mardi 10 septembre 2013

Le front Républicain se lézarde

Municipales et duels FN/PS : François Fillon relance le débat
Le Figaro, 09/09/2013 (en Français texte en français )
→ lien
L'ancien premier ministre a recommandé, en cas de duel aux municipales entre le FN et le PS, de voter pour le candidat «le moins sectaire».

En même temps, c'est une évidence... Y a qu'à réécouter les interviews du ministre Peillon sur la maçonnerie et le catholicisme...

Décidément, le père Fillon, lui, il fait de la politique. Il a déjà déclaré vouloir réduire fortement l'immigration. Il s'est déclaré contre la guerre en Syrie. Mais contrairement à d'autres qui gesticulent (cf Valls), il bouge les lignes afin de se mettre en situation de faire ce qu'il dit.

Cette barrière étanche entre l'UMP et le FN isolait l'UMP, la mettant à l'extrême de l'échiquier politique maçonnique autorisé, et donc à la remorque du PS, devenu central.

Visiblement, il veut libérer la fausse droite pour qu'elle puisse s'assumer. Sortir du piège. Il veut faire bouger les lignes, changer les alliances, constituer un nouveau corps électoral sur de nouvelles bases.

Je rate surement des trucs, mais c'est comme ça que je le comprends. En gardant à l'esprit que Fillon et Pécresse étaient aussi au dernier Bilderberg...

A suivre...

Mais il me plait de plus en plus ce Fillon...

En tous cas, ça doit commencer à pétocher sévèrement au PS. Quand on voit déjà le sondage à Marseille, qui met le FN devant le PS... A Marseille pourtant... Ville du vivre-ensemble officiel Plus-Belle-La-Vie...

Et ce qui est très intéressant au passage, c'est que la stratégie PS Terra Nova compatible de constitution de majorité en agglutinant les minorités, est un four complet. On voit bien que la clientèle visée par le festivisme immigrationniste, fortement enracinée dans une culture musulmane (même sans être pratiquante) goûte assez peu le festivisme homosexuel. Et dans le même temps, l'autre jour, deux copains homos de ma femme, fort satisfaits du festivisme homosexuel, expliquaient qu'ils voulaient quitter la Courneuve parce qu'ils n'en pouvaient plus du festivisme migratoire...

Tout ça est très rassurant. On ne fait pas de la politique en se contentant d'agglutiner les minorités contre la majorité... Ça va leur péter à la gueule...

14 commentaires:

  1. Mouais ... j'en suis revenu des mecs qui disent et qui ne font pas voir qui font le contraire de ce qu'ils disent.

    RépondreSupprimer
  2. Attention Tonio... Tu t'emballes de nouveau ! ;-)

    On commence à te connaître.

    Bon il faut coller au réel.
    -Fillon est un pur homme d'appareil, du système. Il n'a pas arrêté de répéter que "aucune alliance avec le FN", "parti pas républicain" blablabla
    -PM pendant de nombreuses années. On l'a vu dans ses oeuvres.

    Fillon est aimable. Un petit notaire de province. Aucun charisme. Aucune conviction (réelle). Mais gentil. Et parfois il parle avec un peu de bon sens.

    Mais sa "posture" pré présidentielle sonne tellement faux...

    En outre, le front républicain continue de fonctionner... et même au-delà de toutes les espérances des gauchistes... car le FN se renforce... augmentant ainsi sa capacité de nuisance contre la pseudo droâte "parlementaire".

    Bref, où tu le vois l'échec ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1
      stp Tonio, ne t'emballes pas comme ca !
      Tu nous fais souvent ce coup là, on sent que tu as toujours de l'espoir, mais ne t'accroches pas au premier poli-tocard qui balance une idée un peu près juste.
      Je te préfère critique et sur la défensive.
      là tu parles de Fillon, ancien PM, raclure, traite de la nation, comme les autres !
      !!!!!!

      yongtai

      Supprimer
  3. Rien d'étonnant à ce que le FN passe devant le PS dans ce qu'est devenue Marseille depuis WW2, quand on comprend le FN comme un vote de déracinement.
    Géographiquement parlant c'est très clair quand on regarde une carte de France: les régions les moins déracinées (famille élargie encore existante, maintien d'un reste de cultures paysannes orales et de leurs langues, influence de la tradition catho sur le quotidien plus présente) sont celles votant le moins FN ; les régions les plus déracinées (famille nucléaire, disparition de la culture rurale, laïcisation ancienne) sont celles votant le plus FN aujourd'hui, c'est à dire schématiquement le Nord-Est et le pourtour Méditerranéen.
    Le vote FN est bien plus fortement lié au déracinement et à la perte du sentiment intime d'être lié à un groupe et à une culture, qu'il ne serait lié au chômage ou à la proportion d'immigrés dans la population locale (sur ce dernier point le lien statistique est inexistant comme l'a montré Le Bras).
    Mais comme preque tout le monde est déraciné aujourd'hui, plus personne n'est capable de le comprendre, alors on fait des débats entre les "bleus" et les "blancs", aussi paumés les uns que les autres mais qui en agitant les bras bien fort font de l'audience pour la page de pub suivante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il me semblait que le FN faisait de bon score en Alsace dans les villages (très enracinés) et à Mulhouse (très immigrée).
      Du coup je ne comprends pas trop l'argumentaire repris par Norilsk.

      Supprimer
    2. Le vote FN est effectivement implanté de longue date en Alsace, qui est un cas à part de par son histoire: pays de culture germanique où le nationalisme français "abstrait" (issu de l'enthousiasme de 1789) s'est exprimé très fortement, d'autant plus lorsqu'ils ont été reconquis par l'Allemagne entre 1871 et 1918. La où dans d'autres régions le traditionalisme s'est longtemps traduit par des votes centre-droit ou "démocrate chrétien", il a pu se lier à une forme plus nationaliste en Alsace (en témoigne la quantité de drapeaux bleu-blanc-rouge que les particuliers accrochaient chez eux pendant une longue époque à l'occasion des fêtes nationales, alors que le reste du pays s'en foutait plus ou moins), en se reportant sur le FN. Mais le nationalisme issu de 1789 est déjà en soi une forme de déracinement car il ne correspond pas à un patriotisme populaire, comme l'a très bien décrit Simone Weil.
      Le vote FN en Alsace est en nette régression aujourd'hui, notamment dans le Bas-Rhin, à l'heure où le discours de ce parti change et prétend représenter les deshérités. On voit le même phénomène à l'oeuvre en Savoie, autre pays traditionnaliste. Et on voit aussi, en s'intéressant à un autre type de vote, que les régions les moins déracinées ont pour point commun d'avoir les plus gros (ou les moins faibles) scores électoraux du Modem, parti le plus ouvertement "chrétien". Par contre là où Savoie ou Alsace divergent des autres régions "tradis" sur ce point c'est que le vote Modem n'y est pas un pont vers le centre-gauche, alors qu'il en est un dans la majorité du territoire, notamment en Bretagne et autour, dans le Sud-Ouest, et dans le sud du Massif Central.

      En résumé ce qu'on observe en Alsace pour ce qui est du FN ne s'applique pas vraiment au reste du territoire français pris dans son ensemble.

      Supprimer
    3. @ NOrilsk

      "Le modem, parti le plus ouvertement chrétien."

      Les anti mariage gay ont été traité de vilain fachos d’extrême droâte, ne vous souvenez-vous pas ?

      Le modem, c'est plus la laïcité, le multiculturalisme, deux-cent mille "nouveaux" tous les ans...le cataplasme sur la jambe de bois sans faire de vague, en ne bougeant pas l'une si, d'extraordinaire, "on" décidait - mais ce serait une révolution - de ne pas déranger l'autre...

      Avancer que les régions les plus déracinées sont celles qui votent "le moins " pour le FN, est sans fondement, d'ailleurs 11.37 vous fait faire la moitié du chemin et je me propose de vous faire faire le reste :

      L'ile de France est la région qui représente le plus le déracinement : Les provinciaux qui "montent" à Paris pour faire carrière, les migrants, et les fraichement de souche mais dont la plupart ont des démangeaisons à la jambe qui leur a pourtant été amputée sous peine de gangraine,...) n'est pas, bien au contraire, la région qui vote le plus massivement pour le FN.

      http://referentiel.nouvelobs.com/wsfile/5851335523927.jpg

      Et bizarrement, la région qui représente le plus le déracinement, et bien... Vous oubliez d'en parler !

      Quant à savoir si l'on peut faire une généralité du "déracinement" des habitants PACAS...comme disait chaipuqui, en laboratoire, on peut faire tenir un éléphant par la queue à une falaise, accroché à une pâquerette... et vous en apportez la brillante démonstration.

      Vous avancez : "Le vote FN est bien plus fortement lié au déracinement et à la perte du sentiment intime d'être lié à un groupe et à une culture"

      C'est justement tout le contraire : J'avance pour ma part que le vote FN est lié au besoin de défendre un territoire, contre l'invasion et l’ingérence économique et de tous les effets pervers de cette gabegie...

      Supprimer
    4. Je parlais du caractère "démocrate chrétien" du Modem (héritiers du MRP de Bidault), pas de la fraternité Saint Pie X opposée au préservatif et à Vatican II. Ne mélangeaons pas tout.
      Être déraciné ne se résume pas à avoir quitté sa région natale pour aller vivre dans une grande ville. Il y a des migrants qui restent enracinés toute leur vie, il y a des gens qui sont déracinés sans jamais avoir bougé de chez eux. L'enracinement a plus à voir avec la satisfaction d'un certain nombre de besoins humains qu'avec l'environnement physique où on vit.
      "Avancer que les régions les plus déracinées sont celles qui votent "le moins " pour le FN, est sans fondement"
      ce n'est pas ce que j'ai dit, d'ailleurs je crois que vous faites un contresens dans votre phrase.
      Si j'entends le vote FN comme un vote de déracinement, cela ne veut pas dire qu'être déraciné implique nécessairement de voter FN. On peut très bien être déraciné et ne pas en être conscient ou s'en foutre voire s'en féliciter si à côté de ça on croit trouver du sens dans d'autres repères (quelqu'un qui cristallise plus ou moins cette dernière position est par exemple Jacques Attali).
      Il existe également des gens déracinés et à la recherche de repères sécurisants pour pallier à ce déracinement, le vote FN peut être pour eux une expression de cette recherche (sur ce point visiblement nous sommes d'accord, comme quoi tout arrive). Là où cela pose problème c'est que le patriotisme du FN a pour objet l'Etat (qu'ils souhaitent fort et autoritaire) et non le peuple. C'est une différence fondamentale, et c'est à mon sens un danger de ne pas la voir, car l'Etat n'enracine pas, au contraire, et s'en référer à lui ne résoudra donc sûrement pas le problème.
      "L'État est une chose froide qui ne peut pas être aimée mais il tue et abolit tout ce qui pourrait l'être ; ainsi on est forcé de l'aimer, parce qu'il n'y a que lui. Tel est le supplice moral de nos contemporains.
      C'est peut-être la vraie cause de ce phénomène du chef qui a surgi partout et surprend tant de gens. Actuellement, dans tous les pays, dans toutes les causes, il y a un homme vers qui vont les fidélités à titre personnel. La nécessité d'embrasser le froid métallique de l'État a rendu les gens, par contraste, affamés d'aimer quelque chose qui soit fait de chair et de sang. Ce phénomène n'est pas près de prendre fin, et, si désastreuses qu'en aient été jusqu'ici les conséquences, il peut nous réserver encore des surprises très pénibles ; car l'art, bien connu à Hollywood, de fabriquer des vedettes avec n'importe quel matériel humain permet à n'importe qui de s'offrir à l'adoration des masses." (Simone Weil, "L'Enracinement", 1943)
      Sur la question de l'Etat, lire également le bouquin du même nom par Bernard Charbonneau, écrit en 1949 et incroyablement visionnaire.

      Supprimer
    5. "L'enracinement a plus à voir avec la satisfaction d'un certain nombre de besoins humains qu'avec l'environnement physique où on vit."

      Mais l'un et l'autre sont intimement liés, c'est évident !

      Effectivement j'ai mis l'opposé de ce que vous avez dit mais la démonstration demeure correcte.

      "Si j'entends le vote FN comme un vote de déracinement, cela ne veut pas dire qu'être déraciné implique nécessairement de voter FN. "

      Alors là, pour le coup, c'est vous qui faites un contresens...:D

      Sérieusement, concernant la notion de déracinement, je croyais que nous parlions de politique, pas de psychanalyse et de vous conseiller à mon tour de vous renseigner, si ce n'est pas déjà fait, sur la "projection" en psychanalyse.

      Quand vous posez que le patriotisme du FN a pour objet l'état, je vous réponds qu'il a, au contraire, pour objet le peuple et la nation.

      Si par conséquent mon analyse n'est pas contradictoire d'avec le texte de Weil que vous présentez, j'y vois un constat et non pas une critique.

      Je conclurais sur Attali qui n'a jamais cessé de prédire et de se tromper....et dont les repaires personnels doivent au moins aussi souvent s'exprimer en chiffre qu'en lettres...

      Supprimer
    6. Oui l'un et l'autre sont liés, mais le premier ne dépend pas uniquement du second.

      J'estime qu'une grande partie du vote FN a pour origine un déracinement, et que ce vote exprime une recherche de repères. Pour autant, tous les déracinés ne sont pas en recherche de repères, et quand ils le sont, tous ne l'expriment pas de la même façon. Est-ce plus clair ainsi?

      Nous parlons bien de politique et non de psychanalyse.
      Je vous conseille quant à moi la lecture du chapitre "déracinement et nation" de l'ouvrage disponible ici http://classiques.uqac.ca/classiques/weil_simone/enracinement/weil_Enracinement.pdf dont voici un autre extrait sur la question du peuple, de la nation et de l'état
      "L'illusion de la Nation, au sens où les hommes de 1789, de 1792, prenaient ce mot, qui faisait alors couler des larmes de joie, c'était là du passé complètement aboli. Le mot même de nation avait changé de sens. En notre siècle, il ne désigne plus le peuple souverain, mais l'ensemble des populations reconnaissant l'autorité d'un même État ; c'est l'architecture formée par un État et le pays dominé par lui. Quand on parle de souveraineté de la nation, aujourd'hui, cela veut dire uniquement souveraineté de l’État. Un dialogue entre un de nos contemporains et un homme de 1792 mènerait à des malentendus bien comiques.
      Or non seulement l'État en question n'est pas le peuple souverain, mais il est identiquement ce même État inhumain, brutal, bureaucratique, policier, légué par Richelieu à Louis XIV, par Louis XIV à la Convention, par la Convention à l'Empire, par l'Empire à la III e République. Qui plus est, il est instinctivement connu et haï comme tel.
      Ainsi on a vu cette chose étrange, un État, objet de haine, de répulsion, de dérision, de mépris et de crainte, qui, sous le nom de patrie, a réclamé la fidélité absolue, le don total, le sacrifice suprême, et les a obtenus, de 1914 à 1918, à un point qui a dépassé toute attente. Il se posait comme un absolu ici-bas, c'est-à-dire comme un objet d'idolâtrie ; et il a été accepté et servi comme tel, honoré d'une quantité effroyable de sacrifices humains. Une idolâtrie sans amour, quoi de plus monstrueux et de plus triste ?"
      à lire en entier, avec ce qui précède et ce qui suit, pour une bonne perspective historique de la question

      quant à Attali je partage à son sujet l'opinion de Jean-Claude Michéa http://www.dailymotion.com/video/xfno47_le-nomade-attalien_webcam

      Supprimer
    7. L'argument qui voudrait que les électeurs du FN aient peur est un point de vue politique. Ce n'est pas le mien et je le justifie en avançant que ceux qui le défendent font une projection.

      "Oui l'un et l'autre sont liés, mais le premier ne dépend pas uniquement du second."

      Ben...si, la satisfaction d'un besoin dépend uniquement des ressources disponibles à la portée de celui qui a besoin...Croire que tous les besoins peuvent être assouvis, c'est ce que l'on appelle, sur ce blog, du festivisme...

      Quant à Simone Weil, sa bio précise qu'elle se serait suicidée en se privant de nourriture... J'avoue avoir un peu de mal avec la thèse d'une personne qui voudra me donner des leçons sur l'amour et qui se déteste elle-même...Un esprit sain dans un corps sain...

      Enfin prétendre que les électeurs du FN sont déracinés alors même que la plupart sont "de souche" constitue, de mon point de vue, encore une fois, un contrepied rhétorique amusant, mais pas convainquant.



      Supprimer
    8. - je parle de réels besoins, pas de fantaisies consuméristes. et au cas où vous ne m'avez pas bien compris je parle de besoins d'ordre moral, culturel et politique
      - Simone Weil était malade de la tuberculose et n'arrivait plus à s'alimenter pendant ses derniers jours. à ce titre-là les gens qui meurent de maladie grave sont tous suicidaires, vous leur direz. quant à imaginer que Simone Weil se détestait voilà qui est plutôt cocasse. Pourquoi pas Simone Weil dépressive et alcoolique tant qu'on y est.
      - vous continuez à confondre enracinement et origine ethnique
      - merci de cesser sur moi vos projections de projections psychanalytiques, je ne parle pas de peur mais de recherche de repères moraux, culturels et politiques. c'est une recherche que j'estime légitime, et je crois, pour les raisons précédemment détaillées, que les réponses qu'y apporte le FN sont erronées.

      Supprimer
  4. Je ne sais plus où j'avais lu ça :
    "Il a l'air très bien ce Fillon, dommage qu'il ne soit pas premier ministre".

    RépondreSupprimer
  5. c'est justement contre le fn, considéré comme sectaire.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.