mardi 22 octobre 2013

Sans Lendemain

9 commentaires:

  1. Si le pétrole a plus de valeur aujourd'hui, c'est parce qu'il faut travailler plus pour en avoir.
    Si la nourriture a une valeur bien moindre aujourd'hui, c'est parce qu'il faut beaucoup moins travailler pour en avoir.

    Désolé, mais le pétrole ne nous a pas enrichis.
    Il nous a simplement permis d'avoir plus de choses de moindre valeur.
    Sacrée illusion, quand tu nous tiens...
    S'il nous avait vraiment enrichis, pourquoi la dette n'arrête-t-elle pas d'augmenter, quelle que soit la période ?

    Je me contrefous du ration dette/PIB, il ne veut rien dire.
    Surtout si on considère, comme le Lord, que PIB = C + I .
    En valeur absolue, elle ne fait qu' augmenter.
    Une chance que nous soyons plus nombreux, cela permet de faire croire qu'elle baisse.

    Suis-je bête, il n'y avait pas de crises quand nous n'exploitions pas le pétrole ou toute autre forme d'énergie !

    Les crises ont débuté avec l'invention de la lettre de change, de la comptabilité en partie double, de la pratique du prêt à intérêt.
    Bref, avec l'invention de la dette.
    En plus, nous avons eu l'idée géniale d'en faire notre monnaie !

    Je me demande qui a eu cette idée ?
    Je m'en vais de ce pas demander à Soral...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, rien a voir avec la lettre de change. Ces crises existent de tout temps, y compris au néolitihique, y compris chez les khmer, les mayas, les romains, qui n'avaient pas de lettre de change.
      tu peux laisser Soral et ses obsessions tranquille.

      Supprimer
    2. La crise des limites à la croissance existe depuis pas loin de la nuit de temps, en tout cas elle s'est reproduite encore encore, mais cette fois-ci c'est différent parce que le pétrole nous a mené à la crise des limites ultimes à la croissance.

      Eg.O.bsolète

      Supprimer
  2. Le pic pétrolier a seulement permis de révéler l'ampleur du désastre !
    Voilà le lien si cher à Yoananda...

    RépondreSupprimer
  3. Eh beh...

    m'adapter ça ne me pose pas trop de problèmes,
    essayer d'élever mon gamin de 4 ans en essayant de le détourner de la société de consommation, ça va être déjà plus compliqué vu le marketing environnemental,

    mais....boudiou que ça promet un chaos de tout les diables et des vagues d'excités de tout genre :-(

    Putain, et faut aller bosser demain après avoir vu ça ? tapoter des codes de merde et enchaîner les banalités à la machine à café ? comme si de rien n'était ? hop ? barabtruc ?
    Rhhhaaaaa...merci du cadeau le nain ^^

    (mais excellente vidéo très pédago et bien structuré, je fais tourner de suite)

    RépondreSupprimer
  4. Ce doc est excellent. Bonne synthèse, bien réalisé et assez rigolo.

    RépondreSupprimer
  5. La vidéo dure 33 minutes, mais vous pouvez aller à la conclusion, à la 29ème minute :

    Jean-Marc Jancovici déclare :

    Ce sera un monde violent et chaotique. Violent et chaotique. Quand le GIEC qui va publier son cinquième rapport d’évaluation dans trois jours va vous dire : « On risque quelques degrés de plus », en gros, moi, je vous le traduis avec le langage de tous les jours : « On risque la guerre, mais pas contre les gens du Bangladesh, non, non : avec nos voisins, entre nous-mêmes, parce que la compétition pour les ressources deviendra trop forte pour que la démocratie y résiste. »

    http://www.youtube.com/watch?v=nderLmgkwus

    RépondreSupprimer
  6. pas mal du tout çà vaut bien un argent-dette de grignon.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.