jeudi 24 octobre 2013

Vers l'infini et au delà !

BA : Mercredi 23 octobre 2013 : Eurostat publie les chiffres de la dette publique du deuxième trimestre 2013.

La Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, la Belgique, Chypre, la France, l’Espagne, le Royaume-Uni sont en faillite.

La dette publique de ces États atteint des sommes inimaginables.

La question est donc :

« QUAND vont avoir lieu ces défauts de paiement ? »

   1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 316,969 milliards d’euros, soit 169,1 % du PIB.

   2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2076,182 milliards d’euros, soit 133,3 % du PIB.

   3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 214,801 milliards d’euros, soit 131,3 % du PIB.

   4- Irlande : dette publique de 204,495 milliards d’euros, soit 125,7 % du PIB.

   5- Belgique : dette publique de 397,851 milliards d’euros, soit 105 % du PIB.

   6- Chypre : dette publique de 16,906 milliards d’euros, soit 98,3 % du PIB.

   7- France : dette publique de 1912,205 milliards d’euros, soit 93,5 % du PIB.

   8- Espagne : dette publique de 943,410 milliards d’euros, soit 92,3 % du PIB.

   9- Royaume-Uni : dette publique de 1422,213 milliards de livres sterling, soit 89,6 % du PIB.

http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-23102013-AP/FR/2-23102013-AP-FR.PDF

23 commentaires:

  1. Bof.

    Ca fait des années, au sens propre, que je dis à BA qu'il.. faudra être patient.

    Ca fait des années que l'on sait que la Grèce, Portugal et tous les autres sont en faillite... Et ça fait des années que le Système tient.

    Il ne sert à rien de tenir cette comptabilité, quand en face nous avons affaire aux plus grands escrocs, aux plus grandes crapules (BCE, UE, gouvernements, banques) qui travaillent tous en collusion parfaite, avec un seul objectif : maintenir le statu quo.

    A chaque fois, vous êtes déçus. Souvenez vous... on avait dit "après les élections générales en Allemagne il se passera des trucs, Merckel va ruer dans les brancards".

    Je me gausse. Avez vous entendu la mégère d'Allemagne de l'est ? A part se plaindre à Obama que son téléphone mobile a été mis sur écoute... Rien... Il ne se passe rien, et ne se passera rien.

    Bref.

    Moi je propose une démarche pro active : taper sur les recettes de la rapine, seul levier pour abattre le système, accélérer l'entropie.

    En clair : expatriation, baisse conso, baisse investissement, baisse revenus.

    Il faut convaincre, expliquer, démontrer cela. Le message est en train de prendre (voir les stats de départs de contribuables 2011.... ça s'accélère).

    Donc BA, tu devrais consacrer ton énergie à cela.

    Tu veux casser l'Europe, casser les mafias pseudo "publiques", casser nos chaînes d'esclave, casser l'Euro ? Alors il faut se retrousser les manches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as raison, et tu es celui qui a vu juste ces dernières années !

      "En clair : expatriation, baisse conso, baisse investissement, baisse revenus."

      tu pourrai aussi rajouter : payer au maximum en cash

      yongtai

      Supprimer
    2. Vous pouvez aussi vous suicider et votre problème sera réglé !!!

      En fait il se pourrait bien que la dette de "certains états" puisse "dépasser les limites" tant que les intérêts sont payés (y compris par de la nouvelle dette...), qu'elle soit crédible car couverte par les actifs "estimés" de ces états et qu'elle soit acceptée par "le monde qui compte" et qui y trouve avantage..

      Bref, les créances sur ces états seront peut-être, et pour longtemps, considérées comme du "bon argent".... Une nouvelle adaptation du capitalisme dans une économie mondialisée ?

      Supprimer
  2. Petit calcul.
    En estimant la dette publique mondiale (somme des dettes publiques de tous les états du monde) à 50.000 milliards de dollars et en prenant 0.13mm pour épaisseur d'un billet de 1 dollar on obtient une "liasse" d'environ 6,5 millions de kilomètres de haut. Soit plus de quinze fois la distance de la terre à la lune et/ou environ 1/20 de la distance de la terre au soleil.

    Sauf erreur de calcul.

    RépondreSupprimer
  3. Et ce matin c'est au tour de Moscovici... Ils ne prennent jamais de vacances ? Une cure de sommeil ?

    En tout cas, RDV ce soir à 18h pour la publication des chiffre du chômage de septembre.
    ****************
    «La tendance est bien une à une inversion de la courbe du chômage d'ici la fin de l'année, a déclaré le ministre de l'Économie sur iTélé avant d'ajouter que ce pari du président de la république sera tenu».

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme écrit : "Moi je propose une démarche pro active : taper sur les recettes de la rapine, seul levier pour abattre le système, accélérer l'entropie. En clair : expatriation, baisse conso, baisse investissement, baisse revenus."

    Mais c'est déjà ce qui est en train de se produire dans le monde réel.

    Quand un Etat devient hyper-endetté, il finit par faire défaut, les épargnants et les détenteurs de dette souveraine sont ruinés, et ensuite c'est le bordel.

    Bon.

    Donc quand ça arrivera au Japon, aux Etats-Unis, et dans une dizaine d'Etats européens, les épargnants et les détenteurs de dette souveraine seront ruinés.

    En clair : nous allons continuer à subir la baisse de notre pouvoir d'achat, la baisse de nos revenus, la baisse de notre consommation, la baisse des investissements des entreprises privées, la baisse de notre confort personnel, etc, etc, jusqu'au moment précis où les Etats industrialisés se déclareront en défaut de paiement.

    Et à ce moment précis, la crise va commencer.

    Je veux dire : la vraie crise, pas la petite crise que nous sommes en train de vivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais ce sera le fruit d'une lente érosion parce que le "système" sait que ce jour là il y aura rebattage de cartes et aucune garantie aux escrocs du moment de rester en place.
      On peut même imaginer une chute très très lente au point que la "vraie crise" comme dit BA ne se distinguera pas de la chute. La terre et le ciel se rejoignent et plus rien ne les distingue.

      Supprimer
    2. Et surtout, BA, tu viens toi-même d'admettre que ce processus va prendre une éternité : en citant le Japon, qui fait déjà durer le plaisir depuis plus de 20 ans.
      Par contre, complètement d'accord avec toi sur le fait que la majorité des gens ne comprennent pas ce qu'impliquera un défaut des états sur leur dette : ce sont les fonds de pension et les sociétés d'assurance qui morfleront le plus, donc à peu près tout le monde sera touché (plus de retraites = retour des vieux à la maison, augmentation démesurée des primes d'assurance, etc...).

      Supprimer
    3. Au Japon, tout va très bien, madame la marquise.

      Quelque 46,3% du budget de l'Etat nippon d'avril 2013 à mars 2014 est financé par l'émission de nouvelles obligations et le remboursement de la dette représente, lors du même exercice, 24% des dépenses.

      http://www.romandie.com/news/n/Japon_la_dette_depasse_le_million_de_milliards_de_yens33090820131245.asp

      En clair :

      Cette année, le Japon consacre 24 % des ses dépenses au remboursement des intérêts de sa dette publique.

      Je dis bien : 24 % de ses dépenses.

      Et vous croyez vraiment qu'un Etat peut continuer à consacrer un tel pourcentage de ses dépenses au remboursement des intérêts de sa dette publique ?

      Et quand ce sera 50 % des dépenses de l'Etat ?

      Oui, il y aura un défaut de paiement du Japon.

      Non, je ne connais pas la date.

      Supprimer
    4. Oui, mais va jusqu'au bout du raisonnement, stp.
      Ou plutôt au début.
      Depuis combien de temps le Japon joue à ce jeu ?
      Il me semble qu'il a commencé dans les années 80, et qu'il a pris son rythme de croisière dans les années 90.
      Donc, je me répète, ça peut durer très longtemps...

      Supprimer
  5. Franchement marre de BA, qui précédemment nous parle de la dette globale de l'Allemagne comme si c'était caché sans se poser la question de la dette globale des autres pays.

    Voilà qui devrait calmer son cocorico : http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2012/09/global-debt-guide

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cocorico ?

      Où ça, mon cocorico ?

      La France est en faillite, alors pourquoi pousserais-je un cocorico ?

      Supprimer
  6. Il ne se passera rien parce que le monde tourne avec la dette et non avec la décence et la vertu. Les pays prédateurs comme l'Allemagne et la Chine ont besoin des enfoirés de Français et d'Américains pour vendre leurs merdes. La seule question qui hante l'oligarchie compradore est la suivante "Consommateur occidental où es-tu? Où es-tu" Quant au remboursement de la dette, après la séquence croissance (Faisons un rêve!), inflation (Caca boudin!), rigueur (Ciel ma consommation!), il ne restera plus que le hold up des épargnants, mais pas avant que la kleptocratie mondiale et initiée ait mis leurs billes bien à l'abri!

    RépondreSupprimer
  7. qui va finir par détenir toutes les dettes des états?les banques centrales.les banques centrales annuleront alors les dettes et on repartira

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Annuler les dettes, ça veut dire concrètement :

      disparition de l'assurance-vie des Français (massivement placée en obligations d'Etat), disparitions des retraites par capitalisation (massivement placées en obligations d'Etat), etc, etc.

      Supprimer
    2. oui!le phénomène est déja commencé pour les retraites aux états unis,notamment pour les fonctionnaires des municipalités en faillite.de toutes façons des fortunes vont disparaitre. a moins de placer toute sa fortune en or et en oeuvres d'art,tous ceux qui se croient riches(de fiat money)vont tomber de haut.pareil pour l'immobilier,vu a la vitesse ou les gouvernements vont,on peut se poser des questions sur les droits de propriétés

      Supprimer
    3. En voici la démonstration, quand on sait lire entre les lignes, avec le rapport de gestion 2012 d'un fond de pension suisse :

      http://www.previva.ch/images/stories/documents/rapports_gestion/previvano17_final.pdf

      "Après une année 2011 décevante, les marchés financiers ont évolué de façon posi-
      tive en 2012 et les institutions de prévoyance (IP) ont enregistré des performances
      appréciables. Le fonds a pleinement profité de cette évolution favorable. Sa per-
      formance s’est élevée à 7,5% et lui a permis de résorber presque entièrement son
      découvert, son degré de couverture augmentant de 94,2% au 31 décembre 2011
      à 99,8% au 31 décembre 2012.
      La prévoyance professionnelle suisse est fondée sur le financement par capitali-
      sation. Il en résulte que l’augmentation de la longévité et les taux d’intérêt durable-
      ment bas constituent les principaux risques auxquels les IP sont soumises. Les
      IP en général et le fonds en particulier s’y sont adaptés ces dernières années en
      diminuant notamment leur taux d’intérêt technique et leur taux de conversion. Ces
      adaptations permettent, d’une part d’évaluer leurs engagements avec davantage
      de prudence, et d’autre part de diminuer le rendement minimum nécessaire pour
      financer les prestations. Ces mesures renforcent les bases financières des IP et
      contribuent aussi à leur stabilité financière qui est l’une des tâches principales de
      tout conseil de fondation. C’est précisément pour assumer pleinement cette res-
      ponsabilité que le Conseil a décidé, en décembre 2012, de reconduire les mesures
      d’assainissement en cours."

      On a déjà commencé à vous enfler grave, mais chut, il en faut pas paniquer. On a besoin de continuer à toucher nos salaires en faisant n'importe quoi avec votre argent, qui ne correspond plus qu'à des créances de dettes sans valeur.

      Supprimer
  8. l’Allemagne suis la France dans son effondrement
    L’énorme dette cachée de l’Allemagne 7000 milliard
    L’Allemagne serait donc endettée à hauteur de 185 % de son produit intérieur brut et non pas 83 % comme officiellement annoncé.
    http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/981331-l-enorme-dette-cachee-de-l-allemagne
    croissances allemandes 2011 + 3,3% – 2012 + 0,7% – 2013 + 0,4%

    RépondreSupprimer
  9. Bande de serfs ! Taisez vous ! La ferme ! Et payez !

    Les effectifs des cabinets ministériels... en hausse de 7 %.
    http://tinyurl.com/pbb7k9h

    Tu payes, tu la fermes, et je te marche sur la gueule.

    Et n'oublie pas le E accent aigu à la fin de "austérité"....

    RépondreSupprimer
  10. mouais, bof : je préfère la dette nationale = publique + para-publique + privée (ménages et entreprises) rapportée au PIB à établir sur une base commune pour tenir compte des secteurs qui sont publics (activité hors PIB) chez les uns et privés chez les autres (activité dans leur PIB)

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
  11. http://bretagne.france3.fr/2013/10/23/des-interimaires-roumains-employes-par-gad-josselin-56-344307.html

    RépondreSupprimer
  12. BA est un panneau indicateur : il donne la direction ou l'on va mais pas la distance qu'il reste pour y arriver. C'est deja pas si mal. :)
    Hollande fait du contresens, : il voit la crise dans le rétro-viseur mais c'est parce qu'il est en marche arrière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle analogie, ça me fait penser aux panneaux dans le sud est de la France qui indique Barcelone.

      99.9999% des automobilistes qui passent devant ce panneau, n' iront pas à Barcelone.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.