samedi 28 septembre 2013

Rappel : de gauche ou de droite ?

1965, dans les Apalaches, alors qu'il n'y a encore aucune route pour s'y rendre facilement....

  

13 commentaires:

  1. HS, pour bien vous casser le moral en ce dimanche :
    https://www.youtube.com/watch?v=c5zUEpizojY
    Théorie du genre, encore pire que Huxley.

    RépondreSupprimer
  2. Ni de gauche ni de droite je pense.

    On parle d'art et de fête là !

    Ce genre de tradition existe toujours en Europe : sardanes, chants corses, musique celtique...

    RépondreSupprimer
  3. magnifique. on dirait que ça date du siècle dernier..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, ça date du siècle dernier, aux alentours de 1960 je pense.

      Supprimer
  4. Le grand écart morale en moins de 50 ans exemple prochain film de L gaga http://www.gentside.com/machete-kills/machete-kills-decouvrez-en-exclusivite-un-extrait-francais-du-film_art54499.html

    RépondreSupprimer
  5. Et pour l'humour ricain tu as cela :

    https://www.youtube.com/watch?v=sHTV2Qdfzs8

    I'm going through the big "D" and don't mean Dallas... Mark Chesnutt

    https://www.youtube.com/watch?v=U-p0zn3PijY

    Jerry Reed -- She Got The Goldmine (I Got The Shaft)

    ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Emballe pesé... Une nouvelle élection en Europe... un nouveau status quo.... "malgré une poussée de l'extrême droite".

    Autriche :la coalition UMPS locale au pouvoir... est reconduite.

    "l'extrême droite de Heinz Christian Strache environ 22%, une hausse de quatre à cinq points."

    "Une surprise se profile : la forte impression réalisée par un nouveau venu sur l'échiquier politique, le parti libéral NEOS qui semblerait, avec 4,5%"

    Voilà... Comme en Italie, comme en France, comme en Grèce, partout.... les vrais partis disruptifs (anti euro, extrême "droûate")... progressent... mais plafonnent toujours à 25 % !

    Et 25 % dans un environnement institutionnel dûment encadré et bloqué (lire "majoritaire")... ça ne donne RIEN.

    Le piège fonctionne à merveille. Année après année.

    Bref, il faut rappeler la seule vraie stratégie pour un vrai changement : "METTONS LES EN FAILLITE" !

    Seul la fermeture du robinet à pognon (le nôtre, les serfs)... conduira à la chute de ces pouvoirs corrompus et mortifères.

    -1-expatriez-vous, avec famille, patrimoine, entreprises, énergie et talents
    -2-ceux qui ne peuvent pas : réduisez vos revenus, réduisez votre consommation et vos investissements

    Dans le cas de la France, il faut bien comprendre qu'avec un tel levier... nous nous débarrasserons de la clique : Hollande, UMPS, Sarkozy, Baryou... et tous les guignols qui nous pourrissent la vie depuis 30 ans.

    Vous imaginez le plaisir ? L'opportunité ?

    Ces gens là nous dominent grâce à l'argent (le nôtre + la dette). Si on ferme le robinet, leur système implosera tout simplement, et avec lui leur pouvoir.

    "METTONS LES EN FAILLITE !"

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Tonio,tu connais?
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=4w_GT6vWU7I

    RépondreSupprimer
  8. Je pratique les "bals folk" toutes les semaines (et il y en a aussi en Aquitaine !), et effectivement, il n'y a aucune connotation politique. A ne pas confondre avec les soirées folkloriques, qui sont des démonstrations de danses "à l'ancienne", avec souvent une récupération politique derrière.
    J'ai aussi pratiqué les sets irlandais ou québecois, en Irlande et au Québec.
    C'est un moyen très pratique de rencontrer des gens sympathiques et ouverts, qui ne sont pas enfermés dans une logique individuelle de métro-boulot-dodo.

    RépondreSupprimer
  9. > Nous nous débarrasserons de la clique

    Ok, et après ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien à toi d'inventer la vie qui va avec ! Faut bosser un peu, hein.

      On te donne l'outil, le levier pour déboucher EFFICACEMENT les chiottes. Le seul.

      Mais ensuite, il faudra bien sûr créer un nouveau cadre, avec tous les risques que cela comporte.

      Je l'ai souvent répété : il n'y aucune garantie de succès.

      A moi de faire de la réthorique cheap.
      -tu me dis "ok et après ?"
      -je te réponds : "tu préfères rester dans la situation que l'on subit depuis 30 ans ?"

      Supprimer
  10. >-je te réponds : "tu préfères rester dans la situation que l'on subit depuis 30 ans ?"

    Au regard des 50.000 dernières années vécues par l'humanité et du niveau de vie matériel et démocratiques des autres pays dans le monde : OUI !!!

    Je ne suis pas contre le changement, mais "en mieux". Et là je vois que vous voulez "casser" beaucoup de choses imparfaites mais pour fabriquer quoi à la place ? C'est comme les anti nuc... qui disent "caca le nucléaire" mais qui nous proposent pire à la place à tous les étages...

    => pour se méfier des anti nuc (et autres anti tout) : http://pandoraspromise.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, il existe plein d'autres alternatives au nucléaire, et ce depuis longtemps. Mais la volonté politique de développer l'arme nucléaire sans en dévoiler le vrai coût a fait que le nucléaire civil a été outrageusement favorisé et sponsorisé. Au détriment des recherches dans tous les autres domaines de l'énergie (je ne parle donc pas que des renouvelables).

      Le vrai coût du nucléaire est une information soigneusement camouflée. Quelle part du coût en R&D a été payé par l'Etat ? De combien sont sous-estimées les assurances pour les risques d'accident (au Japon, l'Etat en est déjà de 37Md de sa poche, et ce n'est que le début : encore une parfaite illustration du "privatisons les profits, socialisons les pertes"), et les réserves pour le démantèlement et la remise en état des sites (coût et faisabilité inconnus, à priori infini et impossible en l'état actuel des données) ?
      L'Allemagne démontre jour après jour que la transition vers d'autres énergies que le nucléaire peut se faire d'un claquement de doigt : ce n'est qu'une question de volonté politique. Et économiquement, l'Allemagne en est déjà à vendre son électricité à la Suisse, mettant en péril les profits de ses centrales nucléaires. Et même sans volonté politique, l'exemple du Japon est encore plus frappant : il n'y a, au jour d'aujourd'hui, plus aucune centrale nucléaire qui délivre le moindre Mégawatt. Et pourtant, la société japonaise continue de tourner.

      Le nucléaire est emblématique de l'arnaque des 60 dernières années : les générations actuellement au pouvoir vivent à crédit sur le dos des nouvelles générations. Le vrai coût de leur train de vie ne sera payé que plus tard, quand ils seront vieux ou disparus, par leurs descendants. Et ce coût sera monstrueux, économiquement bien sûr, mais aussi éthiquement, moralement, en terme de sacrifice d'existences (Tchernobyl et Fukushima nous donnent un avant-goût du coût humain pour contenir les catastrophes écologiques de tout ordre) et de style de vie, etc...

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.