jeudi 14 novembre 2013

Ca se lâche aux experts

Émission mémorable   

Ça se lâche.

Au programme :
   Il manque 11 milliards au budget par rapport à ce qui était prévu. Pour Gilles Carrez, c'est dû à l'augmentation du travail au noir, mais surtout au fait que les gens décident de travailler moins pour payer moins d'impôts,
   Un long moment sur les français qui s'exilent,
   René Ricol prévient que toutes les grosses boites françaises sont en train de délocaliser leurs centres décisionnels,
   La France cultive un modèle d'hyper attractivité sociale et d'hyper castration économique,
   Si les syndicats représentaient vraiment les travailleurs, ça ferait longtemps que ça serait l'insurrection dans le pays,
   L'UMP vaut pas mieux que le PS,
   L'€URSS, les Delaure, les Attali, Ollie Rehn en prennent plein la gueule, grâce à Jean De Bellot,
   Il faut baisser le coût du travail sans baisser le salaire net,
   etc etc...

Les Experts
BFM Business, Les Experts Nicolas Doze, 14/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien 

31 commentaires:

  1. "L'UMP vaut pas mieux que le PS"

    Inquiétant déni de réalité.
    En vérité, comme je l'ai lu je ne sais plus où, François Hollande avait tout à fait raison : le changement, c'était vraiment maintenant (mi-2012). On voit le résultat, et ce n'est pas fini.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Inquiétant déni de réalité.
      Faire une différence entre Sarkozy et son strict continuateur Hollande est effectivement très inquiétant. Je ne développe pas, face à quelqu'un qui nie l'évidence c'est inutile.
      C'est très grave, Durand.

      Supprimer
    2. Non, vous vous trompez.
      Exemple 1 : Sarko a fait voter la "TVA sociale", Hollande l'a annulée.
      Exemple 2 : la majorité UMP a créé le statut d'auto-entrepreneur, la majorité PS le défait.
      Exemple 3 : le présent gvt augmente le nombre de régularisations de clandestins.
      Exemple 4 : Hollande a arrêté le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
      Exemple 5 : la précédente majorité avait institué un jour de carence pour les fonctionnaires (contre 3 dans le privé), la présente mahorité l'a supprimé (toujours 3 dans le privé...)
      ...

      La liste n'est pas exhaustive, loin de là, mais en réponse à un tel commentaire vous comprendrez que je ne perde pas plus de temps.

      Bilan de 18 mois de majorité de gauche : augmentation massive de la pression fiscale, fuite encore jamais vue des entrepreneurs et jeunes talents, éloignement de l'Allemagne et rapprochement avec les PIGS... et encore je ne parle que de l'économie...

      Supprimer
    3. Ces exemples sont ridicules.
      Pour l'essentiel, pour ce qui compte vraiment, rien n'a changé.

      Supprimer
    4. "pour ce qui compte vraiment, rien n'a changé"

      Eh bien merci pour votre avis. Peut-être êtes-vous à l'abri de tout besoin. Ceux qui souffrent de cette politique apprécieront d'apprendre qu'ils ne comptent pas vraiment.

      Supprimer
    5. Troll payé par l'UMP détecté !
      Et à part ça je parle, bien entendu, des causes qui n'ont pas changés, et non des conséquences qui s'accumulent et s'aggravent, hélas pour ceux qui les subissent, oui.

      Supprimer
    6. Si vous allez par là, vous êtes un troll payé par le PS et tous les autres intervenants sont des trolls payés par divers partis dont se rapprochent leurs idées...

      Mais je ne vous sens pas très constructif sur le fond, on va s'arrêter là.

      Supprimer
  2. L' "€URSS" n'existe pas. L'UE n'est pas le problème, Bruxelles n'est pas le problème, l'euro non plus, l'Allemagne non plus.
    Le problème vient de chez nous, mais ça, c'est plus dur à accepter.

    Surtout, comment l'accepter quand on vote blanc ? Impossible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'euro est l'un des problème. Une monnaie identique pour des pays différents ne peut pas marcher, ne marchera jamais.
      L'Allemagne se gave avec l'euro. Elle pompe toute la force industrielle de ses voisins.
      L'euro est comme une course de vélo. Tout le peloton roule à la même vitesse avec le phénomène d'aspiration et un braquet identique. Mais au premier faux-plat, la Grèce explose. A la première côte, l'Italie l'Espagne et le Portugal sautent et forme le groupetto. A l'heure actuelle, on arrive dans le dernier col, la France va pas tarder à décrocher. Et pendant ce temps là, l'Allemagne était bien au chaud dans le peloton, elle a juste pris quelques relais avec un braquet facile pour elle, et maintenant que tous les autres sont cuits, elle va pouvoir partir seule.

      Supprimer
    2. Je vous remercie mais je ne vois pas l'ombre d'un argument dans vos propos. J'ai beau regarder toutes les vidéos d'Asselineau, lire ce blog, etc., je vous jure que je fais des efforts, je n'ai jamais vu de bon argument contre l'euro.

      A la place, je ne vois que des affirmations que je suis censé croire sur parole ("ça ne marchera jamais"), ou des analogies avec le cyclisme (mais pourquoi pas plutôt avec le parachutisme ou le ski nautique ?).

      Supprimer
    3. T'aimes bien les allégories de la pédale.
      Faut dire que c'est bien dans l'air du temps.

      Plus sérieusement, et si eux, étaient tout simplement moins cons!!!

      Supprimer
    4. Bon Durand, il est tard et j'ai pas le temps de rentrer dans le détail pour t'expliquer par écrit, mais si tu veux comprendre de façon détaillée pour l'euro est une absurdité complète, cherche sur Internet à "Hans Werner Sinn". Je sais qu'il ressemble plus à un nain de jardin qu'à un économiste, mais c'est le mec qui t'expliquera le plus clairement pourquoi c'est du grand n'importe quoi. (J'espère qu'il y a des vidéos de lui expliquant ça, j'ai pas le temps de chercher, je vais me coucher). Et en plus, il a le bon gout être allemand !

      Supprimer
    5. @KM

      Caramba, encore raté. En cherchant "Hans Werner Sinn", je n'ai toujours pas trouvé pourquoi "l'euro est une absurdité complète". Et en plus je suis d'accord avec la majorité de ce qu'il raconte.

      Voici les liens les plus significatifs que j'ai vus :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Hans-Werner_Sinn
      On apprend que :
      - HWS est contre les eurobonds [je suis contre aussi, c'est une c*nnerie française]
      - il est contre la recapitalisation directe des banques européennes [je suis contre aussi].
      - Rien contre l'euro en tant que tel.

      http://www.ft.com/cms/s/0/bbb2176a-ed70-11e2-8d7c-00144feabdc0.html#axzz2khLkZh00
      Le titre de cet article de HWS, "It is wrong to portray Germany as the euro winner", va à l'encontre de ce qu'écrivait mon 1er contradicteur Anonyme 14 novembre 2013 19:45 ("L'Allemagne se gave avec l'euro").
      On apprend que :
      - HWS est contre la mutualisation des dettes [je suis contre aussi] : "No matter how you look at it, mutualising debt is indefensible".
      - HWS est pour la dévaluation de la monnaie [là je suis en désaccord, j'en ai d'ailleurs déjà parlé plusieurs fois dans les commentaires de ce blog, je n'y reviens pas] : "Countries that cannot cope should be allowed to exit the euro and be readmitted after they have devalued and implemented structural reforms".

      http://www.ft.com/intl/cms/s/0/7506df56-4c54-11e3-923d-00144feabdc0.html#axzz2khLkZh00
      Article de HWS, titre = "Why Draghi was wrong to cut interest rates" [je suis a priori d'accord, mais ne suis pas spécialiste].
      Une critique de la politique monétaire de l'ECB. Critique tout à fait fondée du point de vue pro-euro puisque, je le rappelle, l'euro est fondé sur des règles saines de déficits et dettes limités, et de non-tripatouillage de la monnaie. Ces règles sont bien sûr logiquement detestées par les anti-euro, au premier rang desquels on trouve le parti socialiste français. Et c'est pourquoi François Hollande ne veut pas de la "règle d'or", veut des eurobonds, et envie la politique monétaire du Japon. Si si, pensez-y, c'est cohérent, ce ne sont pas des hasards.

      http://www.project-syndicate.org/commentary/hans-werner-sinnon-the-high-cost-of-binge-borrowing
      "In Praise of Debt Ceilings" - là encore, je suis d'accord avec HWS. Encore un article contre les eurobonds et la debt mutualization.

      Supprimer
    6. Cherche le tag Target2 sur le blog.

      Tout est là. Dans les excédents/déficits de la balance courante qui s'accumulent au sein de l'euro système.

      L'euro est mathématiquement intenable. Sauf à ce que l'Allemagne accepte de donner 10% de son PIB chaque année aux autres pays.

      Supprimer
    7. @D.T.
      Bien sûr que non, l'euro n'est pas "mathématiquement intenable", et l'Allemagne ne doit rien donner du tout.

      Les arguments anti-euros sont évanescents. Tu m'as déjà fait le coup de target2. Ceux qui sont intéressés pourront relire les commentaires sous ce post :

      http://auxinfosdunain.blogspot.fr/2013/04/la-debilite-de-leuro-en-un-graphique.html

      Alors pardon mais comme j'ai déjà passé pas mal de temps à essayer d'argumenter concrètement contre l'évanescence, je vais me permettre de donner deux conseils amicaux aux anti-euros :

      1/ Si vous n'êtes en fait pas spécialement anti-euro, mais êtes contre target2 :
      => Ayez l'honnêteté de dire "nous sommes anti-target2". Faites campagne clairement contre target2. C'est moins vendeur, c'est sûr.

      2/ Si vous êtes contre l'euro pour des raisons disons "historiques", vous êtes attaché au franc qui a existé pendant des siècles, voire vous êtes contre l'UE d'une manière générale parce que pour vous ce qui compte c'est la France avec une grande majuscule :
      => Ayez l'honnêteté d'abandonner les pseudo-justifications économiques contre l'euro "qui ne PEUT PAS marcher bla bla bla". Vos opinions sont respectables, soyez-en fiers, défendez-les sans faux-fuyant. Vous avez le droit de défendre une monnaie nationale et l'économie n'est pas un passage obligatoire pour défendre cela.

      En appliquant ces deux conseils, je pense que le débat sera beaucoup plus clair.

      Supprimer
    8. +1 et le blog de berruyer aussi

      Supprimer
    9. Hmm, laisser passer la réponse de Anonyme 15 novembre 2013 13:34, et pas la mienne qui a été écrite bien avant, c'est pas très fair-play.

      Ne t'inquiète pas, mon temps libre touche à sa fin, je vais bientôt arrêter de spammer ton blog et vais vous laisser entre vous.
      Je passera juste vous dire de temps en temps que vous avez eu tort d'élire Hollande. Reconnais que c'est bien mérité ;)

      Supprimer
    10. Calme toi Durand, j'ai rien censuré du tout. Je gère juste comme je peux.

      Supprimer
    11. @ Durand
      Comment peux-tu dissocier l'euro de target 2, comme si on parlait de problèmes distincts.
      Là où HWS défend l'idée que l'Allemagne n'a rien à gagner dans ce système tient au fait que contre ses produits, elle n'obtient rien ... Pour résumer la situation, l'allemagne produit des mercedes qu'elle exporte en Espagne et en contrepartie, la banque centrale allemande hérite d'un "claim" sur la banque centrale espagnole, "claim" dont elle sait qu'elle ne reverra jamais la couleur. En caricatural, l'allemand a donc un emploi, mais il travaille pour rien, tandis que l'espagnol a une mercedes, mais il est au chômage.
      C'est en ce sens que l'euro est intenable. Donc oui, être contre target 2 et l'euro sont une seule et même chose, car pour tenir cela signifie que l'Allemagne transfère de façon pérenne le produit de son travail dans des créances douteuses... (travail qu'elle n'aurait pas sans ces créances).
      Et par ailleurs pour avoir assisté à une conférence de Hans Werner Sinn (mais p-ê a-t-il changé d'avis entretemps), il soutient que la monnaie est l'aboutissement d'une construction économique et non pas une de ses briques.
      Et sinon, pour info, respecter les critères de Maastricht n'est pas une condition nécessaire et suffisante pour créer une zone monétaire optimale. Pour preuve, l'Espagne avait scrupuleusement respecté les critères avant 2007, ce qui n'était pas le cas de l'Allemagne. On a vu le résultat... (Je ne dis pas qu'il faut ou non respecter les critères, je dis juste que ce n'est qu'une partie du problème).

      Supprimer
    12. Merci mais je ne vois toujours pas de problème en rapport avec l'euro.
      Je m'empresse de dire que je ne nie pas l'existence de problèmes : nous (la France, les PIGS, etc) avons de *grands* problèmes : de dette, notamment. Ca existait déjà avant l'euro, et c'est ce qui devrait nous inciter à arrêter de mener des politiques suicidaires (c'est mal parti, avec ou sans euro). Mais revenons à Target2.

      Target2 est un simple "interbank payment system" datant de 2007 (wikipedia), comme il en existe aussi entre pays de monnaies différentes ! Ce n'est pas vraiment un problème spécifique lié à l'euro (ou alors je rate un truc...).
      Quand l'euro n'existait pas, un système similaire existait entre les banques centrales espagnole et allemande, pour reprendre votre exemple. Actuellement, des systèmes similaires existent entre les USA et le Japon (par exemple), car c'est ainsi que l'exportateur japonais reçoit des yen alors que son client américain a payé en dollars. Il n'y a là rien d'extraordinaire.

      Pour ce qui est des "claims" et des déséquilibres (qui, encore une fois, existent qu'il y ait monnaie commune ou pas), logiquement, ça ne peut pas croître indéfiniment. Pour reprendre votre exemple, à un moment, l'Espagnol au chômage ne peut plus acheter de mercedes. Il sera bien obligé de se remettre à produire, quitte pour cela à redevenir productif, par exemple en révisant à la baisse ses prétentions salariales (mais il y a d'autres moyens, je simplifie). Dans le cas d'un Français, il y a plein de marge à récupérer sur les charges salariales-patronales par exemple. Bref, il faut faire des politiques non-suicidaires, ce qui est la moindre des choses...

      Par ailleurs, à propos de la ""claim" dont elle[BC Allemande] sait qu'elle ne reverra jamais la couleur" : je suppose que cette crainte est due à un défaut de paiement potentiel de l'Espagne. On voit donc l'utilité des critères de Maastricht. Il est grave qu'ils ne soient plus respectés.

      J'aurais beaucoup d'autres choses à dire, notamment sur l'absurdité de la croyance selon laquelle sortir de l'euro réglerait nos problèmes, sur l'absurdité de la croyance selon laquelle "il est mathématiquement impossible que ça existe" et sur le risque que l'euro se fasse ("c'était donc possible") à terme sans nous autour d'un noyau Allemagne-Europe centrale (car oui je pense qu'on sera déclassé à ce point-là si on ne redresse pas la barre rapidement, il faut arrêter de se croire indispensable), et sur le fait qu'il faut ignorer zerohedge... Mais ce sera pour une autre fois, peut-être. Bonne nuit.

      Supprimer
  3. La vidéo est censurée a partir de 7min10s pendant 5 s. Comme par hasard.!!!
    je n arrive pas retrouver sur la toile la vidéo complète, je me demande ce qu'il a dit pour que ce soit censurée.

    RépondreSupprimer
  4. Philosofion...
    Le travail aux noirs, c'est pas un truc interdit de nos jours ?
    Je veux dire par là, cette expression est un ensemble de caricaturale et stéréotype.
    Un trait de caractère typique des discriminantes...
    Dans un sens, ça voudrais dire qu'il suffirais de bosser le jour pour l'éliminé de l'équation
    donc dans ce sens, ce terme n'a aucune sens véridique ou rationnelle.
    Dans un autre sens, ça serrait le travail des gens de couleur par opposition au "travail dans l'ombre" ou "travail noir" qui serrais une expression plus conforme.
    D'ailleurs si on compare, ils disent plus le "marché noir" depuis des années, mais le "marché gris".
    Donc on a affaire à un double discours de quoi jeter encore de l'huile sur le feux de la suspicion et le manque de cohérence servent à démasquer les perversités du manipulateur.
    Parce que le trait caractéristique du manipulateur c'est de vous faire croire qu'il nous rends service alors que c'est lui qui en tire tous les bénéfices.
    Pour finir, la cerise sur le gâteau.
    Es-ce qu'on peut légitimement défendre le travail au noir quand on a manifestement un problème de manque d'emploi. Y'a pas un petit côté schizophrénique ou provocateur dans cette affirmation ? Donc salir l'image du pays, le seul truc qui permet de mettre un politicien à la porte.
    Je cherche pas la polémique ou à rejoindre une idéologie politique, je me dis juste qu'il y aurais peux-être un moyen de prendre les politiciens à leur propre jeux de la nov-langue.
    Si on va dans cette direction leur propre organisation de pourfendeur de la pensée unique n'aurais pas d'autre choix que de rejoindre le combat ou de montrer leur nudité et leur incapacité à remplir leur mandat donc leur inutilité donc leur dissolution à moyen terme.
    C'était la minute philosophique du jour, Merci de m'avoir lu...

    RépondreSupprimer
  5. Avec les ventes de cigarettes en baisse constante grâce à la cigarette électronique, il risque de leur manquer encore quelques milliards de plus...

    RépondreSupprimer
  6. http://www.lefigaro.fr/politique/2013/11/13/01002-20131113ARTFIG00612-fronde-sociale-et-fiscale-les-prefets-sonnent-l-alarme.php#extraits

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/11/14/fronde-fiscale-contestation-l-alerte-des-prefets_3513399_823448.html

    RépondreSupprimer
  7. Ca fait 3 ans que j'essaie de travailler moins pour gagner moins.
    Je ne pensais pas qu'on était autant à avoir eu cette idée.
    Cette année, enfin, ça va le faire. Et en effet, ça fait du bien de voir la pression fiscale se relâcher.
    L'an prochain, ce sera carrément mi-temps ! tant pis pour le CA, on va profiter un peu de la famille.
    Au départ, mes vacances c'était pour profiter du pétrole avant qu'il soit bouffé par les émergents.
    Maintenant, mes vacances c'est pour profiter de notre train de vie occidental artificiel.
    Demain, mes vacances ce sera en bus et ça n'ira guère plus loin que l'Europe.
    Encore un peu de bon temps avant d'aller biner mes patates.

    Moi encore j'aurai plutôt bien vécu. Mais mes enfants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maurice ALLAIS nous avait prévenus du non sens et de la catastrophe a venir pour le pays. L'Europe, "ce machin" comme disait De Gaulle, est entrain de sombrer dans la fange de ses incoherences.
      On a voulus faire du social a fond les gamelles tout en nous ventant les bien faits mirifiques de l'immigration tout azimuth alors meme que le chomage est chronique et qu'il ne fait que gonfler comme une bulle, mais celle la n'est pas pres d'éclater!

      Dans leurs discussions, pas ininterressantes , on n'a pas aborder l'hypothese des effets d'un relevement des taux et d'un possible krach obligataire sur puissant. La situation bancaire est aussi éludée, pourtant elle fait sens dans les politiques qui sont menées actuellement pour éviter le naufrage généralisé. On se plaint de la dette des états mais le libre échangisme sans protectionnisme minimal, au contact de pays concus sur des modeles radicalement opposés nous envoient dans le trou... M.Allais le savait mais la pensée dominante, celle qui tiens les renes des medias tv s'est bien débrouillé pour qu'aucune voix dissidente n'émerge du bruit de fond ultra liberal. Attitude perenne que l'on observe aussi avec le traité euro-atlantique.
      MASTER T

      Supprimer
  8. Encore mieux que la cigarette electronique : la monnaie electronique. Et avec ca, plus de récession, plus de crise et bienvenu dans le meilleur des mondes !
    http://www.marianne.net/Un-monde-sans-cash-pour-un-monde-sans-recession-_a233786.html?com#comments

    RépondreSupprimer
  9. USA : Moody's baisse la note principale de Goldman, Morgan Stanley, JPMorgan.

    L'agence de notation financière Moody's a abaissé jeudi d'un cran la principale note de la dette de trois grandes banques américaines -- JPMorgan Chase, Goldman Sachs, Morgan Stanley -- pour tenir compte d'un risque de moindre soutien gouvernemental en cas de faillite.

    JPMorgan Chase, la première banque américaine en termes d'actifs, a vu sa note de long terme abaissée à A3. Celles des banques d'affaires Goldman Sachs et Morgan Stanley sont respectivement ramenées à Baa1 et Baa2.

    Les notes de Citigroup, Bank of America et Wells Fargo sont maintenues à Baa2 pour les deux premières et à A2 pour la dernière.

    Ces décisions ont été prises à l'issue d'un examen des plus grandes banques américaines.

    Nous pensons que les régulateurs bancaires américains ont fait des progrès importants dans le fait de poser un cadre crédible pour faire face aux défaillances de grandes banques, a commenté Robert Young, un analyste de Moody's cité dans le communiqué.

    Plutôt que de se reposer sur des fonds publics pour renflouer l'une de ces institutions, nous nous attendons à ce que les créanciers des holdings bancaires soient appelés à prendre en charge une part beaucoup plus importante du poids de la recapitalisation d'une banque défaillante, ajoute-t-il.

    Toutefois, le fait que les créanciers de holdings bancaires d'ampleur systémique aient désormais peu de chances de recevoir des aides gouvernementales en cas de difficultés augmente leur risque de défaut.

    http://www.romandie.com/news/n/_USA_Moody_s_baisse_la_note_principale_de_Goldman_Morgan_Stanley_JPMorgan65141120132350.asp

    RépondreSupprimer
  10. la courbe laffer

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Courbe_de_Laffer

    RépondreSupprimer
  11. super le discours les gens vont dans les régions d'Amérique ou il y a du boulot, en exemple Detroit, baisse des salaires région totalement décimé, on connait en france conxxxxe .

    RépondreSupprimer
  12. Ce sont des libéraux qui ne parlent pas des causes profondes de la crise : mondialisation libre-échangiste, explosion des mauvaises dettes bancaires et de la spéculation financière, croissance à crédit grâce à un système monétaire complètement aberrant...

    Pas très puissant comme débat, il faudrait relire Maurice Allais !!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.