mardi 29 octobre 2013

Marinaleda, un village en utopie

Le ton du documentaire est assez insupportable. Mais il y a beaucoup de choses intéressantes... Démocratie authentique, économie de don/contre don, pas de capitalisme financier mais du capital bien réel...

Marinaleda, un village en utopie
France 2, 24/03/2013 (en Français texte en français )


norilsk : La ville aux baraques à 15 euros par mois (et pas des merdes en plastique, des petites maisons de village façon échoppe), sans flic ni chômeur. Le socialisme originel c'est ça, et quand c'est appliqué ça marche. ça implique responsabilité individuelle, sens du collectif, et common decency (intérioriser le fait que gruger les copains c'est la honte)

Tellement bien que le PS espagnol n'a de cesse de les critiquer https://fr.wikipedia.org/wiki/Marinaleda forcément, ça met le nez dans leur caca à ceux qui osent encore s'appeler "parti socialiste ouvrier".

Tellement bien que le maire a été visé par deux fois par des attentats de la part de l'extrême droite (et oui, le fascisme n'est pas que babélien, la vieille extrême droite est loin d'avoir disparu et n'aime pas le vrai socialisme, ça dérange ses plans de récupération de la colère populaire).

Le maire (Juan Manuel Sanchez Gordillo) est par ailleurs également nationaliste andalou, ancien syndicaliste, et se définit communiste "comme le Christ, Gandhi et Marx"

Wikipedia : L'économie locale est principalement portée par le secteur agricole. La collectivisation des terres, la présence d'une coopérative agricole populaire et d'une usine en sont des atouts majeurs1.

La coopérative Humar-Marinaleda comprend une conserverie, un moulin à huile, des serres, des équipements d'élevage ainsi qu'un magasin. Les travailleurs produisent notamment des fèves, des artichauts, des poivrons et de l'huile d'olive2. Les bénéfices produits par la communauté ne sont pas distribués, mais réinvestis pour financer la création de nouveaux emplois ainsi que divers services et équipements municipaux (piscine, terrain de sport, etc.) que chacun et chacune peut utiliser gratuitement ou presque (l'abonnement à la piscine coûte 3 € pour une saison).

Sous la pression des villageoises et villageois, à travers des demandes puis par des manifestations et occupations (terres, aéroport de Séville, gare…), les grands propriétaires terriens (notamment la duchesse d'Albe, amie du roi Juan Carlos) et le gouvernement ont fini par se mettre d'accord. L'État a acheté les terres à la duchesse, les a données à la municipalité, et la terre ainsi récupérée a été partagée également entre tous.

Le salaire de tous les travailleurs, quel que soit leur poste, est de 47 euros par jour à raison de six heures et demie de travail quotidien3 aux champs ou de huit heures à l'usine, toujours pour le même salaire.

Le coût de la vie y est faible, à l'image du prix de location des logements (15 euros/mois) ou de celui de la garderie d'enfant1,4 (12 euros/mois cantine comprise).

Et c'est con à dire, mais d'une certaine manière, leur communauté prise comme un tout, est bien plus libérale que le système qui prévaut partout. Libérale parce que si je comprends bien, il n'y a pas de faux droits non financés, pas de mauvaise dette. Le réel uniquement. Une entité capitaliste authentique qui vit de ce qu'elle produit, et non de groucho monnaie/dette ou de subventions rackettées.

Une société décente chère à Michéa, bien plus proche du socialisme d'origine, du bas, enraciné, local, proudhonien, communard, que la bouse étatiste du Front de Gauche d'aujourd'hui...

9 commentaires:

  1. Juste une question ?
    Est-ce qu'ils carburent aux subventions, et si oui, quel part cela représente dans leur budget ?

    RépondreSupprimer
  2. "Une société décente chère à Michéa, bien plus proche du socialisme d'origine, du bas, enraciné, local, proudhonien, communard, que la bouse étatiste du Front de Gauche d'aujourd'hui..."
    Et que la bouse étatiste du FN. J'ai en effet été marqué dans un sujet précédent sur ce blog par le fait que Sorel a influencé à la fois les bolchéviques et Mussolini. Pour moi, et contrairement à ce que nous ressassent les merdias, le FN et le FdG sont des partis élitistes, peut-être encore plus que les autres (cf. les appareils étatiques sous Hitler et Staline), et peut-être plus proches l'un de l'autre qu'on ne le pense généralement, l'un s'avançant avec un masque nationaliste, l'autre avec un masque internationaliste.

    Pour moi un véritable parti populiste est anarchique, c'est-à-dire sans chef. Mais anarchie n'est pas désordre: un véritable parti populiste tel que je le conçois n'a pas besoin de chef, de guide parce qu'il a un but, très simple, qui est de maximiser le bien-être de la société sous la seule contrainte du réel. But qui manque à mon avis cruellement à la société actuelle dont l'unique horizon est le profit.

    Je pense que les micro-sociétés du type de Humar-Marinaleda doivent être les briques de base d'une construction pyramidale, fédérale, d'une société pérenne. Fédéralisme d'en bas, populiste, et non pas fédéralisme d'en haut, élitiste, celui que l'UE tente de nous imposer.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème c'est que l'anarchie c'est par essence l'abolition des partis!!!
      La première chose à faire pour construire une société anarchiste, c'est de comprendre qu'on ne peut pas la construire en divisant, en atomisant et les partis sont par essence des institutions qui divisent!!! Qui peut dire: je suis totalement d'accord avec la ligne politique d'un parti???
      C'est d'ailleurs ce biais qui à tuer le communisme: la dictature du prolétariat organisé en soviet (soit de tous sauf les possédants) ayant muté en dictature du parti unique et de l’appareil d’état via le soviet suprême.
      L'anarchie au niveau politique c'est la démocratie directe organisée par exemple en fédération de commune avec au niveau national des mandats impératifs révocables et limités!!!
      C'est une organisation par le bas et fédérative!!!
      La suppression pour et simple des partis politiques est la condition première la constitution d'une vraie démocratie directe et d'une société anarchiste!!
      La crise que nous vivons entrainera la chute du capitalisme libéral occidental financiarisé et mondialisé et de sa fille la république "représentative" des partis, il faut prendre conscience qu'un autre monde est possible, mais il faut bien comprendre les rouages du système pour ne pas refaire les mêmes erreurs...

      Supprimer
    2. Je ne défend pas le FN mais quand MLP dit que l'Etat est la meilleure structure pour défendre le peuple elle a raison. Le jour ou les chars russes ou chinois débarquent à Marineleda, c'est terminé.

      Une fort que l'Etat fort est mis en place, tout est possible y compris ce genre de structures sociales et économiques. Vive la relocalisation et la vie sans intermédiaires parasites.

      Il y a une détestation de l'Etat qui monte. C'est un piège. Evidemment que l'Etat à la sauce PS ou UMP, succursale de l'empire de Bruxelles, est détestable. Mais l'Etat libre, indépendant comme il existait sous de Gaulle est une tout autre histoire.

      Supprimer
    3. Personne ne ni l'importance de l'état mais il doit se réduire à ses fonctions régaliennes (police, justice, armée, diplomatie, monnaie), et ne doit pas gouverner mais assurer ces fonctions!! Le reste c'est le peuple et seulement le peuple qui le décide. C'est comme cela que la théorisé Proudhon!!! On peut imaginer un mandataire élu par le peuple pour chaque fonction, avec un mandat précis et impératif!!!
      C'est d’ailleurs pour cela que les monarchiste nationaliste comme Maurras ont tenté un rapprochement avec les syndicaliste révolutionnaire (cf: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cercle_Proudhon) car ce type d'état était compatible, selon eux, avec la monarchie!!
      Au Roi l'état et au peuple le gouvernement!!!

      Supprimer
  3. Je n'ai pas vu le documentaire (encore), mais juste une remarque en passant sur le commentaire de norilsk : "Le socialisme originel c'est ça, et quand c'est appliqué ça marche. ça implique responsabilité individuelle, sens du collectif, et common decency".
    C'est peut-être pour ça que ça ne marche pas à grande échelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La base pour que ce système fonctionne c'est d'après moi que ça se passe d'abord à petite échelle (ce qui dans l'absolu n'empêche pas de se fédérer à une échelle au dessus), et dans un milieu palpable où on peut être enraciné. Plus il y aura de décisions qui se prennent à cette échelle-là, mieux cela fonctionnera car cela répond aux besoins de responsabilité et de propriété collective ainsi qu'au besoin d'ordre (tels que définis par exemple par S. Weil).
      Cela dit je ne pense pas qu'on puisse fixer un nombre de 150 personnes valable partout comme mentionné plus bas, cela dépend de beaucoup de facteurs.

      Supprimer
  4. Disco, t'as oublié de mettre un libellé pour cet article, pleins d'utopie pour le lecteur que je suis...
    ça a même sa place en autarcie pour notre bien vivre ensemble ;-)

    RépondreSupprimer
  5. bon .... tout le monde sait depuis virillio que la taille maxi pour la bonne entente en société c'est environ 150 personnes, la démocratie peut fonctionner à cette taille. Au-dela cela ne peut qu'aller vers toujours plus de dictature. Jusqu'à la dissolution. La seule question actuelle est: jusqu'à quelle taille peut gonfler la dictature qui s'installe toujours plus? Car avec les technos moderne pas besoin de garnison dans chaque coin de l'empire.... Nul ne peut répondre a cette question...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.