dimanche 6 octobre 2013

Les Tondus : "le mouvement fonctionne, ne payez plus vos cotisations patronales !"

Les Tondus : "le mouvement fonctionne, ne payez plus vos cotisations patronales !"
Contrepoints, 05/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Cette semaine se tenait la conférence de presse du collectif Les Tondus, dirigé par Guillaume de Thomas, qui était notre invité lors de la conférence du 21 septembre sur les révoltes. Protestant contre la hausse continue des charges sociales, le mouvement connaît un succès fulgurant. Le gouvernement commence à s'inquiéter. Faites comme eux, ne payez plus, c'est légal !

Compte-rendu de la conférence de presse des Tondus, par Maël Pujo.

[...]

8 commentaires:

  1. Mouais... moi en tant qu'avocat indépendant (0 salarié, donc) ce mouvement me met mal à l'aise, tout comme les relents néo-libéraux de Contrepoint.
    Si les moyens mis en oeuvre par les Tondus sont clairs (ne pas payer) le fond de leur revendications, en revanche, l'est beaucoup moins.

    D'ici à ce que le but de leurs revendications soit d'être exonérés de taxes...

    Et pourquoi s'exonérer ? les charges patronales on les répercute sur les clients.
    So what ? il va faire quoi, le de Thomas, s'il se fait exonérer ? Il va faire des rabais de 10 % à ses clients pour cause de charges allégées ?
    Ou se les mettre dans les poches ?

    Et le système de santé on le finance comment, après ?
    On laisse les pauvres et les immigrés crever de maladie, pendant que de Thomas qui a redressé ses bénéfices va s'offrir une clinique privée ? (remarque il va payer plus cher comme aux USA, bien fait).

    J'aimerais bien qu'il dénonce un peu plus violemment les ultra-riches qui sont les seuls à profiter du système.
    Parce que fustiger ceux qui fustigent les patrons, c'est bien. Mais il y a aussi un sacré ménage à faire parmi les patrons. Il y a les laborieux, et il y a les prédateurs.
    C'est pas que la faute à la Sécu ; il y a aussi du ménage à faire dans l'autre sens, mais le système est globalement opérationnel.

    De Thomas n'a pas plus de nuance que le syndicalisme qu'il brocarde.
    J'attends quelqu'un qui crée enfin le PCM (Parti des Classes Moyennes) et qui ait le courage de dire qu'il y a du mauvais à tous les niveaux, et que chacun devra faire des efforts à hauteur de ses capacités, parce qu'à tuer la classe moyenne on va tuer la poule aux oeufs d'or, et que les riches n'auront plus qu'à émigrer parce que trop de pauvres devant les grilles de leur parc, ça finira un jour par autre chose que des bisous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Et le système de santé on le finance comment, après ?"
      On le laisse rentrer en concurrence avec le système privé (ce qui n'est ni plus ni moins que l'application de la réglementation européenne en la matière) et on le laisse crever parce qu'il est est incapable de faire le poids face à des entreprises mieux gérées et moins chères. Du coup, au lieu de voir 20 % de votre salaire brut partir en fumée, vous investissez 5000€ annuels dans une bonne mutuelle étrangère qui vous rembourse mieux que la sécu pour moins chère.

      "On laisse les pauvres et les immigrés crever de maladie..."
      La "solidarité nationale" ne relève pas du système de santé mais est financée par nos impôts. Votre pensée est biaisée en plus de colporter la bonne vieille image moisie du patron ultra-riche avec cigare et haut de forme qui mange des nenfants communistes au petit dèj dans sa Rolls....

      "C'est pas que la faute à la Sécu ; il y a aussi du ménage à faire dans l'autre sens, mais le système est globalement opérationnel."

      Ah bonnnnn ? le budget de la sécu est à l'équilibre ? Il en me bouffe pas 20% de mon salaire ? Il est opérationnel, putain la bonne blague, c'est une saloperie de gouffre sans fond....
      Les mutuelles privées qui remplissent le même contrat que la branche dite "obligatoire" le font pour cinq fois moins chère que la sécu....

      Supprimer
    2. @ Alecton :
      Bravo pour ce parfait mini-traité de propagande aveugle !
      Les mutuelles privées n'ont et ne rempliront jamais le même contrat que la "Sécu", comme vous dites. Ce sont des entreprises privées, dont le but est de maximiser le profit, pas de soigner les gens ou de rendre l'assurance maladie moins chère. La concurrence n'existe pas vraiment dans ce milieu (cf USA, Suisse, etc...). De plus, en cas de vraie maladie, vous êtes sûr de vous faire dégager, car sinon vous coûteriez trop cher. Ce qui est le contraire du concept d'une assurance qui couvre la maladie, non ?
      D'ailleurs les autres types d'assurance suivent le même chemin, il me semble.

      Supprimer
    3. Bravo pour ce mini traité de stupidités gauchisantes, ces entreprises existent déjà et remplissent déjà ces contrats là. Les remboursements sont même supérieurs à ceux de la sécu. Bien sûr pour cela il vous faudrait ôter vos oeillères et prendre le temps de vous renseigner sérieusement (objectivement déjà, ça serait pas mal...).

      Vous pouvez même faire faire des devis et les examiner à la loupe (encore faut il que vous ayez quelques notions de ce que peut être un contrat).

      cadeau : http://jequittelasecu.blogspot.fr/

      Supprimer
  2. Les charges patronales sont répercutées sur les clients, Ztong ? Sauf si les charges ne peuvent plus être payé par le client, vu que le client il achète un produit identique, mais moins cher car fabriqué off shore par des demi-esclaves et sans charges patronales aucunes ? Comme c'est le cas aujourd'hui. Non, c'est terminé, ce système social imbécile a tué la France et ces types - on dirait les bagaudes à part ca - ne font qu'effectuer un combat d'arrière-garde qu'ils perdront juste avant que le système ne s'effondre car il est fondamentalement pervers.

    RépondreSupprimer
  3. En revanche, la distinction charges patronales -v- charges salariales est une distinction marxiste.

    L'employeur est contraint par la loi de payer les deux.

    La seule chose à voir est combien l'employeur est prêt à payer pour s'allouer les services d'un employer; combien l'employer reçoit et pour combien l'employer donne de travail à l'employeur.

    En France le rapport est supérieur à 100%.

    Exemple : un employer qui reçoit 1000€ coute 2000€ à son employeur.

    C'est du perdant perdant / perdant.

    Soit l'employeur reçoit l'équivalent de 2000€ de travail (ce que lui coute l'employer) et alors l'employer est perdant de 1000€.
    Soit l'employeur ne reçoit que l'équivalent de 1000€ de travail (ce que l'employer reçoit) et alors l'employeur est perdant de 1000€.

    Le réalité est entre les deux et tout le monde perd. Sauf l'Etat collectiviste et ses affiliés URSSAirForce et compagnie.


    SJA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord. Il faut réduire les pensions de retraite, les durées et les primes de chômage, et les remboursements de l'assurance maladie.

      Il faut aussi supprimer les cotisations de formation continue, qui sont largement détournées par les syndicats (patronaux et salariés), et les aides au logement qui ne font que grimper les prix immobiliers.

      Les Français sont des magouilleurs et des assistés!

      Supprimer
  4. Quand on fait la morale aux gestionnaires de la république, il faut être sain soi-même - Le boomerang a toujours le même comportement quand on le lance ! Les mecs qui utilisent la colère démesurée voire hystérique pour faire taire ou intimider les gens de raison, trouvent leur limite dans l'étouffement de leur propos, question de temps. Quand est le roi des menteurs, avoué sur les médias télévisés, quand on joue avec des noms prénoms, des professions bidons (Journaliste, avocat, conseil,) des directions de sociétés fantoches ou inexsistantes, quand on ne règle pas les loyers commerciaux dans les temps légaux, quand on joue avec le code du travail et les employés, il y a exposition à des retours de manivelles pour le moins violents...
    Tout cela relevant de la psychiatrie, pour le moins!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.