mercredi 13 novembre 2013

Les français ne veulent plus se faire racketter pour avoir la joie d'être remplacés

Immigration: les Français se raidissent
Le Figaro, 13/11/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les Français se sont raidis face à l'immigration depuis 2006, deux tiers estimant désormais que les immigrés sont mieux traités qu'eux, selon un sondage Ifop pour Valeurs actuelles à paraître demain.

67% des personnes interrogées sont d'accord avec la phrase: "On en fait plus pour les immigrés que pour les Français", alors qu'ils n'étaient que 40% en avril 2006. De même, une écrasante majorité (86%) juge qu'il "faut passer d'une immigration subie à une immigration choisie", contre 62% en avril 2006. Sur cette question, l'évolution est particulièrement marquante chez les sympathisants de gauche (49% le pensaient en 2006, 82% aujourd'hui).

À l'inverse, seul un tiers (37%) considèrent aujourd'hui que "l'immigration est une chance pour la France" contre 49% en février 2007.

Mais que les français se rassurent. Leur avis, la dictature maçonnique babelienne s'en branle. Elle a prévu de les dissoudre, et sauf révolution, elle ira au bout... C'est la "République".

A noter que 82% des sympathisants de gauche ne veulent plus de l'immigration n'importe quoi... Ça va être dur de se faire réélire pour les remplacistes assumés... Va falloir se la jouer Sarkozy, et mentir comme des arracheurs de dents...

19 commentaires:

  1. "Les français ne veulent plus se faire racketter pour avoir la joie d'être remplacés" : cela fait plus de trente ans que ça dure, il serait temps qu'il y ait une réaction ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien plus de 40 ans coco, mais l'histoire s'accélère. Et Pompidou de lâcher le morceau peu avant sa mort : http://www.bvoltaire.fr/alaindebenoist/immigration-medef-parle-meme-langue-lextreme-gauche,38810

      " En 1973, peu de temps avant sa mort, le président Pompidou reconnaissait avoir ouvert les vannes de l’immigration à la demande d’un certain nombre de grands patrons, tel Francis Bouygues, désireux de bénéficier d’une main-d’œuvre docile, bon marché, dépourvue de conscience de classe et de toute tradition de luttes sociales. Ces grands patrons, soulignait-il, en « veulent toujours plus »."

      Supprimer
  2. Pour ceux qui n'ont pas encore vu cet extrait de l'émission "ce soir ou jamais" de la semaine dernière.
    On dit que les racistes ne se cachent plus, les babeliens non plus apparemment.

    J'aime bien l'expression "n'ayez pas peur, ça va bien se passer"....

    http://www.youtube.com/watch?v=KXnmMidHgBc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, elle dit " ca va se passer".

      Supprimer
  3. Oui ce mot de "république" utilisé pour tout, pour rien, surtout pour faire la morale et t'expliquer ce qui est bon pour toi, je ne le supporte plus, il commence à me fait vomir dès que je l'entends.

    Quand tu entends ce mot poubelle, tu sais maintenant qu'on veut te mettre une dragée.

    Il faut quand même remarquer que toutes ces saletés de politiciens utilisent à longueur de temps le mot république", mais jamais celui de "liberté". Pour eux, il ne s'agit donc manifestement pas de la même chose.

    RépondreSupprimer
  4. "Elle a prévu de les dissoudre ".

    Mais c'est déjà fait Tonio !! oh oui c'est dure de l'admettre, encore un effort S.V.P.

    RépondreSupprimer
  5. On y voit de plus en plus clair.

    RépondreSupprimer
  6. "Va falloir se la jouer Sarkozy, et mentir comme des arracheurs de dents... "
    +1000 !!!

    Et je parie sur Valls pour le candidat menteur du PS...

    RépondreSupprimer
  7. Il faut dire les choses comme elles sont, la démocratie était acceptable quand nous étions en France entre Français, demain elle risque de devenir un véritable danger pour nous et nos enfants.

    RépondreSupprimer
  8. Cela ne posera pas trop de problème à la gauche, contrairement à ce que l'on peut penser, puisque tout type de débat est paralysé.
    Et il suffira d'un cas à la con, style leonardida, et hop, ré-ouverture en grand des vannes qui, de toute manière ne seront jamais fermées, tant avec l'UMP qu'avec le PS.
    Donc acte.

    RépondreSupprimer
  9. tonio,une tres bonne reflexion Léonora Miano a voir 5.25mn
    La colonisation de l'Afrance
    http://www.youtube.com/watch?v=lGMyZQohue8

    RépondreSupprimer
  10. Whopopop !
    On va lire : http://sos-net.eu.org/etrangers/indexetr.htm
    et on me montre ensuite en quoi les "étrangers sont mieux traités que les Français".

    C'est quoi ces conneries ?

    C'est toujours pareil. Les gens n'y connaissent rien au droit, c'est austère et technique, ils n'ont aucune pratique du terrain, ils ne savent rien des conditions de vie de ceux qui pédalent sous la moquette (normal, à 6h ils ne sont pas dans le RER, ils sont couchés).

    Tout est ici question de ressenti, si ça va moins bien dans ma vie c'est la fôte des zotres...

    Un peu facile, non ?

    RépondreSupprimer
  11. Sondage exclusif VA/IFOP : l’immigration n’est pas une chance pour la France :

    Omerta. Exclusif : une large majorité de Français ne supporte plus les discours bien-pensants sur la question de l’immigration.

    Qui osera encore parler, comme le fit Bernard Stasi en 1984, de l’immigration “chance pour la France” ? Notre sondage exclusif réalisé par l’Ifop ne laisse aucune place au doute : pour une large majorité de Français, l’immigration est aujourd’hui perçue de manière négative. Ils sont ainsi 86 % à penser qu’“il faut passer d’une immigration subie à une immigration choisie”, au lieu de 62 % en avril 2006. Pis : la proportion de sympathisants de gauche à partager cette opinion s’élève à… 82 % (avec la plus forte progression : 33 points en sept ans), quand ceux de l’UMP sont 96 %, et ceux du Front national, 92 % !

    http://www.valeursactuelles.com/sondage-l’immigration-n’-pas-chance-france20131113.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même très très suspect ce chiffre de 86%.
      Parce qu'il a certainement plus de 14% de français issus de l'immigration africaine, nord africaine et asiatique. Pour ces gens là, et on le comprend c'est naturel, ca parait difficile d'avoir une opinion négative d'un processus dont ils sont issus.
      Et puis ca voudrait dire carton plein sur les francais dits de souche, ou sur les francais de branche issus de pays européens de type caucasien et souvent de tradition chrétienne. Avec tous les gauchistes ultra, avec lesquels il est impossible de discuter le moindre point négatif du processus, ca parait difficile.
      La manipulation ca marche dans les deux sens.... Je vois bien le système faire gagner Marine pour lui refiler la patate chaude au pire moment. Et boom : plus de France, fragmentation des régions, redécoupage en euro-régions.

      Supprimer
  12. "Mais que les français se rassurent. Leur avis, la dictature maçonnique babelienne s'en branle. Elle a prévu de les dissoudre."

    Je suis convaincu que Babel va s'apercevoir rapidement qu'il n'est pas si facile de dissoudre, déstructurer (même si c'est plus facile que de structurer, loi de la thermodynamique des systèmes fermés). Car je suis convaincu que nous avons des racines qui sont, pour les plus profondes d'entre elles, inscrites génétiquement (je suis lamarckien...). Nous avons une histoire, individuelle, familiale, clanique, nationale, raciale*(?). Et Babel commence à chatouiller ce qu'il y a de profond en nous, de génétique (pour les lamarckiens...).

    Historiquement l'usage politique des théories de l'évolution ne va pas de soi.
    1. La théorie néo-darwinienne (barrière de Weismann) était théorie d'état du nazisme hitlérien car elle confortait l'idéologie de la pureté de la race aryenne.
    2. La théorie lamarckienne était théorie d'état chez les bolchéviques (pour la raison invoquée ci-dessus?).

    RépondreSupprimer
  13. Quel acharnement sur des gens qui, la plupart, vivent des galères pires que les notres.
    Faut regarder du côté des centres de rétentions, ou des files d'attente aux préfectures comment on les traite.
    Pour moi l'étranger, l'inculte, celui avec lequel je n'ai pas de pensée ou de désirs communs, celui dont je subit les mille et une nuisances, c'est le riche - et particulièrement le nouveau riche. Et là je dirais la même chose que vous : ça suffit ! dehors, ou hors de nuire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, mais hélas la nature humaine est ce qu'elle est. On admire le riche local et on méprise le pauvre étranger. Normal, on se projette dans le fort et non dans le faible.
      Implacable mécanique.
      Pas étonnant, sachant cela, que nous n'ayons que les plus corrompus et/ou cyniques aux manettes.

      Supprimer
    2. "Quel acharnement sur des gens qui, la plupart, vivent des galères pires que les notres."

      C'est vrai.

      Maintenant, croisez donc la carte des projections démographiques avec la carte des pays les plus touchés par le bouleversement climatique sur les 50 ans qui viennent : le monde est cruel.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.