vendredi 22 novembre 2013

Allemagne : Merkel annonce la création d'un salaire minimum

Allemagne : Merkel annonce la création d'un salaire minimum
Le Monde, 21/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La chancelière Angela Merkel affirme que l'Allemagne va se doter d'un salaire minimum généralisé. "Nous allons décider des choses que, au vu de mon programme, je ne considère pas comme justes, parmi elles un salaire minimum généralisé", a déclaré, jeudi 21 novembre, la chancelière dans un discours à Berlin, évoquant les négociations en cours entre son parti conservateur et les sociaux-démocrates (SPD) pour former un gouvernement.

"Une appréciation réaliste montre que les sociaux-démocrates ne vont pas conclure les négociations sans" un salaire minimum, une de leurs revendications centrales, a-t-elle reconnu, ne livrant aucun détail sur son niveau ou sa date d'introduction.

Vous savez ce que je pense du concept de salaire minimum. Le chômage va juste exploser. Du salaire minimum, on peut en faire, mais par de la redistribution a posteriori, pas en fixant un seuil.

Encore une trahison du petit peuple par la fausse gôche.

Et j'annonce dores et déjà une explosion du chômage en Allemagne.

10 commentaires:

  1. En même temps 8.50€ de l heure pour l Allemagne...Faut pas abuser si ça créée du chômage c est pas plus mal à ce prix là. Faut quand même remarquer que l Allemagne fait du dumping social.
    Ne pas avoir de salaire minimum et utiliser un impôt négatif je suis d accord sur le principe. Mais ça peut pas marcher en zone euro où tout le monde à la même monnaie et personne a les mêmes conditions de salaire. Sinon les entreprises vont juste utiliser la concurrence des différents pays sur les salaires et aller vers le pays au coût le plus bas. Avec des monnaies indépendantes ça se répercuterait sur le taux de change mais là c est pas le cas vu qu on a tous la même monnaie donc ça va juste être la course au pays qui paye le plus bas salaire pour tous les jobs non qualifiés notamment.
    Tu me corriges si je me trompe qqpart mais ç est la vision que j en ai.

    RépondreSupprimer
  2. Faut regarder dans les details. Ca pourrait aussi tres bien se solder par une hausse de la productivité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non mais tu déconne la productivité occidental elle n'existe pas, productivité = consommation = clique de souris d'importation de produit.

      Supprimer
    2. La caissiere de supermarché elle clique sur une souris ? Et le serveur du bar du coin il te sert une biere en l'important de chine ?

      Supprimer
    3. Tu confonds productivité et production en fait .......

      Supprimer
  3. Si tu veux un impot negatif, faut bien le financer, donc prelever des cotisations quelque part. T'as beau avoir plus de cotisants car moins de chomage, tu as un ratio de cotisateurs plus faible, car des salaires plus faibles. Tu preleves alors comme un bourrin sur tout ce qui depasse le salaire implicitement minimum. Donc au final tu incites a embaucher a salaire toujours plus bas... Je crois que tu ne mesures pas la nocivité de la spirale qui s'enclenche. Essai de prendre tous les mecanismes en compte dans ton raisonnement, parce qu'actuellement il ne tient pas la route.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouai ça me semble assez juste ça. Si quelqu'un aurait un article sympa à proposer sur le sujet de l'impot négatif, je suis intéressé.

      Supprimer
  4. "par de la redistribution a posteriori"

    Subventionner les bas salaires, c'est largement fausser le prix des réels des services bas de gamme.

    Je vois bien où tu veux en venir mais ce n'est pas la bonne solution car tu ne subventionnes que les boulots merdiques alors qu'on aurait plutôt intérêt à conserver nos boulots bien payés.

    La TVA est l'arme absolu mais si tout le monde l'utilise, elle se neutralise.

    RépondreSupprimer
  5. Le chômage va exploser car les Allemands sont en concurrence direct avec notamment les salaires Chinois.

    RépondreSupprimer
  6. Vous avez tous les deux tord... il ne s'agit pas d'optimiser, ni d'augmenter les prélèvements (quelle que soit leur forme)... mais bien de les réduire. Globalement.

    Donc exit la TVA, exit les cotisations, exit le salaire minimum et tous ces galimatias.

    Pour en revenir à l'Allemagne, je vous avais dit que Merckel était une as de l'entrisme, ni conservatrice, ni libérale... juste une hypocrisie extrême, une volonté de pouvoir durcie à la RDA, Stasi style.

    Ce dernier délire autour d'un salaire minimum en est la preuve absolue.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.