vendredi 22 novembre 2013

Les enfants sont moins endurants qu'il y a trente ans

Modernité et progrès...

Les enfants sont moins endurants qu'il y a trente ans
Le Figaro, Soline Roy, 21/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Surpoids et manque d'activité font que leurs capacités cardio-vasculaires sont moindres que celles de leurs parents au même âge. Ils pourraient être la première génération à vivre moins longtemps que la précédente.

Les enfants sont de moins en moins endurants: leurs capacités cardio-vasculaires sont inférieures de 15 % à ce qu'étaient celles de leurs parents au même âge, selon une étude non encore publiée, mais présentée aux sessions scientifiques 2013 de l'American Heart Association, à Dallas.

L'équipe de Grant Tomkinson, de l'université d'Australie-Méridionale, a analysé 50 études menées entre 1964 et 2010, évaluant l'endurance de plus de 25 millions d'enfants âgés de 9 à 17 ans et vivants dans 28 pays (des pays riches pour la plupart). Une analyse statistique a permis de comparer leur condition physique selon deux critères: quelle distance ils pouvaient parcourir en un temps donné (entre 5 et 15 minutes), et combien de temps ils mettaient pour parcourir une distance donnée (un demi à un mile, soit 800 mètres à 1,6 kilomètre).

15 commentaires:

  1. Surtout ne parlons pas des perturbateurs endocriniens, surtout ne parlons pas des perturbateurs endocriniens, surtout ne parlons pas des perturbateurs endocriniens...

    RépondreSupprimer
  2. Besoin d'une étude pour ça?
    Les modes de déplacement changent (de moins en moins à pieds / vélo) et les activités et loisirs aussi (de moins en moins de sport et de plus en plus de console).
    En complément la sélection naturelle ne se fait pas / plus dans les mêmes degrés (simple constat).

    Faudrait éviter de comparer avec ceux d'il y a 60 ou 100 ans, ça serait encore bien pire: quand nos grands parents devaient faire 5 bornes à pied matin et soir pour aller à l'école, ... et pas en baskets légères.

    RépondreSupprimer
  3. C'est n'importe quoi, avoir un embryon de cerveau pour écouter un gauchiste parler de racisme ou féminisme et ne pas écouter ses propres parents postes 68 tarés pleins de frics ou pas disposer de sport payant ou gratuit dans ce monde de merde, disco tu me déçois grave.
    Les chinois put1 les chinois.

    RépondreSupprimer
  4. Vu dans "ce soir ou jamais" : une préhistorienne, un archéologue, un philosophe sont invités sur le thème "la violence et la guerre ont-elles toujours existé".
    Leur conclusion : il n'existe AUCUNE preuve ou indice archéologique que l'homme à ses origines (au paléolithique, c'est à dire le nomade chasseur-cueilleur) eût été un être violent et pratiquant la guerre. Au contraire l'empathie aurait été un facteur de survie de l'espèce. En revanche, l'instauration de l'agriculture, et de la propriété privé (néolithique) coïncide avec l'apparition de cette violence.
    Autrement dit : l'homme à l'état naturel est un être tempéré non enclin à la violence. C'est l'instauration d'une société qui crée et amplifie le comportement violent de l'homme.

    Après des siècles de moqueries sur le mythe du "bon sauvage", on a la confirmation que (probablement) le plus grand philosophe français avait raison, et que son "Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes" est basé sur une thèse désormais attestée.
    Contre les théocrates Bossuet, Filmer, contre Hobbes ("l'homme est un loup pour l'homme"), contre Locke (les inégalités sont naturelles), contre Pufendorf et Grotius qui établissent l'esclavage comme une liberté (!) et étant dans notre nature, contre Voltaire l'insulteur, Rousseau, esseulé, moqué, avait réussi par la force de son raisonnement à percevoir la nature profonde de l'homme.

    Mais alors allons plus loin maintenant que l'on a sait que le "Discours sur l'inégalité" repose sur une base attestée, que la violence naît en l'homme avec l'établissement de la société, de la propriété privé. Si Rousseau a raison au début de sa thèse déductive, pourquoi aurait-il tort à la fin ? Il arrive à déduire que la démocratie représentative n'est qu'un leurre, qu'elle n'aboutit pas à l'établissement de la volonté générale, mais à la conservation et au développement des inégalités. Seul le peuple peut décider des lois sous lesquels ils souhaite se soumettre, car les représentants du peuple... ne représentent pas le peuple, mais eux-mêmes... La représentation étant impossible.


    « La souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu'elle ne peut être aliénée ; elle consiste essentiellement dans la volonté générale et la volonté ne se représente point ; elle est la même ou elle est autre ; il n'y a point de milieu. Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent être ses représentants, ils ne sont que des commissaires ; ils ne peuvent rien conclure définitivement. Toute loi que le Peuple en personne n'a pas ratifiée est nulle ; ce n'est point une loi. »

    A cette époque où l'on cherche désespérément une réponse à la crise politique, réponse qui ne pourra plus se borner à une dissolution ou un changement de ministres, la démocratie citoyenne qu'envisage Rousseau comme forme politique et sociale la plus aboutie en terme de réduction des inégalités mérite une profonde réflexion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bien ton message n'est rien a voir avec le sujet... cette precision sur rousseau est tres interessante, à réfléchir et à appliquer !

      Supprimer
    2. La citation de Hobbes est: "Il est également vrai qu’un homme est un dieu à un autre homme [dans la société] qu’il est aussi un loup à un autre homme [dans l’état de nature]."

      +1 avec Rousseau s'il est contre la "démocratie représentative":
      "Seul le peuple peut décider des lois auxquelles il souhaite se soumettre."
      A mon avis les élitistes Montebourg et Mélenchon, qui sont pour une "constituante", retardent de deux siècles.
      Méthodologiquement je pense que "le peuple" doit se poser les questions "je veux", "je dois", "je peux", dans cet ordre, le "je peux" renvoyant au possible et non plus au pouvoir comme actuellement. Le problème devient alors un problème de logistique: c'est la manière dont on veut que la société fonctionne qui impose son organisation, c'est la fonction qui crée l'organe. Je vois donc une constitution comme un cahier des charges sur lequel on se met d'accord. Reste à s'organiser, le plus simplement possible bien entendu, pour le réaliser.




      Supprimer
    3. Oui bon, d'une part, effectivement, on n'est pas dans le sujet.
      D'autre part, les développements sur la démocratie participative ne font que réinventer l'eau chaude. Meadows est allé plus loin avec la tragédie des communs.
      Même s'il est parfaitement représenté, il est un défi qui a échappé à Rousseau (normal, à son époque) : l'épuisement inéluctable des ressources naturelles.
      A partir de là le jeu change de forme, et la démocratie participative aboutit au suicide collectif. Car entre le confort à crédit (tiré sur les générations futures) et l'austérité choisie pour préserver le sort d'enfants dont on se dit que la fée technologie se sera sûrement penchée sur eux, le choix est vite fait.
      Et hop, l'optimisme devient une religion !
      Avec tous les risques de collision avec la réalité que cela comporte.

      Mais pour en revenir aux gros : c'est une bonne nouvelle.
      Autant de retraités short. Le système s'auto-régule.

      Qui pense à allonger la vie de ses enfants pense à écourter la sienne.

      Supprimer
    4. @ Ztong
      "A partir de là [l'épuisement inéluctable des ressources naturelles] le jeu change de forme, et la démocratie participative aboutit au suicide collectif."
      A.J. Toynbee: "Les civilisations ne meurent pas par meurtre, elles se suicident." Il est pour moi évident que la démocratie représentative actuelle va aboutir à un suicide collectif.
      A mon avis notre société actuelle ne se maintient que par l'application systématique du "diviser pour régner" (et l'informatique en a rajouté beaucoup en permettant au pouvoir de nous atomiser). Mais à force de diviser on déstructure, et à force de déstructurer la société finit par s'effondrer. C'est comme ça que je vois la montée des communautarismes, comme une anticipation de cet effondrement et comme un début de construction de la société à venir. Construction qui je pressens populiste et communautariste c'est-à-dire fédérale à tous les niveaux, à partir de la base (on ne construit pas une maison en commençant par le toit, comme tente de nous l'imposer Bruxelles).

      Je pense que l'avenir est à une construction fédérale à partir de la base (individu, famille, commune, canton, département, région, nation, fédération de nations -pour partir de nos structures historiques), l'incitation se faisant par le sommet (Bruxelles?).

      Les principes:
      1. Principe de solidité (holisme): à chaque niveau de la construction le tout doit être plus que la somme des parties, il doit y avoir du "liant", principe en général naturellement respecté au niveau de base, celui de la famille.
      2. Principe de localité: tout problème résoluble doit être résolu le plus autarciquement possible, au niveau le plus local possible, principe qui garantit à mon avis une simplicité maximum et un Etat minimum.

      L'incitation du pouvoir central pourrait être par exemple de commencer par encourager réglementairement et fiscalement (sans imposer!) les regroupements entre voisins comme c'est déjà le cas en agriculture (GAEC), permettant d'optimiser les contrats EDF, d'assurance, le nombre de véhicules. Une petite communauté de 80 personnes (toutes générations confondues) où tout le monde connaît tout le monde peut grandement améliorer son fonctionnement collectif si l'état central l'autorise à le faire (par exemple s'occuper autarciquement et convivialement de ses enfants en bas âge et de ses vieillards, par exemple construire une serre collective pour produire fruits et légumes, individuellement ou collectivement, c'est selon, en tout cas autarciquement et convivialement, par exemple avoir un garage collectif avec de bons outils et un "pont" au lieu d'outillage individuel bas de gamme pour l'entretien courant des véhicules et des maisons). A mon avis une telle micro-société bien (c'est-à-dire simplement) organisée est une société libérale (qui, entre autres, doit permettre de dégager beaucoup de temps libre).

      Bien entendu Babel et son PIB est vent debout contre cette conception de la société et son BIN (Bonheur Intérieur Net). Il va à mon avis arriver un moment où "le peuple" va se révolter contre la société telle qu'elle est organisée actuellement. Pour moi elle est en effet organisée de façon à mettre en esclavage (entre autres via le salariat) le maximum de gens. Payer son pétrole en euros me semble normal (mais est une contrainte qui a ses contreparties en termes de perte de liberté). Payer ses carottes en euro est pour moi une aberration qui mesure la profondeur de notre esclavage...




      Supprimer
    5. Je continue.

      Les sénateurs ont adopté le 20 novembre à l’unanimité [écolos compris!] un projet de loi élargissant aux plantes le délit de contrefaçon. S’émanciper des droits de propriété détenus par les grandes firmes semencières sera désormais un délit. La loi prévoit aussi de nouveaux moyens de répression contre paysans et jardiniers clandestins. Pour les promoteurs de la loi, il s’agit simplement de « protéger les entreprises ».


      Voilà où conduit une société dont l'unique horizon est de "faire du PIB"! Et voilà qui illustre parfaitement mon "Payer ses carottes en euro est pour moi une aberration qui mesure la profondeur de notre esclavage..."


      Supprimer
  5. Taux immigratoire des pays (source CIA) : https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/rankorder/2112rank.html
    On remarque que les paradis fiscaux caracolent en tête dans les 20 premières places du classement, c'est un très bon indicateur de degré de "citoyenneté" de notre époque.

    RépondreSupprimer
  6. Moi aussi je suis moins endurant qu'il y a 30 ans ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Etude à prendre avec des précautions : on peut aussi interpréter les résultats à ces tests autrement. Donc non comme une baisse de l'endurance physique mais plutôt comme une baisse de l'endurance mental, un manque de volonté, de courage, une perte du gout de l'effort. Les jeunes générations sont tellement habituer à tout avoir sans effort qu'elles sont devenues incapables d'en faire (dans les pays occidentaux en tout cas). Mon expérience personnelle : pratiquant d'arts martiaux depuis plus de 20 ans, je vois arriver régulièrement des jeunes d'une vingtaine d'années, ils sont plus grands, plus forts et plus endurants mais c'est le mental qui ne suit pas, il s'écoute trop : au moindre bobo, au moindre effort, ils doivent s'arrêter et reprendre leur souffle, pour les battre c'est trop simple : il suffit de faire durer, ils craquent.
    JP

    RépondreSupprimer
  8. c'est simple, on va faire une simulation de résistance.
    on reproduit les conditions de vie dans les tranchées (en novembre par exemple) bien sur sans les obus, bombes etc. des tranchées calmes mais très inconfortables.
    on y met qques centaines de jeunes de 20 ans et on voit combien ont survécu au bout d'un mois ou deux.
    ça donnera un ordre d'idée de leur résistance.
    on peut être surpris en bien

    RépondreSupprimer
  9. À prendre avec des pincettes dans le sens où le résultat étant une "moyenne"; celle-ci a pu être largement biaisée par un taux d'obèse supérieur à il y a 30 ans et non par une baisse individuelle d'endurance.

    Ceci-dit j'y crois moyen, la liste des poisons quotidiens qui nous affaiblissent est interminable :
    - graisses mono-saturées (oméga 6) et acide gras trans
    - malbouffe et aliments préparés trop salés, trop sucrés et trop gras
    - aluminiums (sels, alumines...) dans l’alimentation, vaccins, déodorants et crèmes
    - additifs alimentaires allergènes et cancérogènes (aspartame, colorants, agents de texture, anti-oxydants, conservateurs, exhausteurs de goût, glutamate monosodique)
    - résidus de pesticides/insecticides/fongicides dans l’alimentation
    - poissons d'élevages contaminés aux PCB et dioxines
    - silicone, sulfates et parabènes dans les produits cosmétiques
    - bétail shooté aux hormones et aux antibiotiques que l'on ingère et qui renforce les virus et bactéries
    - perturbateurs endocriniens (BPA...) et résidus de pilule contraceptive dans l'eau courante (estrogène de synthèse)
    - micro-particules liées au diesel qui s'incrustent dans les cellules des bronches
    - pollution atmosphérique globale qui provoque de l'asthme
    - gluten et produits laitiers dont 60% des européens y seraient intolérants voire allergiques
    - polluants d'intérieur que l'ont retrouve dans les plastiques, peintures et moquettes comme les phtalates et retardateurs de flammes
    - produits d'entretiens, médicaments, .... ...

    Dans ce contexte, je ne vois pas comment on pourrait-être en meilleur santé qu'il y a 30 ans. C'est tout simplement impossible.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.