vendredi 29 novembre 2013

Pourquoi Hollande est-il si sûr au sujet de l'inversion du chômage ?

Cette promesse s'appuie à mon avis sur un chiffre très simple, qui est celui de la population active :


On voit très clairement qu'à partir de 2013, la population active doit commencer à baisser puis stagner du fait du départ massif du papy boom à la retraite.

La population totale, elle, est censée continuer de monter.

Hollande fait donc le pari simple que la part des travailleurs potentiels dans la population totale se fera plus mince, et que du coup, elle sera plus demandée.

Le calcul n'est pas idiot.

En revanche, le poids de la population inactive à charge augmentant, il est crédible de prévoir un chômage qui baisse, mais en revanche, des charges qui explosent.

Au passage, en cumulant les chiffres de la population active, de la population totale, et ceux de la DARES du nombre de chômeurs, j'ai fait ces deux graphiques.

Ce premier qui décompose la population française par grandes catégories :


Et celui ci qui fait le rapport entre la population qui travaille et la population totale :

9 commentaires:

  1. Attention, il y a des forces "vents contraires" dont tu ne parles pas et qui risquent fort de doucher les espoirs de Neuneu.

    -immigration : eh oui... on n'en parle pas, mais c'est un apport massif de jeunes en âge de travailler ! Un apport massif et PERMANENT.
    On n'en tient pas compte sur les projections de "population active" qui sont basées sur la démographie (papy boom) !

    -récession : elle est inévitable... Donc là encore, l'emploi privé continuera de reculer (même si les clowns font tout pour gagner du temps : les plans sociaux sont systématiquement recalés/décalés par la "justice" etc.)

    -la cartouche "faux emplois" (les emplois bidons achetés par le pognon de la dette)... a été tirée en 2013 !
    Neuneu n'aura pas les moyens d'en rajouter 500 000 en 2014 ! Et a fortiori en 2015.

    Bref... Les carottes sont cuites.

    Il est évident que les chiffres du chômage de novembre (publiés fin décembre), y compris catégorie A, subiront un "rebond".

    Et 2014 achèvera de pulvériser le mantra "inversion de la courbe".

    Voilà pourquoi (j'ai développé cette idée dans un autre post)... les crapules préparent le futur QE européen, un véritable plan de relance 2.0, avec la BCE en support.

    RépondreSupprimer
  2. bjr.

    je suggere que tu modifies ton graphe de catégories de la manière suivante : diviser ceux qui travaillent entre ceux qui bossent dans les services et ceux qui bossent dans la production ... tu verras cette deuxième bande est extrêmement mince ... pas assez d'ailleurs ... un gars qui est comptable dans une industrie est enregistré comme "secteur primaire" alors qu'il est tertiaire ..
    et aussi ..
    séparer la bande pop inactive en deux : les retraités et les autres ...

    RépondreSupprimer
  3. Hin hin, Hollande est à bonne école.
    Quand on parle truquage de chiffres, les USA sont les maîtres incontestés.

    Désolé si je digresse un peu, mais voyez plutôt ce qu'ils font pour dissimuler leur impact catastrophique sur le climat mondial :

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/11/27/les-emissions-americaines-de-methane-sont-sous-estimees_3521092_3244.html

    Les USA truquent leur chiffres sur le climat comme ceux de leur économie.
    Ca collera à Obama : le mensonge généralisé.
    C'est tout un système de fausse prospérité basée sur le mensonge qui se dévoile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand Hollande parle d'inversion, grotesque erreur d'appréciation ou de communication, car il pensait certainement plus à une inflexion dans la courbe (point où la dérivée seconde s'annule !).
      Les emplois aidés auraient la vertu de participer à une relance par la consommation.....sauf que comme en 81 cette consommation profite à 75% aux produits manufacturés hors de France.
      L'économique d'abord et le social qui en découlera sera certainement plus durable que celui des emplois aidés.
      Toute la question étant de savoir, quel type d'économie ?
      Quand on entend que les excédents allemands ne sont pas nos déficits, dans l'absolu c'est peut-être effectivement pas complètement vérifié, mais il n'en demeure pas moins qu'il est difficile d'imaginer ce putain de système qu'avec des économies à balances excédentaires, non ??
      Que toutes les balances soient équilibrées, çà ne se décrète pas non plus, alors il y a résolument matière à phosphorer sur d'autres modes de mesures des activités économiques et environnementales.
      Au lieu de nous bouffer la gueule les uns les autres, si nous essayions d'appréhender un autre système, non ?

      Supprimer
  4. +1 au commentaire précédent.
    Ces espoirs sont basés sur le postulat que certaines variables restent constantes.
    Mais comme le dirait Delamarche : autant aux USA on a les chiffres du BLS qu'il suffit de lire, autant en France on n'a tout simplement rien !
    On peut donc postuler que les emplois aidés ont, potentiellement, suffi à bidouiller la courbe brute du chômage (surtout des djeunz), de même que l'on peut avoir trituré la courbe de population active.

    Ca sent la planche à billets massive pour éviter l'explosion sociale et le conflit de générations.

    Les jeunes ont-ils seulement conscience que leur emploi présent, ils devront le rembourser après ? lâcheté du politique... +1 au dernier article de Bertez (qui sera à rappeler souvent en 2014, à mon avis).

    RépondreSupprimer
  5. Ne pas oublier l'explosion de l'immigration, toujours difficile à quantifier et à projeter. D'autant plus qu'un rapport sur le droit d'asile (dont les dérives sont patentes) vient d'être déposé à qui de droit.

    RépondreSupprimer
  6. Le second graphe est très éclairant ! Merci Tonio !
    ... les données sont elles disponibles pour nos grands voisins ?

    RépondreSupprimer
  7. http://img4.hostingpics.net/pics/457045Chmage.jpg

    RépondreSupprimer
  8. Il n'a pas l'air si sûr de lui, le Hollande. La preuve, il n'arrête pas de répéter qu'il faudra des mois et des mois et que la bataille ne fait que commencer. Hier matin c'était un vrai cafouillage de communication présidentielle.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.