mercredi 25 septembre 2013

La supercherie "féministe" tombe le masque

Après Warren Buffett lors de se dernière conférence annuelle de Berkshire Hathaway, c'est au tour du FMI...

Les femmes vont sauver l'économie mondiale, selon le FMI
Le Figaro, Jean Pierre Robin, 25/09/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le FMI publie une note de trente pages sur la place des femmes dans l'économie mondiale. Si le travail des femmes était encouragé dans les pays développés et émergents, il constituerait un formidable tremplin de croissance, écrivent les experts du Fonds.

Envoyer les femmes à l'usine et aux caisses des supermarchés, dans le même temps que les familles se retrouvent à payer pour garder leur mômes, ou acheter des plats cuisinés, ça, ça en fait de la croissance (par simple marchandisation de services qui étaient rendus avant mais ne rentraient pas avant dans le PIB marchand)...

Et au bout de 30 ans de ce régime, tous ces pays finiront par se rendre compte qu'avec deux salaires, ils arrivent tout juste à se payer un T3 en béton plastique, que le prix de l'immobilier a explosé, qu'ils ne peuvent plus faire d'enfants, et que la mise au travail de tous a profité partout au détenteurs des rentes... Et puis avec de la croissance, on pourra remettre encore une grosse couche mondiale de groucho dette...

Quoi qu'il en soit, ça devrait tout de même titiller le cerveau des plus convaincues des féministes que ce soit la groucho finance qui se retrouve la plus zélée promotrice du travail des femmes...

Maintenant, je comprends tout à fait que les femmes ne veulent plus être totalement soumises à leur mari, mais est-ce que se libérer en soumettant in fine le couple entier à la rente est la bonne solution ? La libération par le travail salarié ? Comment dire... C'est juste un transfert de soumission... Et qui prône ce transfert ?

Femmes libérées :

13 commentaires:

  1. Les femmes veulent leur autonomie financière ET un mari qui gagne beaucoup d'argent.

    Elles veulent un mec viril mais pas macho.

    Elles veulent se venger de millénaires de patriarcat... Elles sont pleines de ressentiment et veulent tuer le phallus...

    http://www.dailymotion.com/video/xpd3nv_michel-sardou-etre-une-femme-annees-80_webcam

    http://www.dailymotion.com/video/x96vo_michel-sardou-marie-jeanne_music

    RépondreSupprimer
  2. Le beurre, l'argent du beurre et le braquemart du crémier, si j'ai bien compris.
    Savent-elles seulement que c'est impossible de tout avoir ?

    RépondreSupprimer
  3. Discotonio, complétement d'accord. Tout à fait juste comme analyse.
    L'important c'est de faire croâââtre le PIB.

    RépondreSupprimer
  4. c'est pas plutôt les grandes groupes les marques, qui ont récupérer la marchandisation de la femme et lexode rural le tertiaire les subventions, la féminisation des esprits et surtout l'individualisation des femmes qui préfère faire un bébé que de construire quelque chose sachant que les hommes sont les victimes de notre époque.

    RépondreSupprimer
  5. on peut aussi avoir des femmes profs d’universités, chefs d'entreprises etc..pourquoi voir que le négatif de la professionnalisation des femmes?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr.

      Sauf que justement, c'est toujours celles là qu'on entend expliquer aux caissières et celles à la chaîne que c'est top génial tout ça...

      Le féminisme à la Badinter...

      Supprimer
  6. Relativisons: "Les Japonaises se voient...femme au foyer"
    http://fr.news.yahoo.com/japonaises-voient-femme-au-foyer-064622612.html
    Tout est cyclique, on revient doucement aux fondamentaux comme disent nos amis les banksters.

    Appréciez au passage l'article rageur de Libé sur le mème sujet: "Japon: les femmes au foyer, les hommes au travail, l’avenir passéiste des jeunes"
    http://www.liberation.fr/monde/2013/09/25/japon-les-femmes-au-foyer-les-hommes-au-travail-l-avenir-passeiste-des-jeunes_934564

    Priceless

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Retour aux fondamentaux, ou désespoir de la part de ces femmes ?
      Peut-être qu'inconsciemment, elles se rendent compte que dans une société machiste au dernier degré, la moins pire des situations pour elles est encore femme au foyer.
      L'autre choix étant de bosser dans les boulots que les hommes ne veulent pas, à des salaires moindres que l'équivalent pour les hommes, dans des conditions pires.
      Combien d'hommes volontaires pour bosser comme caissière de supermarché, soit un boulot à 80% du smic, avec des horaires en gruyère (8h/10h - 16h/19h), donc des coûts et des temps de déplacement plus élevés, pas d'heures sup, etc... ?
      Avec de telles conditions, il devient presque rentable de se faire entretenir par une autre personne, même si passer toutes ses journées au foyer est ennuyeux et déprimant au possible.

      Supprimer
  7. les femmes qui pensent vous font peur ? les femmes indépendantes économiquement vous font peur ? bien sur c'est pas la joie pour toutes , mais dépendantes d'un con c'est pire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bizzare mais ma mère n'aurait pas dit ça. Peut-être que son problème c'est qu'elle soit née en 1956.

      Supprimer
  8. Ce quelles veulent c'est faire l'amour avec leur mari et rire avec leurs enfants ,le reste c'est de la programmation du systeme.

    RépondreSupprimer
  9. non ,elles veulent aussi se servir de leurs cerveaux
    une femme
    ps: de plus quand elles restent a la maison elles finissent par s'emmerder et du coup deviennent chiantes avec leur mari et tyrannique avec leurs gosses































    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.