dimanche 6 octobre 2013

Comment camoufler la faillite d’un pays

Comment camoufler la faillite d’un pays
Blog d'Olivier Demeulenaere, 06/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien

4 commentaires:

  1. Quel mauvais exemple !
    Pas étonnant de la part de "Gold-up", le site anti-finance qui vous demande du fric ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Superbe parodie ; décidément le film sur la fin de Hitler aura permis d'illustrer un paquet de dérives actuelles...

    RépondreSupprimer
  3. Difficile de parler de faillite à propos de la dette des USA (et de quelques autres pays d'ailleurs...) car à y regarder de près je pense que les banques centrales FED, BCE et BOJ peuvent encore créer pendant un temps assez long (voire plus...) de la "monnaie de base" puisque le monde entier en redemande....

    Certes les dettes des états ne seront jamais remboursées mais cela n'est pas nécessaire tant que les intérêts sont payés (lesquels en passant peuvent être payés par de la dette...) pas plus qu'il n'est nécessaire que le système bancaire soit en mesure, pour fonctionner, d'être en situation de rembourser tous les clients.
    En considérant que "la monnaie de base" permet d'engendrer 10 fois plus, voire davantage, en prêts bancaires (dont bien sûr les prêts aux états...) et que cette monnaie de base est presque gratuite pour les banques on peut parfaitement imaginer une augmentation importante des dettes des "grands états" sans augmentation pratiquement de la charge de cette dette (voire en la diminuant par utilisation des prêts courts). On peut même faire un raisonnement bizarre en prenant un exemple: BNP emprunte à la BCE 1 milliard pour 3 ans (ou moins, c'est sans importance d'ailleurs, puisque ces emprunts peuvent se renouveler, cela s'appelle, je crois, le refinancement...) au taux de 0,5 % - BNP prête cet argent à l'Etat Français (dans un cadre d'offres, bien sûr...) pour 2 ans au taux de 1,5 % donc gain de 1 % pour la BNP- L'argent emprunté par l'Etat retourne par divers canaux, via les comptes courants, vers les banques- Pour simplifier imaginons que ces sommes reviennent sur les comptes courants de la seule BNP- La BNP peut à nouveau utiliser cet argent récupéré sur les comptes courants pour les prêter de nouveau à l'Etat pour 3 mois par exemple au taux de 0,4 % - donc le même argent "monnaie de base" aura coûté 0,5 % et rapporté pour 3 mois 1,9 % (1,5 % + 0,4 %) - L'opération peut évidemment se reproduire à l'infini (avec comme limite toutefois les réserves obligatoires déposées à la BCE -actuellement 1 % des comptes courants, me semble-t-il...) - C'est pour cela, peut-être, qu'il a été possible d'accorder à certains états des taux négatifs sur des prêts très courts (une sorte de bonus, quoi !!!)

    Dans le contexte actuel le monde a sans doute besoin de ces dettes pour alimenter la croissance avec évidemment une accumulation formidable du capital, donc une inévitable concentration des fortunes et, pour éviter un dérapage trop important du système, un resserrage au niveau de la classe moyenne des pays occidentaux.

    Il y aura sans doute une fin à tout cela un jour... d'une manière ou d'une autre... peut-être même dramatique...car rien n'est immortel, "mors ultima ratio"...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.