mercredi 23 octobre 2013

Plouf le ponzi éducatif

La vie, ça commence quand ?
France 2, 22/10/2013 (en Français texte en français )
→ lien


Sociologiquement très intéressants les 4 cas choisis.

On a le bobo adulescent, gentil, motivé, mais avec légère odeur de demi mondaine, parfaitement soluble dans la société moderne, et qui finit par faire son mini trou, moyennant reniement.

On a la fille de la classe moyenne blanche de banlieue, qui s'en est juste sagement et consciencieusement tenu aux recettes et promesses du système, et qui se retrouve sans rien.

On a le gars de cité noir, repéré par les USA, envoyé à Washington, genre young leader, et qui se retrouve du jour au lendemain propulsé sur la scène politique locale, et dont on sent déjà qu'il a été désigné d'office par l'Empire pour faire avant 30 ans le job, très bien payé, de traitre à son peuple. L'Obama que l'Empire nous prépare déjà... Des 4, c'est le seul dont il n'est jamais question de travail dans le reportage.

Et la dernière. La petite française, prolo, au taff depuis ses 18 ans, candidate FN aux législatives. Que l'on sent moitié dépressive. Mais qui des 4 est surement celle qui touche le plus le sol, est celle qui en a le plus chié, mais qui est totalement abandonnée par un système (et notamment une gôche) qui a déjà prévu de l'effacer. Elle finit par s'acheter une maison à la cambrousse en mode survivaliste...

Et c'est que le début... Ça va aller qu'en s'empirant... Peak Everything droit devant...

7 commentaires:

  1. oui mais ça c'est limite le passé mine de rien on a le meme taux de chômeur chez les jeunes qu'en espagne etc par rapport au décalage de prétention au propre comme au figuré

    un truc vachement drôle :

    http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/montpellier-en-echec-universitaire-elle-s-immole-a-la-fac-3198/

    vous allez crever les branleurs c'est tonton facho qui vous le dit.

    RépondreSupprimer
  2. Sur le site, j'ai plus de mise en forme?
    C'est normal ou tu as fait sauter les CSS?

    RépondreSupprimer
  3. la conclusion des putes de journaliste le mieux préparé a la mondialisation et celui qui a la triple culture qui a vaguement créé une boite un jour et le seul qui ne travail pas ? Meme si les autres ? A part la prolétaire ?

    Aller on va retournez dans le réel pute de journaliste :

    http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/television/77851/le-patron-de-france-televisions-veut-etendre-la-redevance-a-tous-les-ecrans.html

    RépondreSupprimer
  4. ou lala scoop les copains et les copines de circonstance du chère chance pour la france armée pour la mondialisation sont des travailleurs social pret a mettre la main a la patte pour inscrire les chances pour la france aux élections il ny a plus de réel en france

    +1 marine 2017

    http://lci.tf1.fr/economie/consommation/pel-pea-assurance-vie-vont-etre-taxes-a-15-5-8297961.html

    RépondreSupprimer
  5. La collégienne expulsée pourrait trouver un point de chute légal en France.

    Une sœur de Leonarda vit dans la Meuse.

    La maison HLM de Contrisson, dans la Meuse, mise à disposition de la famille Azjavi. Photo D.W.

    L’adolescente expulsée a une sœur aînée en Lorraine. Mariée et mère de famille, elle vit dans un petit village de la Meuse avec toute la famille de son concubin.

    Où irait Leonarda si elle revenait en France ? Vraisemblablement dans la Meuse. En l’occurrence, dans un petit village de 780 habitants : Contrisson. Sa sœur aînée Emina y vit au sein d’une autre famille de réfugiés kosovars, les Azjavi. Elle partage la vie d’un des fils Azjavi, avec qui elle a eu un enfant. Elle est en situation régulière et serait susceptible de prendre en charge sa sœur Leonarda si celle-ci acceptait de revenir en France selon les conditions de François Hollande.

    Installée en maison individuelle dans un lotissement feutré de Contrisson, la famille Azjavi refuse de s’exprimer officiellement. Les huit à dix membres de cette famille arrivée en France en 2002, bénéficiant d’un titre de séjour depuis 2003, ont emménagé dans cette maison en 2006 après un passage par la Moselle puis, à partir de 2004, à Ligny-en-Barrois, dans la Meuse.

    Plusieurs couples avec enfants cohabitent dans cette maison, au fil des rapprochements familiaux. Ils bénéficient d’aides pour le logement et d’autres dépenses de la vie quotidienne. Plusieurs enquêtes ont vérifié qu’il y avait bien une filiation et que leur train de vie correspondait à leurs revenus. Deux berlines allemandes sont garées devant la maison.

    « Provocateurs »

    Dans le village de Contrisson, la famille ne pose pas de problème, même si parfois des fêtes ont généré quelques discussions de voisinage. Toutefois, dans les services sociaux, ils sont jugés « provocateurs » au regard des aides dont ils bénéficient et dont ils se vantent.

    http://www.lalsace.fr/actualite/2013/10/24/une-soeur-de-leonarda-vit-dans-la-meuse

    RépondreSupprimer
  6. sic :"Les huit à dix membres de cette famille"

    Imprécision qui rend tout commentaire superflu!

    RépondreSupprimer
  7. Ben oui, notre génération a été trahie.
    Sans études, on en sort pas, et avec études, non plus...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.