mercredi 2 octobre 2013

Charles Gave : Libérez mon peuple … Let my people go

Libérez mon peuple ….Let my people go Par Charles Gave
Institut des libertés via Le blog à Lupus, Charles Gave, 02/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Tous les Cinéphiles se souviennent du grand film de Cecil B De Mille, ‘Les Dix Commandements » avec Charlton Heston dans le rôle de Moïse et Yul Brinner dans le rôle du Pharaon. Tout le monde se souvient aussi de Moïse levant son bâton pour séparer la Mer Rouge en deux.Ce départ des Juifs d’Egypte est resté dans la conscience de chacun comme le premier moment où dans l’Histoire, l’esclavage a été condamné en tant que tel.

Or, un bruit court en ce moment dans les couloirs de l’Europe selon lequel un ‘Remake » serait en préparation à Cinecitta, en Italie, avec Sylvio Berlusconi dans le rôle de Moïse et Mario Draghi dans celui du Pharaon, la différence essentielle étant que Berlusconi s’est fait rajouter des cheveux et que Mario Draghi ne s’est pas rasé la tète, mais l’histoire est la même: il s’agit d’affranchir un peuple entier de l’esclavage. Comment définir l’esclavage de nos jours? telle est la question a laquelle il me faut répondre ici.

Pour un économiste, c’est assez simple: est en esclavage dans un pays celui qui supporte un taux d’imposition marginal supérieur à 100%. L’esclavage est donc en progression rapide dans la France de monsieur Hollande, mais il s’agit là d’un autre débat… car c’est un esclavage qu’une partie des Français impose à une autre partie, ce qui n’ a rien à voir avec le départ des Juifs d’Egypte ou l’Euro..

Comme à l’époque de Moise, le but en Italie est la libération d’un peuple mis en esclavage par un Ordre Politique injuste, autrefois le pouvoir illimité d’un Souverain de Droit Divin, que dis-je, d’un Souverain Divin puisque représentant le Dieu Râ lui même, aujourd’hui la Libération des Peuples de l’Europe d’un système monétaire contre nature, que dis-je, totalitaire, mis au point en contradiction avec les règles les plus élémentaires qui régissent le fonctionnement d’une monnaie.

Car en effet, qu’est ce donc qu’une monnaie ? J’ai consacré de nombreuses pages de l’IDL à ce grand mystère:

Pourquoi tout le monde accepte t-’il d’utiliser la monnaie pour mesurer et échanger des valeurs marchandes alors même que la monnaie n’a aucune valeur?

Après bien des réflexions, je suis arrivé à la conclusion que la monnaie était constitutive d’une NATION ,mot interdit a Bruxelles , comme chacun le sait ou il est mal venu d’être Chrétien, Patriote et pro Européen tout en étant farouchement opposé à l’Euro, ce qui est mon cas depuis toujours. N’est »bon Européen » (à Bruxelles) que celui qui s’en va communier à Davos tous les ans dans la haine de ses racines (voir la tirade de monsieur Barroso contre Nigel Farrage le mois dernier).

Qu’est qu’une Nation demandait Renan,? Une Nation répondait il, c’est une Volonté de vivre ensemble, Pour qu’une Nation existe dans la réalité, il lui faut de plus un certain nombre d’outils , à commencer par un État qui aura le monopole de la violence légitime, une armée , une Diplomatie et une monnaie dans laquelle seront conclus tous les contrats liant les parties à l’intérieur du pays .Le taux de change de cette monnaie suivra les contradictions inhérentes à chaque pays dans cette volonté de vivre ensemble qui définit l’essence même d’une Nation.

Prenons l’exemple Italien.

A la fin du XIX siècle, le peuple Italien a décidé de s’unir en un seul état, ce qui était son droit le plus strict, en dépit des différences évidentes entre le Nord et le Sud de la Péninsule.Le Nord, librement, a décidé de transférer vers le Sud une partie importante des impôts prélevés sur le Nord, ceci se faisant par l’intermédiaire de l’état Italien, constitué à cet effet..De ce fait, le Nord de l’Italie est devenu moins compétitif qu’il ne l’eut été si la Nation Italienne n’avait pas été constituée.Pour parvenir à maintenir à la fois et le lien volontaire qui unit le Nord et le Sud et la compétitivité du Nord il a donc fallu procéder a des dévaluations récurrentes de la Lire Italienne .

Par exemple, de la seconde guerre mondiale à 2 000 (début de l’Euro), il est tout à fait évident que le Nord de l’Italie, transférait des Lires Italiennes au Sud tandis que les encaissements des sociétés du Nord étaient en fait en DM. Les dévaluations de la Lire permettaient de maintenir à la fois l’unité de l’Italie et sa prospérité. Depuis l’an 2000, le Nord ne transfert plus des Lires au Sud, mais des DM et donc le poids du Sud ne cesse d’augmenter et les sociétés Italiennes ferment les unes après les autres, les transferts entre Italiens étant remplacés par un endettement de l’état dont on sait bien qu’il devra s’arrêter un jour. comme l’exemple Grec l’a montré.

Vérifions à l’aide du graphique suivant.



Comme le lecteur peut le voir, les productions industrielles Italiennes et Allemandes de 1980 a 2000 ont connu EXACTEMENT la même croissance.

J’espère à ce point du raisonnement que ce même lecteur se souviendra des grandes déclarations de monsieur Trichet expliquant que l’Euro allait permettre la « convergence » des économies Européennes . Le lecteur averti remarquera que jusqu’ à l’arrivée de ce Frankenstein financier inventé a Paris, elles convergeaient très bien, sans l’aide de monsieur Trichet et que depuis elles ne cessent de diverger.

J’ai bien entendu le même graphique pour la France, le Portugal, l’Espagne, l’Irlande, preuve que les mêmes causes produisent les mêmes effets…

La France et l’Italie se retrouvent bien entendu avec beaucoup trop de transferts inhérents au maintien de leur pacte national, l’Espagne avec beaucoup trop de maisons , son pacte national sous attaque, et l’Allemagne avec beaucoup trop d’usines , ce qui ne surprendra que ceux qui n’ont pas lu mon livre « Des Lions menés par des Anes », âne, étant l’anagramme de l’ENA, bien sur.Bref, l’Euro comme chacun le voit est devenu l ‘instrument d’un appauvrissement inéluctable de toute l’Europe, Allemagne comprise. Les Allemands sont ruinés, mais ils ne le savent pas encore. Madame Merkel va devoir le leur expliquer, et je lui souhaite beaucoup de réussite dans cette tache impossible.

Il est temps, grand temps de libérer les peuples Européens de la dictature de Bruxelles pour que l’Europe puisse renaître et recommencer sa marche en avant, fondée sur sa diversité et non pas sur une dictature molle de gens non élus..Nous crevons du rêve de certains de créer une nation Européenne CONTRE les nations existantes. Il faut bâtir l’Europe AVEC les Nations existantes, et non pas contre elles.

Il est temps, grand temps pour le patriotisme de redevenir à la mode à Bruxelles.Le plus dur va être de tuer l’Euro en préservant l’Europe.Pour cela, il faudra compter sur la Suède, le Danemark, la Grande Bretagne qui ont su échapper au piège mortel de l’Euro tout en restant en Europe. Il est temps, grand temps, que Moïse (Berlusconi) libère le peuple Italien d’abord et tous autres les peuples Européens du carcan qui les étouffe.

Forza Italia!

Vivre libres pour ne pas mourir, telle devrait être la devise des Européens.

Notez que Berlusconi est lâché par ceux de son parti. Surtout que contrairement à Gave, je ne suis pas convaincu que Berlusconi veuille quitter l'euro. Ce gars veut juste sauver sa peau. Je serais quand même curieux de savoir ce que l'oligarchie mondialiste a promis aux gusses du parti de Berlu pour qu'ils le lâchent...

7 commentaires:

  1. Gave ne comprends pas, et toi non plus Tonio.
    Depuis le traumatisme de la WWII : nation = fascisme = famille = guerre dans l'esprit de beaucoup de gens.
    L'Europe c'est le projet de mettre fin aux nations pour mettre fin a la guerre. Et la fin des familles, le mariage gay, c'est exactement la même chose.
    Parce que la famille, l'enracinement, c'est de la que naît le fascisme, ainsi que la domination de l'homme sur la femme, etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement qu'on te connaît Yoananda, sinon on sonnerait immédiatement la "Troll Alert" !
      ;-)

      En tout cas, peu importe que Berlu veuille UNIQUEMENT sauver sa peau. Si ce faisant, il peut faire tomber le gouvernement Letta, et enfoncer un pieu dans le coeur du vampire bruxellois, franchement on ne bouderait pas notre plaisir.

      Bref, ça va se jouer aujourd'hui. Mais je suis peu optimiste : les pressions sur les députés du DPL doivent être absolument énormes et... réellement terrifiantes. Le gang des bruxellois ne va pas y aller de main morte (chantage, achat on peut tout imaginer avec ces gens).

      Supprimer
    2. Ce n'est pas du trolling, c'est de l'information. C'est ainsi que pensent les élites et beaucoup de gens (pour les élites c'est conscient car ça vient d'écrivain qui ont théorisé tout ça, pour les peuples c'est inconscient, a force de bourrage de mou).

      Et ce n'est pas totalement faux en plus. Après tout n'est qu'une question de rapport de force au final. Il n'y a pas de vérité que celle écrite par le vainqueur.

      Supprimer
    3. Bon sang.... C'est foutu. Berlu s'est dégonflé... et appelle à voter la "confiance" !

      En tout cas, cela valide une fois l'idée selon laquelle il n'y a aucun espoir à avoir dans une action "politique".

      Pour faire tomber la mafia bruxelloise... il faut TAPER AU PORTEFEUILLE.

      En les mettant en faillite.

      Retour donc au programme de base :
      -expatriation pour ceux qui peuvent
      -réduction revenus, conso et investissements pour ceux qui restent

      C'est le seul moyen. Asphyxie, réduction de la base imposable tout azimuth.

      Moins de thune, et c'est tout l'édifice qui s'effondrera.

      Supprimer
    4. C'est exact ; les pays c'est dépassé.
      On est rentrés dans une logique de blocs.

      Mais rassurez-vous : on reste unis contre tous les autres...

      La Chine s'est bâtie (pas facilement) sur l'idée d'une Harmonie universelle confucéenne. L'Europe, par contre, n'a pas de projet. Les USA, qui poussent pour intégrer les pays de l'est, en ont fait un gros gloubi boulga inorganisé et inefficace alors qu'eux ont un pouvoir fort et centralisé.

      Le problème de l'Europe c'est qu'il lui faudrait plutôt un dictateur sacrément éclairé.
      C'est pas gagné...

      Supprimer
  2. je connais mal Berlusconi mais je suis du même avis je le vois mal se battre pour la liberté, pour moi c'est un politicien qui se bat pour le pouvoir.
    La sortie de l'euro viendra plutôt des pays du Nord de l’Europe, ces pays qui ont une grand tradition de démocratie et de transparence (Norvège, Hollande etc) plutôt que des pays du Sud à la classe politique totalement corrompue (France comprise, pour rappelle depuis l'adoption du traité de lisbonne nous ne somme plus en démocratie en France)
    voir de l'Allemagne qui après le Nazisme et l'occupation de l'est à créer des des institutions très solides (le conseil constitutionnel est très rigoureux et est indépendant, rien à voir avec la France) et est très sensible sur le respect de la démocratie. Ça va forcement coincer à un moment

    RépondreSupprimer
  3. "est en esclavage dans un pays celui qui supporte un taux d’imposition marginal supérieur à 100%."

    Donc l'esclavage n'a jamais existé, à moins que quelqu'un n'ait un exemple d'esclave rémunéré et dont la rémunération est taxable pas l'état.

    Je suppose que selon l’économiste gâteux, un prisonnier a toutes les caractéristiques d'un rentier.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.