lundi 30 septembre 2013

Méridien Zéro : la lecture sur le temps long du passage des Républiques à l'Empire mondialisé, puis l'effondrement de cet Empire

Émission très intéressante...

Pour l'invité d'ailleurs, le passage de la République à l'Empire a eu lieu progressivement après 45. Aujourd'hui, on en est à l'effondrement de l'Empire.

EMISSION n° 158 : "EUROPE MAD MAX"
Méridien Zéro, 28/09/2013 (en Français texte en français )
→ lien

http://meridienzero.fr/mp3/Meridien_0_27.09.2013.mp3 

9 commentaires:

  1. Je n'ai pas écouté et je ne connais pas leurs arguments, mais pour moi le vrai passage a l'empire, c'est la guerre du Vietnam (et le début officiel de la prise en compte de la propagande de masse dans l'appareil de guerre) qui coïncide avec leur pic pétrolier et donc la nécessité d'aller le chercher ailleurs.

    Après, ça se discute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tonio, tes liens taux européens doivent être mis à jour.

      Exemple : le 10 ans italien

      http://www.bloomberg.com/quote/GBTPGR10:IND

      Il prend 4 % ce matin. ;-)

      Supprimer
    2. @yonanda
      Je n'ai pas encore écouté non plus, mais si tu réfléchis bien, la prise de conscience de pouvoir devenir un empire a dû logiquement se faire en réalisant la capacité de projection de sa force. Donc en 45, quand toutes les armées alliées sont déployées, avec une industrie de l'armement qui produit et recherche à son maximum.
      S'en suivent d'ailleurs la guerre de Corée, la guerre froide, et d'autres théâtres d'opérations plus ou moins avoués sur les différents continents...
      Les conférences, de Yalta et à d'autres endroits du globe, pour se répartir le "gâteau" entre les 3 puissances alliées, ont sûrement été inspirantes.

      Supprimer
  2. Enorme ! Le gars de Market Ticker a eu son épiphanie John Galt !

    http://market-ticker.org/akcs-www?post=224712

    Superbe texte.

    Le mec a enfin compris. Bravo ! Je sens que cet état d'esprit ("mettons les en faillite") commence à gagner du terrain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut, tu pourrais nous présenter le gars de Market Ticker ? comment l'as tu connu ? depuis quand lis tu ses articles ? merci

      Supprimer
  3. Le théorème UMPS s'applique une fois de plus !

    Portugal, élections municipales. Les veaux pour "sanctionner" le parti au pouvoir... ont voté PS. L'autre parti... qu'ils avaient "sanctionné" avant !

    http://tinyurl.com/k6qy74o

    Bravo les gars ! Veau un jour, veau toujours.

    Décidément, entre des Allemands et Autrichiens totalement congelés dans leur status quo, et Espagnols, Italiens, Français, Portugais qui jouent à chaque fois le coup du balancier de la pseudo "alternance"... on n'est pas sortis de l'auberge européenne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et aux Etats-unis, au Japon, c'est pareil ...

      Si le choix, c'est crapule rouge, crapule rose, crapule bleu ou crapule noir, on peut comprendre aussi que le choix soit difficile.

      Il y a bien une solution : interdire plus de 2 mandats : 5 ans, 10 ans et retour obligatoire à la vrai vie, mais ça personne n'en veut, on aime trop nos maîtres.

      Supprimer
  4. L'opposition entre "économie de marché" et "capitalisme", que définit Fernand BRAUDEL, est justifiée par les symptomes de la crise systemique moderne. En effet, celle-ci se caractérise de plus en plus par sa disymétrie fondamentale entre "économie reelle" et "économie financiere/virtuelle": Les marchés sont bullesques et profitent pleinement de la liquidité des banques centrales qu'elles émettent a grand flots vers les parasites de "l'économie financieres" que constituent les banques et autres fonds spéculatifs dopés a l'HFTP (high frequency trading program) et idéalement situés au coeur des grandes places financieres. Le cerveau bicéphal est partagé entre BANQUE et POLITIQUE; on corticalise les actions en maquillant celles_ci de story tellings (propagande), mais, tout en négligeant la dimension sous jacente a tout développement "rationnel": l'instinct animal, ce fond primaire/primal reptilien , siege géographique profondément ancré de nos décisions qui les mène a prendre leurs désirs pour des réalités et qui pousse le monde a l'hallali. La cupidité humaine s'est donnée les moyens de sa prétention a soumettre son géniteur, elle a pour elle le pouvoir de corruption des Ames par l'arme financiere. Par l'inceste de ses rapports de puissance (addiction des addictions), le politique trouve son interet par la mansuétude de ses maitres ploutocrates, maitres qui maintiennent toute une hiérarchie d'etres dans une "servitude volontaire" qui confine au sectarisme: les rituels sont les "memes/schemes" partout, ils impliquent de croire en la légitimité de ses propres actes en toutes choses semblabes a l'ensemble (le un particulaire comme le multiple sont une unité d'ensemble, un corps tentacullaire (fractalisé) qui fonctionne comme un cartel maffieux répandus dans le monde).
    La dichotomie entre l'économie reelle/tangible et la sphere financiere parasitaire est continuellement inflatée (cf les milliers de milliards d'euros des actifs fantomes des "produits dérivés" comparés a la richesse du PIB mondial) le quantitatif a pris le pas sur le qualitatif a l'image d'un monde tourné vers le consumérisme comme religion intégrée ou la Nature s'exploite a outrance jusqu'a l'épuisement. L'AVOIR est surdimensionné a l'ETRE. Le désir de jouissance est un plaisir qui se pense bonheur. Le court termisme de la jouissance renouvelable confine l'Homme a sa rupture consommée d'avec la Nature. Cocon originel d'un Age d'Or dont il s'est émancipé depuis qu'il découvrit la propriété privée (c'est ce qui nous distingue fondamentalement des sociétés primitives).
    Notre avenir se situe probablement a mi chemin entre l'idéal archétypal de l'Homme Nature et l'idéal de l' Homme Nouveau. La necessité de sentir que le monde a du sens que si nos existences en ont aussi constitue le remede salvateur, on ne tue pas ce qui vous nourris. "il faut manger pour vivre et non vivre pour manger"!
    MASTER T

    RépondreSupprimer
  5. Le plus interessant dans cette intervention je trouve, c'est qu'ils font bien la disctinction entre la capitalisme et l'économie de marché. Pour moi c'était du pareil au même. Une réflexion à creuser.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.