mardi 10 septembre 2013

BAO 0 - monde multipolaire 1

C'est tout bonnement stupéfiant ce qui est en train de se goupiller sur la Syrie... Les russes sont décidément très forts... Ce Lavrov est étonnant !



Ça me fait penser au grand Echiquer de Brzezinski... Quand on joue aux échecs, faut pas s'étonner de se prendre une branlée contre les russes...



Je commence par un commentaire :
Il faut donner des détails pour que les gens comprennent.

- Tout est parti dans l'après midi quand Kerry à Londres a fait une bourde de com'. La fameuse question réthorique sur le fait que Assad pourrait rendre ses armes chimiques, "mais je ne crois pas qu'il le ferait pas".

C'est très clair : c'était une bourde languagière, pas du tout un script prévu.

- Ensuite, emballement. Les médias russes parlent tout de suite d'un "ultimatum".

- Ensuite la russie reprend la balle au bond : et en fait une "proposition".

- La Syrie "accepte" cette proposition !

- J'ai regardé la déclaration de Hillary Clinton (20h paris)(qui sortait de la maison blanche)... Elle a été très claire : "je soutiens la proposition de Kerry"... Transformant au passage la bourde en position officielle !
C'est totalement ahurissant.

- La confusion est totale. Car Obama doit (ce soir minuit) diffuser sur 6 TV une interview (mais enregistrée AVANT le barnum).

- Ensuite tout le monde a pris le train en marche: l'ONU, Fabius, Turquie etc.

- Mais Clinton a ajouté un truc important : "pour qu'une telle proposition fonctionne, il faut maintenir la pression militaire"... Sous entendu au Congrès : mes chéris, va falloir voter.

Voilà. Il s'agit peut -être de la manip' ultime. Faire voter le Congrès, autorisant une action militaire dans le futur, ce qui "maintiendrait la pression sur la Syrie"...

- Et le moment venu (car il est EVIDENT que ce deal ne se fera JAMAIS, Bachar n'abandonnera pas son énorme stock), utiliser l'autorisation.

Quel bordello !

Donc rappel :
- minuit, interview enregistrée d'Obama
- mardi : speech d'Obama
- mercredi : vote du Sénat
Même si, contrairement au commentaire, tout semble indiquer que cette histoire ira au bout.

Et le plus génial dans tout ça, c'est qu'alors qu'Obama va se prendre une veste au congrès, les russes lui offrent une possibilité de sauver la face. Tout le monde est content (sauf l'AIPAC, BHL, Fabius, Erdogan et les saoudiens).

Syrie : Obama salue une proposition russe "positive"
Le Point, 10/09/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Barack Obama a salué lundi soir la proposition russe de placer l'arsenal chimique syrien sous contrôle international, éloignant la perspective de frappes contre le régime de Damas accusé d'une attaque chimique qui a fait des centaines de morts. "Cela pourrait constituer une percée importante", a lancé le président américain sur la chaîne NBC, à l'issue d'une journée riche en coups de théâtre qui suscitait des interrogations sur la ligne directrice de l'administration américaine sur ce dossier. Reconnaissant qu'il était dans une situation difficile face au Congrès à qui il a demandé un feu vert pour une opération militaire, Barack Obama a cependant estimé que les dernières avancées étaient le résultat direct des menaces de frappes américaines. "Il aurait été improbable de parvenir à ce point (...) sans une menace militaire digne de foi pour traiter la question du recours à des armes chimiques en Syrie", a-t-il dit.

C'est Chauprade qui doit être content...   En même temps, juste d'un point de vue de l'image, il y avait quelque chose de sur réaliste ces derniers temps, à voir le BAO jouer le caïd de cour de récré, qui voulait casser la gueule d'un petit de la cour, discuter sereinement avec un autre grand qui essayait de le dissuader (les russes), pour savoir s'il allait pouvoir lui casser la gueule... Cette affaire marque un tournant. C'en est fini du BAO, seul grand de la cour de récré, qui fait ce qu'il veut, partout...

Salaud de Poutine qui vient peut-être de nous éviter une guerre mondiale ! J'attends de voir comment la pravda française va retomber sur ses pieds...

Génie diplomatique russe

4 commentaires:

  1. Surtout que cela correspond à la description donnée par O Todd: les russes sont une puissance stabilisatrice. Ils calment le jeu, face à une puissance déclinante belliqueuse les USA.
    Mais bon faut pas rêver: les USA ont un plan à long terme, la Syrie est dans la ligne de mire: ils flingueront El Assad tôt ou tard. La question est juste quand.

    RépondreSupprimer
  2. Oui ça va tellement vite, qu'il y a quelques erreurs dans le commentaire :

    -l'interview d'Obama a eu lieu après, lui permettant ainsi de commenter (positivement) la proposition russe

    -le sénat US a décidé de REPORTER son vote (initialement prévu demain mercredi).

    Bref... Deal secret avec Poutine pour que tout le monde puisse sauver la face ? Ou alors simple manoeuvre dilatoire des russes et des syriens ?

    Paradoxalement, la position d'Obama pourrait s'améliorer face au vote du Congrès (selon la logique de Clinton : "pour que proposition russe fonctionne, il faut maintenir grosse pression militaire sur damas", et donc un vote positif autorisant l'usage de la force dans le futur, constituerait le meilleur moyen).

    Toute l'affaire donne l'impression d'un moteur qui a calé... Mais la voiture n'est pas cassée. Le problème reste entier, et les enjeux également.

    Voilà pourquoi il est trop tôt pour annoncer la mort des USA.

    Même si Obama apparaît comme un piètre président, comme J.Carter. Indécision, volte face, opportunisme, et même légèreté.

    RépondreSupprimer
  3. La réalité des tractations n'apparaîtra jamais au grand public. Le contrôle de la Syrie permettait de :

    - contrôler le gaz syrien,
    - le passage du gazoduc vers l'Europe pour le gaz Qatari,
    - idem pour le passage du pipeline pour le pétrole saoudien,
    donc de rendre indépendante l'Europe vis à vis des russes (gaz notamment), tout en la contrôlant - les USA contrôlant l'Arabie, le Qatar et la Syrie, contrôleraient définitivement les européens.
    Et d'affaiblir la Russie, vis à vis de l'Europe par diminution de la dépendance aux ressources russes, et de l'affaiblir tout court par diminution de ses exportations.
    Sans compter l'assaut concomitant sur le bas Caucase par des groupes manœuvrés par les USA..
    Dans la foulée, les USA contrôlant les plus grandes réserves du monde - Arabie, Qatar, Surie - affaiblissait la Chine, dépendante d'énergie extérieure.
    Personne ne saura jamais ce que les Chinois et les Russes ont négocié avec les USA dans le jeu du "je te tiens, tu me tiens, par la barbichette...nucléaire, bactériologique et chimique..."


    Mais cette affaiblisssment de la Russie et de la Chine - car en contrôlant cette zone qui recouvre les principales reserves d'energie, les USA affaiblissait la Chine,

    RépondreSupprimer
  4. Comme d'habitude, l'actu a 2 ou 3 métro de retard sur la réalité.
    - Poutine et Obama se sont accordés dès le G20
    - Obama est contre cette guerre, mais il doit ménager ses lobbies militaires et l'AIPAC
    - Pour les mener en bateau, il doit faire croire qu'il veut la guerre, mais il s'est mis d'accord avec les Russes sur le joli coup-de-théâtre-de-la-dernière-chance.
    - Ca a marché, a priori tout le monde a gobé ça.
    - En fait les Russes ont compris qu'il valait mieux lâcher un peu de lest, ce qui permet à Obama de garder la face et de réfréner ses militaires.
    - D'un autre côté, Obama a entendu les signaux d'alerte de ses économistes, qui tiennent comme hautement probable un patatras économique en cas de conflit de haute intensité.

    Conséquence : on vous tiendra encore longtemps en haleine sur la Syrie ou l'Iran (ça fluctuera certainement au gré des modes médiatiques) on maintiendra encore des forces de déstabilisation là-bas, mais on maintiendra un statu quo général car nous sommes trop endettés pour nous permettre de nous priver des soutiens russes (énergie) et chinois (travail à prix cassé).

    Dans ce monde global ou désormais tout est interconnecté, tout le monde a trop à perdre pour faire joujou avec des missiles.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.