mardi 22 octobre 2013

Les préfets avertissent le pouvoir d'une éventuelle révolte fiscale

Et maintenant, quoi ? Un peu plus de résilience
Contrepoints, Baptiste Créteur, 22/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Selon un « rapport secret des préfets », les Français sont en colère et brandissent une menace de désobéissance fiscale.

Par Baptiste Créteur.

Les Français sont en colère.

Le pouvoir de négociation face à l’État est à peu près nul. Il peut écraser l’individu, briser les volontés, ruiner les ménages. Il peut organiser des pénuries, restreindre l’accessibilité des services, entraver la création, brider la créativité. L’État attend de tous qu’ils deviennent roseau plutôt que chêne, que par peur de rompre ils préfèrent être chien que loup.

Mais il arrive un moment où l’acceptation devient résignation, puis frustration, qui devient grogne ; et quand la grogne devient colère, le vent commence à souffler. Il souffle ; le gouvernement l’a entendu. Selon un « rapport secret des préfets« , qui comme tout rapport secret est publié et commenté, les Français sont en colère. Les roseaux sont prêts à se dresser face au vent.

Le deuxième point abordé par les préfets a davantage fait les gros titres des médias. »Inquiets du discours antifiscal qui pourrait favoriser les extrêmes, écrivent-ils, les élus considèrent que les limites du consentement à l’impôt sont atteintes. »

Là encore tout converge : « Dans les esprits où domine la hantise du chômage et de la baisse du pouvoir d’achat, la hausse de la fiscalité devient un élément anxiogène de plus. » L’expression utilisée est celle de « choc psychologique » pour « des foyers jusque-là non imposables ». À preuve, « l’afflux record dans certains centres de finances publiques de contribuables à la recherche d’informations ».

Dans ce contexte, « les élus confient avoir constaté la radicalisation des propos de leurs administrés qui fustigent ‘un matraquage fiscal’ et ‘une hausse insupportable d’impôts qui financent un système trop généreux’. » Et les préfets de conclure : « La menace de désobéissance fiscale est clairement brandie. »



Les coulisses de la politique : Véronique Jacquier
RMC, 22/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien 
Mais les députés que j'ai eus hier soir, n'ont pas envie de tresser des lauriers, ni à Valls, ni à Ayrault. L'un d'entre eux m'a dit le mardi matin c'est un jour terrible. On rentre de nos circonscriptions, et en ce moment, on s'en prend plein la gueule. Pas parce que les gens nous parlent. C'est pire que tout. Ils ne nous parlent même plus. On a droit à une indifférence sourde. Ça veut dire "Cause toujours, tu ne m'intéresses plus".

On y est. C'est tout le peuple de France qui rentre en mode Soljenitsyne. On est en URSS en 1985...

Soljénitsyne : Ne les croyez pas, ne les craignez pas, ne leur demandez rien

La colère de la France décente monte...

14 commentaires:

  1. En tant que représentants du peuple, c'est la moindre des choses de faire savoir à ces personnes à chaque apparition ce que l'on pense de leur travail. Il faut leur mettre une pression constamment.
    De plus, il serait sain, dans une vraie démocratie, et comme lors de la période révolutionnaire, que le peuple ait accès EN NOMBRE à tous les séances de l'assemblée nationale et du sénat, afin que ces messieurs et mesdames soient continuellement sous la "surveillance" directe des citoyens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUI pour une presence massive du peuple à l'assemblee nationale plutôt que dans les stades de foot ou devant les émissions de prime time à la con qui "distraient" les français.

      OUI pour le refus de la rapine, l'entretien des privilèges, et le dévoiement de notre force de travail

      Supprimer
    2. ô ! le p'tit malheureux de dépité on va l'plaindre...

      Supprimer
  2. La peur est en train de changer de camp... Car là... au-delà de l'infantile "les électeurs ne nous parlent même plus" (accessoire)... on commence à parler de POGNON.

    La phrase de Soljénitsyne doit être complétée : "Ne les croyez pas, ne les craignez pas, ne leur demandez rien... et arrêtez de leur donner votre argent et votre force de travail".

    Eh oui... Nous allons abattre ce système pourri qui nous emprisonne depuis 30 ans... en baissant les recettes de la rapine fiscale.

    -ceux qui s'expatrient

    -ceux qui restent (on baisse nos revenus, notre consommation, et nos investissements)...

    Certains le font volontairement, d'autres par contrainte (quand tu perds ton boulot à 45 ans... le nouvel ipad ou la nouvelle bagnole avec TVA à 20,06... tu y renonces).

    Bref... Voilà le levier. Voilà la punition.

    Les mafias qui nous pourrissent la vie depuis 30 ans ne vivent que de la rapine. Coupons leur l'oxygène !

    Asphyxions les... Mettons les en faillite.

    RépondreSupprimer
  3. Voilà les gars ! Les agriculteurs -eux- ont au moins compris.

    Pas comme les crétins "Pigeons" (qui se font d'ailleurs bien pigeonner, c'était tellement prévisible....).

    ************
    Des agriculteurs ont manifesté contre l'écotaxe, en Seine-Maritime et région parisienne, mardi matin, en attendant d'autres actions organisées partout en France contre cette taxe poids lourds qui doit entrer en vigueur le 1er janvier et cristallise les inquiétudes du monde agricole.

    RépondreSupprimer
  4. le plus intéressant:les députés ont besoin de parler avec leurs électeurs pour se rendre compte!autour d'eux,les chargés de mission et conseillers vivent dans un autre monde.la réalité ,c'estque les centres des impots sont débordés:beaucoup de gens ne peuvent et ne savent comment payer les impots nouveaux car ceux cis ont été mal dosés

    RépondreSupprimer
  5. Le point de bascule se situera lorsqu'ils n'auront plus de quoi assurer le paiement des retraites. Là, ça touchera le cœur de leur électorat et ils entreront véritablement en mode panique.

    Le retour du troc est un excellent moyen d’accélérer le mouvement d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  6. Le porte monnaie, c'est la seule chose qu'ils regardent.
    C'est très simple :
    * recettes fiscales
    * dépenses ==> intérêt de la dette ==> taux des bons aux trésor

    pour l'instant les taux du 10 ans sont bas, donc ils s'en foutent.
    Le vrai calcul c'est : ratio (recettes / intérêt de la dette) < 10%
    (de mémoire ... j'avais écrit un article sur le sujet y a longtemps : http://yoananda.wordpress.com/2010/10/01/quand-la-france-perdra-son-aaa/

    conclusion : faire baisser les recettes est le seul vrai moyen de faire changer la politique actuelle.
    Voter avec son porte monnaie ou ses pieds et bien plus efficace qu'avec un bulletin.

    RépondreSupprimer
  7. Ne croyez pas que les traîtres vont rester les bras croisés sans rien faire en regardant leurs recettes s'effondrer.

    Le peuple de France va morfler et ce ne sera que justice, étant donné qu'il a cautionné (en majorité) ce système pendant des décennies.

    yp

    RépondreSupprimer
  8. Content de voir Yoananda que tu parviens aux mêmes conclusions que moi.

    Attention quand tu dis "pour l'instant les taux sont bas"... manière de dire qu'ils pourraient remonter

    Grosse erreur : la BCE et l'ube crapule Draghi sont à la manoeuvre.

    Les gens se sont déjà fait avoir, souvenez vous on nous promettait une "apocalypse taux" avec l'élection de Neuneu. Bilan... rien. Au contraire.

    Donc aucun espoir du côté des taux. Il n'y a plus de "marché". Le marché c'est la BCE, avec la complicité active de tout l'appareil bruxellois (y compris Berlin).

    Le seul levier en effet ce sont les recettes. Là on peut leur faire mal, très mal.

    RépondreSupprimer
  9. Bohhh vous inquietez pas, bientot tout le monde sera au chomage, donc pas d'impot à payer.
    Vive l'europe : des intérimaires roumains payés moins que le Smic.
    Un phénomène qui se développe. Le Sénat a publié en avril des chiffres de la Direction générale du travail sur cette tendance à faire appel à des intérimaires des pays de l’Est. Le constat est sans appel : leur nombre a augmenté de plus de 3 300 % entre 2004 et 2011. Ainsi, plus de 145.000 travailleurs "détachés" travaillent en France dont 10% seraient envoyés par ces agences d’intérim.

    ici : http://www.europe1.fr/Economie/Gad-des-interimaires-roumains-payes-moins-que-le-Smic-1683013/

    RépondreSupprimer
  10. donc payer au maximum en cash, avec le clin d'oeil qui va bien auprès du commerçant ? une sorte de révolte fiscale, simple, quotidienne, avec un signe de ralliement (le clin d'oeil).

    on pourrait appeler cela le "clin d'oeil fiscal" tiens !

    yongtai

    RépondreSupprimer
  11. LA RÉVOLTE FISCALE C'EST MAINTENANT, page Facebook crée hier 25 oct, en quelques heures déjà 2050 adhérents sont prêts à se mobiliser, s'organiser et combattre avec d'autres mouvements cette spoliation fiscale rétroactive.
    La guerre est déclarée, Venez nombreux apporter vos idées et préparer un plan d'actions.
    Lien direct : https://www.facebook.com/pages/La-r%C3%A9volte-fiscale-cest-maintenant/545299165545620

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.