vendredi 25 octobre 2013

Hervé Juvin : Faut –il redécouvrir le vrai sens de la politique afin de préserver nos diversités ?

Bon allez, je vous la mets. C'est le 5ème commentaire/mail que vous me poussez pour que je mette cette vidéo d'Hervé Juvin. Perso, je l'ai trouvé très fumeux. Un coup il est pour la nation, un coup il a peur pour l'Europe, etc etc... Mais bon...

Les matins - Faut –il redécouvrir le vrai sens de la politique afin de préserver nos diversités ?
France Culture, 16/10/2013 (en Français texte en français )
[affairestv]x160bjd[/affairestv]

4 commentaires:

  1. L'ETAT cet entité impalapable... n'est que l'enveloppe représentant l'orgueil collectif. Perso l'orgueil rien à battre, on voit où ça mène : jalousie entre nations, espionnage, secrets d'états, raisons d'états, complots et manigances, manipulations des masses, guerres...

    passons nous de l'état tout comme il sait parfaitement se passer de nous ou plutôt il croit pouvoir se passer de nous en nous manipulant, nous exploitant mais il a besoin de nous, alors que nous pouvons vivre ensemble sans lui. En tout cas on peut très certainement mieux vivre sans cet état...

    RépondreSupprimer
  2. "Perso, je l'ai trouvé très fumeux. Un coup il est pour la nation, un coup il a peur pour l'Europe, etc etc... "
    J'ai réécouté Juvin. Je trouve brillant son pladoyer pour la diversité.
    Mais je ne m'attendais pas du tout à son analyse des moyens d'organiser cette diversité. Pour moi la préservation de la diversité des sociétés humaines renvoie à la tolérance, au fédéralisme. Or il n'est question dans son propos que d'autoritarisme, de défense de dictatures, de couvercle de la nation, de régression régionale, etc.. C'est de 31' à 37'. Colbertisme et Jacobinisme ont la vie dure?

    Je pense que le principe fondamental qui doit présider à une organisation pérenne, structurellement stable, des sociétés humaines est le principe de complexité minimum, ce qui, à mon avis, implique en particulier la localité, l'autarcie maximum. Autarcie limitée par la nécessité (si on arrivait à vivre seul, totalement libre, ça se saurait) et par suite organisation fédérale, stratifiée, chaque niveau disposant de l'autonomie maximum. Je ne pense pas que ce principe soit suffisant mais je suis convaincu qu'il est nécessaire. En Gironde il y a des girondins...

    Pour répondre à Nico.
    Sauf idéologies hors sol, on s'organise en général pour faire fonctionner quelque chose, pour réaliser un cahier des charges. C'est le principe lamarckien "la fonction crée l'organe" que les logisticiens appliquent tous les jours (parfois tels Monsieur Jourdain). Un cahier des charges qui pourrait être par exemple la maximisation du bien être (et non la maximisation, pour moi idéologique et hors sol, du "profit").
    Je suis tout à fait d'accord avec vous "qu'on pourrait certainement mieux vivre sans cet état". Mais pour moi, sûrement pas sans état. Et je serais heureux et fier de faire fonctionner, d'être fonctionnaire, dans un état fédéral organisé pour maximiser le bien-être.

    RépondreSupprimer
  3. Plus aucun Etat? La loi de la jungle non merci, cela nous rendrait encore plus à la merci des nantis... Un état du peuple pour le peuple par le peuple oui! Vive la stochocratie!

    RépondreSupprimer
  4. l'état n'est que le fruit d'ambitions dévorantes de certains qui se croient mieux que les autres et donc au dessus des autres.
    l'état n'est que l'équivalent au niveau collectif de ce que l'orgueil est pour l'individu.
    il nous faut reinventer notre avenir en commun. a quoi bon copier un ideal étatique qui n'a été initié que par des individus avides de pouvoir.
    Cela equivaudrait aux africains qui essaient de copier nos "modèles" democratiques" alors que culturellement certaines cultures africaines portent localement des germes historiques beaucoup interessant en terme de processus democratique pur.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.