mercredi 27 novembre 2013

Bruno Bertez : Attention danger! Ne tirez pas trop sur vos gouvernements. Pleins feux sur les Maîtres des ténèbres !

Humeur de Loup du Mercredi 27 Novembre 2013: Attention danger! Ne tirez pas trop sur vos gouvernements. Pleins feux sur les Maîtres des ténèbres!
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 27/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Ceux qui tirent à boulets rouges sur les gouvernements sont des irresponsables. Ils jouent un jeu dangereux dont un jour, certainement, ils se mordront les doigts.





Non, nous n’avons pas tourné casaque, nous ne défendons pas le gouvernement en place, pas plus que celui qui l’a précédé ou celui qui lui succédera. Nous ouvrons les yeux et nous nous interrogeons: comment se fait-il que rien ne marche? Comment se fait que, quelque soit la couleur politique, les résultats sont aussi piteux, aussi décevants?

Bien entendu une première hypothèse vient à l’esprit et c’est une hypothèse de bons sens: quelle que soit la couleur, ils font en gros la même politique, un peu plus de ceci d’un côté, un peu plus de cela de l’autre. C’est le fameux argument de l’UMPS, celui qui est utilisé par Marine et Mélenchon. L’argument du bonnet blanc-blanc bonnet. En terme électoral ou polémique, l’argument est de bonne guerre et nous même, dans notre indignation, quelquefois nous l’utilisons.

Ce qui frappe aussi c’est ce qui se passe aux États-Unis en ce moment, cela donne à réfléchir.

Les derniers sondages indiquent que jamais l’opinion n’avait manifesté un tel rejet de la politique et de son personnel. Le rejet est tellement important que les plus grands éditorialistes n’en reviennent pas, ils n’ont aucune explication à proposer. L’approbation d’Obama inscrit un nouveau record à la baisse, celle du Congrès est à un plus bas historique, celle des Républicains, pourtant dans l’opposition est négative à plus de 50%. Comme le dit le responsable des enquêtes au WSJ, c’est un choc, un tremblement de terre. Personne n’est épargné, les gens en ont marre. Les conspirationnistes diraient: La grande tromperie de la fausse alternance ne prend plus. Peut-être que les fameux doigts de la même main tenue par un seul poignet ne trompent plus les citoyens.



Nous préférons en rester à ce que nous voyons et proposer une autre interprétation, plus rationnelle, plus vérifiable: les gouvernements ne gouvernent pas. Ils sont gouvernés. Ils sont les bouchons, les jouets qui sont ballotés sur une mer qui les dépasse, qu’ils ne comprennent pas, qu’ils ne voient pas, tellement elle les entoure.



Nous soutenons que les gouvernements ne gouvernent pas, que ceux qui gouvernent, ce sont les Banques Centrales. Que leur pouvoir est d’autant plus grand qu’ils travaillent dans l’ombre, à l’abri de la lumière, dans les profondeurs du Système. Système au sens de système de John Law. Souvenez-vous de cette alliance d’un Régent désargenté qui a vendu son âme au diable qu’était le mégalomane Law. Ils travaillent sans contrôle, sans critique parce que ce qu’ils font, c’est de l’alchimie: ils cherchent le Saint Graal monétaire, avec d’obscures formules et d’étonnants abracadabras. Ce sont ces gens qui ont d’autant plus le vrai pouvoir que l’actualité, depuis 5 ans maintenant, est monétaire, financière, c’est une actualité secrète, souterraine dont on ne voit que les manifestations négatives que l’on attribue…. aux gouvernements.





Relisez bien, notre thèse est là, dans cette affirmation: Ce sont les Banques Centrales qui gouvernent et ce sont les gouvernements qui essuient l’impopularité de l’action de ces Dieux cachés ; de ces Dieux cachés dont personne ne soupçonne la responsabilité, faute de comprendre leur religion. Au fond, les vrais enfumeurs, ce sont eux, enfumeurs systémiques puisqu’ils n’accomplissent leurs tours et leurs mystères qu’à l’ abri de ces écrans nébuleux.

Nous nous refusons à croire que les hommes politiques sont tous nuls, idiots et vendus. La plupart le sont, oui c’est vrai, mais tous ne le sont pas. Il y a encore quelques hommes et femmes de bonne volonté; mais ceux-là ne comprennent rien. Nous sommes dans une période qui n’a pas d’équivalent dans l’histoire, période de complexité, d’abstraction comparable à aucune autre qui a précédé.

Réfléchissez, prenez la peine de vous arrêter de regarder la télé et sa propagande, posez-vous la question: Qui est responsable de tout cela?

   La crise financière et le surendettement généralisés qui ? Si ce n’est ceux qui ont mission de réguler la monnaie et le crédit : les Banquiers Centraux

   Les inégalités extrêmes qui ? Si ce n’est ceux qui donnent l’argent gratuitement aux ultra riches pour qu’ils accumulent encore plus: les Banquiers Centraux

   La montée des déficits des États qui? Si ce n’est ceux qui les ont autorisés en menant des politiques monétaires laxistes et inflationnistes: les Banquiers Centraux

   La désindustrialisation, les destructions d’emplois qui? Si ce n’est pas ceux qui ont donné aux entreprises l’argent gratuit pour qu’elle remplacent les hommes par les machines et en plus délocalisent: les Banquiers Centraux

   L’hypertrophie bancaire et financière qui a transformé le monde global en un gigantesque casino qui ? Si ce n’est ceux qui inondent de liquidités spéculatives en quête de plus-values faciles: les Banques Centrales.

   Qui sera responsable de la prochaine crise quand il faudra revenir à des taux d’intérêt normaux parce que les monnaies sont en danger, et que l’édifice spéculatif menacera de s’écrouler qui ? Si ce n’est ceux qui ont mis les taux aussi bas: les Banquiers Centraux.


Les banquiers centraux sont les responsables ultimes, ce sont eux qui ont mis le poison du crédit et de l’argent facile dans le système. Ce sont eux qui imposent aux gouvernements, vos gouvernements de vous faire payer le prix de leurs erreurs. Plus vous affaiblirez vos gouvernements, plus ces Banquiers Centraux riront de vous, puisqu’ en affaiblissant vos gouvernements, c’est vous même que vous affaiblissez face à eux.

Ne tirez pas trop sur vos gouvernements, simplement, marquez-les, comme on marque au football, tenez les en laisse, obligez les à prendre conscience de ce qui se passe, à changer de comportement, de politique et d’allégeance.

Forcez-les à vous représenter et à cesser d’être les courroies de transmission des Maîtres des ténèbres que sont les Banquiers Centraux.

9 commentaires:

  1. Et DERRIERE les banquiers centraux QUI ? Bertez devrait se poser la question. Il tient pour responsables Bernanke ou Draghi ? Foutaises.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo,
    Il découvre que l'eau mouille et que le feu brûle!

    Eh mon gars!.... Ça fait deux siècles que certains dénoncent cet état de fait!

    ...Et on les nomme conspirationnistes...., histoire de bien les ridiculiser.

    RépondreSupprimer
  3. Ca c'est ballot!
    Cela fait plus deux siècles que les "conspirationnistes" le dénoncent et lui nous l'annonce doctement, comme si il venait de découvrir la pierre philosophale pour comprendre le fonctionnement de notre civilisation.
    Mieux vaut tard que jamais....

    RépondreSupprimer
  4. c'est un peu facile. car QUI nomme le ou la présidente de la fed ????
    c'est obama alors laisser entendre qu'il n'y est pour rien, c'est dangereux car s'il l'a nommé c'est pour qu'il accomplisse une mission avec laquelle il est TOTALEMENT en phase. ne croyez surtout pas que ca se fait malgré lui.....

    RépondreSupprimer
  5. Pour moi Bertez n'est pas net, pas droit dans ses bottes. Je viens de faire un commentaire dans ce sens sur son édito du 26/11.
    J'en rajoute une couche ici. Le libéral Bertez est cohérent lorsqu'il cogne contre les horribles keynésiens que sont les banquiers centraux. Le libéral Bertez est cohérent lorsqu'il défend Larry Summers, la dérégulation et l'affaiblissement de l'Etat. Là où je le trouve incohérent c'est lorsqu'il prône maintenant de soutenir le régulateur en chef qu'est le gouvernement.

    Pour moi la position des libéraux repose sur l'existence d'un ordre naturel qui va nécessairement finir par s'imposer (et l'Etat ne doit conserver que ses fonctions régaliennes de police et de justice pour permettre à cet ordre naturel de s'exprimer librement). Je crois que la position que l'on qualifie généralement de keynésienne (position qui n'est pas nécessairement celle de Keynes!) est pragmatique*: ainsi les banquiers centraux ont deux manettes (les taux et la liquidité) pour agir.

    Mais pour moi ces deux approches se rejoignent car elles souffrent d'une même tare: la méconnaissance des véritables lois de l'économie. Car les véritables lois de l'économie sont les lois qui régissent les rapports de forces, qui règlent les conflits et rien d'autre. Il va peut-être être temps que les économistes de tous bords redécouvrent ce fait (comme d'autres redécouvrent que l'eau mouille et le feu brûle) énoncé il y a longtemps par Héraclite: "Il faut savoir que le conflit est universel, que la justice est une lutte, et que toute chose s'engendre par la lutte et la nécessité". Déréguler (Friedman, Hayek) ou réguler (Keynes) c'est modifier des rapports de forces et rien d'autre.
    Pour moi la pensée économique souffre de l'utilisation trop hâtive (et cache misère) de la quantification mathématique. Mesurer le temps en secondes donne l'illusion qu'on sait ce qu'il est. Mesurer la valeur en dollars donne l'illusion qu'on sait ce qu'elle est.

    * Pragmatisme: idée selon laquelle l’intelligence a pour fin la capacité d'agir, et non la connaissance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1
      "Pour moi Bertez n'est pas net, pas droit dans ses bottes." j'ai pensé à la même chose.

      merci pour ton commentaire brillant.

      yongtai

      Supprimer
  6. Bertez le Naïf découvre le pouvoir occulte de la finance ! Mieux vaut tard que jamais... Mais qu'il creuse un peu et cesse de taper sur les "conspirationnistes" car il va finir par découvrir aussi que ceux-ci avaient raison avant qu'il ne s'éveille !! Connaît-il Mullins ou Sutton ? Informez-le !

    RépondreSupprimer
  7. Le blog a lupus ne supporte pas les critiques trop radicales dans les commentaires; je tiens à le dire car ici au moins on peut s'exprimer vraiment et il faut rendre hommage à Discotonio pour son ouverture d'esprit et sa recherche sincère de la vérité.

    RépondreSupprimer
  8. " leur pouvoir est d’autant plus grand qu’ils travaillent dans l’ombre, à l’abri de la lumière, dans les profondeurs du Système. "

    Le probleme n'est pas uniquement celui des banques centrales, car derriere celles-ci se dressent des banques privées et des patrons/propriétaires, on trouvera aussi des proriétaires de multinationales tout autant puissant et de meche, une ribambelle de sous fifres ayant la meme idéologie,le meme hybris, l'ensemble constituant une meute héteroclite, disposant d'un immense pouvoir et de l'argent bien au delà du raisonnable.
    L'argent n'est pas l'unique mobile! il concourt a la consolidation du pouvoir, jouissance ultime et addictive que rien ne semble réfreiner. Le troupeau des peuples a pour défaut sa masse et son incapacité a s'agréger autour d'un concensus idéologique qui permettrait d'offrir une résistance active aux pressions insidieuses de cette meute de prédateurs... les morlocks ont faim du gibier de potence qu'incarne le ¨Peuple.
    Bertez, bien que fin à entrevoir et expliquer les soubassements de la théatralisation de l'Histoire, ses illusions collorées, sa directive scénaristique construite sur des mensonges, sa critique de plus en plus lumineuse qui révele le peintre derriere le tableau... sans jamais pourtant comprendre qui commande la peinture et pourquoi. La Réalité ne s'observe jamais sous un seul angle, voir plusieurs, mais necessite une transcendance interprétative qui ne cherche pas, involontairement, son cadre restrictif. Il ne s'agit point de métaphysique, mais uniquement d'une formulation du reel au delà du reel avouable, au delà du déni de réalité!.
    UN AVEUGLEMENT VOLONTAIRE QUASI INSURMONTABLE
    On pense le monde d'une certaine maniere, on observe des absurdités, des incohérences, des coincidences à la chaine construisant des situations improbables... les interprétations évoluent et butent sur un TABOU, l'inacceptable tabou qui nous met dos a une impasse conceptuelle, impasse qui relevait jusqu'alors du délire, du fantasme, de l'incongruité la plus absolue: les conspirationnistes auraient ils ainsi eu raison?
    Accepter un tel paradigme, cela revient a modifier toute sa grille de lecture des réalités , oh combien saisissantes de la géopolitique a la socio-économie... quel séisme!!
    Le saut quantique est purement cognitif. Les fous (complotistes) réalisent bien mieux la folie des comploteurs... ils saisissent leur crédo car ils savent reconnaitre intuitivement derriere les scénarios intriqués,machiavéliques, la main FAUSTIENNE invisible qui manipule le monde sensible, ils cherchent le SENS des conjugaisons, des articulations, font les grands écarts scénaristiques au risque du ridicule et au besoins se rattrapent.
    La vie est un éternel pari sur le reel, on décide ou non de voir les choses telles qu'elles se présentent a nous, a charge pour nous d'en accepter et d'en assumer les résultats aussi tabous soient-ils.
    MASTER T

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.