mardi 10 septembre 2013

Hervé Juvin : "Nous ne sommes rien"

22 commentaires:

  1. Hervé Juvin toujours très pertinent

    RépondreSupprimer
  2. Très bonne intervention.
    Le "nous" n'existe que dans les délires bobo des journalistes.
    La femme est dépossédée de tout, y compris de ce qu'elle est. Face aux "n'importe quoi sauf de culture catholique blanc" qui revendique tous leurs cultures et origines, et couleur comme thuram, certains ne savent même plus ce qu'ils sont.
    Bienvenue dans ce qu'il reste de la France, la France d'après, métissée, déracinée, avec obligation de se la fermer, de disparaitre avec le sourire et d'admirer les "autres".

    RépondreSupprimer
  3. Juvin président. Il est trop bon.
    Nous sommes devenus rien. On efface notre Histoire, on renie nos traditions et notre religion....
    Vivement que tout ca revienne comme il le dit.

    RépondreSupprimer
  4. Intéressant, et ça me rappelle Benasayag sur le fait que refuser d'assumer le conflit ça condamne à l'affrontement https://www.youtube.com/watch?v=Cp5d45Fr3_c
    Pas d'accord en revanche sur ce qu'il dit à la fin sur les frontières. Je crois plus aux écotones qu'aux frontières. Et quand on regarde dans l'histoire d'avant l'uniformisation forcée, on a des exemples de civilisations profondément enracinées et développant des échanges de très haut vol avec d'autres traditions tout autant enracinées. La plus proche de nous géographiquement étant la civilisation romane, développée dans le territoire de l'actuel Sud de la France, et marquée par des influences grecques, nordiques (les "barbares", qui l'étaient moins qu'on le croit), arabes, perses, parmi d'autres.
    Autre exemple la culture basque, à laquelle j'appartiens, n'a pas eu bien longtemps des frontières autour d'elle (le Royaume de Navarre n'a existé que de 824 à 1512 et ses frontières n'ont cessé de fluctuer), pourtant on n'est pas morts et on résiste à l'uniformisation et au déracinement. Si un enfant Berbère, Tamoul ou Quechua demande au mien "et toi t'es quoi?" il dira tout naturellement "moi je suis Basque".
    Bref ce ne sont pas les frontières qui garantissent la sécurité et le fait de savoir qui on est, faut creuser plus loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "l'actuel Sud de la France, et marquée par des influences" .... "arabes, perses"

      Vous avez des exemples concrets...

      Supprimer
    2. La dernière influence perse du sud de la franc,e c'est le passage des Alains, sou le règle de Genséric (roi des vandales et des alains, les alains étant trop peu nombreux après la défaite d’Attila aux champs catalauniques pour désigner leur propre roi).
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Alains

      Supprimer
    3. @Caldera je tiens cette description de Simone Weil, entre autres dans:
      "L'Agonie d'une civilisation", article paru dans Le génie d'Oc en février 1943
      "Ecrits historiques et politiques" (1943, publié en 1960 chez Gallimard)
      Pour ce qui est des échanges avec le monde arabo-musulman, le comté de Toulouse était alors étroitement lié à l'Aragon, où vivaient à l'époque de nombreux Mudéjars. Leur influence a pu se voir entre autres dans l'architecture romane de l'époque (voir par exemple la cathédrale du Puy en Velay, qui fait penser à la mezquita de Cordoue).
      L'influence grecque et perse s'est exercée essentiellement aux niveaux philosophique et religieux (religieux au sens spirituel plus qu'ecclésiastique). Les cathares avaient repris beaucoup de choses de la philosophie antique grecque et de la pensée perse (manichéisme notamment). Et des érudits comme Gerbert d'Aurillac (le pape Sylvestre II) ont à l'époque beaucoup oeuvré à la diffusion de la philosophie et des sciences grecques et arabe.
      Pour ce qui est de l'influence germanique, elle est liée au peuplement wisigoth de l'Occitanie et de la vallée de l'Ebre. Wisigoths qui d'après Simone Weil ont beaucoup contribué au développement de l'esprit de la chevalerie, qui est, outre une corporation, une philosophie et une conduite morale.

      Supprimer
    4. C'est bien ce que je pensais.
      Avec le même procédé on peut parler de l'influence chinoise sur la région Nord pas-de-calais,
      Il y a des restaurants chinois et en 1914 des travailleur chinois y ont même séjourné...

      Avec les filiations intellectuelles c'est encore pire, on peut rigoureusement faire dire n' importe quoi à l'histoire.
      "des érudits comme Gerbert d'Aurillac (le pape Sylvestre II) ont à l'époque beaucoup oeuvré à la diffusion de la philosophie et des sciences grecques et arabe."
      Désolé mais c'est une légende...
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvain_Gouguenheim

      Vous croyez vraiment que vos exemple permettent de parler d'influence arabo-musulmane sur la Provence ?

      Quand à Simone Weil, c'est philosophe.

      Supprimer
    5. C'est bien ce que je pensais, votre question ne portait ni sur les grecs ni sur les wisigoths, mais plutôt sur les arabes.
      On sait pourtant que les grecs n'ont pas non plus séjourné durablement en France, peut-on pour autant en dire que la culture grecque est totalement étrangère à l'occident chrétien, sous prétexte qu'il s'agit d'une filiation spirituelle? Une telle affirmation ferait par ailleurs bondir Sylvain Gougenheim, à juste titre.
      Mais pour le reste cet historien ne fait pas l'unanimité parmi les médiévistes, c'est le moins qu'on puisse dire. Il faut dire que son peu de sympathie pour les arabes transparait un peu trop de ses écrits et le fait parfois déraper quelque-peu, ce qui est dommage.
      Il existe effectivement une légende autour de Sylvestre II (concernant ses soi-disant voyages en Inde, son usage de la magie etc.) mais pas concernant le fait qu'il ait étudié dans une université marocaine, puis séjourné dans un monastère catalan entre 967 et 970 où il a étudié l'astronomie et les mathématiques à partir de sources arabes.
      Pour ce qui est de l'influence hispano-musulmane en Languedoc et Provence, voir Philippe Sénac:
      Musulmans et Sarrasins dans le sud de la Gaule du VIIIe siècle au XIe siècle, Sycomore, 1980
      Histoire de l'Islam et des musulmans en France du Moyen Âge à nos jours, Albin Michel, 2006

      Simone Weil était effectivement philosophe, ce qui ne l'empêchait pas de se documenter quand elle parlait d'histoire.

      Supprimer
  5. File de suggestion saturée.
    Un petit lien : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/09/09/01016-20130909ARTFIG00820-securite-les-mauvais-chiffres-de-manuel-valls.php

    RépondreSupprimer
  6. c'est exactement le sujet du livre "le déclin" de David Engels, qui nous montre que l'Europe fait comme la Rome décadente, et s'embourbe dans les même problèmes, dont ce fameu "rien" : http://yoananda.wordpress.com/2013/07/21/revue-le-declin-de-david-engels/

    mais c'est déjà bien si certains s'en rendent compte.
    c'est du au traumatisme de l'echec de l'expérience raciste, on est passé a l'excès inverse.

    RépondreSupprimer
  7. C'est très vrai le problème que soulève Juvin.

    Les parents auraient au moins pu se définir auprès de leur enfant comme agnostiques ou athées. Être athée ou agnostique ce n'est pas rien, c'est être le produit de l'histoire de l'Europe et de la France.

    Ils auraient pu lui expliquer que dans les pays musulmans la liberté de conscience n'existe pas. Encore récemment un marocain vient d'être condamné à 30 mois de prison pour sa conversion au christianisme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Stiiiiiiiiiiigmatisation !

      Tu sais bien que le "logiciel" de nos compatriotes a été dûment réécrit, depuis maintenant 40 ans.

      Bien sûr que les parents auraient dû dire les choses, comme elles le sont. Dire que l'islam traite les femmes (et les non croyants, ainsi que les autres religions) comme... des "rien"...

      Que le voile est bien le signe de la soumission de la femme, comme l'islam est la soumission totale à Dieu.

      Que l'islam ne reconnaît pas la loi des hommes, en tout cas place la loi de dieu au dessus.

      Que... que... que....

      Bref, ils auraient dû expliquer, décrire les faits, rappeler l'histoire.

      Mais non.

      Car comme "Cédric" et "Cécile" (voir ci dessous) ces parents ont été lobotomisés...

      Mais avec encore -malgré tout- un éclair de lucidité : en effet, ils ne sont "rien" !

      Des victimes consentantes.

      Des "rien"... rien de plus.

      Supprimer
  8. Nous sommes les autochtones Européens :

    http://www.youtube.com/watch?v=JYvgvkKT0Ow

    RépondreSupprimer
  9. Bon alors faudrait savoir, on n'est surement pas rien, on est républicain, démocrate et laïque.

    Même en Europe, peu de pays peuvent revendiquer ces trois critères même si en pratique, tous ont mis en place des systèmes qui au final reviennent au même mais sans le revendiquer.

    Mais lorsqu'on se mets à trop souligner cette appartenance et surtout à la placer au dessus de toutes religions, alors on est accusé d'en faire une religion ...

    Le problème n'est pas qu'on est rien mais que c'est devenu tellement évident qu'on ne s'en rend même plus compte et qu'on ne se bat plus pour ces valeurs qui sont en train de sournoisement se corrompre.

    La république ? Les hommes politiques sont corrompus. Une monarchie monétaire gouverne nos pays.

    La démocratie ? Pas besoin de faire un dessin je suppose ...

    La laïcité ? Globalement, ça ne marche pas trop mal. Reste quelques musulmans a mater (la loi est haut dessus de la religion) et à rappeler aux juifs de France que leur pays, c'est la France pas la terre promise Israël. Et ça ne se passera pas trop mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Bon alors faudrait savoir, on n'est surement pas rien, on est républicain, démocrate et laïque."

      Cette définition des Français (voire Européens) n'est pas fausse mais très étroite et purement politique.

      C'est beaucoup plus riche et profond que ça l'identité d'un peuple.

      Supprimer
    2. on est républicain, démocrate et laïque.

      Le pauvre platon doit faire du vent dans son cercueil ...
      Si on est republicain, on est pas democrate. l'un est l'inverse de l'autre.

      Supprimer
    3. @Jay

      Je t'en prie donne nous ta définition de la république et de la démocratie ...

      A moins qu'il ne s'agisse d'une confusion ridicule avec les noms des parties politiques US ???

      Supprimer
  10. Programme d'histoire de seconde de cette année : "la construction du citoyen européen de l'antiquité jusqu'à nos jours", celui de géographie : "le citoyen et le développement durable". Véridique. J'en suis presque tombée de ma chaise lors de la réunion de parents de début d'année.
    Plus question d'instruction ni d'une quelconque transmission des savoirs mais de l'idéologie à l'état pur, voila où on en est dans cette saloperie d'éducation nationale.
    "La fabrique du crétin" aurait pu s'appeler en effet "la fabrique du rien".

    RépondreSupprimer
  11. être athée, pd, républicain, franc maçon, turfiste ou footballeur ce n'est pas une identité.
    l'identité c'est la référence à des ancêtres et à une terre. On peut résumer ça à : "une nation", "un peuple".
    le reste c'est du blabla de conno lobotomisé.
    fin du cours. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est ça une identité, alors effectivement Juvin a raison, c'est rien.

      On est juste là où on nous pose, génial.

      Supprimer
    2. T'as rien compris mon p'tit lapin.
      papa Juvin pense exactement l'inverse, il s'offusque de la réponse des décérébrés qui répondent "rien" à la question du gosse "qui sommes nous".
      Mais bon faudrait écouter et comprendre les mots...

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.