mardi 26 novembre 2013

Démocratie : histoire d'un malentendu

Très intéressant, notamment quand il explique qu'il y avait en pratique plus de démocratie au début du moyen-âge, avec des villages formant des communautés autonomes autogérées, qu'aujourd'hui...

15 commentaires:

  1. Nous sommes, en France, héritiers de la tradition Franque qui était extrêmement égalitaire.
    Chaque voix comptait, chaque héritier était traité en égal, l'aîné comme le puiné...
    Ce modèle a justifié l'effort fait pour expulser les derniers croisés de leurs position en Terre Sainte (voir l'excellent ouvrage d'A. Maalouf : Les croisades vues par les Arabes.

    Reste à savoir ce qu'il nous reste de cet héritage...

    RépondreSupprimer
  2. Plusieurs choses mon marquées:
    -L'exemple du moyen age me conforte dans ce que je pense fondamentalement: le partage de souveraineté (égalité politique) est directement lié au partage de propriété des moyens de production. Chaque vilage étant une unité de production autogéré avec une grande autonomie économique et politique. Ce qui n'interdit ni le commerce, ni les échange.
    -La thèse sous-jacente que le démocratie (égalité politique de chacun) n'est possible que dans les sociétés les plus homogène d'un point de vue économique. D'aillieurs plus notre société devient hétérogène économiquement et socialement (atomisation en individu et déracinement) et plus notre république devient "non-démocratique" et tend vers l'oligarchie participative.
    -Et enfin la référence à Kropotkine qui fait plaisir à ma fibre anarchiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Chaque vilage étant une unité de production autogéré avec une grande autonomie économique et politique."
      - > Ce que certains groupuscules essaient de recréer et diffuser :

      http://www.bastamag.net/article3450.html
      "Notre but est de montrer qu’avec 12 hectares et 30 personnes, on peut créer ou recréer un standard de vie moderne saine"
      "Et qu’il est possible de créer une société relativement abondante, avec les bases du confort moderne, dans laquelle les gens travailleraient moins de deux heures par jour... Utopie ? Quoi qu’il en soit, la révolution de l’open source ecology est en marche."

      Supprimer
    2. "les gens travailleraient moins de deux heures par jour."

      Et malheureusement, ils passeraient les 6 heures suivantes a essayer d'arnaquer leurs voisins et/ou essayer de ne pas se faire arnaquer.

      Supprimer
  3. Bon ok, on n'est plus en démocratie, mais alors qu'est ce qu'on fait ?

    RépondreSupprimer
  4. Etienne Chouard explique tout ca, depuis 2005. Rien de nouveau sous le soleil de quebec, sauf l'accent .. mais l'idée progresse, c'est deja ca.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai un (long) texte d'Alain de Benoist qui explique très bien tout ça, mais aussi comment, historiquement centralisation étatique et construction du marché ont toujours marché du même pas (contrairement à l'idée reçue très en vogue) : http://www.alaindebenoist.com/pdf/le_bourgeois.pdf

    Si tu veux ensuite approfondir la question de la société médiévale, faut taper du côté de Régine Pernoud et Marc Bloch.

    Par contre je te conseille fortement le petit texte de Fernand Braudel : la dynamique du capitalisme (une conférence de présentation de son opus magnus "Civilisation matérielle, économie et capitalisme").

    Il a aussi écrit une grammaire des civilisations destinée à l'origine aux classes de terminale, à l'époque (1960 !) où l'on avait encore l'ambition d'enseigner au lycée. Il a aussi écrit une somme impressionnante sur l'identité de la France, en s'attardant longuement sur la France paysanne. J'ai appris récemment qu'il a été brocardé par une poignée d'idéologues comme étant représentant d'une "islamophobie savante", lui qui, comme Michelet, Renan, ou Lavisse était pourtant l'archétype même du républicain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ceux qui s'intéressent a la philosophie politique, le livre de pierr Manent: les métamorphoses de la cité, essai sur la dynamique de l'occident.

      Supprimer
  6. J'ai trouvé chez Jacques Ellul (L'illusion politique) cette fabuleuse citation de Charles Brook Dupont-White : "la continuité est un droit de l'homme". A mettre en relation avec la tyrannie technologique de la déculturation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La continuité est un droit de l'homme".
      Fabuleux en effet. Et cela incite à lire (ou relire) dans cette optique les deux seuls véritables penseurs du continu que je connaisse: Aristote et Thom.
      René Thom: "L'opposition discret/continu domine les mathématiques et, en fait, toute la pensée".

      "A mettre en relation avec la tyrannie technologique de la déculturation." L'ordinateur, bras armé de la tyrannie technologique, est typiquement du coté du discret, du réductionnisme (au commencement est le bit)...

      Et, pour moi, réductionnisme et déculturation même combat: dans les deux cas on déstructure*.

      * Ceci dit le structuralisme "classique", de Saussure ou de Lévi-Strauss, est, de l'avis de René Thom, insuffisant justement parce que le continu n'est pas pris en compte dans l'idée que ceux-ci se font d'une structure.



      Supprimer
  7. A 9': "L'anarchie c'est tout le monde qui s'entend sur chaque décision, c'est un système consensuel. Il n'y a pas d'imposition de la majorité comme en démocratie."

    ça fait plaisir de voir une définition compatible avec l'étymologie (sans tête, sans commandement) à l'opposé de l'image que tentent de nous imposer les élites de tout bord: chaos, débordements de foule, barbus avec un pistolet tuant le prince, etc.
    Je pense qu'une société anarchique consensuelle est parfaitement viable et que c'est peut-être même la meilleure forme de société. Mais ce ne sont sûrement pas les merdias inféodés qui en feront l'apologie.

    RépondreSupprimer
  8. Il me semble que l'auteur ainsi que le nain gagneraient beaucoup a lire le dernier livre de Philippe Nemo sur 'les deux républiques françaises'. Il est particulièrement éclairant sur une lutte qui dure encore: celle entre la république de 1789 et la république de 1793 (celle des massacreurs de septembre, des guerres extérieures et du génocide vendéen) qui n'a rien de démocratique. Et puisque le nain parle souvent du projet maçonique il trouverait surement confirmation dans le chapitre sur l'école publique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf que Nemo est lui-même un babélien authentique et extrémiste.

      Supprimer
    2. Oui nemo est un collabo.

      Supprimer
  9. ça va en faire des bulletins modifiable pour babel

    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/11/28/01002-20131128ARTFIG00019-bataille-autour-de-la-reconnaissance-du-vote-blanc-avant-les-municipales.php

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.