mardi 12 novembre 2013

Philippe Béchade : Nous sommes dans une super bulle

Et alors qu'on est en haut de bulle, la situation sociale et politique est déjà délétère...

Alors imaginez tout ça quand la super bulle crèvera dans l'hyper inflation ou la faillite, avec une économie en chute libre par dessus...

Philippe Béchade sur BFM Business
BFM Business - Intégrale Bourse, Philippe Béchade, 06/11/2013 (en Français texte en français )

4 commentaires:

  1. Il y a une gigantesque bulle obligataire aux Etats-Unis. La dette publique des Etats-Unis est de 17 140 milliards de dollars.

    Il y a des gigantesques bulles obligataires en Europe. La dette publique des 28 Etats de l’Union européenne est de 11 280 milliards d’euros, soit 15 166 milliards de dollars.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-23102013-AP/FR/2-23102013-AP-FR.PDF

    Il y a une gigantesque bulle obligataire au Japon. Fin septembre 2013, la dette publique du Japon a atteint 1 011 200 milliards de yens, soit 10 300 milliards de dollars.

    D'après le FMI, en 2014, la dette publique du Japon sera de 242,3 % du PIB.

    Quand ces gigantesques bulles obligataires éclateront, tous ces pays connaîtront un effondrement économique et financier.

    Ce sera le temps des saignées.

    Mardi 12 novembre 2013 :

    Japon : la dette du gouvernement atteint un record de 10 300 milliards de dollars.

    La dette publique japonaise a atteint un record de 1 011 200 milliards de yens (environ 10 300 milliards de dollars américains) à la fin du mois de septembre, dépassant le record précédent de 1 008 600 milliards de yens (soit 10 280 milliards de dollars) atteint à la fin du deuxième trimestre de 2013, selon le ministère des Finances du pays.

    Le ministère a également déclaré que la dette devrait atteindre 1 107 100 milliards de yens (11 280 milliards de dollars) d’ici mars 2014, selon des médias locaux.

    http://www.lecontrarien.com/japon-la-dette-du-gouvernement-atteint-un-record-de-10-300-milliards-de-dollars-12-11-2013-japon

    RépondreSupprimer
  2. Le problème n'est plus les bulles.
    Le problème n'est plus de savoir si elles vont éclater.
    Il est évident que l'Occident est désormais une colossale bulle.

    Mais il est devenu too big to fail.

    Qu'est-ce que je vous disais ?
    Comme le dit Delamarche : ya pas le choix. Si on débranche : end of the game.
    Donc tant que les Chinois sont assez cons pour continuer de nous financer...

    Ca pourrait bien ne pas finir si mal que ça, d'ailleurs, cette histoire. Parce que c'est trop énorme.
    On arrivera sans doute à dire : allez hop, jubilé !
    On efface tout et on repart sur de bonnes bases, promis juré. Et nik les Chinois, nik les pétroliers, nik l'Afrique et ses ressources... auront-ils vraiment le choix ?

    Ce sera soit ça, soit la mort violente pour un président de FED ou de BCE (l'hypothèse du GEAB sur ce point ne me paraît pas si idiote que ça).

    Les banques centrales ont l'air tellement invincibles avec leurs injections de liquidités qu'on se demande ce qui pourrait faire que la réalité reprenne le dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. intéressant Ztong, mais partiellement vrai et partiellement faux.

      d'abord la Chine amasse une quantité énorme d'or, et des biens tangibles.
      ensuite, toutes les dettes ne sont pas aux mains des chinois, des pays pétroliers. Une partie importante, selon les pays, appartient à l'Occident.

      donc ce n'est pas simplement "jubilé = nik les chinois..."

      enfin, je suppose que tout ca tu le sais autant que moi

      cordialement
      yongtai

      Supprimer
  3. Monsieur Béchade découvre le fil à couper le beurre. Quel scoop! La Bourse a toujours été une succession de bulles qui éclatent, mais pendant ce temps des bulles, les initiés se goinfrent cinq minutes avant l'effondrement et les pigeons se font plumer en écoutant les conseils de ne pas vendre de leurs banquiers. Depuis 1 an, la Bourse de Paris a augmenté de 40%, sans être un grand clerc....

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.