mardi 15 octobre 2013

Défaillances d'entreprises : les pires chiffres trimestriels depuis 20 ans

Encore une commentaire :
Radio Moscovici ment, Radio Moscovici ment, Radio Moscovici est allemand.

"Défaillances d'entreprises : les pires chiffres trimestriels depuis 20 ans"

Un article édifiant, sur le massacre (silencieux) qui a lieu.

http://tinyurl.com/kocemeq

Et le neuneu Mosco qui continue de pérorer comme un poulet décapité (encore avant hier) : "la reprise est là".

Un tel niveau de stupidité, combinée à la veulerie, la lâcheté, l'hypocrisie... confine au sublime.

Il faut lire le détail de l'étude... La taille des entreprises, les créances fournisseurs à l'eau, donc un effet de cascade sur les fournisseurs...

Plus... ce sont les chiffres de T3... En aout, mort, et septembre mou et octobre encore plus mou (les retours terrain)... Bilan... on n'a encore rien vu.

Les ménages sont assommés à partir de septembre (solde impôts + CSG), plus taxe habitation et taxe foncière (novembre)... Ça va couper sévère... Cela impactera les entreprises encore davantage.

T4 2013 et surtout T1 2014 vont être un véritable "génocide économique" pour les PME, et les TPE.

Pile poile pour les élections. ;-)

Hollande et son gang d'idiots du village, VA MORDRE LA POUSSIERE.

Défaillances d'entreprises : les pires chiffres trimestriels depuis 20 ans
Le Figaro, Edouard De Mareschal, 15/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La réalité du terrain semble une nouvelle fois contredire l'optimisme affiché du gouvernement sur la reprise économique. Cet été, il n'y a jamais eu autant de redressements et liquidations judiciaires depuis 20 ans, selon l'étude trimestrielle d'Altares publiée aujourd'hui. Ils ont concerné 12.790 entreprises au troisième trimestre, soit une hausse de 7,6% par rapport à la même période l'an dernier. Le mois de juillet a été particulièrement meurtrier, avec plus de 5400 entreprises qui se sont déclarées en cessation de paiement (+8%).

11 commentaires:

  1. "Hollande et son gang d'idiots du village, VA MORDRE LA POUSSIERE.“

    Faux ! Ce sont les petits Français (- de 5000 € mensuel) qui vont mordre la poussière.

    Vous pas encore avoir tout compris… Holala il serait temps! Les Banques Assurances sont presque sauvées, encore 3-4 ans à ce rythme…!!!

    Il reste une ardoise (1trillon de déficit+ 2trillons de dettes officielles +2 trillions de retraites+ 4 trillions de pertes bancaires+ ce que l'on ne dit pas encore…), et elle est pour qui la petite ardoise ? Certainement pas pour les politichiens et autres mafieux ! faut pas rêver trop fort vous allez finir vous réveiller… Ah-Ah-Ah.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m’étonnes Hollande et compagnie s'en foutent bien pas mal, ils ont eu leurs tour de piste de 5 ans.

      Ensuite, on aura droit à 5 ans de FN ou UMP ... puis de nouveau 5 ans de PS.

      On a regretté Jospin, on a regretté Chirac, on regrette presque Sako, on regrettera Hollande (sic !).

      Supprimer
  2. Défaillances des foireux

    http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-jy-suis-on-nest-pas-au-bout-de-le-pen

    la vache l'inversion total de la réalité attention c'est vraiment violent j'ai tenu 30 minutes en coupant les dernières tomates mures du jardin qui ont échapper aux vilaines punaises.

    pas le choix les mains sales, le cerveau sale.

    http://img11.hostingpics.net/pics/9230922013100802550.jpg
    http://img11.hostingpics.net/pics/9248452013101503050.jpg

    RépondreSupprimer
  3. Bertez : Dans sa nudité, masquée par la technicité , c’est le processus historique habituel , les usuriers qui prêtent au roi, exigent que le roi pressure ses sujets pour retrouver leur argent.

    Et Todd de dire dans je ne sais plus quelle vidéo : Il faut tout décoder, derrière les institutions comme les banques et maintenant l'Etat, ce sont les riches qui cherchent à conforter leur pouvoir.

    Le système monétaire actuel n'est qu'un outil bien pratique dans les mains de l'oligarchie. Il ne leur suffit que de dire à quel point toutes les conséquences sont logiques dans leur système pour que la base accepte n'importe quoi. S'il suffit de donner aux pauvres une bonne explication pour qu'ils l'acceptent leur situation, c'est pas prêt de changer. Quant à nombre de cadres qui ne s'intéressent à rien soit du fait du manque de temps évident du à leur job, soit parce qu'il se satisfont simplement des privilèges relatifs qu'il tire de ce système, il y'a de quoi s'inquiéter.

    L'envie de domination ne peut exister que s'il y'a une ignorance et une servitude volontaire de la part de la masse. Relire Gibran et de la Boetie à ce sujet. Et puis tant qu'il y'aura des motifs de divisions qu'ils soient ethniques, religieux ou nationaux, ceux-ci seront utilisés contre ceux qui les alimentent (je ne suis pas mondialiste mais c'est une conséquence logique).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Mais attention à l'explication -trop facile, parcellaire- au sujet des "riches".

      La tête de l'oligarchie est par définition "riche". C'est une lapalissade. Ce fut, et ce sera toujours le cas.

      Mais dans notre cas précis, le problème vient... d'en dessous, c'est à dire des "clientèles", des "kapos", des "idiots utiles"... Ces clientèles sont devenues trop nombreuses, trop demandeuses !

      Fonctionnaires, retraités, syndicalistes, élus, et plusieurs crans en dessous... les "pauvres" achetés eux aussi comme des clientèles : aides sociales, RSA, allocs, subventions, etc.

      C'est ce mille-feuille, qui devient hors de contrôle, et qui met en danger le Système.

      Le problème du Système est qu'il ne peut pas s'arrêter... Il est mû par sa propre force : TOUJOURS PLUS. Il lui faut toujours plus.

      Aucune baisse n'est possible, au risque de faire imploser l'édifice.

      -les fonctionnaires demandent des hausses de salaire
      -les retraités veulent maintenir leur (faux) pouvoir d'achat
      -les politiciens continuent d'embaucher des fonctionnaires
      -les collectivités locales continuent d'"investir", c'est à dire dépenser pour leurs propres clientèles
      -et tout ce joyeux monde continue d'"emprunter", de fabriquer de la dette, et d'augmenter les ponctions des actifs du privé.

      ... Voilà le point de rupture.

      Les parasites sont en train de tuer l'hôte. Normalement l'hôte est plus "gros" que les parasites. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

      Donc arrêtons de focaliser sur les "riches" de l'oligarchie. Il faut analyser ce qui se passe en dessous.

      Supprimer
    2. Je ne pense pas que l'explication soit trop facile. Finalement comme le démontrait assez bien Galbraith, les sociaux-démocrates ont abandonné l'idée de lutte des classes pour embrasser le culte de la croissance. Il faut augmenter la taille du gâteau. ça permet en effet d'amener un certain consensus..pour un temps seulement. Time's up.

      Seul problème à l'heure actuelle, c'est que le gâteau va avoir de plus en plus de mal à grossir alors que les appétits restent les mêmes. Résultat plutôt que de constamment ramener les poncifs du genre, l'Etat est le problème, les pauvres sont le problème (ils osent même vouloir manger pensez donc !), il serait plus malin de simplement voir ce qui est à l'oeuvre. Dans ce qui se passe ce n'est pas les méchants riches et idiots utiles contre les gentils travailleurs et honnêtes gens, mais bien une oligarchie des multinationales, des banques et de la finance en règle général (on finirait presque par les appeler le Kapital) qui essaie de conserver une sorte de contrôle, qui essaie de stabiliser une situation en leur faveur qui est effectivement instable.

      Pour cela, laissez-fairisme, mélange des populations pour provoquer la désintégration de la solidarité nationale seule à même de protéger les populations du dieu marché. On dézingue l'état, on dit qu'il n'est pas réformable, on fait passer des domaines comme l'énergie du côté du privé, joli progrès.

      Evidemment qu'avec des individus dépendants de l'état, on peut appeler ça du clientélisme, il n'empêche que laisser son voisin crever de faim ça finit par avoir des répercutions sur votre sécurité, sans parler de l'aspect moral de la chose.

      Les systèmes cherchent leur équilibre, certains sont simplement seulement moi plus justes que d'autres. La finalité recherchée j'ai l'impression c'est d'avoir un cadre économique dans lequel tout passerait par le marché pour les biens et la banque pour la monnaie. Une oligarchie ne ferait qu'utiliser les attachements communautaires, religieux ou autre de la masse, contre elle-même. Abandon des solidarité et avènement de cette jolie pyramide avec l'oeil qui comprend tout.

      Supprimer
  4. Tiens...."Ma petite entreprise" avec Vincent Lindon sur la 23...Com me par ha zard !

    RépondreSupprimer
  5. Défaillances des foireux

    laurent deutch traité de nazi pour une incohérence sur quelque détail de l'histoire, BHV doit bien rire sur un point commun ils aiment chacun leur pays respectifs.

    http://www.atlantico.fr/decryptage/lorant-deutsch-accuse-etre-extreme-droite-plus-dure-avons-pas-lire-meme-livre-pierre-guyot-871310.html

    RépondreSupprimer
  6. disco je te propose une nouvelle rubrique,

    > Défaillances des foireux

    RépondreSupprimer
  7. Il y a un point dont je n'entends parlé nulle part, la chute des recettes de TVA, et pourtant je suis convaincu que c'est ce qui est en train de ruiner l'état (pour mémoire la TVA représente 47% des recettes de l'état) la moindre chute d'activité, c'est une chute de VA décuplée et de la taxe par voie de conséquence et c'est tant mieux, ça participe à l'assèchement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans chute du PIB, pas de chute de la TVA.

      La grosse chute doit plutôt être au niveau de l'impôt sur le bénéfice. Soit à cause d'une baisse réel, soit à cause de l'évasion.

      Forcement, les entreprises locales qui ne peuvent pas y échapper sont moins compétitives et se font laminer par les multinationales qui combinent massivement.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.