mardi 31 décembre 2013

Bruno Bertez : Sous le sceau de la déstructuration, voici venu le temps de la Déconstruction européenne

Les Clefs pour Comprendre du Samedi 28 Décembre 2013: Sous le sceau de la déstructuration, voici venu le temps de la Déconstruction européenne Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 28/12/2013 (en Français texte en français )
→ lien
L’Europe actuelle, celle qui est en construction/destruction est fondée sur la prééminence de l’économique. C’est une Europe d’économistes primaires, à la petite semaine, pas une Europe de politiques et encore moins une Europe de philosophes. La mise en ordre de cette Europe-non Europe est une mise en ordre économique, avec hiérarchisation économique bébête, de béotiens.





C’est bien la preuve que nous voyons juste quand nous la dénonçons comme une Europe de domination, car dit économique, dit compétitivité, concurrence, affrontement exactement comme on l’exprime en matière militaire. La compétition économique, c’est la guerre à outrance, jusqu’à la disparition du moins efficace. Et tant pis pour le cout de cette guerre, tant pis pour les externalités! Les pertes humaines, culturelles, la destruction de l’avenir et du futur.

Notre comparaison avec ce qui s’est passé dans les années 30 est adéquate. La mise en ordre se fait sous la férule de la loi du plus fort, qui pille littéralement les débouchés offerts par ses vassaux et leur répond : faites comme moi, sachant qu’ils n’ont ni les mêmes armes ni les mêmes outils.

La mise en ordre rencontre la complaisance des Maitres qui exercent chez les vassaux, la domination des classes dominées.

On a affaire à une sorte de Grande Alliance des classes supérieures qui se trouvent légitimées par l’idéologie "économiste", légitimés par la guerre économique. Les justifications de la destruction des dominés sont fournies par le succès des Allemands. Tout se passe comme si il y avait un discours occulte qui murmure, vous devez tout accepter, c’est la loi de la guerre, regardez les Allemands qui la respectent, eux, gagnent. Cette Europe est un alibi commode qui impute à l’extérieur, qui importe de cet étranger l’obligation de tout accepter, de baisser la tête. Importation en fait de servitude. Les Allemands imposent à leurs vassaux de faire suer plus le burnous, voilà la triste vérité. Les marxistes si il y en avait encore, diraient que les Allemands imposent une hausse du taux d’exploitation, hausse dont se réjouissent les Très Grands Patrons, les kleptocrates, les fonctionnaires, les déviants et les marginaux.





La prééminence de l’idéologie "économiste", n’est pas un hasard, car l’Europe a été voulue par les milieux d’affaires, pas par les peuples. Elle a été renforcée dans cette voie, par la crise, et à ce stade, on s’apprête à faire passer, accepter, n’importe quoi.

Une autre Europe serait une Europe de la complémentarité, de l’harmonie, mais celle-là, ils n’en veulent pas ! Ils ne pourraient supporter les prises de conscience révélatrices que cela impliquerait.


"les Très Grands Patrons, les kleptocrates, les fonctionnaires, les déviants et les marginaux"... J'expliciterais ça plutôt par l'alliance de tout ce que l'humanité compte d'indécents et de lucifériens versus le peuple travailleur décent enraciné...

Tout l'éventail politique de traitres intégraux du front de gauche à l'UMP n'est qu'au service intégral des indécents, contre les décents, pour leur faire rendre gorge... Avec un bémol pour ce qui reste de communistes authentiques et honnêtes intellectuellement, ainsi que certains centristes pas encore totalement vendus à Babel...

Toute la politique française n'est orientée que sur un seul axe : empêcher que les décents, majoritaires, se rapprochent politiquement, afin de continuer de maintenir les indécents au pouvoir, en les divisant en deux camps grotesques droite/gauche, pour continuer de les spolier, et les forcer progressivement à rejoindre les rangs de l'indécence (en la rendant bien plus rémunératrice et récompensée). Aujourd'hui, il apparaît que seul le FN semble encore se soucier de ce petit peuple décent, qui est l'âme de ce pays (et qui doit en conséquence être anéanti) tandis que tous les autres se partagent les cohortes parasitaires fabriquées par millions depuis des décennies (car subventionnées par le pillage des décents).

Sarkozy l'avait bien compris. Et en jouant sur cette même dialectique là, il a pu accéder au pouvoir en 2007. Hélas pour le petit peuple décent, ce n'était une fois de plus que tissu de mensonges.

Au passage, je précise que l'immigration-qui-rapporte-et-nous-enrichit serait bien plus acceptée en France, si elle n'était pas acquise intégralement, et par construction "redistributive", à l'indécence généralisée, et donc perçue une fois de plus, comme une force ennemie à ce petit peuple décent assailli de toutes parts...

3 commentaires:

  1. Attention Tonio.
    Les membres "Tout le Monde" du FN sont peut-être comme tu le décrits, à se soucier du peuple français.
    Par contre, la famille LePen est là pour une seule raison, à savoir salir la notion de "patriotisme français".
    Car je me souviens comment mon grand-père parlait de la patrie française quand j'étais petit. Et je ne retrouve pas cela dans les nouvelles générations.
    Il faut faire un parallèle avec la montée en puissance de la famille LePen qui s'est accaparé du "patriotisme", l'a soigneusement mêlé au "nationalisme" et a fait une diabolisation des 2 notions grâce à des dérapages successifs et bien calculés.
    Donc le FN est actuellement neutralisé et instrumentalisé pour rendre honteux les gens qui se disent patriotes.
    Moi, quand je dis que je suis patriote, on pense de suite que je suis sympathisant FN et nationaliste.
    Bref, un sabotage du patriotisme français a lieu depuis minimum 30 ans et je pense qu'un jour il faudra analyser ce phénomène car je ne pense pas que Monsieur Lepen ait eu tout seul l'idée de ce genre de magouilles et en prime le bon timing régulier de ses dérapages sont trop bien calculés....

    RépondreSupprimer
  2. +1 au commentaire précédent.
    Le FN se soucie comme d'une guigne du peuple, pourvu qu'il vote au nom du patriotisme.
    Chaque parti a son fonds de commerce. Les Verts c'est l'écologie, le FN c'est la patrie...

    Si on est pour l'un ET l'autre, ça fait un sacré grand écart !

    D'où l'inutilité de raisonner "parti". Raisonnez plutôt : "projet".

    RépondreSupprimer
  3. @ Ztong


    Pour moi tous les partis actuels sont élitistes. Que ce soit le Babel du fric (UMP, UDI, PS -S pour Solférino!-), le Babel écologique (EELV), ou le Babel international-socialiste (FDG, NPA), la grande majorité des partis politiques français n'est pas (n'est plus) nationaliste. Mais, bien entendu, élitiste, impérialiste (dictatures du capital, de la nature, du prolétariat, ce sont toujours des dictatures).
    Pour moi le FN occupe le terrain en jouant la carte nationaliste mais est, au fond, un parti élitiste et impérialiste comme les autres (sinon plus).
    Je pense que tout le monde politique a peur du patriotisme. Car le patriotisme renvoie directement au peuple et au populisme. Et le populisme est l'antonyme de l'élitisme. Que le peuple ait tout à coup un projet, son projet, et c'est tout l'édifice politique actuel qui s'effondre.

    "D'où l'inutilité de raisonner "parti". Raisonnez plutôt : "projet"." C'est comme ça que raisonne le lamarckien que je suis!
    Toute notre organisation sociale est fondée sur l'idée que c'est l'organe qui crée la fonction (lire notre constitution!). Je suis convaincu que c'est l'inverse qu'il faut faire: se fixer d'abord un objectif commun puis ensuite se structurer pour le réaliser.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.