mardi 15 octobre 2013

Bruno Bertez : Une interview à lire absolument- Arthur Grimes sur les politiques monétaires, les crises…

On a lu, vu et entendu du Vendredi 11 Octobre 2013: Une interview à lire absolument- Arthur Grimes sur les politiques monétaires, les crises…Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 11/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Arthur Grimes est un grand, un très grand banquier. Il a conduit pendant 26 ans la politique monétaire de la Banque de Nouvelle Zélande, une des banques les plus sérieuses et sophistiquées du monde. Il vient de quitter son poste.

Il est à l’origine des travaux et des innovations en matière d’inflation targeting et de forward guidance. Economiste, il a étudié à la London School of Economics. Ses travaux et conférences sont d’exceptionnelle qualité.

Il vient de donner une interview à Londres, il est peu probable qu’elle soit diffusée à grande échelle.

EN LIEN http://www.radionz.co.nz/national/programmes/ninetonoon/audio/2571176/former-reserve-bank-of-nz-chair-dr-arthur-grimes (RADIO EDIT NZ INTERVIEW du 1/10/2013)

→ lien 

En voici l’essentiel :

La Fed sans le vouloir rend les bulles de plus en plus fréquentes en promettant d’aider l’économie après que les bulles aient éclaté.

L’économie la plus puissante conduit des politiques qui produisent des booms des prix des assets . Cette politique complique la tâche des autres banques centrales et obère leur crédibilité. Il leur est difficile de mener des politiques crédibles.

Les investisseurs accumulent des assets malgré des prix qui font bulle car ils s’attendent à ce que, même si elles crèvent, les banques centrales prennent des mesures pour soutenir l’économie, ce qui très vite permet à ceux qui ont acheté des assets de retrouver les niveaux de prix antérieurs.

Notre commentaire: Depuis les années 2000 nous soutenons l’idée d’une régulation cynique par les bulles Nous soutenons qu’elles sont soufflées sciemment, puis crevées, puis nettoyées par la politique monétaire, le tout au profit d’une classe d’initiés systémiques que nous rangeons dans la catégorie des kleptos. Nous avons expliqué que c’était un gigantesque transfert de richesses, non fiscal, non décidé par les électeurs. Nous soutenons que cette volatilité systémique a sciemment pour but, à la faveur de la grande volatilité périodique de nettoyer les petits porteurs, de les spolier. On l’a fait deux fois, de plus de 50% depuis le début des années 2000. Et bien sûr, on va le refaire, la seule inconnue, c’est la calendrier. A lire et à relire chaque matin si vous avez le tempérament joueur.

Revenons à Grimes:

Cette politique est la plus grande erreur de la Fed. C’est la faute du « dual mandate » qui oblige à mener deux combats en même temps, lutte contre le chômage et lutte contre l’inflation.

Nous pensons comme Grimes., il n’ y a aucune chance pour que cela change tant que la catastrophe n’obligera pas à changer ; les États-Unis n’ont aucune raison de changer tant que les dégâts ne sont pas colossaux et surtout tant que ce sont les tiers et les pauvres qui paient.

Revenons à Grimes:

Il faudra beaucoup de temps pour que l’on change le mandat et revienne à la seule stabilité des prix.

Interrogé sur Yellen, tout ce qu’il a accepté de dire c’est que c’était une universitaire, une academic de qualité.

2 commentaires:

  1. "La Fed sans le vouloir"
    A mon avis la il est déjà à coté de la plaque...

    RépondreSupprimer
  2. En complément sur la politique monétaire, ne manquez pas cette courte analyse très pertinente et didactique de l'économiste Norman Palma :

    http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=6396

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.