vendredi 8 novembre 2013

Babel en pleine lumière

Un petit extrait très intéressant, où un "historien" babelien essaie d'excommunier Lorent Deutsch pour son dernier livre, pour avoir osé décrire l'histoire de France objective au petit peuple :
"On est les héritiers d’une histoire. – Non ! C’est réactionnaire." - Lorànt Deutsch face à Gilles Verdez (5 novembre 2013)
D8 via Egalité & réconciliation, 07/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien


Ce qui est intéressant, c'est qu'il y a 10 ans, Deutsch aurait été obligé de baisser les yeux et de dire pardon à ce petit inquisiteur babelien. Mais aujourd'hui, ça ne passe plus, et le reste du plateau prend même le parti de Deutsch.

Ce genre de scène est très éclairante.

Babel n'arrive plus à imposer sa dictature sur les cerveaux de la majorité.

La poursuite de l'agenda babelien nécessite désormais de rentrer en guerre ouverte contre le petit peuple décent et enraciné. Et ça en devient indéfendable. Et surtout visible.

Tant qu'on a eu l'UMP au pouvoir, qui servait l'agenda tout en faisant croire qu'elle était du côté du petit peuple décent et enraciné, ça arrivait à passer.

Mais l'arrivée du PS au pouvoir d'une certaine manière a été une bénédiction dans la mesure où désormais Babel s'expose en pleine lumière. Et cette fois, le PS n'est pas tenu par un droitard à faux nez comme Mitterand. Toutes ces forces babeliennes ont muri, l'agenda a avancé, et elles s'expriment ouvertement.

Ça me fait penser à cette phrase de Brzezinsky qui s'inquiétait que les gens se mettent à lire et à comprendre...

L'agenda est chaque jour plus clair et limpide. Cette conférence de Belghoul sur l'éducation nationale et l'étape suivante planifiée est également très éclairante. Même si je ne gobe pas tous les détails, la ligne générale est effectivement celle là.

L'agenda est très clair. Et on peut le simplifier en : indécence et déracinement pour tous.

Dans ce cadre là, on comprend très bien la petite liste de l'électorat naturel décrite par Terra Nova en son temps : immigrés, boboland CSP+, homos, et ponctionnaires. Figurer sur cette liste, c'est à dire être compris par Babel comme un kapo potentiel, étant en réalité, particulièrement insultant, et vous faisant rentrer de fait dans la 5ème colonne.

Le Parti socialiste, continue d'essayer de faire croire qu'il est sur une lecture de lutte des classes, mais chaque jour qui passe montre bien qu'il devrait plutôt s'appeler Parti des Frères la Truelle Babeliens. Mais forcément c'est moins vendeur pour attraper le couillon décent et/ou enraciné et le faire voter contre ses intérêts.

Sauf que voila, ça ne marche plus. L'attaque est trop violente. L'agenda va trop loin désormais. Chaque avancée festiviste vers l'Homme Nouveau rentrant en conflit trop fort avec les autres tendances profondes de chacun, tout homme n'étant généralement pas festivste en tous points (n'est pas Cohn Bendit qui veut). J'en veux pour preuve les festivistes migratoires des banlieues qui ont du mal à manger au festivisme homo. Ou encore les homos qui ne doivent que très peu goûter le festivisme migratoire...

Ainsi, on a vu dernièrement dans un sondage, qu'Hollande tombait dans l'électorat homo. Comme quoi les homos ne sont pas le petit lobbye d'extrémistes LGBT, et qu'ils ne sont pas les petit kapos babeliens déracinés/indécents qu'on nous a présentés.

Et je pense qu'il va en être de plus en plus de même pour les immigrés et leurs enfants. Babel a mangé son pain blanc chez ses gens là également.

Les fonctionnaires, également, qui se mangent en pleine face la réalité babelienne, ils sont en train de les perdre.

En fait, il ne reste plus à Babel qu'une seule véritable clientèle, comme les sondages le montrent d'ailleurs, à savoir les CSP+ de centre ville. Et c'est logique. C'est par construction même de cette catégorie sociale. Les babeliens ayant verrouillé toute l'élite, désormais, pour monter dans la hiérarchie, la soumission à Babel est une condition sine qua non, passant bien avant toute notion de compétence (la compétence étant même nuisible pour être promu, dans certains cas). Le système place des kapos, partout, depuis 10 à 20 ans. Il gère l'ancienne élite, de 50 ans et plus, en extinction ou en la virant doucement. Mais pour tout nouveau promu désormais, c'est soumission obligatoire. Et ce, de plus en plus bas dans la hiérarchie. Quand au début, ça ne se donnait pas à voir au petit gusse du bas N+0, et que ça concernait les N+3, désormais, ça descend jusqu'aux N+1, voire N+0 pour ceux qui sont en avance.

D'ailleurs, pour ceux qui ont des enfants en âge de faire des études, hormis dans les sciences où la sélection se fait encore à la compétence, dites leur bien que la première condition pour réussir, c'est la soumission à Babel, la compétence n'étant que très secondaire, voire nuisible. Et si jamais ils étaient insoumis à Babel, c'est redhibitoire. Qu'ils abandonnent déjà toute idée de faire carrière dans le journalisme, l'éducation supérieure, la culture, la politique, le commerce, le management, etc etc...

A moins que, et on le voit monter de plus en plus, la dissidence à Babel, c'est à dire au déracinement et à l'indécence pour tous, et dont je suis persuadé que la majorité du peuple est proche, arrive à exister et à se faire voir du petit peuple sous lavage de cerveau permanent, ce qui commence, grâce à Internet.

Selon cette lecture d'ailleurs, on comprend très bien que malgré l'explosion des impôts, la popularité du PS PFTB ne tombe pas chez les CSP+, au contraire. Tout ce petit monde, très largement illégitime (le petit peuple a pu admirer depuis 30 ans l'incompétence généralisée de tout cette petite élite décadente), sait parfaitement qu'il doit sacrifier un peu de l'accessoire, pour sauver l'essentiel, c'est à dire leur place dans la hiérarchie sociale. Il s'agit de faire croire au peuple que la question se pose encore sur une lecture de classe. Sachant pertinemment qu'une fois que Babel aura éliminé toute contestation, l'élite illégitime se goinfrera de nouveau.

33 commentaires:

  1. "On est les héritiers d’une histoire. – Non ! C’est réactionnaire."
    Cette phrase est énorme.

    Lorent Deutsch est surprenant, très cultivé, très patriote. Et on voit qu'il est obligé d'utiliser, fortement, sa crédibilité personnelle et sa popularité de "petit mec sympa" et d'acteur aimé des français pour seulement arriver à faire percer ses idées face à la patrouille babélienne.

    Dis autrement, celui qui n'est ni populaire, qui n'a pas une tête de petit bonhomme sympatique ou qui n'a pas des ancêtres déportés ou autre chose, NE PEUT PAS faire passer ces idées là, c'est à dire tradition, héritage, Histoire, sans se faire traiter de facho, réactionnaire etc.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vu cette séquence à la télé "en direct", et je me suis mis à pousser des gueulantes tout seul dans mon coin contre la Police de la Pensée représentée par ce Gilles Verdez dont j'ignorais jusque là l'existence. Avec le chroniqueur de "On n'est pas couché", Aymeric Caron, on remarque que la spécialité des gauchos, c'est d'attaquer sur les "non dits", sur ce qu'ils croient lire "entre les lignes". C'était impressionnant quand Obertone présentait son livre "La France orange mécanique". Bref, le procès d'intention permanent. On nage en plein 1984.

    Petite lueur d'espoir, néanmoins, et en cela je rejoins tes commentaires récents Tonio, il semblerait que même le "peuple de gauche" ne soit plus dupe: lire les commentaires des internautes sur la chronique de Bruno Roger-Petit (véritable Obersturmführer de la pensée unique) sur le NouvelObs ("La Pravda") concernant cet épisode: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/966365-d8-cyril-hanouna-laisse-gilles-verdez-clasher-lorant-deutsch-vive-la-tele-en-liberte.html

    RépondreSupprimer
  3. la nouvelle classe dominante c'est les intellectuels les socialistes= journalistes, profs, artistes,... et c'est la même classe à l'UMP (médecin, avocat etc...), ce qui explique l'UMPS
    la classe la plus en difficulté c'est la classe productive (ouvrier, salariés du privé, artisan, agriculteur etc..qui va vers le FN (en partant du communisme)
    on peut voir le méprit du journaliste (classe des privilégiés) pour les classes productives 'l'histoire c'est dangereux ne faut pas éduquer les classes laborieuses...

    RépondreSupprimer
  4. "hormis dans les sciences où la sélection se fait encore à la compétence"

    Pour moi "La Science" est le dernier rempart derrière lequel s'abrite Babel. En fait, pas "La Science" mais une science faite par Babel et pour Babel.
    J'ai récemment entendu un économiste babélien en difficulté sur un plateau télé s'en tirer(?) en disant qu'il ne faisait que répéter ce que disait un prix Nobel d'économie. Mais qui décerne les prix Nobel d'économie? Babel évidemment, ce n'est pas par hasard si l'immense majorité de ces prix Nobel sont anglo-saxon!
    Les recherches scientifiques sont orientées. Orientées par qui? Par Babel bien sûr! Babel a intérêt au néo-darwinisme (hasard des mutations et nécessité de la sélection) donc Babel subventionne les recherches qui vont dans ce sens: Babel subventionne les proba-stat car on manipule les stats comme on veut, Babel distribue les chaires d'université aux darwiniens, etc.
    Babel autorise Jacquard, darwinien, statisticien des populations (brave homme au demeurant) à faire billet sur France Q. Babel autorise l'émission d'Ameisen "Sur les épaules de Darwin, sur les épaules des géants" sur France Inter le samedi (ou dimanche?) matin.
    Babel a intérêt au réchauffement* climatique car il a décidé de faire du business avec: subventions quasi-illimitées aux réchauffistes, misère pour les autres.
    Etc.

    * Je suis matheux. Ma spécialité est la théorie mathématique de la prédiction. Depuis l'effondrement des théories prédictives analytiques (déterminisme laplacien) pointé par Poincaré, on découvre que le problème est beaucoup plus compliqué que prévu. Alors on cherche (une conjecture qui date de 1935 vient d'être résolue). Mais nos économistes et climatologues n'en ont cure: le coeur de leurs méthodes de prévisions est toujours la théorie analytique laplacienne, coeur noyé dans une gangue stochastique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. >> "Depuis l'effondrement des théories prédictives analytiques (déterminisme laplacien) pointé par Poincaré, on découvre que le problème est beaucoup plus compliqué que prévu" : tu fais allusion au pb des 3 corps ?

      >> "(une conjecture qui date de 1935 vient d'être résolue)" : laquelle ?

      --neuneu.

      Supprimer
    2. Je continue dans la même veine en commentant le titre: "On est les héritiers d’une histoire. – Non ! C’est réactionnaire."

      Pour un néo-darwinien l'évolution se fait par le hasard des mutations génétiques et par la sélection "naturelle". Il suit pour moi que nous ne pouvons pas avoir de conscience innée de notre propre histoire, seulement une conscience acquise.
      Pour un lamarckien, la sélection par l'affectivité remplace la sélection par la mort et il y a possibilité d'action du soma sur le germen, transmissible héréditairement. Selon René Thom que j'interprète librement le génome est alors le livre de notre histoire affectivement vécue, de celle de nos ancêtres, de celle de notre espèce.

      Deutsch lamarckien sans le savoir? Verdez néo-darwinien en le sachant?

      Supprimer
    3. @ neuneu

      1. Oui. Poincaré s'est aperçu qu'il y avait extrême sensibilité aux conditions initiales pour le problème des trois corps (effet papillon): déterminisme théorique mais indéterminisme pratique et donc impossibilité pratique de prévision. Une méthode fiable de prévision ne doit pas être trop sensible aux inévitables variations des paramètres de contrôle (conditions initiales, aux limites, etc.).

      2. Conjecture de Whitney.

      Supprimer
    4. A propos de "hormis dans les sciences où la sélection se fait encore à la compétence".
      "Mais qui décerne les prix Nobel d'économie? Babel évidemment, ce n'est pas par hasard si l'immense majorité de ces prix Nobel sont anglo-saxons!" ai-je répondu le 08/11/13 11:18. Voilà comment ça marche (source: http://ress.revues.org/671?lang=en )
      "Soucieuse de la tournure prise par l’enseignement postgrade aux Etats-Unis, l’American Economic Association a mené en 1991 une enquête auprès des ­étudiants de la voie doctorale dans 91 départements de sciences économiques ­américains. L’ordre d’importance accordé à quelques éléments garants de leur succès par de jeunes docteurs en sciences économiques entrant sur le marché du travail académique américain est édifiant. En tête viennent les connaissances en mathématiques et les bons rapports avec les « noms qui comptent dans la profession », suivis loin derrière en troisième et quatrième places par une bonne compréhension des structures de l’économie américaine et des institutions qui la régissent.

      Une nouvelle et nième étude sur le publish or perish américain vient récemment de confirmer que, lorsque, à cette fascination pour le formalisme, vient s’ajouter une structure professionnelle extrêmement hiérarchisée et concurrentielle, la peur d’une remise en cause du paradigme dominant est l’expression d’une lutte pour la survie académique des nouveaux docteurs américains. Depuis une vingtaine d’année, l’évolution de la théorie économique est totalement fonction de ce qui se passe aux Etats-Unis ; et aux Etats-Unis, la théorie économique est totalement déterminée par les intérêts des 1’500 nouveaux docteurs en économie qui cherchent un emploi dans les 3’000 institutions d’enseignement supérieur. La seule manière d’obtenir un emploi dans un marché aussi compétitif est de publier « the right papers in the right Journals ». Parmi les 300 revues scientifiques en anglais publiées aujourd’hui, la priorité absolue est donnée à une douzaine de grandes publications expertisées, en général, par les directeurs de thèse des candidats à un poste d’enseignant. Ces experts auront nécessairement un biais en faveur d’articles qui inévitablement reproduiront ou généraliseront certains de leurs thèmes favoris. De plus, compte tenu du coût d’acquisition de l’instrument formel tant par les experts que par les auteurs, il est parfaitement rationnel pour les uns comme pour les autres de ne pas sortir des sentiers battus du formalisme ambiant : l’article est plus simple à écrire et plus simple à évaluer. Lorsque l’on sait que 4 à 5’000 articles sont publiés chaque année (ce qui implique un taux de refus moyen de l’ordre de 90 %), et qu’il y a environ 2 à 300 experts pour les revues de premier plan, point besoin d’être grand clerc pour comprendre que le jeune docteur de 30 ans à un intérêt vital à publier un article aussi conforme que possible aux canons dominants. Trois ans plus tard, devenu lui-même un expert pour la même revue, il appliquera des critères identiques. La boucle sera alors bouclée. Quel chercheur en début de carrière, raisonnablement intéressé par sa discipline et son futur professionnel, risquerait-il de travailler dans un domaine hors du paradigme dominant pour soumettre des articles proposant des idées soit originales soit axées sur le problem solving plus que sur le formalisme."

      Voilà ce qu'il advient de la science économique lorsque l'on se comporte en homo oeconomicus! L'article est pour moi intéressant parce qu'il oppose l'homo oeconomicus à l'homo sapiens.

      Supprimer
  5. Les kapos comme Verdez subsisteront et continueront à nous pourrir la vie tant... que le Leviathan n'aura pas été mis en faillite.

    Tout est affaire de pognon. Coupons les vivres de l'état mafieux, et ces gens -et leurs idées- disparaîtront.

    Je comprends votre frustration et votre colère, mais il ne faut pas confondre cause et effet. Il ne sert à rien de "débattre" avec ces clowns.

    Il faut simplement supprimer l'écosystème (parasite) qui leur permet de vivre, leur couper l'oxygène, les asphyxier.

    Donc, accélérons la mise en faillite de l'état : baisse des revenus, de la consommation, des investissements. Et pour ceux qui le peuvent : expatriation.

    RépondreSupprimer
  6. Non, mais les gars, on se détend un coup. Gilles Verdez, il est autant historien que Ronald McDonald. Ce mec est commentateur de football, alors bon, c'est sûr que quand on fréquente la fine fleur de l'équipe de France, il en reste des séquelles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même assez triste d'utiliser un extrait de "Touche pas à mon poste" pour parler de culture.

      Tonio, est-ce pour montrer que les Français sont des ignares?

      Supprimer
    2. J'adore quand Verdez dit qu'il est historien et que Deutsch lui demande : "historien du football ?".... MDR

      Supprimer
  7. Et il est bien ce livre ou pas? Car il me tentait bien.

    RépondreSupprimer
  8. On mélange pas un peu trop les genres, Babel et la Truelle et l'Histoire ?
    Bon certes, ce gouvernement instaure la dictature du Grand Orient, mais le PS a toujours marché comme ça ; rien de bien nouveau sous le soleil.
    Quant à parler d'agenda... peut-être dans les rêves de certains, mais ils vont déchanter.

    Ils sont juste mauvais, point.

    Le reste, c'est la logique de la géographie, de la démographie et des ressources qui déterminera la tendance lourde. Et comme tout se paye cash à faire de l'immigration au forceps, ça nous promet des lendemains qui déchantent sévèrement. Parce que le French Dream, c'est pas Hollande qui va l'inventer...

    RépondreSupprimer
  9. Petit détail mais qui en dit long sur une certaine partie la prétendue dissidence: Eric Zemmour, qui n'a de cesse de fustiger l'immigration, les Roms, les lobbys homos et j'en passe, a récemment signé main dans la main avec le plus-festiviste-tu-meurs Frédéric Beigbeder un manifeste réclamant leur droit d'aller aux putes, rien que ça.
    La prostituée, stade ultime du déracinement, où plus rien ne lui appartient vraiment même pas son corps, loué contre argent à des petits mâles dominants en manque de paillasson sexuel. Zemmour peut être contre l'immigration et contre la GPA (location d'utérus), par contre aller au bois de Boulogne louer le corps d'une jeune sans-papiers ça le dérange pas visiblement. Ça donne une idée de la common decency de certains réacs. La double pensée, comme disait George Orwell...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais puisqu'il vous dit qu'il ne veux plus d'immigrés, pourquoi insistez-vous avec votre pute "sans papiers"....

      Dans son monde à lui, il a le droit d'aller aux putes et celle-ci sont françaises.

      Vous avez trop d’imagination, vous marchez sur des nuages mais vous ne me ferez pas croire que vous n'avez pas, vous aussi, comme nous autres, de paillasson...

      Supprimer
    2. Qu'elles soient françaises ne change rien au problème concernant la prostitution, il s'agit d'une marchandisation du corps, forcée par la misère dans l'immense majorité des cas, et c'est en soi inacceptable.
      Si cela ne vous choque pas et si pute vous semble un métier comme un autre peut-être le conseilleriez-vous à votre fille en lui disant qu'il y a de bonnes opportunités à l'international
      http://www.dailymotion.com/video/xx5duv_jean-claude-michea-sur-la-societe-liberale-la-prostitution_news
      Ce n'est pas le métier que je souhaiterais à ma fille, ce n'est pas le genre de rapports homme-femme que je vis et que je souhaite voir autour de moi, c'est l'opposé absolu de l'enracinement. Si vous croyez avoir besoin de paillassons humains pour vivre vous êtes bien loin de répondre pour vous-même et pour les autres au besoin de liberté, au besoin d'honneur, au besoin d'ordre.
      Le fait que certains réacs s'allient aux libéraux festivistes dans la défense de la prostitution montre bien l'hypocrisie des premiers dans leur contestation de l'ordre existant.

      Supprimer
    3. Désolé Norilsk, mais le fait qu'elles soient françaises ou non est justement crucial dans la destruction de ton argumentation initiale.
      Qu'ensuite, ce ne soit pas le boulot que nous souhaitions pour nos filles, j'en conviens. Mais ca, c'est un autre problème.

      Supprimer
    4. française ou non une pute reste une pute avec tout le mépris social qui va avec.
      Norilsk a raison de pointer la complète incohérence des "dissidents" qui s'allient aux libertaires quand ça les arrange...

      Supprimer
    5. "Destruction", t'y vas fort. En supposant que Zemmour s'oppose sincèrement à l'exploitation des sans-papiers, qu'il est pour une "prostitution made in France", c'est marginal en ce qui concerne son point commun avec les festivistes, à savoir l'acceptation et la légitimation de la marchandisation de tout, y compris du corps de celles qui dans les conditions actuelles n'ont pas d'autre choix pour survivre. Comme dissident au système et défenseur de la common decency, on trouvera mieux ailleurs.

      Supprimer
    6. Réponse à Norilsk;

      Je comprends ton courroux et le partage. En même temps l'intensité du débat sur ce sujet, mais pas sa densité qui quant à elle me paraît "faiblote", semble indiquer une autre dimension dont peu osent en parler. C'est celle de la désexualisation de notre espèce. En clair, l'aspect de plus en plus androgyne des nouvelles générations, une baisse assez perceptible de la libido dans sa globalité, y compris collective, ne peut pas être ignorée. Et ce genre de débat en est l'illustration flagrante. La perspective du maintien de notre espèce en laboratoires avec les fameux alfa,béta etc devient de plus en tangible avec la prochaine étape d'un cadre juridique pour la GPA et la LMA. La normalité qui est en train de s'instaurer est celle d'une désincarnation de l'entité familiale (avec le dernier retentissement de l'interdiction de la fessée... non habillée), c'est limpide. Moi, j'interprète ce genre de débat tronqué comme étant un moyen de mieux asseoir cette prétendue "Normalité", celle d'individus dépossédés de leurs droits à se reproduire librement. C'est déjà le cas pour la reproduction sexuée des espèces végétales avec l'interdiction des semences fermières. au seul bénéfice du syndicat des obtenteurs qui pourront bénéficier d'allocations même sur des espèces qu'ils n'ont jamais améliorées ou touchées. C'est la main-mise sur le vivant. Alors quand certains manifestent leur ras-le bol même sur un sujet très délicat, j'écoute et ne jette pas pour autant à la poubelle le message sous-jacent que cela sous-tend.

      Supprimer
    7. @Norilsk

      "Zeymour s'oppose sincèrement"....

      Vous remettez en doute sa sincérité et cela relève ni plus ni moins que du procès d'intention...

      Et je vous trouve assez sectaire lorsque vous affirmez qu'en matière de dissidence, "on" (sic) trouvera mieux ailleurs...

      Il me semble que l'"on" (sans sic ; ) nage dans le plus parfait arbitraire et peut être même, allez savoir, dans la propagande la plus cynique.

      Supprimer
    8. @Eric Etchamendy aspaldikoa! :-)
      les enfants en bocal on en causait ici récemment http://auxinfosdunain.blogspot.fr/2013/11/de-lineluctabilite-de-lavenement-des.html
      la question de la désexualisation est différente de celle de la prostitution, c'est de cette dernière que je causais ici

      @Anonyme09:15 Je ne mets pas en question la sincérité de Zemmour, je n'ai pas moyen de la vérifier mais je prends simplement comme hypothèse de raisonnement sa position déclarée, ça s'appelle donner le bénéfice du doute. Là c'est vous qui êtes dans le procès d'intention et la déformation de propos.

      Supprimer
    9. Si Norilsk n'ose pas remettre en doute la sincérité de Zemmour, moi j'ose !
      Vous croyez quoi ? Ce mec touche un salaire complètement indécent en profitant de son exposition médiatique (vous pensez qu'il touche moins de 10.000e par mois, franchement ??? Et encore, c'est très certainement plus).
      Donc il n'a aucun problème à téter goulument aux mamelons du système qu'il décrie, et cela vous semble intellectuellement honnête ?

      Cela n'implique pas que tout ce qu'il dit est à jeter à la poubelle, mais qu'il faut se méfier au plus haut point des raisonnement qui lui permettent d'y arriver.

      Supprimer
    10. @Norilsk, agur;

      la question de la désexualisation est différente de celle de la prostitution, ....................
      Pour moi, il n'est pas question de dissocier la question de la prostitution d'avec celle de la désexualisation//sexualité.
      Certes, cette profession existe depuis bien longtemps, mais pour autant les débats qu'elle suscite prennent une consistance qui semble échapper à une grande majorité. C'est même la partie émergée d'un immense Iceberg. Combien d'hommes ne se sentent plus désirés par des épouses ou amantes de plus en plus accaparées par leur réussite professionnelle ? Et vis-versa ?
      La dimension humaine au sens de l'affect est de plus en plus déplacée, reléguée à une périphérie qui jouxte étrangement celle des relations dites tarifées. A mon sens il y a lieu d'y entrevoir là une relation de bijectivité entre désert sexuel dissimulé et besoin primaire ou hormonal. C'est la frontière entre le sexe et l'affect qui me paraît se réduire au fil du temps avec l'accumulation des contraintes liées à des modes de vie de plus en plus stressants et un cadre juridique de plus en plus lourd pour celles et ceux qui ont l'ambition de fonder ce que l'on appelle encore une famille. Gare à l'échec !
      Pour le débat de bonne tenue que vous avez animé au sujet des enfants en bocal, il y a des références sur plusieurs analyses qui se confrontent quant à savoir ce qui prévaut le plus entre l'inné et l'acquis. Outre la très grande importance de l'environnement (familial et culturel) sur le mode d'expression des gènes, il convient aussi de considérer une autre dimension. Celle du disque dur légué par nos ancêtres, compilation condensée du contenu des événements de leur existence dont la dilatation (inconsciemment déclenchée) semble être la source de nos plus ou moins grandes aptitudes à faire face aux épreuves de la vie. Une sorte de mémoire//source d'énergie vitale. J'en veux pour signe tangible les travaux de la chercheuse helvète Gabrielle Ricq-Chappuis qui en qualité de thérapeute a fait la démonstration de ce que des évènements tragiques relatifs à des incestes ou infanticides remontants à plusieurs générations en arrière pouvaient affecter la fertilité féminine. Ces évènements ayant été inscrits sur le disque dur dans un contexte tragique sont souvent des informations mal inscrites susceptibles de se détacher de leur zone d'inscription pour venir affecter la cohérence d'un ensemble. en quelque sorte des informations aléatoires ou vagabondes non stabilisées non durablement inscrites. Le simple fait d'en décortiquer l'existence, de façon scientifique, fait que l'état conscient de la patiente remet à sa place la dite information pour finalement guérir dans 95% des cas.
      A vous donc d'en tirer tout l'enseignement.....

      Supprimer
    11. @Eric Etchamendy je te suis sur la marchandisation croissante de l'affect et du sexuel, mais je n'y vois pas une relégation des ces derniers à une périphérie, plutôt une intrusion de la sphère marchande au sein de nos relations les plus intimes. En caricaturant, il n'y a plus de relations humaines, il y a des PME : tu fais ça, je te "rémunère" ainsi. On ne mûrit plus ensemble, on ne s'enrichit plus humainement ensemble ; on fait du commerce et des bilans comptables. Typique d'un monde libéral où la seule valeur commune qui reste est l'argent, comme le décrit bien Michéa.
      Cette question rejoint de celle de la prostitution dans la mesure où il s'agit là aussi de "sexe" machinal et tarifé, mais je n'associe pas en revanche la prostitution à la recherche ailleurs du désir perdu dans son couple. Pour ça il y a la séparation ou les relations extraconjugales. La prostitution relève essentiellement d'un rapport de pouvoir.

      La question de ces mémoires anciennes inscrites en nous me parle car j'ai une amie qui a eu des soucis de fertilité dont elle trouve depuis peu un début de guérison en suivant ces pistes.

      Supprimer
  10. Le nouvel ordre se fissurerait-il un peu ?
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/11/08/97001-20131108FILWWW00413-unescoles-us-perdent-leur-droit-de-vote.php

    RépondreSupprimer
  11. +1 avec Spectator sur la chronique de Roger-Petit qui nous donne des leçons de morale et de dignité à longueur de colonnes. Le Kapo de la bien-pensance dans toute sa splendeur.

    RépondreSupprimer
  12. A propos d'histoire. Le tweet de l'Elysée hier dans lequel Saindoux arrive à parler de la Résistance et des Justes qui ont caché des Juifs dans le cadre de la commémoration de la Grande guerre !!!!
    Il fallait le faire et il l'a fait. Copé a applaudi des deux mains.

    RépondreSupprimer
  13. Pour ceux qui auraient quelques minutes à perdre et qui voudraient toucher du doigt les écrits des théologiens les plus extrêmes du camp babélien :

    (et se rendre compte par la même occasion qu'il n'y a aucun espoir de dialogue avec ces gens-là)

    http://blogs.mediapart.fr/blog/yvan-najiels/090613/le-refus-parlementaire-dun-pays-monde-ouvre-un-pays-immonde

    http://blogs.mediapart.fr/blog/yvan-najiels/230613/quelle-est-la-situation-et-comment-en-sommes-nous-arrives-la

    http://blogs.mediapart.fr/blog/yvan-najiels/260613/marine-le-pen-et-louvrier-arabe

    http://blogs.mediapart.fr/blog/yvan-najiels/201013/contre-le-consensus-ideologique-parlementaire-des-droits-et-des-papiers-pour-tous

    http://blogs.mediapart.fr/blog/yvan-najiels/241013/la-france-pue

    http://blogs.mediapart.fr/blog/yvan-najiels/251013/gauche-populaire-gauche-bistrotiere

    http://blogs.mediapart.fr/blog/yvan-najiels/071113/francais-certes-et-alors

    RépondreSupprimer
  14. C'est maintenant un gaucho du nouvel obs qui s'occupe du petit lorant.

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/966365-d8-cyril-hanouna-laisse-gilles-verdez-clasher-lorant-deutsch-vive-la-tele-en-liberte.html

    Regarder bien les commentaires, on est pas seuls du tout.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.