mardi 29 octobre 2013

La lime : L'anarchie tyrannique

L'anarchie tyrannique
La lime, Fboizard, 29/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Je veux rappeler cette idée, de Samuel Francis, que j'ai utilisée plusieurs fois sur ce blog.

Les forces dites de l'ordre ne servent plus à maintenir l'ordre mais à protéger le pouvoir en place de toute contestation.

Dans cette perspective, il est logique qu'on soit indulgent avec les voyous, qui ne font pas de politique, (c'est l'anarchie) et impitoyable avec les opposants à la dénaturation du mariage, qui, eux, mettent en cause le pouvoir (c'est la tyrannie).

La conséquence est simple : l'anarchie progresse partout où elle ne menace pas le pouvoir, c'est-à-dire dans la France entière sauf quelques arrondissements parisiens et leurs dépendances. Et la tyrannie progresse également pour continuer à faire vivre les parasites.

Dans ces conditions, la seule constance du gouvernement actuel, l'attaque systématique, législative, fiscale et scolaire, contre la famille, est parfaitement compréhensible : de tout temps, la famille fait obstacle à la tyrannie et est un facteur d'ordre vrai.

Il y aura donc, encore plus, trois France : la France ultra-protégée des barons du régime avec leurs courtisans et affidés, la France protégée de ceux qui ont les moyens de s'acheter une protection, la France exposée de tous les autres couillons.

Je ne serais pas étonné si la conséquence à la longue de cette anarchie tyrannique était le regroupement par communautés religieuses et ethniques, car on n'a pas encore trouvé meilleur ciment entre humains, en période de trouble, que la religion et la couleur de peau. Belle réussite du «vivrensemble» !

1 commentaire:

  1. "L'anarchie progresse partout où elle ne menace pas le pouvoir, c'est-à-dire dans la France entière sauf quelques arrondissements parisiens et leurs dépendances. Et la tyrannie progresse également pour continuer à faire vivre les parasites."

    Anarchie vs tyrannie. Je préférerais ici chaos à anarchie.
    Dans l'imaginaire collectif l'anarchie est associée au chaos. On montre des mouvements désordonnés de foules, des barbus sortant un pistolet caché sous un long manteau en train de tirer sur le prince dans son carrosse.

    Mais la réalité est pour moi toute autre. Anarchie signifie étymologiquement sans commandement (et aussi sans commencement) et on comprend alors pourquoi tous les pouvoirs (temporels comme spirituels) en donnent une image négative.
    Mais anarchie ne signifie pas chaos, une société anarchique (étymologiquement sans chef), peut très bien être pérenne, structurellement stable. Selon le philosophe mathématicien René Thom l'ordre militaire et l'anarchie ne sont d'ailleurs pas antinomiques: "On pourrait très bien concevoir une société militaire sans chef unique, voire sans chef du tout [donc, au sens étymologique, anarchique!], mais le corps social serait alors au moins une variété de trois (afin d'avoir un champ ergodique sans singularité et structurellement stable)."

    Dévaloriser l'anarchie, le populisme (exact antinomique d'élitisme), la démagogie (pédagogie pour adultes) empêche d'examiner des types d'organisations sociales pensées sur ces bases.
    On comprend que nos partis politiques actuels, tous élitistes, se liguent pour pérenniser cette situation.



    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.