mardi 29 octobre 2013

Charles Gave : A propos d’Ethique ou un marteau est-il moral?

A propos d’Ethique ou un marteau est-il moral?
Institut des libertés, Charles Gave, 21/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le capitalisme est-il moral?

Telle est la question que de nombreux philosophes ou hommes d’église se sont posée depuis bien longtemps déjà. C’est à mon avis le type même de la fausse question. Demande t’on si un marteau est moral ? Le capitalisme est un outil, au même type que le marteau ou la faucille…On peut utiliser un marteau pour enfoncer la tête de son voisin ou une faucille pour lui couper la gorge et cela ne rend pas ces outils « immoraux »…

Le capitalisme est un outil qui existe depuis toujours et pour une raison toute simple : de tous les animaux, l’Homme est le SEUL à pratiquer l’échange.Des écureuils peuvent bien mettre des noisettes en réserve pour l’hiver (et donc épargner), il ne leur vient jamais à l’idée de les échanger contre un trou plus ensoleillé ou de donner une fête en l’honneur d’autres écureuils si par hasard ils ont trop de noisettes.L’homme, en revanche, cherche à se débarrasser de ce qu’il a en trop pour acquérir quelque chose dont il a besoin et dans cet échange volontaire, les deux parties sont gagnantes.

Au début, j’imagine que les transactions se faisaient par le troc à l’intérieur d’une même tribu, mais assez rapidement une nouvelle classe de gens astucieux a du émerger qui se rendirent compte que la tribu d’ à coté avait trop de viande de bison alors que dans leur tribu il y a avait trop de poissons et qui du coup se sont mis à arbitrer avec enthousiasme la viande de bison contre des poissons. Les premiers entrepreneurs étaient nés. Immédiatement, ils se sont aussi rendu compte qu’ils avaient besoin d’un bien intermédiaire pour stocker la « valeur » de leurs ventes dans le cas où il y aurait eu une pénurie de poissons ou de bisons, et la première monnaie était née, sans doute sous forme de coquillages ou de jolis cailloux brillants.

Et c’est la que les choses se gâtèrent (probablement)…

Comme le dit fort bien Bastiat dans son grand livre « Les harmonies économiques », il y deux façons, et deux façons seulement de s’approprier du poisson que l’on a pas péché ou des coquillages que l’on n’a pas gagné :

- soit on se met au travail et il faut rentrer dans le système d’échanges en offrant quelque chose que les autres veulent et les convaincre qu’ils en ont besoin,

- soit on trouve une façon de voler le produit du travail des autres.

Il n’y a pas de troisième solution. Et pour ce qui est de voler, l’inventivité humaine a été sans limites. La première idée a sans doute été pour un marchand d’embaucher les plus costauds de sa tribu pour taper sur ceux qui auraient voulu aller vendre des poissons à la tribu d’ à coté, pour s’assurer un monopole ( pratique connue depuis sous le nom de protectionnisme).Mal lui en a pris.Très vite, l’un des costauds a du se rendre compte qu’il pouvait organiser un syndicat des costauds dont il serait le chef pour capturer la rente ainsi crée.Le premier pouvoir politique était né, fondé non pas sur l’échange libre, mais sur la contrainte et la violence et sans doute pour s’approprier les profits crées par l’échange libre.Le vol devenait un moyen normal pour s’enrichir, pour peu que l’on ait la plus grosse massue, bien sur.

Nous voila passés d’un échange libre fondé sur des prix librement consentis à des échanges contraints dont les profits iront à celui qui à la plus grosse massue. Et depuis, il a toujours été plus facile d’envoyer les gendarmes pour m’obliger à faire quelque chose que de me convaincre de la faire de mon plein gré. Et donc, depuis toujours nous oscillons entre contrainte étatique (vol) ou échange librement consenti (commerce=capitalisme), les plus actifs dans l’organisation légale du vol étant hélas souvent des anciens entrepreneurs qui veulent transformer leur profit en rente

Je suis un entrepreneur et je suis l’objet d’une concurrence insupportable (axiome: toute concurrence est insupportable puisqu’elle me met en risque, ce qui est inconvenant). Je vais donc essayer de transformer mon profit – légitime puisque le résultat d’une transaction librement consentie entre les deux parties- en une rente. Pour cela, je vais aller essayer de demander le soutien de l’Etat (qui a la plus grosse massue puisqu’il a le monopole de la violence légale) pour empêcher mon concurrent de me faire du tort et je vais réclamer à corps et à cris sa « protection ». L’Etat, ou plutôt le personnel de cet État acceptera d’autant plus volontiers d’assurer cette protection si l’entrepreneur accepte de lui verser une partie de cette rente.

A terme, bien sur, le personnel de l’Etat exigera la totalité de la rente, ce qu’avait déjà fait le plus costaud de la tribu bien des siècles auparavant. Cris orfraie du rentier qui hurle à la spoliation maintenant qu’il en est l’objet.« Pour dîner avec le Diable, il faut une très longue cuillère » comme le dit la sagesse populaire. Et dès ce moment là, le capitalisme devient illégitime et cessant d’être légitime, il devient inefficace. Les poissons pourrissent par la tète disent les Chinois, et le capitalisme aussi…. Soyons clair.

Le capitalisme n’est légitime éthiquement que si le surplus dégagé par l’entrepreneur est le résultat d’un risque pris et assumé et la contrepartie d’un échec toujours possible. Si l’entrepreneur essaie de transformer son profit en rente, alors non seulement le capitalisme cesse de fonctionner mais en plus son remplaçant, l’étatisme de copinage est insupportable moralement. Venons en à l’époque actuelle, qui se caractérise par une grande poussée de la légitimité accordée au vol et par la condamnation morale sans appel de l’échange libre.

Que constatons nous aujourd’hui en effet ? Le plus costaud de la tribu est maintenant désigné non pas par la taille de la massue mais par des procédures démocratiques, le vote, ce qui est certes un progrès. Mais avoir la majorité ne veut pas dire que l’on a le droit de spolier la minorité : un vol reste un vol même s’il est sanctionné par une majorité (qui dans ce cas est une majorité…de voleurs).

L’insécurité juridique que cela crée rend toute croissance impossible comme l’exemple des pays socialistes l’a amplement prouvé. Or tout cela est non seulement nié, mais encore plus grave, complètement oublié dans nos sociétés. Comme le disait Saint Just, l’archange de la Révolution (bien sur, avant qu’il ne prenne le pouvoir) « l’ennemi de la Liberté Individuelle de chaque citoyen c’est bien sur son État » et nous en avons tous les jours la preuve. Ce qu’il y a de curieux c’est que la solution à tout cela existe et a été inventée il y a plusieurs siècles sous le beau nom de Libéralisme, qui n’est que la préférence accordée à la Liberté Individuelle pour la protéger contre la spoliation organisée par le Pouvoir. Le principe fondamental est simple. Ce qui assure la Liberté individuelle, c’est le Droit de Propriété, qui est antérieur et supérieur au droit de la majorité.

L’Etat est cependant un mal nécessaire, sinon on retourne au pouvoir exercé par celui qui a la plus grosse massue …mais parfois on en vient presque à regretter ces temps simples ou un voleur ne prétendait pas qu’il volait « pour le bien commun » . Il volait et c’était tout. Il ne se donnait pas la peine de nous assener des leçons de morale en sus. Entendons nous bien, nous avons besoin d’un État dans ses missions régaliennes, mais la question reste entière : qui nous protégera contre cet État. La réponse est, et a toujours été, le Droit.

Comme le disait Milton Friedman la liberté individuelle peut s’exercer dans trois sphères.

1. Sphère politique, c’est à dire la possibilité donnée à chacun de se présenter aux élections pour exercer les responsabilités, à tous les niveaux ou encore mieux de voter directement (Démocratie directe). Mais ceux qui détiennent le pouvoir politique ne DOIVENT pas intervenir dans les deux autres sphères, en aucun cas. Ils n’ont aucune légitimité pour cela.

2. Sphère sociale: pas de censure de la presse ou de la pensée, pas de religion d’Etat, pas de monopole dans les média ni à l’école, à l’Université ou dans les associations ou syndicats…

3. Sphère économique: Liberté d’entreprendre, d’embaucher, de débaucher de vendre, d’acheter, de travailler, de ne pas travailler, de gaspiller son argent ou de l’investir…

Et tout cela doit être garanti par une Justice totalement indépendante des trois sphères où s’exercent nos libertés d’où la séparation des Pouvoirs…Entre un pays démocratique qui n’aurait pas de Justice indépendante et un pays non démocratique qui aurait une justice indépendante, Milton Friedman, encore lui, disait qu’il fallait toujours choisir de vivre dans un pays qui a une justice indépendante. Bref, le capitalisme n’est ni moral ni immoral. Ce qui est immoral c’est la recherche de la rente, c’est à dire le refus du risque, de l’échec et de son pendant la réussite.

Et c’est de ce refus dont la France crève. Et ce refus est profondément immoral, puisque ce qui compte ce n’est plus de convaincre l’Autre qui peut prendre sa décision librement mais de capturer l’Etat pour pouvoir voler impunément.

Et ca c’est vraiment répugnant.

2 commentaires:

  1. Du Charles Gave droit dans ses bottes! Ce qu'il raconte me semble (j'ai lu en diagonale) tout à fait cohérent une fois admis les prémisses: "Le principe fondamental est simple. Ce qui assure la Liberté individuelle, c’est le Droit de Propriété, qui est antérieur et supérieur au droit de la majorité." Et la véracité de ce dogme est pour lui, je m'en suis convaincu au fil de la lecture de sa prose, intimement lié à son acceptation du caractère darwinien de l'évolution, du constat de Jacques Monod: "« L’ancienne alliance est rompue ; l’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’Univers, d’où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n’est écrit nulle part. A lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres. »

    Je pense que l'animal supérieur, a un destin, un dessein, immédiat (aucun destin, aucun dessein "intelligent" à long terme là-dedans): celui de maximiser son bien-être instantané. S'il a la capacité de mémoriser les situations qui lui procurent du bien-être ou du mal-être et de les transmettre à sa descendance (lamarckisme) alors il a le pouvoir de réflexion qui lui permet choisir de choisir un mal-être provisoire dans l'espoir d'un bien-être ultérieur: la recherche du bien-être n'est pas la recherche du profit. Si le droit de propriété et le capitalisme augmentent le bien-être de la collectivité, pourquoi pas. je ne vois aucune raison d'en faire un dogme. Ce que fait Charles Gave.

    Comme le note Disco dans le topic "Village utopique" Disco:
    "Et c'est con à dire, mais d'une certaine manière, leur communauté prise comme un tout, est bien plus libérale que le système qui prévaut partout."...

    RépondreSupprimer
  2. Comparer un marteau à une organisation aussi complexe et multiforme que le capitalisme, c'est plus de la simplification, c'est du simplisme.

    Et en vrac :

    "Les premiers entrepreneurs étaient nés", là il s'agit plutôt de commerçant.

    "besoin d’un bien intermédiaire pour stocker la « valeur »" stocker de la valeur ? les coquillages ou la monnaie ne permettent certainement pas de stocker de la valeur, un bidon d'essence, un silo à grain oui.

    La monnaie, c'est comme l'air qu'on respire, ça n'a aucune valeur réel mais sans elle, l'économie est asphyxiée.

    Si l'air que vous respirez pouvait vous être retiré, nulle doute que quelqu'un s'en chargerait et vous le louerait avec intérêt. Et Gave trouverait cela normal : capitalisme + propriété.

    "Ce qui assure la Liberté individuelle, c’est le Droit de Propriété" c'est loin d'être aussi simple. De tout temps la seule propriété réelle, c'est celle que tu as les moyens de défendre. Hors à notre époque, le défenseur principale de ta propriété, c'est l'état. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il peut en pratique tout te prendre.

    L'état étant à la source de toutes nos richesses à travers la protection (police, armé) et l'organisation (monnaie), s'il fonctionne mal, c'est aussi la source de beaucoup de nos maux.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.