoir si la ploutocratie industrielle et financière du nord arriverait à imposer sa logique au sud. D'une certaine façon, cette guerre, c'est un peu l'oeil de la pyramide du dollar contre sa base...

16 commentaires:

  1. Sommes-nous faits pour travailler ? (Paul Ariès) [Archive]
    http://fortune.fdesouche.com/
    une vidéo a voir de 8 min le discoure de Paul Ariès est magnifique

    RépondreSupprimer
  2. pas besoin d'aller si loin, tu as la même chose dans les campagnes françaises actuellement avec les fêtes du village et les danses folkloriques qui, loin d'être des archaïsme sont un vrai rituel élaboré d'un vrai vivre ensemble.

    RépondreSupprimer
  3. "cette scène est-elle de droite ou bien de gauche ?"

    Jean Ferrat (communiste) avait un avis très clair sur la question :

    http://www.youtube.com/watch?v=tkI5wGVjfX8

    RépondreSupprimer
  4. ça m'évoque les fest-noz bretons et les mutxiko qu'il y a par chez moi pendant les fêtes de villages, toutes générations mélangées, deux ou trois instruments (ici accordéon diatonique, tambourin, txirula (flûte traditionnelle)), des airs anciens, des pas de danse que tout un chacun connaît, et en avant. La fête quoi, dans son sens traditionnel, c'est à dire rythmant le cours de l'année, constituant une occasion de rassembler famille élargie et amis, et ne consommant rien d'autre qu'à boire et à manger (avec une préférence pour les produits locaux (ou autoproduits) de qualité).
    Tel que je le vis, dans ma subjectivité, c'est plutôt de gauche. Parce-que ça vient "d'en bas", parce-que ça consomme rien, parce-que ça résiste à la déculturation, parce-que ça crée du lien social au delà de la famille nucléaire et hors des affinités de classe, et parce-que ça ne contient rien d'élitiste ni de réactionnaire (antiféministe, classiste ou xénophobe).
    Cela dit, pour ma part je le perçois plutôt comme de gauche, mais dans la période de ma vie où j'ai vécu ailleurs cet attachement à ma culture était perçu par d'autres, également "de gauche", comme du repli identitaire contenant un potentiel dangereux. J'avais beau leur expliquer la chose dans tous les sens, ça passait pas. C'est en lisant Michéa quelques années plus tard que j'ai compris comment une (grande, visiblement) partie de la gauche se veut être "citoyenne du monde" en rompant avec les attachements culturels et affectifs de tout un chacun. C'est un truc qui me semble totalement antinomique, pour moi on ne peut pas authentiquement s'ouvrir à l'autre et s'enrichir mutuellement si on n'a pas chacun des racines, sin on n'a pas du contenu différent de celui d'autrui et à lui partager. Le comble étant ceux qui défendent (à juste titre) les combats indigénistes sud-américains tout en considérant les autonomismes européens comme réactionnaires. C'est aussi en lisant Michéa que j'ai compris qu'il y a aussi parmi ceux qui se classent à gauche des "bleus" (gauche libérale), et des "rouges" (actuellement relégués à certains mouvements anar et décroissants, et aux mouvements indépendantistes de gauche).

    RépondreSupprimer
  5. Le hippisme libertaire comme "point de départ de la grande conquête du tout marché et de l'idéologie de l'Homme Nouveau aculturé" je crois pas. Je crois que ce point de départ est à chercher bien en amont, et je crois que le hippisme est pluriforme, comme tu le dis il a aussi donné quelques pépites. Il a pu d'un côté donner la pseudo "libération sexuelle" (qui s'est faite au détriment des femmes comme le montre très bien Andrea Dworkin http://rememberresistdonotcomply.wordpress.com/2013/08/01/la-liberation-sexuelle-une-supercherie-pour-exploiter-sexuellement-les-femmes/), la transgression sans réflexion de fond érigée en culture etc., et dans le même temps ce même mouvement, dans d'autres ramifications, a pu approfondir des réflexions d'écologie politique, sur les ressources non renouvelables, sur la pollution, sur la vie hors-sol etc. Exemple parmi d'autres, les gens installés à l'époque dans le Larzac y sont toujours aujourd'hui et y ont fait un énorme boulot. On trouve aussi dans cette branche bon nombre de permaculteurs, et de "pionniers" de l'agriculture bio.
    On voit un peu la même chose dans le mouvement punk, qui a pu donner d'un côté un nihilisme autodestructeur ("no future", "sex drugs & rock'n'roll" et compagnie) accompagné d'un mode de vie ne respectant rien, et, là aussi à travers d'autres ramifications, a également donné le mouvement straight edge (refusant drogues, picole et sexe de promiscuité), très axé sur l'autogestion, le Do-It-Yourself (concept punk à l'origine), le fait de tout faire (à la fois musique et vie quotidienne) hors des circuits commerciaux.
    Dans le hippisme comme dans le punk, la version que les médias ont diffusée est évidemment celle qui transgresse tout et n'importe-quoi, et ne remet pas en question le consumérisme. Celle qui conserve de la décence, un sens de la mesure, et qui construit des alternatives au consumérisme, reste inaudible pour le grand public. La différence de fond entre les deux versions est que la première est entièrement déracinée. Je crois que c'est là qu'il faut chercher le point de départ du tout-marché et de la vie hors-sol. Comme le dit Ellul, l'humain est fait pour chercher du sens, du sacré dans sa vie, et là où la technique et le progrès désacralisent certaines choses en s'y substituant, l'humain va avoir tendance à sacraliser le progrès et à y chercher du sens (on voit où ça nous mène).

    "qu'il va falloir que je finisse par lire"
    bonne lecture :-)

    RépondreSupprimer
  6. A mon avis la seule chose qui importe a nos zelites ce sont l’endoctrinement et la propagation de leurs idéaux auprès de ceux qu’ils considèrent comme des indigènes ; ils ont fait la colonisation dans ce but(entre autres) après s’être fait virer ils ont voulu continuer en les important massivement en France puis en Europe afin de continuer a les coloniser ,les exploiter et les convertir mais cette fois ci chez nous (il faut donc une immigration peu éduqué ) ; il faut a tout pris qu’ils adoptent le modèle républicain laïc même si la France et son peuple doivent disparaître ; il faut qu’ils accèdent aux études (même si le cout a payer est de ramener le niveau très bas) ils ne faut pas les braquer être indulgent avec eux pour qu’ils épousent la doctrine républicaine ; ensuite ils iront propager la bonne parole dans le pays de leurs origines (ont commence a voir cette volonté dans les pays du maghreb, turquie..)
    gollum30

    RépondreSupprimer
  7. Une pépite des temps d'avant que la télé et le pc fassent de nous des bureauliers tristes, paresseux, aculturés. C'est très beau. L'envie de + en + partagée d'un retour à la campagne est certainement un réflexe inconscient collectif face à ce qui nous reste et ce qu'on a perdu. Mais le marketing de masse écrase tout sur son passage : il nous faut le dernier design, la dernière "évolution technologique", pour exister aux yeux des autres et à soi-même...

    RépondreSupprimer
  8. Otons les pieds de la foi et de l’Epée

    http://mitsahne.niceboard.com/t163-oratoresles-bellatores-laboratores

    RépondreSupprimer
  9. Les hippies acculturée...
    Il ont aux moins une culture musicale, artistique et agraire.
    Ils ont tué le lion (le lion est mort ce soir)
    Pas la culture.
    C'est bien agréable d'avoir le chef qui te parle directement plutôt que le ridicule manège d'autrefois
    comme il est agréable de quitter une famille étouffante ou déjantée.

    RépondreSupprimer
  10. Bel hommage aux danses d'antan mais qui ressemble un peu à nos danses de campagne. Je trouve cela assez émouvant surtout le regard des gosses et le fait qu'ils cotoient leurs parents et grand-parent dans ce moment de fête. On voit aussi tout le poids du patriarcat qui assure de son autorité le fait que personne ne "bouge".
    Sur les juifs, primo Simone Veil s'est convertie au catholicisme à la fin de sa vie, c'est dire son attachement aux valeurs juives. Deuzio, le monde actuel n'existe que par la "modernité" hexogène (pétrole + electronique), dans ce monde nouveau les juifs de part leur positionnement traditionnel ont été des heureux gagnants (ils privilégiaient le grand commerce grâce aux réseaux "diasporique" favorisé par le pétrole et la dématérialisation, de même leur élitisme culturel et scientifique leur a ouvert la porte des médias et donc de facto de la politique)
    In fine, c'est assez logique qu'ils soient plus visibles dans la société.
    Ce qui l'est moins c'est le fait nouveau de l'existence d'Israel qui les a fait devenir fous. Fous quand on dément le droit des palestiniens à vivre en paix, fous quand l'idéologie sioniste devient pretexte à epuration ethnique, fous quand tous les juifs du monde entier se sentent solidaire d'un projet guerrier et messianique qui à mon sens ne vaut pas mieux que celui d'hitler. Fou quand un peuple brillant comme celui-ci se revèle aussi terrible que ces anciens bourreaux.
    Et enfin fous quand on passe pour un fou à vouloir exprimer des doutes sur le pouvoir des juifs en général.
    Pendant mes études, on m'a initié au jeu des 7 pourquoi et quand tu fais cela sur le sujet des juifs en France, tu passes rapidement pour un antisemite car la logique des juifs poussent à ne pas accepter cette logique pour un non juif. Mais il en est de même pour tous les phenomènes religieux integristes ou sectaire. Le souci c'est que le tabou de la shoah devient une forme de religion (cf ahmadinejhad). Les medias ont crée un phenomène pavlovien qui veut que dès qu'un homme emet la moindre critique d'un juif en tant que juif, le reflexe automatique sous jacent, c'est tu aimes la shoah... bref, ce n'est pas intellectuellement et humainement acceptable. Nous devons vivre debout.
    Note optimiste, la fin du pétrole pas cher sonnera le glas du règne du commercant-banquier et le retour du local. C'est en-cours

    RépondreSupprimer
  11. einstein c'était poincaré, combien d'auteurs traitent des memes sujets et bizarrement l'histoire retient toujours les memes. S'il y a eu weil on en trouvera 10x plus pour dire l'inverse. Pas sur que le but des cohen était de rendre hommage à une époque révolue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien plus que ça.
      Poincaré : relativité restreinte
      Hilbert : relativité générale
      Louis Bachelier (thésard de Poincaré) : le mouvement Brownien
      Gibbs : un article sur la physico-chimie

      Il n'a fait que cela toute sa vie.

      Supprimer
  12. http://www.youtube.com/watch?v=2wbnpLdtzT4 fest noz Guissény 06/07/2013

    RépondreSupprimer
  13. Salut,

    Ca se passe près de chez toi aussi,
    Viens nous voir jouez au festi-banda de Lanton le 7 Aout à 19h, si tu veux cherches du traditonnel-local, tu trouveras mais pas forcément dans la forme que tu l'imagines.

    Je t'ai déjà croisé sur BI il y a quelques années.

    A plus

    RépondreSupprimer
  14. 2 fiches de lecture sur Scriptoblog - L’enracinement (S. Weil) :

    http://scriptoblog.com/index.php?option=com_content&view=article&id=242:lenracinement-simone-weil-&catid=53:politique&Itemid=55

    http://scriptoblog.com/index.php?option=com_content&view=article&id=852:lenracinement-s-weil-elements-pour-une-anthropologie-de-la-souverainete-par-dela-droite-et-gauche&catid=52:philosophie&Itemid=55

    rinper

    RépondreSupprimer
  15. Merci Tonio, c'est vrai qu'il y a quelque chose de touchant dans cette vidéo.
    Ca m'a rappelé une autre vidéo dans le même esprit que la tienne :
    http://www.youtube.com/watch?v=JWF1IuxXp3Y
    Les regards et sourires échangés sont magnifiques, juge par toi même si on peut même parler de "sublime" durant quelques instants.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.