lundi 28 octobre 2013

Méridien Zéro : socialisme du haut (Marx, société fabienne, Lumières) versus socialisme du bas (Proudhon, Sorel, nationalistes)

A remettre dans son contexte au vu du côté partisan de ceux qui interviennent. Mais cette émission est très intéressante. A resituer vis a vis de ce que peut dire Michéa également, ou encore de la poussée actuelle du FN...

EMISSION n° 162 : "LE SOCIALISME IDENTITAIRE"
Méridien Zéro, 26/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien

→ lien 

En tous cas, ça me confirme le gros doute que j'avais sur les raisons pour lesquelles personne n'étudie jamais à l'école l'histoire du seconde empire et du début de la 3ème République. La haute trahison de Thiers, la lutte contre les communards, est une des pires saloperies de la dictature maçonnique, qu'il faut absolument cacher. La 3ème République et ses "lumières" sont nées dans l'infâmie (cf notamment les conférences de Guillemin sur Thiers). 1870, c'est la mise à mort de cet idéal socialiste du bas, et dont il faut absolument faire croire qu'il n'existe pas, car c'est vraiment l'offre politique qui terrorise nos élites fabiennes qui nous cultivent comme des tomates hors sol.

On le voit également sur le FN. Le pouvoir maçonnique babelien n'a absolument rien à proposer pour contrer cette offre politique. Ils sont démunis, désarmés idéologiquement.

Pour ma part, je trouve qu'ils jettent un peu trop rapidement à la poubelle toute idée générale de libéralisme national... Alors que pourtant, ils prônent la défense des petits capitalistes... Bref, c'est embrouillé. Mais tout comme l'offre politique au pouvoir. Et tout comme le réel...

11 commentaires:

  1. ” Mais tout comme l'offre politique au pouvoir. Et tout comme le
    réel... ”

    le travailleur social père fouettard a dit la démocratie ”maçonnique” on la remplacent par le nationalisme dirigiste.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas encore écouté l'émission, j'ai un peu peur que cela heurte ma fibre Proudhonienne...
    Mais cher Tonio je pense que tu commences à y voir clair, au sujet de ce qu'est la vrai gauche... La vraie gauche ce n'est pas le partage du profit grâce à l'état providence qui nous prolétarise deux fois: par le capital via le salariat et par l'état via l'étatisation des services publics qui n'est pas un synonyme de collectivisation. La problématique de la vraie gauche est le partage des moyens de production. Il existe des courants socialistes dont la commune est l'exemple appliqué en France. Dont l'inspiration première vient du libéralisme d'Adam Smith par exemple pour ce qui est de la nécessité d'indépendance, de libertés individuelle, la responsabilité individuelle, l'importance de la société civile et même de libre-échange et de concurence, mais qui rejettent le capitalisme autant que l'étatisme: les socialistes libertaires, les anarcho-syndicalistes etc...
    Si comme je le pense la définition de la gauche (dixit Lordon) c’est le changement de cadre, le seul courant offrant ce changement du point de vue économique (avec passage de la propriété privée inaliénable au droit de possession individuelle des biens) et politique (fin des partis, démocratie directe, mandat impératif révocable et limité, autogestion), c’est anarchie positive comme l’appelait Proudhon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le capital quand a lui a delocalisé les moyens de prod depuis longtemps, possede les moyens de distributions ET les moyens financiers (en ayant fait des institutions/états des salaries employés dans des ensembles de services vendus aux prolétariat en contrepartie de l'impot). Le capital gagne sur tous les plans de l'argent et paye fort bien tous ses collabos. Le socialisme n'est plus qu'un masque, une farce, une simulation.

      Supprimer
    2. Pour être concret c'est ça la gauche dont je parle:
      http://www.youtube.com/watch?v=UkLbnLpHl-8

      Supprimer
    3. Yes Marinaleda :-)
      La ville aux baraques à 15 euros par mois (et pas des merdes en plastique, des petites maisons de village façon échoppe), sans flic ni chômeur. Le socialisme originel c'est ça, et quand c'est appliqué ça marche. ça implique responsabilité individuelle, sens du collectif, et common decency (intérioriser le fait que gruger les copains c'est la honte)
      Tellement bien que le PS espagnol n'a de cesse de les critiquer https://fr.wikipedia.org/wiki/Marinaleda forcément, ça met le nez dans leur caca à ceux qui osent encore s'appeler "parti socialiste ouvrier".
      Tellement bien que le maire a été visé par deux fois par des attentats de la part de l'extrême droite (et oui, le fascisme n'est pas que babélien, la vieille extrême droite est loin d'avoir disparu et n'aime pas le vrai socialisme, ça dérange ses plans de récupération de la colère populaire).
      Le maire (Juan Manuel Sanchez Gordillo) est par ailleurs également nationaliste andalou, ancien syndicaliste, et se définit communiste "comme le Christ, Gandhi et Marx"

      Supprimer
  3. la Moscovicie est une maladie

    > La mesure devrait finalement se limiter à certains contrats d'assurance-vie.
    > «La nouvelle mesure devrait rapporter autour de 400 millions» bizarre l'ancienne aussi !

    > Ce que nous proposons aux Français, c'est un produit gagnant-gagnant».

    > Concrètement, le ministre affirme que ce «troisième pilier de l'assurance-vie devra être conservé au moins huit ans pour être garanti en capital. Il pourra être souscrit dans les contrats multisupports». Et pour rassurer les épargnants, le locataire de Bercy ajoute que «les épargnants bénéficieront à l'ouverture du contrat de l'antériorité fiscale pour les primes perçues auparavant sur d'autres contrats. À terme, il y aura donc un troisième pilier de l'assurance-vie, entre les fonds en euros et les unités de compte.

    concrètement il prend les gens pour des cons

    http://www.lefigaro.fr/argent/2013/10/28/05010-20131028ARTFIG00292-assurance-vie-moscovici-detaille-son-projet-de-reforme.php?page=&pagination=2#nbcomments


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La moscovicie", ca fleure tellement bon une autre epoque, celle qu'on imagine douce et heureuse, dans une sorte de pays qu'on imagine autour d'une ville au doux nom de Moscou. Hhmmmm

      Supprimer
  4. > La 3ème République et ses "lumières" sont nées dans l'infâmie (cf notamment les
    > conférences de Guillemin sur Thiers). 1870, c'est la mise à mort de cet idéal socialiste du bas

    Euh Tonio... il faut quand même pas exagérer.... Il s'est écoulé une période de près de 10 ans entre l'écrasement de la commune et la véritable naissance de la troisième République. Les élections législatives de 1873 ont apporté une majorité monarchiste et le premier président Mac Mahon était lui-même monarchiste.

    C'est devant l'intransigeance des prétendants au trône (notamment celui qui était destiné à devenir Henri V), et l'incapacité des orléanistes et légitimistes à s'entendre que les députés monarchistes ont adopté les "lois constitutionnelles de 1875", au départ provisoires, et qui ont duré 65 ans.

    RépondreSupprimer
  5. Pour moi beaucoup plus de questions que de réponses. Qu'est-ce qui distingue le socialisme identitaire du national socialisme? L'élitisme, le culte du chef, pour le national socialisme? Le populisme, l'anarchisme, pour le socialisme identitaire? Il me semble clair que le Front National représente le premier courant. Y a-t-il actuellement en France un parti ou embryon de parti représentant le second? Le Front de Libération Populaire prôné par Jean-Claude Michéa?

    L'élitisme étant naturellement associé au culte du chef, le populisme, exact antinomique de l'élitisme, se trouve alors naturellement associé à l'anarchisme. L'anarchisme étant généralement associé au désordre, l'existence pérenne d'une société anarchique (étymologiquement sans chef) est-elle utopique?

    Rq. J'ai parcouru la fiche Wiki de Proudhon où il est écrit: "Comme Fourier ou Saint-Simon, il affirme le primat de l’économie sur la politique." Pour moi c'est sans hésitation l'économie qui doit être organisée en vue de faire fonctionner la "polis" selon le principe lamarckien "c'est la fonction qui crée l'organe", principe vérifié tous les jours par tous les logisticiens. Et la polis doit être organisée pour maximiser le bien-être de ses habitants, ce qui est facilité si chacun cherche à maximiser son propre bien-être. Or c'est justement l'hypothèse fondamentale de la théorie lamarckienne de l'évolution telle que je la conçois: sélection/apprentissage par l'affect avec possibilité de transmission héréditaire.

    RépondreSupprimer
  6. A propos de maçonnerie, n'étant pas savant sur ce sujet, j'ai regardé quelques vidéos montrant l'intérieur des loges et les initiations. Une chose m'a frappé c'est la ressemblance avec certains jeux télés (ex qui veut gagner du poignon) : ambiance stressante, ton solennel, cinéma et simagrées...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.