vendredi 13 décembre 2013

[Autarcie] Ne pas tomber dans l'excès

On entend beaucoup parler de la culture en "lasagnes" chaque fois qu'on voit des bobos bios se lancer dans le jardinage durable.

Il s'agit en fait de faire un gros tas de compost et de cultiver directement dessus.


Mais voici ce que je lis dans un article intéressant :
Découvrons les « buttes lasagnes »
Jardinons Sol Vivant ! (en Français texte en français )
→ lien
De telles observation sont monnaie courante semble-t-il, Jacques a fait des observations semblables, du moins pour la première année, car la deuxième semble ne pas être aussi formidable. Voici le récit de son expérience et les réflexions qu’il en tire :

« Avril 2011 : avec l’aide de l’employé municipal et des institutrices nous avons installé un mini jardin pédagogique à l’école maternelle de Séron (Hautes Pyrénées). Je venais de lire le livre de Jean-Paul Collaert « l’art du jardin en lasagne ».

J’ai donc décidé de profiter de l’occasion pour tester la lasagne.

Le résultat a été extraordinaire (voir photos ici : http://lagranderecree.asso-web.com/) légumes et fleurs se sont développés de façon spectaculaire, et cela sans arrosage. Ce résultat m’a tout de même laissé perplexe quand à la teneur en nitrates de ces légumes.

Avril 2012 la lasagne s’était affaissée de dix centimètres, j’ai rajouté du compost maison pour compenser la perte de matière, et nous avons fait de nouvelles plantations. Et la, première surprise, les légumes ont eu beaucoup de mal à démarrer, ont végété, le sol s’est rapidement desséché et il a fallu arroser. Au cours de l’été, le jardin n’a pas été régulièrement arrosé et les légumes ont très peu donnés.

Ce que je retire de cette expérience :

La lasagne est un milieu artificiel avec de très bons résultats la première année puis un épuisement rapide des éléments nutritifs.

Elle nécessite beaucoup de travail et il vaut mieux avoir tous les matériaux sur place.

Le coté positif, est que cela permet de cultiver sur des sols pauvres, caillouteux, voire sur le béton ou le ciment. Ce peut être l’occasion de rassembler un groupe, travailler dans la convivialité et apprendre ainsi à recycler des matériaux destinés à la déchetterie. »

Le procédé du compostage a quelque chose de magique en effet. On a l'impression de fabriquer de la terre avec des déchets. Mais le compost ne suffit pas en soi. Sans être expert, je pense commencer à comprendre comment ça fonctionne. Un sol, c'est de l'humus, ET de l'argile, de la silice... Cultiver sur compost pur, c'est assurer de donner un gros shoot de nitrates à vos plantes, comme si vous aviez épandu de l'engrais minéral. Mais ce n'est pas pérenne. Sans les argiles, tout ça va être lessivé, ne tiendra pas, et il ne restera rapidement plus rien. Sans parler du risque de pourrissement en anaérobie dans le fond de votre lasagne.

A mon avis, il faut rester raisonnable. Si déjà, vous recouvrez tout votre potager en automne d'une couverture végétale pour l'hiver, suivi ensuite tout le long de l'année de rajouts raisonnables en paillage, ça va intégralement mobiliser vos ressources en déchets. Et intuitivement, j'ai l'impression qu'il est contre productif de dépasser 20 cm de déchets très aérés (comme des feuilles) ou 10 cm de déchets denses (comme des tontes).

6 commentaires:

  1. Hé non l'homme ne peut pas faire mieux que ce que fait la nature!
    Une excellente référence : les sols sous couvert forestier.
    Observer la nature,copier la nature.

    RépondreSupprimer
  2. A regarder cette courte vidéo de 5 minutes sur l'histoire d'un maraîcher qui a reçu une amende de 450 euros pour avoir vendu sur un marché des tomates "hors catalogue". Assez savoureux, y compris l'accent ;-)
    http://www.ariegenews.com/news-1464-67205.html

    RépondreSupprimer
  3. Sur des sols pauvres, très argileux notamment, il faut éviter de mettre de la matière organique en excès : la faune du sol est très peu développée, elle ne peut donc pas assimiler toute cette MO, et le tout finit plus ou moins par pourrir, j'en ai fait l'amère expérience. Il faut deux-trois années pour "amorcer la pompe".

    RépondreSupprimer
  4. N'est ce pas pour cela qu'il est nécessaire de retourner les sols régulièrement ? Pour procéder à l'amalgame de l'humus et de la matière minérale ?

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,
    Faites attention, ne confondez pas humus et matière organique.
    Les "lasagnes" ne contiennent presque exclusivement que de la matière organique.
    Un sol est constitué d'un peu de matière organique, mais principalement (au moins en surface), de ce fameux mélange humus et matières inorganiques (en gros, sable et argiles).
    L'humus (au sens pédologique) est constitué, après plusieures années, par les restes de la décomposition de la matière organique.
    => la matière organique se décompose et libère des quantités industrielles d'azote. C'est très rapide (c'est le principe de l'engrais).
    => l'humus se décompose naturellement extrêmement lentement (certains parlent de plusieurs centaines d'années) et structure le sol. Il permet l'aération, l'hydratation et les échanges de minéraux (avec les racines)…!

    Pour plus de renseignements:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Humus
    :-)

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que la méthode philip forrer (dont tu as publié des vidéos il y a 6-7 mois) est vraiment bien.
    Faire un trou en elevant la terre, faire la lasagne dans le trou puis remettre la terre par dessus. Le tout avec un bon paillage. J ai eu de tres bons resultats sur les premieres buttes cette année, sans arrosage ni desherbage. En esperant que ca soit aussi bon l'annee prochaine.
    Pour la lasagne de Jacques, je suis surpris qu'elle ne soit affaissée que de 10 cm en 1 an, pour mes buttes c'est au bout de 1 mois qu'elles ont perdu 10 cm.
    Et au fait concernant l'électroculture, j'étais plutot sceptique alors j'ai demarré des semis de mache et d'épinard début octobre avec des semis temoins. Les pieds de mache et d'epinards se sont developpés plus vite en electroculture.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.