vendredi 13 septembre 2013

Petit cours de dictature maçonnique et de "sectarisme" Fillonnesque

Peillon dans ses œuvres, et qui derrière son petit sourire affable, est surement le plus zélote de tous...



Je vous avais déjà mis des vidéos du bonhomme. Mais celle là vaut du point. Au passage il y reconnait que la révolution a consisté à renverser l'aristocratie pour y installer la bourgeoisie à la place, c'est le genre d'aveu très intéressant. Et il y confirme également que la bête à abattre est le catholicisme, alors que le protestantisme, c'est copain copain... Perso, je m'en fous, le catholicisme avec sa doctrine du bisou qui cogne et du tendage d'autre joue me fatigue, et il est en grande partie responsable via ses chouineries permanentes et son universalisme niais de sa propre mise à mort ainsi que de celle de son peuple par remplacement méthodique... Mais il est toujours bon de le savoir...


Ca, c'était pour les délires hors sol de nos zélites faillies zuniversalistes qui veulent instaurer l'Homme Nouveau, et sont désormais rentrées en guerre ouverte contre la nature même et les millions d'années d'évolution qui font que l'homme est homme. C'est d'ailleurs le genre de signes qui ne trompent pas sur un effondrement prochain de la dictature de cette religion qui ne s'assume pas. Quand la doctrine hors sol zuniversaliste en place en arrive à entrer en combat contre ce que les gens ont dans le tréfond de leurs tripes pour pouvoir poursuivre son agenda, on sait qu'on arrive à la fin (ou alors au début du totalitarisme)... La dictature maçonnique en est rendue à peu près au même stade que l'URSS des années 80...

Sinon, il y a ça, un petit cours de réalité vraie, par Christophe Guilly :
Guilluy : la bipolarisation droite-gauche n'existe plus en milieu populaire
Le Figaro, Albert Zennou, 19/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien

L'article est protégé mais vous pouvez le trouver ici également.

8 commentaires:

  1. l'article est payant

    http://fortune.fdesouche.com/322125-christophe-guilluy-la-bipolarisation-droite-gauche-nexiste-plus-en-milieu-populaire

    RépondreSupprimer
  2. Cher Tonio, n'avez vous pas une vision de l'Eglise Catholique justement au travers du prisme de l'école de François Peillon ?

    Vous critiquez l'agenda Peillon mais demandez-vous pourquoi c'est à l'Eglise qu'il s'en prend le plus violemment.

    Il y a peut être une raison qui vous échappe.

    Pourquoi l'Eglise a excommunié les nationaux socialistes dès 1930 ? Pourquoi elle excommunierait Peillon (en tant que FM) ? Pourquoi l'Eglise excommunie les communistes ?

    SJA

    RépondreSupprimer
  3. Pas d'accord sur la caricature du catholiscime que tu offre en pature à une critique un peu facile...
    L'universalisme n'a rien à voir avec la négation des identitées. Partout où le catholicisme s'est implanté réellement il a non seulement préservé mais approfondi et fait grandir les identités (j'ai dit réellement...). On ne va pas à l'universel par fleurs et les bisous, mais par les racines, en creusant, et c'est complètement différents (cf. Goethe etc..) mais il faudrait un livre pour en parler...
    La non violence, (toujours associée à la charité) et inscrite au coeur du message, n'est pas une idéologie, mais une provocation à laisser s'exprimer en nous ce qui nous pousse à l'empathie par opposition à la peur et à la violence qui en découle.
    Sans ce mouvements profond, nos sociétés seraient des enfers, comme l'on suffisamment prouvé au 19ième le résultat des expérimentations de révolutionnaires (Et le comble c'est qu'ils continuent à nous donner des leçons...).
    Tout ce qu'il y a de meilleur dans le judaisme est présent dans la religion chrétienne mais offert à tous les hommes... Enfin Il vaut mieux regarder les icones que les images sulpicienne pour lever un coin du voile sur ce message que nous comprenons souvent bien mal...(cathos ou pas cathos)

    RépondreSupprimer
  4. Observez la main droite de Peillon, il fait les cornes sans arrêt.

    RépondreSupprimer
  5. L'analyse de Guilluy est vraiment impressionnante, et donne matière à réfléchir.
    En particulier sur le fait que la gauche a joué la carte du vote "non au racisme" (ou même à l'extrême "racisme contre les blancs"), alors que la droite a joué la carte du vote "à fond le racisme".
    Et qu'aucun des deux ne s'est préoccupé de la majorité des 65% de la population qui constitue "la France périphérique". En gros, aucun parti pour les représenter, de ce que j'en ai compris, seule une minorité vote FN, et une immense majorité fait dans l'abstention.
    Là, ça a vraiment du sens par rapport à mon ressenti, que l'offre politique ne correspond pas à une majorité de la population, et que les délires des partis de droite comme de gauche sur les sujets "brûlants" (immigration, mariage homosexuel, sécurité, retraités, fonctionnaires, etc...) fatiguent plus qu'ils ne concernent cette majorité.
    Alors, quand est-ce qu'on commence à essayer de cerner ce qui les intéresse vraiment ? Et d'en débattre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "L'analyse de Guilluy est vraiment impressionnante, et donne matière à réfléchir."

      Oui ! A lire et à relire.

      Et dire qu'il y a quelques années encore on nous vendait les mythes de la "moyennisation de la société", de la "disparition des ouvriers", de "l'économie de la connaissance" et autres débilités...

      Supprimer
    2. Pour la disparition des ouvriers, ils ont parfaitement réussi leur coup, dans la tête des gens en tout cas.
      Les étudiants (et dans le reste de la population, c'est encore pire) considèrent qu'il y a 5% d'ouvriers, alors qu'ils sont 30% de la population active, en 2010.
      Source : vidéo à 02:14:20
      http://www.youtube.com/watch?v=cqIcOaKAX4k

      Vidéo qui apporte une vision très intéressante sur ce qu'est la retraite par répartition, et pourquoi la retraite par capitalisation est une arnaque qui ne favorise qu'une minorité vers la fin (donc pas le fromage à partager 40 ans après).

      Supprimer
  6. La maçonnerie est l'anti-église et cet homme, on le sait, arrivera à ses fins, temporairement.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.