mercredi 30 octobre 2013

Les Experts/ BFM avec Charles Gave

Les Experts/ BFM avec Charles Gave
BFM Business via Le blog à Lupus, 30/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien


17 commentaires:

  1. Et bla bla et bla bla !!!
    Des experts ? Non des bobos pourris par Judas !
    Ils n'ont rien compris et ne font que parler de pognon !
    La question est identitaire et ethnique - POINT !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va voter Marine, et tu verras tu auras le paradis socialiste français... Innocent.

      Supprimer
    2. On ne tutoie pas quand on ne connaît pas.
      Quant à vous, vous pourrez veauter pour le nouveau "parti de la banlieue" qui vient d'être créé et ainsi participer à la balkanisation de notre pays que vous semblez tant apprécier !

      Supprimer
  2. Un peu déçu par Charles.
    Pas de charges sur l'euro. Une critique, mais pas les analyses qu'il fait d'habitude...

    RépondreSupprimer
  3. la réalité, pourquoi je me casse.

    http://video.lefigaro.fr/figaro/video/ouverture-houleuse-pour-la-paris-games-week/2784015854001/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ? Tu refuses d'être "enrichi" ? Barbe, walah, "c'est qui Moïse"... que du bonheur.

      Supprimer
  4. Et 20% des hommes se tapent 80% des femmes...

    RépondreSupprimer
  5. belle brochette d'imbéciles.
    Rockfeller a réussi à faire travailler les femmes, après avoir fait baisser les salaires des hommes ( fallait bien faire bouillir la marmite), et, maintenant nos tartuffes trouvent normal, et, nécessaire de travailler, et, le dimanche, et, bien sûr la nuit pour compenser l'effondrement du pouvoir d'achat. Bravo les "économistes" !! bons à rien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "belle brochette d'imbéciles."
      D'accord. Je ne comprends pas pourquoi Disco persiste à poster du Gave. Pour moi ce type est un troisième couteau qui récite son bréviaire libéral, c'est un libéral borné, incapable du moindre recul, de la moindre mise en perspective.

      Oui à Bertez. Non à Gave.

      Supprimer
    2. Mollo les gars.

      Gave est un génie.

      Pour une raison très simple : dès 2003 il annonçait la crise de l'Euro, et la Grande Crise en général (son bouquin "Des lions menés par des ânes").

      Voici le sous titre du bouquin : "Essai sur le crash économique (à venir mais très évitable) de l'Euroland en général et de la France en particulier"

      Toi tu faisais quoi en 2003 ? Hein ? Tu étais au lycée ? Tu étais con-tent d'avoir voté pour Jacques Chirac ?

      Alors avant de critiquer, lisez.

      Gave vous défrise car un vrai libéral, et violent même. Il parle violemment. Et les gochos bobos n'ont pas l'habitude, alors ça les défrise, les choque.

      Gave a une analyse au scalpel de la situation de l'Euro.

      C'est indubitable.

      Supprimer
    3. Le libéralisme renvoie au libre-arbitre. La neurologie contemporaine semble donner tort à Descartes qui y croit) et raison à Spinoza qui n'y croit pas (ou, pour le moins y apporte de sévères limitations): cf. les travaux d'Antonio Damasio.

      Le libéralisme façon Gave renvoie au darwinisme social du "struggle for life" (via, par exemple, la destruction créatrice de Schumpeter) et au néo-darwinisme qui participe à la justification de la suprématie du droit par rapport à l'état chère à Gave (analogue politique de la suprématie biologique du verbe par rapport à la chair). La bio-génétique contemporaine semble donner tort à la théorie néo-darwinienne et remettre en selle le lamarckisme: cf. le cours d'Edith Heard au collège de France.

      Le libéralisme économique (celui qui, à ma connaissance, intéresse principalement Gave) se réfère constamment à la rationalité des acteurs économiques. Cette rationalité renvoie au syllogisme (raisonnement en Grec), en gros la rationalité analytique, mathématique, l'acceptation de cette rationalité licitant l'emploi en économie des mathématiques quantitatives qui permettent d'énoncer des lois quantitatives.

      Mais l'économie et la politique ne sont pas des sciences dures comme la physique pour laquelle les mathématiques ont prouvé leur efficacité: ce sont des sciences molles, des sciences humaines. Pour moi elles ne peuvent être examinées sous le seul angle du syllogisme analytique codifié par Aristote dans ses premiers et seconds analytiques (réduction de la rationalité à la tautologie de cause à effet, tous les hommes sont mortels, Socrate est un homme donc ...). Elles doivent être examinées dans le cadre logique plus général, de la dialectique et non plus seulement de l'analytique. Cadre esquissé par Aristote dans ses topiques et que le philosophe mathématicien contemporain René Thom (mort en 2002) a développé dans sa théorie des catastrophes qui est à la fois une théorie du conflit (et tout est conflit dans les questions sociales!) et de l'analogie (je rappelle que Thom est lamarckien et justifie son lamarckisme à partir de cette seule théorie). Je suis convaincu que pour aborder les questions sociales il faut abandonner l'idée que l'on a de la connaissance réduite à la rationalité analytique, la recherche des causes (on ne peut se connaître soit même par la seule rationalité analytique). Il faut(suffit-il?) intégrer la connaissance issue de la rationalité dialectique. Si, comme je le crois, tout apprentissage est mimétique, alors toute connaissance est métaphorique...


      Voilà pourquoi je trouve que Gave et bien d'autres manquent de recul.



      Supprimer
    4. Je continue.
      Gave et d'autres (de tous bords idéologiques) emploient à profusion les termes "objectif", "objectivement" pour argumenter analytiquement. Or, dans les sciences humaines l'objectivité pose un problème fondamental puisqu'il y a dialectique entre l'homme et lui-même. Problème auquel la syllogique analytique aristotélicienne ne peut répondre, ce que tente de faire la syllogique dialectique. Ce qu'a esquissé Aristote et ce qu'a théorisé Thom avec sa théorie des catastrophes, à la fois théorie de l'analogie et théorie du conflit. Si on accepte la théorie de Thom, ce qui est mon cas, on peut alors parler de rationalité dialectique et transgresser alors le dogme du "comparaison n'est pas raison".

      L'acceptation du lamarckisme renvoie au matérialisme (c'est la chair qui secrète son verbe, son génome (cf. Edith Heard), et non "Et le Verbe s'est fait Chair" du christianisme). Les libéraux vont sans doute hurler au marxisme. Thom: "Le marxisme est l'homologue de la théorie métabolique de Child en Embryologie et souffre sans doute des mêmes simplifications."

      Supprimer
  6. Ne pas manquer J Sapir sur LCP :
    https://www.youtube.com/watch?v=3WpoGNTvlnQ
    3 minutes de plaisir

    RépondreSupprimer
  7. Débat de convertis. Quel est l'intérêt?! Leur seule obsession est mettre le programme de CNR par terre, j'ai bon?!

    Marrant de voir que pour eux, la fiscalité est la source de tous les problèmes de la France: "le coût du travail, le droit du travail, le temps de travail...l'euro trop cher est un sujet annexe" (15:50). Bref tout le contraire de ce que dit Jacques Sapir. Il serait dans l'industrie, il dirait l'inverse. Encore un grand esprit adepte du "tout pour ma gueule"! soupoudrer de "après moi le déluge".

    Rien à voir mais si Gave a effectivement écrit quelque part que l'euro, ça allait être "trop de maisons en Espagne, trop de fonctionnaires en France et trop d'usines en Allemagne" chapeau, (17:37) Mais comme je le soupçonne d'être un gros vantard comme Attali, j'ai des doutes.

    RépondreSupprimer
  8. hachis parmentier31 octobre 2013 à 20:55

    Faire la promotion de millionnaire cupide qui vit a l 'étranger alors que tu gagnes 2000euros par mois, parle tout le temps de nationalisme et rêve d’être auto suffisant???????

    c'est comme un fermier qui supporte monsanto...

    RépondreSupprimer
  9. je suis à mille pour cent avec mr GAVE !!!

    RépondreSupprimer
  10. Fonzi : son bouquin de 2003 : Des lions menés par des ânes : Essai sur le crash économique (à venir mais très évitable) de l'Euroland en général et de la France en particulier

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.