jeudi 28 novembre 2013

Petit commentaire...

Petit commentaire reçu sur mon post La réalité derrière le déficit de la balance commerciale française. Ça complète bien...

Et alors ? Le pétrole c'est pas important ? Il n'est pas consommé, sous une forme ou une autre, pas une majorité de la population ?

Au contraire, Tonio, tu as fais une bonne synthèse, excessive bien entendu, mais imagée et claire.

Même et surtout les veaux pourraient comprendre (on peut toujours rêver).

Faux PIB, oligarchie klepto et leurs clientèles / kapos, endettement massif, production dans les choux, prébendes et tribut, gauchistes de merde, banques leveragées jusqu'aux orteils... tout y est.

J'insisterai sur le 1er point, fondamental : "Il n'y a aucune raison que le français moyen n'aie pas le niveau de vie d'un tchèque, voire d'un roumain"

Voilà le Mur de la Réalité que nous allons nous prendre dans la gueule.

Depuis 30 ans, nous avons "masqué" notre appauvrissement général (baisse de la prod) par des tas d'embrouilles. Les gens, et surtout les clientèles mafieuses (fonctionnaires etc.) y on pris goût.

35h (voire moins), la p'tite auto, le tiercé, les week-ends, le crédit immo, les vacances au Crotoy ou à Bangkok...

Tout cela va disparaitre.

Et là les gens vont souffrir. Effet de base.

Quand l'URSS s'est effondrée... ils partaient de tellement bas que ce ne fut pas une cata... Mais nous ? Vous imaginez ?

Un syndicaliste SUD qui jouit de sa rente avec un non boulot à la SNCF et qui jouit en faisant grève pour emmerder les serfs ? Vous imaginez quand ce mec perdra son boulot ? Le drame humain !

Et le "chercheur" au CNRS ? Qui gagne plus à la retraite que lorsqu'il était en activité ?

Et les 500 000 élus à la con ? Les syndicalistes, les profs, les journalistes vendus... tous ces pourris qui vivent TRES BIEN à nos dépends.... Que vont ils devenir ? Comment vont ils vivre leur destitution ?

Ça va faire mal.

32 commentaires:

  1. Ca va faire mal oui, pour eux ... mais pour les autres ca aura fait mal depuis bien longtemps avant ...
    Ces gens la seront le DERNIER rempart avant l'ecroulement total, et il feront tout pour que ca n'arrive pas au detriment des autres.

    RépondreSupprimer
  2. Bien entendu... Mais l'essentiel est qu'ils finissent pas goûter la potion amère.

    Lis cet article du Figaro (hier). Les clientèles (ici les syndicalistes SUD) commencent à flipper sévère... Les parasites ont compris que la fête était finie... Leur parrain (mafieux) ne PEUT PLUS LES SOUTENIR.

    C'est bien la preuve que le Réel commence à mordre. Et je repose la question : le parasite syndicaliste SUD qui jouit d'une véritable rente à "France Télécon"... que va t il devenir ?

    La destitution.
    *****************

    A la veille d’une grève prévue le 28 novembre à France Télévisions, le syndicat SUD vient d’adresser à Aurélie Filippetti un courrier dans lequel il fustige l’attitude de la ministre. « Où sont passés les mots «priorités», «programmes», «information» et «qualité» présents dans vos discours il y a tout juste un an ? », interroge les syndicats.

    «La Tutelle que vous représentez, censée accompagner l’audiovisuel public dans son développement, ne sert plus aujourd’hui qu’à redresser les comptes. Quel qu’en soit le coût humain. Quel qu’en soit l’effondrement de la qualité et de l’audience», poursuivent-ils. Et de déplorer qu’à «France 3, le cœur de métier ne bat plus». Ils regrettent par ailleurs que la ministre n’ai pas souhaité le retour de la publicité après 20h, «ce beau cadeau fait à nos concurrents du privé».

    «Voulez-vous au moins sauver France Télévisions ? » interpellent-ils la ministre. Le syndicat SUD conclut sa lettre par une demande de rendez-vous avec Aurélie Filippetti dans l’idée que celle-ci clarifie ses intentions.

    RépondreSupprimer
  3. Voilà le travail. Neuneu a perdu son "pari". Neuneu est vraiment neuneu.

    Vous imaginez les dégâts politiques ? C'est absolument énorme. Depuis 12 mois, tous ces parasites nous cassent les oreilles avec leur "inversion de la courbe du chômage"...

    Mais le Réel les EMMERDE. Le Réel finit toujours par l'emporter.

    Les mafieux ont cru qu'en achetant des dizaines de milliers d'emplois à la con, ils allaient gagner. Mais non, car dans le même temps le massacre dans les PME se poursuit, et augmente !

    ***********************
    Lors d'une visite surprise dans les locaux du groupe chimique Solvay à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), ce matin, François Hollande a pour la première fois pris ses distances avec sa promesse d'inverser avant la fin de l'année la courbe du chômage. «Ça prendra le temps nécessaire. Ce qui compte, c'est la tendance», a déclaré le chef de l'Etat dans ce qui ressemble à une tentative de déminage à quelques heures de la publication des chiffres des demandeurs d'emploi inscrits en octobre.

    RépondreSupprimer
  4. Excellent ce "petit commentaire"... Oui ça va faire très mal. Le réveil va être horriblement douloureux.

    La seule question qui subsiste : en quel laps de temps cela va-t-il se passer ? Lentement... ou d'un coup brutal ? Michel Drac pense qu'on va descendre lentement, avec des paliers... d'autre que l'effondrement se produira soudainement un jour, sans prévenir.

    RépondreSupprimer
  5. La France remercie les entrepreneurs talentueux avec des impôts, les malchanceux avecdes dettes, et les parasites avec ... des rentes ! Ce pays est foutu et l’atterrissage sera dur :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1
      super belle phrase qui résume l'état d'esprit mortifère.

      Supprimer
  6. La réponse... est -pour partie- entre vos mains.

    En effet, c'est votre argent, celui que la Mafia vous vole, votre force de travail, celui que la Mafia détourne à son profit.... bref c'est votre servage qui permet de faire vivre le Leviathan.

    Nous sommes son oxygène.

    Alors ?

    Alors il suffit de fermer le robinet. Pour les asphyxier et les faire crever.

    -expatriation

    -pour ceux qui ne peuvent pas ou neveulent pas : réduction consommation, baisse des investissements

    -professions libérales et commerçants : chômez un jour de plus par semaine soit une baisse de 20 %. Vous perdrez quoi ? Un tout petit peu d'argent... mais surtout vous enlèverez 20 % d'argent au Leviathan... ce qui est énorme.

    La conjonction de tout cela... mettra à genou le Système.

    Je prends souvent cet exemple : mais c'est grâce à vos impôts, TVA... que Taubira, Hollande, Copé, Bayrou, Duflot, Montebourg... ont des emplois qui leur permettent ensuite de nous pourrir la vie !

    C'est avec votre argent, que les cheminots se la coulent douce, et se permettent en plus de faire grève pour bien vous rappeler qui sont les maîtres et qui sont les serfs.

    C'est avec votre argent que les journalistes vendus, ont de quoi vivre (Libération, Demorand) et se permettent de nous insulter

    C'est avec votre argent que le retraité de Bercy part toujours en vacances à l'étranger (il gagne davantage à la retraite que lorsqu'il était en activité) et que vous crevez la bouche ouverte à bosser en permanence

    C'est avec votre argent que les intermittents du spectacle se la coulent douce, alors que vous bossez comme un con (ou que vous êtes chômeurs).

    Etc.

    Tout cela est très concret, très réel.

    Si on réduit le montant total du vol mafieux... alors MECANIQUEMENT nous réduisons leur pouvoir de nuisance !

    Sacrifiez 20 % de votre train de vie (vous n'en mourrez pas, vous aurez davantage de temps pour votre famille)... mais vous aurez la satisfaction de faire crever ce système de merde, de vous libérez de vos chaînes d'esclave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +100 c'est exactement la méthode à employer ! Les asphyxier..

      Supprimer
    2. +1000
      tu peux aussi ajouter dans ta liste :
      - payer au maximum en cash
      - sortir dès à présent de l'euro en achetant du Gold/Silver
      - ne surtout pas innover, faire du shadock au boulot

      avec ca, on devrait faire plier le Goliath !

      yongtai

      Supprimer
    3. Vous êtes vraiment trop programmer...
      C'est ce qu'il veulent que vous remboursiez la dette en vous serrant la ceinture.
      Pas besoin que vous le fassiez réellement faut juste que les autres le croient.
      Ce qu'il ont besoin c'est de votre existence pour légitimé un PIB
      et si vous mourrez, ils feront vivre les morts...
      L'argent il s'en foute, depuis la guerre elle n'est que l'ombre d'elle-même
      Même qu'il l'imprime depuis 40 ans et tout le monde imprime et tout le monde s'enfonce ensemble, plus besoin de rajouter des zéro sur les billets...
      L'illusion est totale...
      D'ailleurs faut être encore plus programmé pour croire que le pognon donne du pouvoir surtout dans un monde comme le notre...
      Ce qu'il veulent surtout pas, c'est que nous nous mettions à pensez comme les vénézuelien, le cubain¨, les iranien, les corée etc... que nous mettions à ouvrir les yeux Normal, on vous programme depuis tout petit pour ça.
      Regardez ceux qu'on diaboliser et qu'on vous montre jamais, la vérité sociale elle est là... Aucune pauvre ne se battraient pendant des décennies sans une très bonne raison, une raison de vivre, une bonne raison que son fils fait sienne, une bonne raison qui aide à vivre dans une merde bien pire que celle qui nous attend.
      Bien pire que de traverser le front ennemis en rampant entre les cadavres pour rejoindre l'occident est ces richesses. Euh, il reste et c'est pas parce qu'il ont peur des coups ou de mourir.

      PS: j'était au smic, je suis sdf volontaire, la vie n'est pas facile, mais se gausser de l'idiot n'aide pas à mieux la supporter, c'est juste un colère de plus elle rends aveugle au final la colère, c'est juste une drogue de plus d'on il faut se sevré...
      et comme tout les drogues qui n'en sont pas, c'est celle dont on a le plus de peine à ce séparer..

      Supprimer
    4. Je fais ça très volontiers mais pour mettre à genoux (ça prend un X au pluriel ! - je rappelle ça à mes enfants et à celui du dessus) non pas l'Etat, mais la Finance.

      Lire l'article de Bertez. Il envoie du bois !

      C'est dommage, car asphyxier l'Etat c'est asphyxier la veuve et l'orphelin, c'est détruire ce que la Nation avait fait de beau en matière de solidarité. Mais quand la solidarité est pourrie par le fric, il faut trancher le mal à la racine.

      Quitte à ce que ce soit pour de mauvaises raisons.

      Supprimer
  7. Effondrement par pallier ou brutal, ça ne changera pas grand chose.

    Au final, ce qui compte, c'est qu'il n'y aura pas de redressement derrière mais simplement le chaos.
    On a tous tendance à penser qu'une fois que les lignes auront bougées, on pourra enfin "réformer" et repartir sur des bons rails.
    Mais non.
    La société se divise en 2. Allez faire un tour sur les sites "gauchistes", vous verrez qu'il n'y a plus aucun dialogue possible entre les 2 camps.
    Ça va durer longtemps, on rentre dans une nouvelle guerre de 30 ans, avec tout ce que ça implique de lutte au quotidien, de méfiance, de coup bas, de trahisons, etc...

    On ne va pas avoir un mauvais moment à passer, mais on va s'y installer pour longtemps;

    Parce que même si je critique les ponctionnaires et tant d'autres choses, admettons qu'on arrêtes le clientélisme ... et après ?
    Imaginons pour faire simple qu'on vire tous les fonctionnaires en trop.
    On fait quoi d'eux ensuite ?
    On les fait bosser dans quel secteur ? non seulement ils sont infichus d'apprendre un nouveau métier, mais en plus, y a pas de job a leur proposer.
    Les emplois occupationels sert à rien, c'est juste une manière de "lisser" la courbe du merdier dans le temps, et payer les gens à faire semblant de faire quelque chose plutôt que vraiment rien foutre.

    Si on ne les vires pas mais qu'on réduit leur rente ça ne change rien. On va injecter cet argent OU ? il va servir a faire tourner quelle partie de l'économie ? TOUT s'écroule partout.

    Parce que de toute manière le fond du problème, ce n'est pas notre modèle de société, il fonctionne relativement bien. Le problème est malthusien, on est trop, on consomme trop, on dévaste tout, et maintenant, ça commence à se sentir. On peut pas pousser la machine capitaliste plus loin, on atteint le bout de notre savoir faire technologique en regard de ce que la nature peut proposer.

    La décroissance dans un monde de compétition pour les ressources n'est simplement pas possible même si elle est souhaitable.
    La complexité du monde est devenue trop importante pour qu'on puisses comprendre et réformer quoi que ce soit.

    Je ne souhaite à personne de goûter la potion amère, pas même aux cheminots retraités même s'ils ont la bave au lèvres quand on leur parle de lever un peu le pieds sur leurs prétentions.

    Nous n'avons plus aucune notion de collectif, car cela s'est désagrégé dans les villes déshumanisantes. Chacun défends donc son intérêt personnel, voire de corporation et n'a pas envie de payer pour les conneries des autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est ce qu'on en fait???

      On les fout aux champs avec des bêches !
      Histoire de diminuer notre dépendance énergétique, de soigner notre balance commerciale...et le trou de la sécu.

      Des solutions ils y en a pleins !
      Mais le niveau de parasitage, de fainéantise, d'orgueil de soi est tel, que l'on ne fera pas l'économie de la phase chaos.

      Ça va déchirer...

      Supprimer
    2. "On les fait bosser dans quel secteur ? non seulement ils sont infichus d'apprendre un nouveau métier, mais en plus, y a pas de job a leur proposer."

      Faut le dire vite, une bonne partie de ces branlotins ont tout de même obtenu des diplômes et réussi des concours où la plupart échouaient.

      Si tu les fous dans la merde, il n'y a aucune raison qu'ils ne retrouvent leurs dents d'antan et mettent une grande claque à pas mal de postulant du privé.

      C'est un détail mais faudrait tout de même pas oublier que fonctionnaire, c'est pas comme Betancourt, tu ne l’acquières pas à la naissance.

      Supprimer
    3. totalement en accord.
      "La décroissance dans un monde de compétition pour les ressources n'est simplement pas possible même si elle est souhaitable."
      nous finirons "restes contre restes" en attendant un nouveau système qui aura toutes les chances de ressembler à ce qui a existé ces 2000 dernières années.

      Supprimer
    4. @yoananda
      "La complexité du monde est devenue trop importante pour qu'on puisses comprendre et réformer quoi que ce soit."

      exact.
      c'est pour cela, à mon avis, que nos élites traitres ne cherchent même pas à réformer, ils pensent déjà à seulement nous voler.

      les Etats vont faire faillite.

      de l'épargne (fausse) va disparaitre.

      c'est sur nos comptes en banque, quelque soit le support (LDD, assurance vie...), que la partie va bientôt se jouer.

      Ils vont nous voler, en prétextant la cause nationale.

      même Lagarce a expliqué que "certains (du peuple) trouveront ca juste" ! Elle n'a pas peur des mots !

      yongtai

      Supprimer
    5. @ Yoananda
      "Le problème est malthusien, on est trop, on consomme trop, on dévaste tout, et maintenant, ça commence à se sentir [...] on atteint le bout de notre savoir faire technologique en regard de ce que la nature peut proposer."
      Ok.

      "Le fond du problème, ce n'est pas notre modèle de société, il fonctionne relativement bien."
      Là je ne suis pas du tout d'accord: notre modèle de société c'est la course à la croissance du PIB (on pollue, créant le marché de la dépollution, on réchauffe la planète créant le marché du refroidissement climatique, etc., tout ça c'est bon pour le PIB). Je suis pour la marche (pourquoi se presser?) à la croissance du BIN (Bonheur Intérieur Net), pour moi compatible avec la nécessaire décroissance dont vous parlez. La recherche de la croissance du BIN est à mon avis un véritable projet de société, ce que n'est pas la recherche de la croissance du PIB qui ne profite qu'à quelques uns en mettant le reste du monde en esclavage.

      Supprimer
    6. @ Yoananda
      Et le compte rendu du bouquin de Roddier c'est pour quand?

      Supprimer
  8. Vous avez dit:
    "Il n'y a aucune raison que le français moyen n'aie pas le niveau de vie d'un tchèque, voire d'un roumain"

    Moi je vois au moins 2 raisons qui justifient le niveau de vie des français:
    1- la productivité
    -2 la qualité

    J'ai pas mal voyagé : amérique du nord, europe de l'est ; je suis aujourd'hui au Vietnam depuis 7 mois. Aussi bien dans les tâches ingrates (style caissière de supermarché) que dans les tâches intellectuelles (style dev informatique), la France bat le monde entier en terme de productivité et de qualité (dans le privé en tout cas).

    Notre dégringolade vient surtout du dumping salarial des pays à bas coût (Chine et Allemagne en tête de liste) qui nous font une concurrence déloyale en pressant comme des citrons leur populations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça fait plaisir de voir un français qui ne crache pas sur ses compatriotes, il faut surement aller à l'étranger pour s'en rendre compte.

      D'une façon générale, vous êtes tous grave à coté de la plaque, faudra m'expliquer pourquoi les français devraient vivre comme un chinois ou un roumain alors qu'avant la nouvelle mondialisation, on vivait déjà mieux qu'eux ?

      Bien sûr il y a le problème du pétrole, mais de tout évidence les producteurs de pétrole préfèrent commercer avec les US ou l'EU qu'avec leur coreligionnaire gardien de chèvre ou l’Asie corrompu jusqu'à la moelle et sans la moindre éthique.

      Supprimer
    2. Ca me désole de voir les français se bouffer la gueule, toujours à regarder et à vouloir rogner dans la gamelle du voisin. On vit une vraie caricature du village gaulois.

      Les gens devraient être un peu sérieux et regarder quand exactement les choses ont commencé à dégénérer et en tirer les conséquences. Effectivement ça a commencé avec l'ouverture sauvage des frontières. Comment un pays qui s'efforce d'avoir un modèle redistributif peut-il espérer concurrencer commercialement et efficacement un pays rempli d'esclaves ?

      Supprimer
  9. @ 10h59,
    "Bien entendu... Mais l'essentiel est qu'ils finissent pas goûter la potion amère."
    Mais c'est complètement con cette réflexion ! mais plus con on ne fait pas !
    Oui ils vont en chier eux aussi mais toi tu seras crevé la gueule ouverte bien avant. ça te fera une belle jambe.
    Tu seras en train de pourrir dans la fosse qu'il ne seront à mordre la poussière. Eu encore vivants, toi complètement mort.
    et les survivant qui seront ils ? Car il y aura des survivants, c'est certain. Et bien ça ne sera pas toi, mais eux.

    RépondreSupprimer
  10. je ne suis pas d'accord,un pays peut avoir des flux d'argent positifs avec une balance commerciale et une production dans le rouge.grace a la finance ou les revenus dématérialisés type droits d'auteur.les us s'enrichissent malgré leurs déficits,mais c'est la fortune des riches privés qui gonfle et le nombre de pauvres qui augmente,c'est sans doute ce qui arrive en france

    RépondreSupprimer
  11. "Et les 500 000 élus à la con ? Les syndicalistes, les profs, les journalistes vendus... tous ces pourris qui vivent TRES BIEN à nos dépends.... Que vont ils devenir ? Comment vont ils vivre leur destitution ?"
    Ils vont partir au Portugal se la couler douce, c'est enfoirés.

    RépondreSupprimer
  12. Sincèrement après avoir lu tous ces commentaires, je suis franchement un peu désolé (dans le sens que c'est franchement désolant). Plutôt que d'être dans une démarche qui consiste à comprendre pourquoi les choses se passent comme elles se passent actuellement, on a le droit à un défoulement sur les parasites bouc-émissaires. Entre les fourmis qui produisent et les cigales qui foutent rien. Sincèrement bien que l'on puisse voir les jeux d'alliance qui peuvent exister entre différents groupes qui défendent leurs intérêts (les libéraux-libertaires, fonctionnaire pour le moment et le capital pour faire simple), je n'ai pas l'impression que dans ceux qui produisent il y ait un autre mouvement que celui de défendre ses petits intérêts. La seule différence c'est que beaucoup ayant échoué peut-être après avoir cru qu'ils pourraient être les grands gagnants de la mondialisation heureuse, finissent par se dire que c'est pas normal que la fonction publique trime aussi peu. En gros plutôt que d'être dans une approche collective de remise en cause globale du système dans lequel on vit : de travailler pour assurer une production, on est passé à produire pour assurer un travail, il faudrait peut-être se demander c'est quoi ce délire. Consommation excessive des ressources, stress au boulot, tout le monde se plaint de ne pas avoir assez de temps, se venge sur les fonctionnaires, n'a pas un salaire suffisant pour compenser son boulot chronophage. Bref, combien de personnes participent de près ou de loin a ce système là ? Clairement pas que les parasites. Quand on commencera à voir que ce n'est pas en pointant du doigt le voisin et en faisant la chasse aux sorcières qu'on résoudra les problèmes on aura avancer. Il y a ceux qui aiment se faire des ennemis pour leur petit ego et ceux qui discutent avec des gens qui ont des analyses différentes pour essayer d'en faire un ami. C'est un peu comme si les gens s'engueulait sur le bateau en train de couler pour déterminer lequel des deux avait fait le trou dans la coque, en se renvoyant la faute mutuellement.

    Pour ma part ma position est très claire : Tout propos qui n'est pas mesuré, qui n'est pas nuancé, qui tend à faire croire que le problème n'émane que d'un groupe en particulier (alors qu'il peut n'en être que l'expression ! L'élite n'est jamais que l'expression du désir de supériorité présent un peu partout), qu'il y aurait une solution facile, et qui ne serait pas dans un travail d'analyse impartial dans un esprit d'éducation de tous et de réconciliation de tous est voué à participer au naufrage du Titanic. On ne résout pas les problèmes contre les gens mais avec eux.

    Bref c'est parfois étonnant en fait de lire les coms de ce blog, puisque mis à part le côté peut-être un peu plus souverainiste (démocrate on pourrait dire) des gens, beaucoup sont aussi libéraux dans leur philosophie et leur compréhension de l'Homme que ceux qui nous ont mis dans la merde. Etre infoutu de comprendre que les individus produisent les structures qui ensuite rétroagissent sur ce qu'ils sont, c'est manquer la moitié du film. Le présupposé de presque tout ce que je lis c'est l'autodétermination des individus et la stricte séparation des gens en unités autonomes de décision, de croyance, etc. ça permet de fournir un système simplifié avec des responsables et des victimes, mais je crois que ce serait une erreur que de considérer que vous changerez quoi que ce soit de durable en vous basant la dessus. (un peu comme si on disait d'éliminer les pauvres pour éliminer la pauvreté mvoyez)

    Bref, j'en viens à me demander si ce blog que je suis depuis longtemps sert à autre chose qu'à monitorer tranquillement la chute du bateau. Auquel cas, je commence à me poser la question de la pertinence de sa lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La porte à intellectuel, c'est la deuxième à droite en sortant.!

      Supprimer
    2. Je croyais que ceux qui étaient intéressés par le prémâché ne regardait que les infos officielles. Merci de me confirmer que même dans la rébellion, il y'en a qui se complaise dans une réaction qui ne se demande jamais si elle-même fait partie du problème, tellement il est pour elle évident que la raison est de son côté. On a souvent tort par la façon que l'on a d'avoir raison. A méditer pour chacun d'entre nous qui veut faire évoluer les choses et donc interpeler nos voisins, nos amis, nos connaissances de manière constructive.

      Supprimer
  13. bonjour Loveyall,
    tu as peut être raison. Je me trompe peut être, mais je pense que tu es optimiste.

    certains ici, dont moi, en sont arrivés à cette analyse :
    - de véritables traitres à la nation nous dirigent (politiques, médias, banquiers, qq grands patrons)
    - la situation est devenue extrêmement complexe, inextricable, incompréhensible pour la grande majorité, le débat pour comprendre ce qui se passe et ce qu'il faut faire n'est plus possible, le "point de non retour" a été dépassé.

    alors nous sommes qq uns à penser que :
    - la chute est inéluctable
    - la chute sera salutaire (plus à gagner qu'à perdre)

    donc oui, on n'est plus, trop tard, dans la phase "on va essayer de trouver des solutions".

    (et concernant les attaques de certains "groupes" (fonctionnaires, retraités...) nous avons, Tonio et d'autres lecteurs, toujours nuancé depuis des années sur ce blog, mais c'est vrai que pour faire court, les nuances n'apparaissent pas toujours)

    ps : je me suis permis d'écrire "nous" car je pense sincèrement qu'on est "plusieurs" dans ce que je décris :-)

    cordialement
    yongtai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Yongtai,

      Je partage tout ce que tu dis sauf ton optimisme (aha ^^). Tu vas assez vite comprendre pourquoi je ne pense pas que l'on va vers le mieux, même après la chute.

      En effet, je suis d'accord pour dire que beaucoup des problèmes s'incarnent dans ceux qui nous dirigent, enfin bon rien de nouveau sous le soleil, l'Histoire nous le montre, c'est toujours comme ça malheureusement. Que cela soit sous la monarchie absolue ou sous le contrôle du capital, on ne fait que changer de maître, mais pas de logique de fond. Comme l'avait bien remarqué la Boetie, le pouvoir monte de la base au sommet comme de l'eau remonte dans un sucre. Il faudrait alors se poser la question de la responsabilité des populations. Si je suis d'une candeur incroyable et que je me fais avoir par des gens en qui j'ai placé aveuglément ma confiance pour avoir plus de temps à vaquer à mes petits plaisirs (Huxley bonjour), ne suis-je pas irresponsable ? incidemment je suis donc bien responsable de ce qui se passe dans cette affaire.

      Ainsi, la chute, quand elle advient (il faudrait d'ailleurs dire la chute de quoi avec plus de précision) peut être suivie par quelque chose de mieux ou de moins bien. En la matière il n'y a pas de règles. Simplement on peut voir que dans un système aussi inter-dépendant comme le nôtre ou la grande majorité des gens dépend d'une organisation centrale (l'Etat et la Banque on va dire), il devient incroyablement plus facile d'imposer à cette majorité n'importe quoi dans le cas où une crise survenait. Comme Juvin, comme Jancovici, je doute que la démocratie (nous n'y sommes pas au sens pur, mais cela pourrait devenir bien pire) survive en cas de problème majeure avec tous les abus que cela comporte. Ce sera peut-être la chute de la démocratie mais pas forcément la chute de l'élite au pouvoir..

      Quand on voit la question de l'augmentation de la population, du plateau pétrolier, des divisions religieuses, du délitement du politique au profit de l'économique et de l'individualisme généralisé, je suis d'accord on ne peut pas voir l'avenir autrement que sombre. Quant à penser que les problèmes seront résolus à long-terme, je ne pense pas que l'Homme apprenne avec le temps. Toutes les guerres, tous les conflits et les horreurs passés ne lui ont pas appris fondamentalement grand chose à part essayer de faire tenir debout des systèmes qui marchent un temps, s'écrasent, pour en créer d'autres qui connaîtront le même sort. Sinon on serait dans un monde différent maintenant avec des individus différents. (Krishnamurti m'entends-tu?)

      En gros si ton optimisme c'est de penser que le système va s'auto-réguler, évidemment que oui. Va-t-il le faire d'une manière pacifique ? je ne vois pas pourquoi cette fois ce serait différent des fois dernières.

      Les limites que je vois à l'approche de la critique pure d'un système pour en créer un autre, c'est qu'elle projette sans le dire une vision meilleure de l'avenir sans en savoir rien. L'optimisme ou le pessimisme sont des biais, on peut vouloir croire que l'on va forcément vers du mieux (la religion du progrès n'est jamais que la fille de l'espoir qui est un problème que l'on trouve partout) mais rien ne nous le garantit.

      Quand on parle de la chute, dans l'Etat actuel des choses malheureusement je la pense aussi hyper probable. Cependant ceux qui la font advenir viennent de deux groupes, ceux qui ferment les yeux sur les problèmes et ceux qui disent qu'elle est inéluctable (c'est la différence entre simplement observer un fait (la probabilité que cela se passe) et former une conclusion définitive à partir de laquelle notre comportement va se modifier).

      Bref, en espérant que tu ne comprennent bien que ce sont pas de simples élucubrations intellectuelles mais des choses aussi réelles et concrètes que le potager.

      ps : je comprends "votre" logique, hein ^^

      cordialement

      Supprimer
    2. re-bonjour Loveyall,
      merci pour ta réponse.
      on est d'accord sur pratiquement tout en fait.
      j'ai écris vite la première fois.

      "tu as peut être raison" voulait dire que je suis globalement d'accord avec ton premier message, sauf un point majeur que j'ai voulu détaillé ensuite par :

      "je pense que tu es optimiste." et "- la situation est devenue extrêmement complexe, inextricable, incompréhensible pour la grande majorité, le débat pour comprendre ce qui se passe et ce qu'il faut faire n'est plus possible"

      je faisais référence à cela de ton 1er message : "qui ne serait pas dans un travail d'analyse impartial dans un esprit d'éducation de tous et de réconciliation de tous est voué à participer au naufrage du Titanic."

      je pense que c'est foutu, on n'a plus le temps pour "un travail d'analyse impartial", la situation est trop grave, le sida mental (comme dirait l'autre sur ce blog) est bien répandu et puissant.

      Les gens en majorité ne cherchent pas à comprendre, ils se sont pour beaucoup "déresponsabilisés" parce qu'ils se disent que l'on est en démocratie, et qu'il y a des élus pour faire le taff pendant que l'on regarde la TV.

      je pense pour ma part que les gens sont responsables de ce qui se passe, mais de loin pas les plus responsables (en premier politiques puis banques et médias). Effectivement, la démocratie n'est jamais garantie, et la corruption est là à chaque coin de rue. Le peuple devrait toujours surveiller les gouvernants à la culotte. Mais quand le contre-pouvoir (=les médias) est contre le peuple, comme actuellement, là, on est mal.

      mais, je le concède, c'est sans doute moi l'optimiste, comme tu l'expliques très bien, quand je dis "- la chute sera salutaire (plus à gagner qu'à perdre)". Effectivement, on peut aussi s'attendre au pire.

      yongtai

      Supprimer
    3. Ouaip je partage. Que faire alors dans ce contexte là ? Trouver un taf dans la Creuse avec son petit potager ? aha

      Supprimer
  14. Pour clore le débat (et ayant droit de réponse puisque le premier commentaire vient de moi … ce qui me doit un post de Disco !!! La gloire !!! bon, c’est vrai après un commentaire disons … énergique) je voulais juste préciser que le déficit commercial vient pour moitié de l’explosion du cours du pétrole, le sang contaminé du système économique, l’une des origines principales du développement exponentiel des pays occidentaux depuis les années 50 et qui causera aussi son déclin si aucune innovation énergétique majeure n’est trouvée d’ici 20-30 ans. L’autre moitié du déficit étant causée par la désindustrialisation, un thème beaucoup plus complexe à appréhender mais qui doit beaucoup à la politique libérale menée depuis les années 70, sous régime « démocratique ».
    Surtout, les déficits des uns sont les excédents des autres, un jeu à somme nul au niveau global qui finit toujours par se résorber quand l’un des protagonistes ne joue plus le jeu. Par exemple, si l’excédentaire ne veut plus prêter au déficitaire. Système pervers à y repenser, à qui perd gagne sinon tout le monde perd gros.
    Il faut bien se rendre compte que les problèmes contemporains viennent essentiellement des ressources naturelles & du mode de vie occidental généralisé à l’ensemble des êtres humains dans un contexte de concurrence économique exacerbé entre les individus au bénéfice d’une oligarchie qui, elle, ne passe pas son temps à critiquer ses semblables ...
    Je ne crois pas que la société soit devenue ultra complexe, parvenue à un point de non-retour. Au contraire, je pense qu’elle a régressé dans sa conscience globale à cause de l’individualisme socio-économique et de la propagande quotidienne. Malgré des connaissances scientifiques jamais égalées dans l’Histoire. Une productivité forte. Un réseau de communication extraordinaire avec internet. Mais malheureusement le progrès quantitatif n’est pas le progrès qualitatif.
    En conclusion, c’est une société enrôlée dans une guerre économique qu’elle n’a pas voulue. Pourvu qu’elle ne finisse pas dans une guerre totale (pour sauver les mêmes ?).

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.