samedi 30 novembre 2013

30 novembre, la météo annonce entre 5 et 10°C, les manifestations fleurissent

   Manifestations anti-écotaxe ce samedi : la liste des barrages routiers dans toute la France (LCI)
Les routiers de l'Organisation des transports routiers européens prévoient de mobiliser 4.000 camions pour bloquer les routes françaises ce samedi. Voici la liste des perturbations région par région.

   Ras-le-bol fiscal : manifestation aujourd’hui à Paris (ContrePoints)
Différents mouvements spontanés incarnant le « ras-le-bol fiscal » (Bonnets rouges, Tondus, etc.) appellent à manifester aujourd’hui à Paris, à 15h place du Châtelet.

   À Carhaix, les «bonnets rouges» veulent démontrer que la flamme brûle encore (Le Figaro)
Après le succès de la manifestation de Quimper, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes au début du mois, les organisateurs misent cette fois sur un rassemblement familial à Carhaix.

   Le Front de gauche marche dimanche sur Bercy pour lancer « la révolution fiscale » (Le Figaro)

Et je vous passe le blocage hier par les auto écoles, les manifs anti loi prostitution, etc etc...

Qu'est ce que ça va être quand il va faire beau, dans un climat électoral surchauffé politiquement...

16 commentaires:

  1. On va les saigner. Petits bouts par petits bouts.

    Et tu oublies les grèves perlées... localisées... celles dont on ne parle pas.

    Exemple : la semaine dernière... certains arrondissements parisiens subissaient une grève perlées des... éboueurs.
    Pourquoi ? Comment ? Mystère.

    La Poste aussi est une spécialiste de ces mouvements, qui peuvent durer en plus.

    Bref. On va foutre la merde. On va les empêcher de dormir. En permanence. Un lent grignotage, le supplice chinois... Ce qui contribuera à faire monter l'exaspération générale.

    On ne va plus les lâcher.

    La peur doit changer de camp.

    RépondreSupprimer
  2. je croyais que François XVI était remonté dans les sondages, racisme etc etc

    - non en faite, pas vraiment juste un petit plaisir téléphonique, le porte monnaie avant tout .

    RépondreSupprimer
  3. ouais, bah chez moi il neige, les beaux niais rouges congestionnent la rocade et pourrissent la vie des locaux. Ils ont qu'à aller pourrir les centres de décision, pas emmerder le peuple...à moins qu'ils fassent juste semblant pour avoir leur petite exonération ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très juste ! Ces Gens là sont des SUBVENTIONNES qui deviennent SUBVERSIFS parce qu'on touche à leur SUBVENTION.... Pas moyen d'en sortir. Quand c'est bouché, c'est bouché.

      Supprimer
  4. Les bonnets rouges vont se jeter dans la gueule du loup régionaliste, j'en ai bien peur. L'ennemi va canaliser la colère à son avantage.
    Voter contre le système et appliquer la méthode Cantona sont aussi des solutions bien plus contraignantes.

    RépondreSupprimer
  5. En croyant s'en prendre à l'Etat c'est la Nation qu'ils vont tuer.

    Pour le plus grand bonheur des profiteurs qui n'attendent que ça : arrêter de payer pour ces salauds de pauvres.
    Et c'est là que Babel (je parle en style Tonio) les attend.

    Toujours une guerre de retard...

    RépondreSupprimer
  6. peut on encore parler de nation française ?là est la question
    il reste une minorité de "gaulois" tout le reste se prosterne devant l'idéologie babellienne ...
    parmi les habitués de ce blog combien passent aujourd'hui aux yeux de leur entourage pour des dingues ?

    parler à haute voix et de manière visible vous conduit inévitablement à ^tre regarder comme un cas psychiatrique ..!!

    la résilience du système tire sur sa fin....ça va continuer à se dégrader par paliers jusqu'au moment T ....à ce moment se fera l'atterrissage ...sans parachute ....


    RépondreSupprimer
  7. Tout est dit dans la dernière phrase ....



    M. Troadec, par ailleurs maire DVG de Carhaix, en référence à la manifestation de Quimper qui avait rassemblé entre 15.000 et 30.000 personnes le 2 novembre dernier.

    "On attend François Hollande en Bretagne pour qu'il lance la régionalisation de la France", a-t-il ajouté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concernant la "régionalisation"... il se pourrait que ce soit une idée... anti-babel.

      En effet, de prime abord, l'idée est de détruire la nation. Pas cool.

      Mais... suivez-moi... la nation n'existe DEJA plus. Elle a été dynamitée par l'immigration stupéfiante que nous subissons depuis 30/40 ans, soustendu par un projet idéologique mortifère.

      Alors... est ce que la modernité ne serait pas de reconnaître -finalement- que les Corses avaient raison ?

      Jeune, je me souviens, les Corses m'insupportaient. Je les voyais comme des gens du tiers monde, qui vivaient à nos crochets, et qui en plus se permettaient de foutre des bombes, des "terroristes" qui paradaient à la télé avec des masques grotesques et des armes.

      Oui, j'étais dans la caricature.

      Mais aujourd'hui, j'ai changé d'avis. Les Corses ont raison. Raison de dire : "ici, c'est chez nous, si tu veux venir tu me demandes poliment, sinon je te casse la gueule et je dynamite ta saloperie de villa ou ta saloperie de foyer Sonacotra".

      Les Corses rejettent l'immigration, et là encore ils ont raison. Ils sont chez eux.

      Les Corses ont dit merde au bétonnage.

      Les Corses conservent jalousement leur identité, les moeurs (étranges parfois).

      Les Corses, au fond, emmerdent la planète entière, et c'est très bien ainsi.

      Voyez mon raisonnement ? Alors pourquoi ne pas faire la même chose dans d'autres régions ? Alsace, Bretagne etc.

      Je résume ;
      -prendre acte de la destruction de la "nation"
      -se réfugier dans des réduits régionaux, homogènes, défendant jalousement leur identité

      ?

      Supprimer
    2. "la régionalisation de la France"
      ouaip, deux interprétations possibles !

      yongtai

      Supprimer
    3. D'accord avec anonyme de 11:01
      Ce refuge dans la région est d'ailleurs visible dans d'autres endroits en Europe comme en Autriche par exemple où je suis depuis 1 an et demi...
      Les gens voient dans la région, une protection contre l'autorité de Vienne / Bruxelles.

      Supprimer
    4. Non, les régionalistes ont tort. Il s'en apercevront trop tard. Ils seront euro-régionalisés et ils seront totalement dominés par Bruxelles. Pourquoi les bonnets rouges ne vont pas tout péter à Bruxelles ?
      "Les Bretons ne construiront pas la Bretagne en déconstruisant la France"

      Supprimer
    5. Les bretons n'ont aucune intention de déconstruire la France. Ils expriment certainement plus l'idée d'une RE-CONSTRUCTION de cette dernière.
      Alors pourquoi projeter sur toute manifestation à caractère peu peu ou prou régionaliste une analyse exclusivement binaire ?
      Ca ne tient qu'à nous d'arrêter de nous lamenter et de relever la mêlée, non ?

      Supprimer
    6. "Pourquoi les bonnets rouges ne vont pas tout péter à Bruxelles ?"

      Peut-être que les Belges ne leur ont rien demandé ?

      Supprimer
  8. "On attend François Hollande en Bretagne pour qu'il lance la régionalisation de la France", a-t-il ajouté.

    C'est cuit, on s'en sortira pas. Le système va gagner. Le bonnets rouges vont être les idiots utiles et les fossoyeurs de la France.

    RépondreSupprimer
  9. Certains invités des plateaux aux médailles d'experts en tout genre s'accordent à dire que dans le coup de gueule des bonnets rouges il y aurait contradiction pour à la fois demander plus d'autonomie locale et plus de subventions à l'Etat. C'est une façon peu honnête de traiter le sujet. Effectivement certaines entreprises de l'agroalimentaire ont émargé largement sur des fonds européens , désormais révolus, de primes à l'exportation. Avec la sainte bénédiction du syndicat vertical qu'est la FNSEA et le soutient aveugle à cette dernière de tous les ministres de l'agriculture qui se sont relayés depuis plus de 40 ans. Appelons un chat un chat, ce paradoxe ne tient pas au caractère identitaire du mouvement des bonnets rouges. Si ça flatte son petit ego jacobin pour diaboliser toute initiative d'essence autre que celle d'une conception de l'Etat datant de Louis XI, autant dire des conneries ou se mentir à soi-même.
    Ensuite la revendication réellement portée majoritairement par les bonnets rouges s'adresse à ce reste d'Etat pour intercéder auprès de l'Europe sur de fortes distorsions de concurrence notamment avec l'Allemagne qui profite de main-d'oeuvre d'origine de l'Europe de l'Est à très bas coûts. Où est-donc l’ambiguïté dans cette démarche quand elle s'accompagne d'une volonté de prendre son avenir plus localement ?
    En continuant à maintenir certains paramètres figés intégrant l'équation matricielle dans laquelle s'insère notre problématique spécifiquement hexagonale, on n' aura que peu de chances d'y arriver. Personnellement, les idées arrêtées, qu'elles soient jacobines, basques, corses ou alsaciennes, elles m'irritent car elles rendent les solutions toujours plus improbables ou, pour le moins, peu durables. C'est plus mathématique que politique !!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.