mardi 12 novembre 2013

Climat prérévolutionnaire : les libéraux y voient une opportunité

Artus, l'économiste bancaire de Natixis recyclé au conseil économique et social, ce matin sur BFM Business, pour défendre au nom du conflit de générations, la mise dans les revenus du "loyer" que les proprios de leur logement se "payent" à eux mêmes.

Pas illégitime, mais naturellement, c'est accompagné dans sa tête d'une baisse de la fiscalité sur le patrimoine financier comme les actions. Or le patrimoine financier, est essentiellement dans les mains des 5% les plus riches, et profite déjà excessivement, en terme de valeur, de la politique de fausse monnaie des kleptocrates des banques centrales. Politique qui elle, naturellement, n'est jamais contestée...

Naturellement, Artus présente son truc sous des airs de gôche, toujours avec le même faux nez des escrocs voltairiens, mais il se garde bien en revanche, en bon économiste bancaire qu'il est, de contester la politique de distribution d'argent gratuit des banques centrales.

Et donc, il milite pour un transfert massif d'imposition des très riches détenant le capital financier vers les classes moyennes du papy boom proprios de leur logement...

Chacun appréciera...

Patrick Artus
BFM Business, 12/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien 



Les experts de ce matin aussi, avec Christian Saint Etienne et Madelin. Ils voient dans la révolte bretonne qui s'étend une révolte libérale conte un État obèse et spoliateur. Ils n'ont pas tort, mais il n'y a pas que ça non plus... Saint Etienne, désormais candidat à Paris pour l'UDI, en appelle quasiment à la révolution.

A noter aussi cette analyse très intéressante et pertinente sur la concomitance entre bonnets rouges et dégradation de la France, comme quoi S&P aurait sanctionné en fait une fragilisation de la capacité de l'Etat kleptocrate à racketter le peuple décent...

Et en conclusion, Madelin, affirme que la politique d'argent gratuit des banques centrales crée la déflation, au lieu de lutter contre. Excellent sur ce point. Je renvoie à Bertez, qui explique que taux bas => prix des actifs cher => nécessité de fournir un rendement justifiant le prix => déflation des productifs.
Les Experts
BEM Business, Les Experts Nicolas Doze, 12/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien 


Sauf que voila. Libéral ne signifie pas babelien. Et si il y a effectivement une révolte contre l'impôt, il y a aussi une révolte contre Babel.

Or Saint Etienne, et l'UDI, s'ils sont libéraux, sont des babeliens extrêmistes.

Au FN, s'ils sont anti babeliens, ils sont anti libéraux...


A lire aussi, le post du jour de h16 :
Vous travaillez toujours plus pour l’État que pour vous.
hashtable, H16, 12/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Si l’on remet en rapport les différents montants qui entrent en jeu lors de toute une vie moyenne d’un Français moyen, on se rend compte que sur les 2.6 millions d’euros gagnés par cet individu, il lui en restera 1.2 millions après le passage des différentes organisations étatiques. Celles-ci se seront servies à hauteur de 1.180 millions pour les charges, et un peu plus de 187.000 euros pour les impôts.

25 commentaires:

  1. "2.6 millions d’euros gagnés par cet individu, il lui en restera 1.2 millions après le passage des différentes organisations étatique"

    On est au coeur du raisonnement grotesque du tea party.

    Comme si les cotisations retraite ou santé n'étaient pas reversés aux citoyens, comme s'ils ne bénéficiaient pas de prestations d'école ou de police... (bien sur, il faut améliorer l'efficience du ssyteme public, mais ce n'est pas le sujet ici)

    Je propose donc de continuer le raisonnement : "une fois qu'il a touché 1.2 millions, eh bien, quand il a payé le loyer, EDF, carrefour, les vacances, etc, il ne lui reste presque rien, ce qui est SCANDALEUX !!!!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous aurez compris que h16 sépare ce que l'individu décide de payer ("loyer, EDF, carrefour, les vacances"), de ce qu'on l'oblige à payer (charges...).

      Et bien sûr que si, l'efficience du système public est en plein coeur du sujet, puisqu'en général on est d'autant plus enclin à payer un service qu'il est efficient. Un des exemples les plus flagrants est justement la cotisation retraite "reversée aux citoyens"... on en reparlera dans quelques années.

      Supprimer
    2. "on en reparlera dans quelques années."

      On peut même en parler maintenant, combien de système de retraite privé HS : plein, combien de système de retraite public par répartition HS : zéro.

      Wikipedia :

      "Historiquement, les systèmes de retraite par répartition ont été créés ou se sont généralisés lorsqu'un événement grave (guerre, crise financière) ne permettait pas à une fraction importante de la population de disposer d'un capital qui lui assurerait une retraite décente(Laffargue 2008, p. 316)"

      On peut constater que les systèmes publics fonctionnent très mal (sauf pour les politiciens) mais le privé, c'est souvent pire (sauf pour les dirigeants).

      Supprimer
    3. NB : Les "prestations" de l’école ou de la police (citées dans le commentaire d'O. Berruyer) sont des exemples intéressants aussi. Cf le blog auxinfosdunain, entre autres.

      Pour les retraites, le sujet a aussi été abordé sur ce blog et ailleurs (http://theoreme-du-bien-etre.net/2013/08/29/retraites-le-cout-de-la-reformette-pour-un-jeune-33-000e/).

      Supprimer
  2. Je suis consterné par la proposition d'Artus. Imposer des revenus fictifs ?!?! Le délire est en train de dépasser tout ce qui était imaginable il y a seulement 1 ou 2 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'idée fait son chemin. Il faut dire que c'est un excellent moyen de tuer dans l'oeuf toute velléité de sortir du système, DiscoTonio-style, en allant vivre au fond du Gers, avec sa maison retapée à la main et son potager. Tu veux pas faire fonctionner la machine économique comme tes petits copains ? Tu veux pas avoir de revenus ? T'es taxé quand même !

      Supprimer
    2. C'est juste que vous n'avez pas réfléchi attentivement à ce sujet.
      L'imposition des revenus fictifs (ajout du loyer de la résidence principale au revenu) est appliquée en Suisse, qui n'est pas à proprement parler un pays gauchiste ou délirant.

      Supprimer
    3. Plus j'y réfléchis et plus je trouve ça délirant.
      Au fait, je loue une voiture / une brouette / un slip, alors que vous êtes propriétaires des vôtres, je pense que vous devriez être imposés là-dessus aussi. Espèce de sale riche qui percevez plein de revenus fictifs !!!

      Supprimer
  3. Le français moyen gagne 52 000 euros par an ?!?
    (2,6M/50)
    Il a fumé quoi, h16 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le salaire super brut???

      Supprimer
    2. Le montant énoncé par H16 représente le salaire super brut.
      Il faut penser à retirer les charges patronales que l'employé ne voit pas passer.

      Donc en reprenant vos chiffres :
      52000 * (1 - 0.34) = 34320 € brut / an
      ou encore en retirant aussi les charges salariales :
      52000 * (1 - 0.34 - 0.12) = 28080 € net /an

      De suite ça fait plus light !

      Supprimer
    3. Heu...28080 euros nets par an, c'est déjà un salaire de riche...

      Supprimer
    4. "28080 euros nets par an, c'est déjà un salaire de riche"

      C'est triste de lire ça mais si on le compare au salaire médian, disons 1675 ... ça fait 665 euros de plus par mois.

      Et ça semble un gouffre pour celui qui gagne 1675 euros.

      Dans la vraie vie, les 665 euros vont être bouffé fissa par un logement un peu plus cher, une bagnole un peu plus cher et tout le reste à l'avenant, donc au final ça se vaut.

      Supprimer
    5. On reste donc trèèèèèèèèès loin au-dessus du français moyen, dans l'exemple de h16. Grosso modo, c'est une problématique de riche (et qui a déjà plein de niches fiscales pour s'en sortir autrement), qui ne concerne pas particulièrement la majorité des français. Prendre cet exemple, c'est biaiser le débat.

      Supprimer
    6. C'est que le calcul prend en compte (pour le salaire comme pour le barême d'imposition) une inflation de 2% par an, de 2013 à 2063. Les chiffres moyens obtenus sur cette période nous paraissent donc élevés, mais ce ne sont pas des euros d'aujourd'hui.
      Les pourcentages sur le graphique sont justes.

      Supprimer
    7. Désolé de répondre aussi tard, ou de "déterrer" un vieux sujet.

      Non, Durand, justement, en prenant en compte les salaires de 2063, mais les barèmes d'imposition d'aujourd'hui, les calculs sont complètement faussés, et les pourcentages inexacts, voir parfaitement injustes : le but est vraiment d'arriver à tout prix de démontrer une idée, sans souci de savoir si cette idée est bonne.

      Supprimer
  4. comment vont se dérouler les prochaines élections?ben le clientélisme est déja en marche:pierre maille,qui préside le conseil général du finistère envoie des lettres pour proposer des emplois a ceux qui en auraient besoin.ces lettres sont ciblées vers des gens supposés sympathisants de gauche et ayant de faibles revenus.une de mes amies en a reçu une....voila a quoi servent vos impots locaux,a faire plus de social évidemment!

    RépondreSupprimer
  5. http://www.dailymotion.com/video/x1735l1_la-gauche-recolte-ce-qu-elle-a-seme_news

    RépondreSupprimer
  6. Disco dans le post "Marinaleda": "Et c'est con à dire, mais d'une certaine manière, leur communauté prise comme un tout, est bien plus libérale que le système qui prévaut partout."

    Et ici: "Libéral ne signifie pas babelien. [...] Or Saint Etienne, et l'UDI, s'ils sont libéraux, sont des babeliens extrêmistes.
    Au FN, s'ils sont anti babeliens, ils sont anti libéraux..."

    C'est quoi un libéral non babélien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces type veullent juste que l'état passe de l'état d'employeur à l'état de client pour un jeu à somme quasi nul pour le compribuable-client-citoyen et tout bénéfice pour le capital...
      Comme le dit Olivier: cotiser à la sécu et à l'arco ou dans une mutuelle privée et à un fond de pension, c'est toujours dépenser!!! Biensur le système privé te donne le choix, et si tu as des problèmes d'argent le droit de crever la gueule ouverte, se qui fait plaisir au partisant du darwinisme sociale!!!

      Supprimer
    2. "C'est quoi un libéral non babélien?" (Anonyme 12 novembre 22:54)

      C'est beaucoup de gens. Pourquoi un libéral serait-il babélien ? Voir par exemple :

      http://fboizard.blogspot.com/2010/08/commerce-libre-et-immigration-limitee.html

      Supprimer
    3. @ Durand

      1. Pour moi ce que dit Boizard ne vole pas haut.

      2. Le problème que je vois est celui de "libre". Il n'y a pour moi pas de "libre" échange selon la sacro-sainte loi (le dogme) de l'offre et de la demande. Il n'y a que des rapports de force. L'un des principaux arguments des libéraux en faveur du libre échange est l'argument "bisounours" de Ricardo qui montre que deux pays qui fabriquent chacun deux produits A et B à des coûts différents ont mutuellement intérêt à se spécialiser dans la production du moins cher (A chez l'un et B chez l'autre) puis à les échanger. Cet argument semble d'une logique imparable et justifie à lui seul la mondialisation babélienne.
      Mais le problème est que l'échange ne se fait pas selon la loi "bisounours" de l'offre et de la demande mais selon un rapport de forces. Et la loi du plus fort, du "struggle for life" darwinien, détourne la loi "bisounours" pour remplacer le gagnant-gagnant de Ricardo par une diabolique machine à concentrer la richesse. C'est à mon avis très bien expliqué ici: http://www.pauljorion.com/blog/?p=59869

      Je réitère donc ma question. C'est quoi un libéralisme non babélien?

      Supprimer
    4. Le libéralisme (version moderne) c'est Babel!!!
      Le libéralisme (version moderne) c'est effacement de toute particularité religieuse culturelle, politique!!!
      C'est l'atomisation pour faire de chacun un consommateur de biens, de services, d'élus!!
      Que de NY à Kobe on mange un big mac en buvant du coca avec un i-pod jouant lady GAGA avec un jean diesel en rêvant à la nouvelle BMW!!!
      Le libéralisme c'est changé l'enraciné en consommateur, c'est ruiné tout esprit de solidarité!!!
      Le libéralisme c'est l'affirmation du prima de l'efficacité économique (la loi du marché) sur la culture (religieuse ou païenne), l'éthique, la politique (cf l'Europe construite comme un marché et pas comme une entité politique) et la société (le vivre ensemble)!!!
      Babel c'est pensé que l'histoire est finie, que le seul modèle viable c'est le capitalisme libéral et la démocratie représentative!!! Et pour cela puisque ce modèle de société doit rester figé c'est aux hommes de changer!!!
      Le libéralisme (du 17ème siècle) premier voulait déshabiller l'état (Rois, Noblesse, Clergé) pour armer le peuple (dans les faits le tiers état: les bourgeois capitaliste) le libéralisme moderne veut déshabiller l'état-nation (frontière, loi sociale, normes environnementales) pour armer le capitale, le libéralisme moderne c'est la prolétarisation des nations au bénéfice des multinationales, de la finance et des fonds pensions!!! C'est faire de l'état un consommateur comme les autres, ce n'est surtout pas un refus de l'étatisme!!!

      Supprimer
    5. Le but n'est pas tant de "voler haut" que de raisonner juste, sans se tromper. Ce que dit Boizard me semble très clair et vous n'y répondez pas.

      J'ai l'impression que le problème vient de la définition du mot discotoniesque "babélien". Pour moi, "babélien" signifie en gros pro-"immigration-la-chance" (autre expression de Tonio), tandis qu'il me semble que vous considérez comme "babélien" d'avoir des produits importés dans nos supermarchés.

      Si le babélisme se limitait à la possibilité d'acheter des ananas, des tee-shirts chinois ou des téléphones coréens, je n'y verrais pas d'inconvénient.

      Supprimer
    6. Boizard n'a rien de libéral, c'est un conservateur à l'ancienne, tendance Burke. Très bon et intuitif sur les sujets de société, ne comprends rien ni à l'économie ni aux sciences, encore moins aux questions énergétiques. On ne peut pas être libéral et conservateur, c'est un non-sens absolu. De même qu'un libéralisme non babélien n'existe pas plus qu'un marxisme à visage humain.Aucune idéologie du XXème siècle ne nous aidera à résoudre les problèmes que celles-ci ont provoqué. Vous connaissez le bon vieil adage d'Einstein ?

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.