mercredi 2 octobre 2013

Ce F35 si symptomatique de la décadence occidentale

Le programme du F35. Tout un symbole. 400 milliards de $ pour aboutir à un fer à repasser avec des ailes...

La perte de toute common decency commence à diffuser sérieusement dans toute la société.

Et c'est pas dur de deviner ce qu'il s'est passé...

   Les têtes les mieux faites partent toutes faire les quants dans la finance.
   Les entreprises ont pris l'argent public pour se goinfrer.
   Dans la hiérarchie, c'est la prime à l'incompétence. Tout en haut, on ne s'intéresse qu'aux résultats financiers et toute la pyramide ne travaille qu'à générer des reportings bidons, trafiquotés à chaque niveau.
   A la base, plus personne ne cherche à bien faire le boulot. Le seul but désormais, partout, c'est d'arriver à prouver que si c'est de la merde, c'est pas de sa faute. La motivation de la base est proche de celle d'un fonctionnaire tamponne papier de l'UNEDIC en fin de carrière.
   Le gars qui conçoit à la base est éloigné de la boîte mère par 4 liens de sous-traitance. Il y a 20 pays différents sur le projet. Pour un gars qui produit, il y a 3 à 4 gars à l'utilité douteuse (chefs de projets reporting, tamponne papier, commerciaux, producteurs de specs dans tous les sens que personne ne lit, armées mexicaines, etc etc...).
   Le niveau général a considérablement baissé.    La bureaucratie des multinationales empêche toute souplesse, toute audace.
   La complexité des problèmes croit exponentiellement quand les capacités à les résoudre croissent linéairement.

Il y a quelque chose des dernières années de l'URSS dans ce F35... Ou alors aussi les légions romaines d'avant la chute, qui avaient perdu toute discipline et ne valaient guère mieux que les barbares qu'elles étaient censées combattre...

Défense : le F-35 de Lockheed Martin torpillé par le Pentagone
La Tribune, 01/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le géant de l'aéronautique n'a pas mis en place de "contrôles rigoureux de qualité", accuse l'inspection générale du Pentagone. Elle a signalé 363 problèmes liés à la conception et à la réalisation du F-35 qui pourraient porter préjudice à la sécurité de cet avion.

Une enveloppe de près de 400 milliards de dollars

7 commentaires:

  1. C'est la crise des rendements décroissants de la complexité comme avancé par Joseph Tainter dans son best seller : http://yoananda.wordpress.com/2013/10/01/revue-travaux-de-joseph-tainter-sur-les-effondrements/
    l'effondrement des sociétés complexes.

    En fait ses travaux permettent une lecture sur beaucoup d'évènements qui se produisent actuellement, y compris la mouvance Soral. A rapprocher des travaux de Jared Diamond.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !
    Corollaire : faut bien entretenir les armées mexicaines de bras cassés avec l'argent public.

    Cf : la fable de la Fourmi et du Frelon.

    RépondreSupprimer
  3. Je travaille dans le R&D comme ingénieur (enfin, je travaillais puisque je suis au chômage depuis presque un an).
    Ma carrière a été un grand sentiment d'inutilité, noyé dans de la paperasse, dirigé par un management totalement incompétent et dont seule leur petite carrière compte. Ces gens la travaillent en mode guichet et ne sont que des RH locaux sans aucune vision. En tout cas jamais concerné par les produits a sortir ni sur leur qualité...
    Bref, c'est un metier qui en France, je ne recommande a personne ... c'est l'ennui total, a faire du word ou de l'Excel a longueur de journée.
    Le resultat est la , d'apres mes projections, en 2025 l'industrie en France sera a zero.
    Il nous restera le pinard, et la bouffe... et à vendre des tickets de nos musés aux chinois.
    Faire du vrai un R&D, ca il ne comprennent pas ce quie ca veut dire

    RépondreSupprimer
  4. Déjà entendu ce discours venant d'autres ingénieurs, pourtant dans des entreprises Françaises de renom.
    Je me demande s'il n'y a pas aussi des raisons épistémologiques à tout cela, en plus d'une gestion à l' AMD/NVIDIA.

    Je veux dire que nous avons au cours des siècles simplifier la base des connaissances de notre monde sur les paramètres nécessaires et suffisants à la mathésis, pour ensuite de manière fractale et ou constructale fabriquer des systèmes avant tout de " pensée ". Ce n'est pas anodin puisque cela est vecteur d'hétérotélie, de structuration de schèmes mentaux. Peut-être pourrions nous faire d'autres choix et emprunter d'autres voies scientifiques que celles sur lesquelles nous reposons, qui n'ont permis que la mutualisation des tâches et de la perte de vision holiste. Nous sommes en pleine inertie, lourdeur intellectuelle.

    Car soyons clair, nous ne faisons plus que de l'incrémentiel, et peinons à faire du radical.

    RépondreSupprimer
  5. "Car soyons clair",...
    Très drôle, et un peu abscons, non!

    RépondreSupprimer
  6. D'après ce que j'ai vu, ce qui a coulé le F35 c'est surtout un excès de confiance confinant à la bravade : faire un truc à la fois furtif, rapide, chasseur, bombardier à décollage vertical et marine ; bref le super-machin à tout faire.
    Le problème, c'est qu'à vouloir être bon partout on n'est excellent nulle part.
    Avec en plus des tas de galères au niveau conception, car on se repose trop sur l'électronique.

    Résultat : les Russes ont repris l'avantage avec les nouveaux Mig et surtout les Sukhoi qui déchirent tout.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.