dimanche 22 septembre 2013

Bruno Bertez : Retour sur le « taper », la Fed dans les cordes ou bien encore Bernanke KO debout

Mister Market and Doctor Conjoncture du Samedi 21 Septembre 2013 : Retour sur le « taper », la Fed dans les cordes ou bien encore Bernanke KO debout Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 21/09/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Notre réaction à chaud sur la décision de la Fed de ne pas procéder à la réduction de ses achats de titres à long terme a été publiée sous le titre « Fed, no Exit, encore une fois. Le bonheur, c’est toujours pour demain ». Cette réaction à chaud débutait par un paradoxe puisque nous disions : « sans surprise, la Fed a reconduit sa politique monétaire ultra-accommodante aux termes de la réunion qui s’est achevée le 18 septembre ».

L’ensemble des observateurs a considéré qu’il s’agissait d’une surprise ; une minorité, dans laquelle nous nous rangeons, considèrent que s’il y a eu une surprise, c’est en sens inverse qu’il faut l’entendre. La surprise, c’est que Bernanke n’ait pas annoncé une augmentation du volume de ses achats de titres à long terme.

En toute bonne logique, à la fois la logique absolue et celle de Bernanke, ce qui aurait dû être annoncé, c’est une hausse du montant de ces achats de titres.

Les raisons qui justifient cette affirmation sont les suivantes :

1) La croissance espérée n’est pas au rendez-vous, la Fed est obligée de réviser en baisse ses prévisions de croissance pour 2013 et 2014

2) L’inflation, au lieu d’accélérer, se modère. Tenez-vous bien, on est maintenant sur un rythme annuel de 1,3% alors que l’objectif est à 2,5%. La hausse des prix est maintenant inférieure à ce qu’elle était avant les QE

3) Le conflit fiscal américain va recommencer avec ses débats politiciens et son cortège d’incertitudes

4) La situation intérieure américaine commence à se dégrader avec des fissures dans la reprise du secteur du housing et des résultats décevants dans le secteur de la consommation. Tout ceci est lié à la hausse du taux hypothécaire

5) La situation internationale est très mauvaise ; les capitaux refluent ; les monnaies chutent ; l’activité ralentit. Un cercle vicieux se dessine ; la baisse de la croissance pèse sur les producteurs de matières premières, ce qui en retour ralentit leur propre croissance et pèse sur la croissance mondiale

6) La stabilité financière globale est menacée ; le regain de fragilité des émergents incite les banques à se retirer et par conséquent à accentuer leur deleveraging

7) Au cours des dernières réunions internationales, tous les émergents + certains pays développés ont demandé à la Fed de ne pas prendre de décision qui aggraverait leur situation

8) L’élection allemande ouvre une nouvelle fenêtre d’incertitude, laquelle, conjuguée à un retrait de la liquidité globale, pourrait déboucher sur un regain des forces de fragmentation.

Vous le voyez, à l’énoncé de toutes ces raisons, si Bernanke était logique avec son analyse, il aurait dû non seulement ne pas envisager de réduire, mais envisager d’augmenter son quota d’achats.

Si, comme il le dit, il est persuadé que ses QE sont utiles, alors, il aurait dû les amplifier. Il aurait dû les augmenter pour des raisons intérieures puisque la croissance auto-entretenue n’est à nouveau pas au rendez-vous ; il aurait dû les augmenter parce que les forces de déflation reprennent le dessus. Il aurait dû les augmenter pour des raisons internationales puisque le monde global vacille en raison de la déstabilisation des émergents et que l’Europe est encore fragile, menacée par les risques de fragmentation. N’oubliez pas que le dollar est la monnaie de réserve mondiale. N’oubliez pas que le taux des Treasuries américains à 10 ans sont les taux directeurs mondiaux. N’oubliez pas que l’économie et la finance ne sont que des sous-ensembles d’un ensemble plus vaste qui est l’ensemble géo-politique global.

Un commentateur de la Deustche Bank, pas trop conventionnel, a écrit le 19 : « Le chemin du tapering américain va être rude. Chaque fois qu’on l’évoque, les marchés se disloquent. On pense que les taux vont monter et que les conditions vont se resserrer ». Nous pensons comme lui, à savoir que chaque fois que l’on va envisager de retourner en arrière, il y aura des éléments qui se manifesteront ici ou là, voire n’importe où, pour s’opposer aux réductions envisagées.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le système est un tout et que la modification d’un des éléments du système, comme la réduction des QE, peut avoir des conséquences imprévues, inattendues, à un endroit très éloigné que l’on n’avait absolument pas imaginé. La boucle de feed-back englobe tout. Nous vous rappelons la grande surprise des régulateurs américains lorsqu’ils ont vu à partir du mois de mai s’envoler les taux des Treasuries à 10 ans alors qu’ils étaient persuadés que ces Treasuries allaient continuer de bénéficier du statut de safe-haven et qu’ainsi ils seraient restés à un bas niveau malgré le début du taper.

Le gouvernement américain tout comme la presse et les gourous n’arrivent absolument pas à intégrer dans leur raisonnement le fait que le monde est global. Global non pas géographiquement mais organiquement : tout est lié. Si l’Inde a dû monter ses taux de 0,25 point le 20 Septembre, une nouvelle fois à la surprise générale, ce n’est pas simplement en raison de la situation indienne, c’est en raison des réaménagements qui sont en cours dans le portefeuille des actifs financiers internationaux. C’est un exemple parmi d’autres.

La solidarité, nous n’aimons pas ce mot, mais nous le prenons au sens strictement financier d’interconnexion, la solidarité systémique globale est cent fois plus forte que ce que tous ces gens imaginent. Les États-Unis ont tout, passez-nous l’expression, « vérolé », tout le monde est touché par le mal, par la mauvaise gestion qui sévit aux États-Unis depuis 30 ans. Les émergents ont accumulé 7,5 trillions, nous disons bien trillions, de réserves. Pourquoi pensez-vous qu’ils aient accumulé de telles réserves ? Ce n’est parce que ce sont des génies ou des gens doués, c’est tout simplement parce qu’ils ont profité des erreurs et des faiblesses américaines. Ces 7,5 trillions proviennent des déficits extérieurs US, proviennent du déferlement des flux de hot money. Ils proviennent aussi de l’effet d’entonnoir. Quand la Fed a gonflé son bilan et inondé le monde de liquidités et mis les taux d’intérêt à zéro, alors les capitaux sont allés à la recherche de rendements et ils sont allés se placer chez les émergents. Les 7,5 trillions de réserves des émergents ne sont pas le résultat de leur force, mais le résultat des faiblesses, des erreurs et du laxisme impérial. Or, ces 7,5 trillions sont en grande partie investis en titres américains, valeurs du Trésor, valeurs d’Agences du Trésor, valeurs Corporate. Et c’est ainsi que la boucle se boucle. Ce ne sont donc pas seulement les États-Unis qui sont dans l’impasse. Ce ne sont pas seulement les émergents qui sont en difficulté ; c’est l’ensemble du monde global qui est dans les cordes. Tout est devenu ingérable. Voilà la réalité que l’on cache.

La régulation mondiale est un véritable village Potemkine. On construit des édifices de carton-pâte avec l’aide des médias pour dissimuler la réalité d’une situation totalement délabrée. Le drame est que ceux qui sont aux commandes des affaires sont tellement intoxiqués qu’ils sont victimes de leur propre mirage, qu’ils sont victimes des illusions qu’ils ont eux-mêmes créées.

11 commentaires:

  1. Pas d'accord avec Bertez.
    On est en bon ordre de marche pour l'Occident Too Big Too Fail.

    C'est fini ; on a quitté l'orthodoxie économique.
    Il ne faut plus jamais raisonner comme avant.

    On en est juste à obliger les autres à continuer de nous filer leurs ressources contre de l'argent qui ne vaut rien (et Merkel va s'aligner).
    Ca tiendra tant que tiennent leurs oligarchies compradore. Et ça peut tenir un bout de temps.

    RépondreSupprimer
  2. et s'il fallait raisonner à l'envers !!!

    imaginez : d'abord augmentation de la volatilité, les bourses baissent fortement, les Tbonds aussi (on passe de 2,5 à 3%).

    C'est alors que la FED suit le mouvement avec un tapering qui devait arriver, tôt ou tard.

    de cette façon, elle n'est pas rendue coupable de la baisse (voir du krack), puisqu'elle arrive avant.

    yongtai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la bourse américaine ne peut pas baisser:sinon le système de retraites explose!la fed achètera ce qu'il faut comme elle le fait déja.le dow jones ne peut que monter,tant qu'il existera....

      Supprimer
    2. C'est ce que je pense aussi.

      Et ce faisant, on imagine que les inégalités déjà abyssales là-bas, doivent faire un bon de quelques dizaines de pourcent.

      On est en train de réinventer l'esclavagisme, avec un poil plus d'équité tout de même, même les blancs peuvent faire parti des esclaves.

      Ah que le système de retraite par capitalisation est dur à sauver !!!

      Supprimer
    3. je ne pense pas que "la bourse américaine ne peut pas baisser" et que "le dow jones ne peut que monter".

      en effet, les banksters gagnent sur la volatilité et sur les volumes. Hors s'il n'y a que la hausse, il n'y a plus de volatilité. De même, vu les niveaux de prix, il n'y a plus de volume, plus d'acheteurs.

      donc ca va baisser. Le "quand" et le "de combien" personne ne le sait évidemment.

      j'ai l'impression que vous êtes dans le "This time is different" (cf. Reinhart et Rogoff).

      et puis que vient faire ici "le système de retraites explose" ? tu crois que les banksters sont soucieux de cela ?

      yongtai

      Supprimer
    4. Les bankster veulent bien laisser tomber quelques retraités par ci, par là, mais liquider tous les fonds de pensions, ça sera un poil trop gros.

      Souvent on les juges débiles de tuer la poule aux oeufs d'or, pour une fois qu'ils la ménage ...

      Supprimer
  3. Et voilà le travail ! Triomphe pour la mégère Merckel.

    Le parti anti euro n'atteint pas les 5 % ! Tu vois, les veaux sont partout.

    C'est à vomir. Merckel va pouvoir continuer à enfumer le monde.

    Nous aurons donc :
    -QE forever
    -magouilles à la BCE, bailout en sous main
    -argent gratuit
    -le tout comme d'hab' avec le pathétique numéro de "bad cop" que joue Merckel Les Yeux Noirs depuis 2008

    Donc, mauvaise nouvelle pour BA :
    -le bordello européen va se poursuivre
    -maintien du status quo ("à tout prix" a dit Draghi, en parlant de l'Euro)

    ... On en prend pour PLUSIEURS ANNEES.

    Voilà pourquoi, il faudra bien que vous commenciez à comprendre que seule la faillite économique des pays comme la France, et du sud rendra possible un vrai changement politique.

    C'est triste à dire, mais c'est le seul levier, la seule solution.

    Donc vive Hollande, vive la polique socialo, leurs idées mortifères, leurs obsessions, l'immigration, les déficit de la Sécu, de l'état, des collectivités locales, des retraites.

    Il en faut PLUS. More !

    RépondreSupprimer
  4. Une news qui fait du bien. Et une spéciale dédicace à tous les crétins gogos gochos qui ici même, il y a quelques jours, montaient sur leurs grands chevaux quand on osait critiquer le Venezuela, et le saint Chavez.

    Bande de guignols.

    ***********
    The Venezuelan government is in a bind. They realize that 'the people' will stand-by idly as the nation's currency is devalued, as inflation soars, and blackouts continue as food shortages grow...(and the stock market soars) but take away a critical personal care item and the riots will begin. As Yahoo Maktoob reports, Venezuela's leftist government said Saturday it temporarily seized a major toilet paper factory hoping that it can end troublesome shortages of the staple personal care item. "The temporary occupation of [the toilet-paper manufacturing plant] is aimed at verifying that toilet paper industry production, marketing and distribution" are all in line with state policies, Vice President Jorge Arreaza said on Twitter, without indicating how long the takeover would last. This action follows 'nationalization' of large farms amid President Maduro's claims that the White House is plotting the "collapse" of his government next month by sabotaging food, electricity and fuel supplies.

    http://tinyurl.com/kshgy5y

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce qu'il faut être de gôche pour aimer Chavez ?

      Vous connaissez la définition du sectarisme ??

      Supprimer
    2. pareil que l'anonyme qu'au dessus. On pourrait quasiment faire une argumentation inverse:

      "spéciale dédicace à tous les crétins gogos droito qui ici même, il y a quelques jours, montaient sur leurs grands chevaux quand on osait defendre le Venezuela, et le traitre Chavez."
      Avec un lien montrant tel ou tel truc allant dans l'autre sens.
      Bref du grands n'import quois.

      Supprimer
  5. Je n'ai pas la même analyse sur la partie anty euro. Ne pas oublier que l'Allemagne est soumis a une propagande bien plus intense qu'en France et depuis bien plus longtemps. Qu'un partis créer il y a 7 mois dans un pays ou l'euro-sceptisieme n'a quasiment jamais existé en Allemagne c'est plutôt une énorme gifle ces 4,9% . On verra sur la durée, a suivre je pense.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.