mercredi 2 octobre 2013

14 000 éoliennes abandonnées aux USA

14.000 EOLIENNES ABANDONNEES AUX USA !
Le Peuple.be via E&R, 27/09/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les États Américains ont été très tôt, les premiers bernés par la « religion » du vent, et ses apôtres !

Dès 1981, sous la poussée des « Evangélistes verts », les gouvernements de différents états américains, dont entre autres la Californie et Hawaï ont lancé la construction de ce qu’ils appellent les « Wind Farms ». Les financements de ces mégaprojets ont été évidemment payés par les taxes des contribuables. Comme en Belgique des taxes payées par les Citoyens….

Il a fallu dix ans pour se rendre compte que les éoliennes n’étaient pas rentables pour des raisons évidentes : énergie intermittente donc rendements totalement insuffisants, coûts de maintenance et coûts de fonctionnement extrêmement élevés…… car pour que les mécanismes des éoliennes ne se dégradent pas, il faut qu’elles tournent. Le comble, c’est de devoir les faire tourner quand il n’y a pas de vent !

Mais un autre dilemme s’est présenté, il a fallu arrêter les éoliennes quatre mois par an, car elles décimaient des milliers d’oiseaux migratoires. Un des sites d’éoliennes a recensés plus de 10.000 oiseaux tués sur une année !

Les financiers américains et les contribuables US sont des gens pragmatiques. Ils ont fait leurs comptes. La bulle énergétique éolienne n’était valable qu’avec les subsides des gouvernements des différents états. Et au grand désespoir de tous les lobbies et associations d’illuminés verts, les gouvernements ont décidés de tout arrêter. Le résultat global est apocalyptique en plus d’être une énorme perte financière.

Donc, depuis des années 14.000 éoliennes, croupissent, se déglinguent, rouillent dans les immenses « Wind farms » abandonnés à tout jamais. Des fortunes dépensées à la gloire du dogme vert.

11 commentaires:

  1. Heu...
    Ce n'est qu'une hypothèse, mais en mettant en exergue tous les articles présentés sur ce même blog qui parle de l'effondrement de l'activité économique, aux EUA en particulier, et donc l'effondrement probable de la consommation électrique, ou tout du moins sa stagnation, plus le fait qu'ils produisent de plus en plus d'électricité pas chère avec le gaz de schiste (donc sponsorisée indirectement, mais très fortement), j'en conclurai que l'analyse présentée dans le papier du peuple.be est à jeter à la poubelle, n'en pensez-vous pas de même ? Il s'agit juste d'une source d'énergie qui est moins sponsorisée qu'une autre, pas forcément qu'elle est moins efficace.

    RépondreSupprimer
  2. j'étais pour les éoliennes j'ai un cherché sur la question et en fait c'est une catastrophe:
    la production d’électricité par éoliennes produit autant de co2 qu'avec une centrale à charbon ou à fioul tout dans coutant 3x plus cher:
    une éolienne ne produit que 15% de son rendement théorique (pas assez de vent ou trop de vent elle ne produit pas), ça veut dire que 85% on produit avec des centrales thermiques qui en plus doivent s’arrêter et repartir quand l'éolienne produit, avec les forte pertes aux phases de démarrage et arrêt, au final AUTANT de co2 quand sans éolienne.
    en prime une éolienne dégrade visuellement le paysage et tue 500 oiseaux par ans dont des espèces protégée et coute bien plus cher.
    mais pour les neuneu ecogochostalinien c'est bien c'est LA solution (forcément c'est 'vu à la télé'), résultat un immense gachi et un enrichissement de groupes industriels par connivence.

    RépondreSupprimer
  3. C'est has been de miser sur du vent, à la Hollandouille.

    Le top, c'est miser sur le vide sidéral, le virtuel infini, la haute fréquence d'initier, le sans fond monétaire. L'esclavage volontaire est enfin accessible à tous !

    Demander votre compte virtuel, ouverture sans frais, mais commissions assurées par vos besoins, créés par nos soins, emballés dans vos Hi-monstres qui vous donne en plus l'heure gratuitement… Merci qui-qui ?

    Le progrès progresse, à condition de pédaler toujours plus, merci à vous de ne jamais vous arrêter. Il ne s'agit plus de gober, mais d'avaler.

    Misère.

    RépondreSupprimer
  4. "car pour que les mécanismes des éoliennes ne se dégradent pas, il faut qu’elles tournent"

    Je ne vois pas très bien pourquoi un moteur électrique se dégraderait à l'arrêt ?

    La maintenance, pas trop crédible non plus, j'ai un moteur de piscine qui tourne depuis 10 ans jusqu'à 12h par jour l'été et à l'arrêt complet plusieurs mois d'hiver, la maintenance, c'est zéro euros, rien, nada.

    L’intermittence n'est pas un problème tant que l'éolien est une source d'approvisionnement secondaire. Quand ça produit, fatalement, le gaz ou le charbon est moins sollicité même l’hydraulique peut être économisé.

    Reste à savoir si c'est rentable. C'est possible que ça ne le soit jamais, si on trouve des sources énergies nouvelles, mais si on reste dans le gaz, pétrole, charbon, ça le sera fatalement tôt ou tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "des éoliennes ne se dégradent pas, il faut qu’elles tournent"
      sur du long terme les mecanismes se degradent s'ils ne fonctioonent pas. La voiture de Mamy qui ne l'utilise plus depuis 5 ans verra une partie de ses roulements à changer à cause du micro brinelling et de l'oxydation exemple.
      pour les éoliennes on les fait tourner quand il n'y a pas assez de vent afin de reduire de couple resistant et donc pour qu'elles puissent être entrainées par la moindre brise.
      pour rappel le couple résistant au démarrage est au moins 10 fois plus élévé que le couple résistant en mouvement.
      Encore une fois un journaliste qui raconte n'importe quoi mais ça on le savait.

      Supprimer
    2. OK, je comprend mieux d'où vient cet légende qu'ils font tourner les éoliennes.

      C'est juste que s'il y a une chute momentanée de vent, il est plus rentable de consommer un peu d'électricité pour éviter l' arrêt complet.

      On peut même penser qu'il est rentable lors d'un petit vent de l'aider au démarrage pendant quelques secondes puis profiter d'une faible production pendant des heures.

      Supprimer
  5. En Espagne, le quart de l'électricité est d'origine éolienne :
    http://www.enerzine.com/3/15277+espagne---leolien-1ere-source-delectricite-pendant-un-trimestre+.html

    Ils atteignent les 45% d'énergies renouvelables. M'est avis que certains risquent à l'avenir de se sentir un peu couillons d'avoir un peu trop écouté les propagandes pro-fossiles et nucléaire...

    RépondreSupprimer
  6. https://www.google.fr/search?q=14000+wind+turbines+abandoned&oq=14000+wind+farm&aqs=chrome.3.69i57j0l3.8579j0j7&sourceid=chrome&espvd=210&es_sm=119&ie=UTF-8

    Manipulation, de toute évidence. Cet article de lepeuple.be ne citant de toute façon aucune source, on peut se torcher avec.

    RépondreSupprimer
  7. Selon Jancovici, le problème de l'éolien, c'est surtout qu'il nécessite une "doublure" par énergie fossile, pour satisfaire la demande les jours sans vent. Donc pour 100 MW d'éolien installés, on va devoir construire une centrale de 100 MW fonctionnant par intermittence, le plus souvent au gaz naturel.
    Donc c'est pas souple, et au niveau bilan carbone c'est moyen (sans être aussi négatif qu'on le dit). Mais en tout cas c'est pas la solution miracle.

    Le problème, c'est de réapprendre aux gens à se servir de moins d'électricité.
    Se rappeler que dans les années 50, la France tirait 60% de son électricité de ses barrages...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le PB de l'éolien c'est son intermittence "y en a quand ça souffle", et "réapprendre aux gens à se servir de moins d'électricité." c'est pas tout à fait ça, ce serait plutot "utiliser de l'electricité quand il y en a"
      et dans les années 50, on se chauffait au charbon et on était un peu plus de 40 million d'habitants.
      on y revient toujours le "croissez et multipliez" ça ne marche que dans un monde réellement infini.

      Supprimer
    2. Exact.
      On apprendra à consommer l'électricité quand il y en a (dans des îles d'Indonésie, il n'y a d'électricité que le soir et tout le monde fait en conséquence), tout comme on consommera fruits et légumes en saison.
      Bon, ça c'est pour nos enfants.
      Nous on peut se permettre de vivre encore quelques temps de manière artificielle...

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.