lundi 7 octobre 2013

Bruno Bertez : De la question Rom à la question du Front National

Politique Friction du Lundi 7 Octobre 2013: De la question Rom à la question du Front National Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 07/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Il faut faire échec à la stratégie des socialistes Solfériniens de manipuler et de fausser le débat et la représentation politique.



Nous avons signalé depuis plusieurs semaines la mise en place de la stratégie infâme de promotion du Front dans la perspectives des municipales et des européennes. Les médias aux ordres ont invité les leaders du Front, ils leur ont donné la parole avec une fréquence et une unanimité jamais vue.

Bien entendu, il s’agissait de les montrer, de les populariser. Chacun sait qu’il y a un rapport entre le nombre de fois où quelqu’un passe à la TV ou à la radio et sa notoriété. Ravis de l’aubaine, les représentants du Front se sont pliés à l’exercice et à la manip. On les a sorti de leur ghetto, ils ont été ravis, on les comprend, de sortir en pleine lumière.

Depuis Mitterrand, la stratégie est au point. On fait monter l’allié objectif Front National quand on en a besoin. Pour ce faire on lance des thèmes qui le sollicitent, on lui ouvre les portes des médias, on va même plus loin que cela, nous pouvons en attester, mais c’est une autre histoire, Restons dans l’officielle, la dicible.

La manœuvre est simple, elle consiste à faire monter le Front afin de réduire le poids de la droite classique et surtout de la diviser. Il est évident qu’avec une droite aussi stupide, cela marche à tous les coups. Les Fillon, les Copé se sont crus obligés de se battre sur le champ de bataille balisé par les socialistes et leurs médias complices. Et nos naïfs de prendre position sur la question du Front. Ah les braves gens, il suffit d’appuyer sur le bouton et les voilà, Pavlov professionnels, qui répondent comme on souhaite qu’ils le fassent.

La stratégie consiste à porter la division en de multiples endroits de la droite afin de réduire son poids et ramener sa partie institutionnelle au niveau d’un rapport de forces gérable par les socialistes. Bref, il s’agit, par la stratégie, de favoriser sinon la constitution d’un Front Républicain mais d’un esprit de Front Républicain, Il s’agit en fait, de nier l’opposition qui se manifeste globalement par le rapport droite/gauche très en faveur de la droite, et de reconstituer le fameux bonnet blanc-blanc bonnet. Mieux même, si on réussit à passer à un système avec un seul bonnet pour deux, UMPS, c’est encore mieux.

Le résultat de l’élection de Brignoles était prévu, prévisible, anticipé, préparé. Désir n’a eu qu’à sortir , avec un peu de précipitation il est vrai, son discours sur le Front Républicain, sur le « faire barrage au Front National » pour que la mécanique se mette en branle, Diable, c’est le cas de le dire Diable, le Front devient le premier parti de France! Ah le danger fasciste, comme il est beau, comme il est utile! D’accord c’est un crime de gonfler pareilles billevesées, mais quel beau crime, bien-pensant !

D’abord Brignoles n’est pas la France, ce n’est même pas un test tant la situation y est particulière.

Ensuite, un vote de rejet, un vote sanction, n’est pas un vote d’adhésion.

Enfin, nous ne sommes pas en situation.

Le vote n’est même pas symbolique, l’enjeu n’est pas la conduite des affaires du pays, c’est un vote local, circonstanciel, dont on sait pertinemment qu’il ne porte pas à conséquence, c’est un défoulement. Voilà le mot, un défoulement sans conséquence.

Le monter en épingle est irresponsable.

Mais ce n’est pas pour cela que la question ne doit pas être posée: Est-il souhaitable, juste, prudent de priver les plus de 30% de gens qui se reconnaissent dans les idées du Front sans représentation?

Ajoutons au passage que la même question se pose pour le Front de Gauche.

Le barrage au Front National est une manière de confisquer, de neutraliser les votes de plus d’un tiers des Français! Et peut-être pas le plus mauvais tiers, c’est à voir. La proportion de forces vives, de travailleurs, de gens motivés au Front National nous parait supérieure à celle que l’on trouve chez les socialistes. De quel droit prive t- on ces Français de toute voix au chapitre politique, de quel droit se permet-on de dire vous êtes des sous-français? De quel droit même s’autorise-t- on à occulter les débats dont ils sont porteurs, sur l’immigration, sur le respect de l’ordre républicain, sur les valeurs nationales et familiales, sur la monnaie et l’euro, sur le racket fiscal, sur la désincitation au travail, sur le naufrage de l’école, sur la solidarité confisquée?

Au stade de décomposition, de destruction du tissu social et politique actuels, il est juste, sain, intelligent d’intégrer le Front National, ses électeurs, au débat et à l’expression politique: On ne peut rejeter les citoyens dans le primaire et ensuite arguer du fait qu’ils sont primaires pour leur refuser la participation au débat public. Les gens qui se reconnaissent dans les idées du Front sont des citoyens, ils doivent être traités comme tels.

Et que l’on ne vienne pas nous parler des imbécilités sulfureuses comme le racisme et autres billevesées, l’arsenal répressif du racisme, du révisionnisme existe, il suffit de l’appliquer et de ne pas marquer, comme on le fait à certains moments, des tolérances coupables.

La Bête fasciste n’est pas aux portes de la France. On peut accepter de parler des idées nationales, de la souveraineté, de la famille, des impôts, des charges excessives, du poids de l’administration, sans avoir la moindre tentation totalitaire. On peut même parler de l’immigration sans rougir et poser la question de savoir comment il se fait que la France ait honte d’examiner sa non-politique en ce domaine.

C’est le non-dit, le réprimé, qui sont dangereux car la conscience et le bon sens, alors n’ont plus prise.

Chassez la part d’ombre, refoulez là et, le reptilien, la queue du saurien réapparaissent…

C'est marrant ce qu'il écrit, parce que c'est ce qui m'est venu spontanément aujourd'hui autour du foin médiatique qui est fait autour de cette cantonale avec 66% d'abstention. 1) objectivement, cette élection n'est vraiment pas représentative, 2) le PS fait depuis 2 ans tout pour faire monter le FN, en ne parlant que d'eux, et en ignorant totalement l'UMP.

6 commentaires:

  1. "On peut parler du National sans avoir la moindre tentation totalitaire" ?
    J'attends de voir.
    Nation, tant de crimes on a commis en ton nom...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a commis tant de crimes en tant de noms différents...

      Supprimer
    2. J'abonde totalement !
      Allez visiter les ossuaires de Verdun, si vous êtes capables d'avoir ne serait-ce qu'un seul doute.

      Supprimer
    3. On a pas tuer plus pour la nation que pour la religion ou l'idéologie (communisme comme capitalisme).
      Seconde guerre mondiale (opposition, communisme, fascisme, capitalisme marchand), guerre de Corée (ouest/est), guerre du vietnam (doctrine du containment), tous les conflit interventionnistes des 3 dernières décennies sans compter le fait que la colonisation c'est faite sur l'idéologie de l'universalisme et du mercantilisme. Alors les nations comme cause de guerre merci mais pas plus que le reste. 14-18, 1870 et les guerres d'unification allemande et italiennes, je n'en vois pas beaucoup plus à mettre sur le compte des nations. La révolution et Napoléon dépassant très largement le cadre.

      Supprimer
  2. Bertez se trompe complètement. Les médias n'ont pas fait la promotion du FN, ils ont été obligés de le sortir de l'ostracisme dans lequel ils le maintenaient car ça commençait à se voir un peu trop.

    Marine Le Pen est déjà très populaire, pas besoin des médias pour que les gens se rendent compte qu'on leur ment et qu'on les b... de façon éhontée !

    Comme toujours les merdias courent après la réalité, ils ne l'actent que lorsqu'elle devient évidente.

    RépondreSupprimer
  3. Alors là j'ai du mal à comprendre Bertez : si % de voies est sensiblement égal à temps passé dans les médias, il ne faut pas s'indigner que le FN en ai eut plus qu'à l'accoutumé mais que le temps ne soit pas mieux partagé entre tous les partis. Pourquoi pas autant de Dupont-Aignan ,Asselineau et Chevènement que de Sarkozy/Hollande/Le Pen ?
    C'est en cela que le FN, malgré tout, fait parti du système, lequel ne se choisit comme opposant celui qui sera le plus facile à faire tomber quand il sera trop près du pouvoir.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.