mardi 1 octobre 2013

Des bataillons de robots pour stopper la prolifération des méduses



MÉDUSATOR – Des bataillons de robots pour stopper la prolifération des méduses
Big Browser, 01/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
la population des méduses a explosé ces dix dernières années. La surpêche a en effet fragilisé des écosystèmes, leur ouvrant de nouveaux territoires de chasse

Les machines, appelées Jellyfish Elimination Robotic Swarm, ou Jeros, sont désormais opérationnelles et peuvent même travailler par équipes de trois. Elles ont été conçues pour parcourir une zone en broyant toutes les méduses sur leur passage. Elles réduisent les invertébrés en bouillie en les absorbant au rythme de 400 kilos par heure.

Jeros est programmable, fonctionne avec deux moteurs, peut avancer, reculer et faire un tour complet sur lui-même tout en flottant à la surface de l'eau. Il est également équipé d'une caméra pour repérer les nuées de méduses et agir en fonction.

Le robot, qui devrait être commercialisé à partir d'avril, pourrait ouvrir la voie à d'autres applications, comme la surveillance de certains sites, mais aussi la prévention de marées noires ou encore le nettoyage de l'eau dans les zones ou les déchets se concentrent.

4 commentaires:

  1. Des robots pour remplacer mère Nature,
    Ils vont réussir à nous privatiser cette biosphère...

    RépondreSupprimer
  2. Vidéo du robot en action :

    http://www.youtube.com/watch?v=vJnUCcj5Ls8

    J'éprouve une grande jouissance à voir ces méduses se faire pulvériser en quelques secondes.

    En Méditerranée c'est un véritable fléau.

    RépondreSupprimer
  3. http://www.youtube.com/watch?v=nRc_NE6nqlI

    j ai comme l impression que ce ne sont pas les branles musards de Paris VI qui ont développés le concept...

    RépondreSupprimer
  4. Comme ça produit beaucoup de déchets organiques, je me demande si ça ne risque pas de s'encrasser rapidement ou de se faire coloniser par des coquillages.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.